Avertir le modérateur

tkatchiev

  • Averbakh : mon cours s’appelle « Théâtre de pièces d’échecs »

    Le site russe WhyChess est animé par le GMI russo-français Vlad Tkatchiev. Un très long entretien (traduit en français) entre Vlad et le GMI et historien Youri Averbakh a été mis en ligne le 7 août 2012.

    Averbakh nous livre une théorie passionnante sur les origines du jeu d’échecs et ses cheminements dans les différents pays.

    La fin de l’article donne un aperçu sur la technique employée pour captiver l’attention des 6‑9 ans lors d’un cours collectif que nos pédagogues patentés pourront méditer.

    averbakh,tkatchiev,whychess,kgb,bronstein,spasskyAverbakh divise les profils des joueurs d’échecs en six groupes : « rage de vaincre », « combattants », « joueurs purs » etc. Il est fascinant de voir à quel(s) groupe(s) appartiennent les plus grands noms comme Fischer, Karpov, Kasparov, Lasker, Tarrasch,  Spassky et Bronstein.

    Dans cet entretien modeste et génial, Vlad renvoie toutes les balles du fond de court comme au filet.

    Ma préférée est cette anecdote concernant Spassky.

    Averbakh le range dans le groupe des artistes « même s’il n’en est pas toujours conscient ». (
    Photo : © Irina Stepaniuk / WhyChess)

    "La Averbakh-anecdote"
    « En 1962, à Erevan, lors d’un banquet suivant le championnat d’URSS, Spassky prit la parole et dit :

    « Je souhaite porter un toast ni à la santé des grands joueurs d’échecs, ni aux dirigeants, mais à la santé de mon modeste voisin ».
    En effet il avait remarqué que tout le monde buvait du vin sauf son voisin qui ne buvait que de l’eau. Puis il garda un moment le silence et ajouta « … pour mon voisin et son carnet ! ».

    V.Т.: Donc c’était un type du KGB ?
    Y.А.: Mais bien sûr. A l’époque ceci eut l’effet d’une bombe ! Chercher à attirer l’attention des autres est typique pour les artistes. »

  • Olympiades : l’EdF - équipe de France - en manque de jus

    L’équipe de France (EdF) n’est-elle composée que de super techniciens sur la surface des 64 cases avant d’être une équipe animée d’un esprit, poussée par des entraînements et encouragée par un entraîneur gérant les joueurs et leur psychologie ? C’est du moins l’impression qu’une EdF sans jus a donnée lors des Olympiades d’Istanbul rassemblant 158 équipes chez les « mixtes ».

    Voir le parcours de l’équipe échiquier par échiquier.

    5 joueurs techniciens d’une surface de 64 cases carrées pour quelques milliers d’euros et deux semaines de travail avec un « entraîneur » en guise de contremaître, dans la pratique, un préparateur de variantes.

    Avant la 11e et dernière ronde qui se joue dimanche à 10 h en direct quel est le bilan pour la France ? Bof. Un gâchis car 'pas de Bacrot'. Une fatigue liée au National joué juste avant ? Un manque de forme ? Un manque d’énergie lié à la construction du capitanat vu par la FFE ? L’absence totale de préparation physique collective ?

    Les Olympiades se jouent par équipes de 4 avec systématiquement un joueur au repos et le capitaine qui peut assister aux matches, en l’occurrence Pavel Tregoubov.

    Cette équipe de 6 personnes doit vivre pratiquement deux semaines dans les meilleures conditions en oubliant le téléphone perso ou fédéral, les commentaires sur l’Internet et le qu’en dira-t-on. Pas simple à l’ère du Net.

    Oublions en passant la franche rigolade des chiffres : L’EdF classée numéro 8 sur la ligne de départ et les clairons fédéraux sur la France numéro 3 mondiale en comptant les 10 meilleurs joueurs classés FIDE et voyons concrètement son parcours.

    Cliquer ici pour le festin. Et sachez, en consultant le géocompteur en bas de  la colonne de droite, que l’EdF a régulièrement consulté ce blog d’Istanbul. Étonnant et détonant, non ?

    P.S. : Après son match perdu contre la Roumanie à la 10e ronde, l’EdF rencontre l’Afrique du Sud. 4-0 est le score attendu. Qui fera nulle ? A moins que l’EdF nous fasse une redite d’un certain match de football?

    Photo: © Davil Llada
    Avant une partie, le capitaine A. Petrossian rassure Movsesian (qui 'adoube'), échiquier n° 2 de l’équipe d’Arménie.

    20120830_olympiad_llada_r3_017_movsesian.JPG

    Lire la suite

  • Istanbul : quelques GM perdent la boule ?

    Les Olympiades ont débuté mardi 28 août à Istanbul. La compétition se déroule par équipe de 4 chez les hommes avec un remplaçant. Il s’agit d’un open de 11 rondes où les points d’échiquiers sont prioritaires pour les appariements en cas d’égalité de points.
    Déjà les plus gros z’Elo ont laissé des plumes. Pour son entrée en équipe d’Arménie (l’une des prétendantes au titre), Movsesian s’est pris une bulle au 1er échiquier. Il a été  sorti derechef pour la 2e ronde et remplacé par Aronian.

    2012_olympiade.jpgIdem pour van Wely, mais qui reste vissé au 1 pour la 2e ronde. La Russie lâche un demi-point etc.
    Ce tiers-monde ne respecte plus rien  ! Les « petites nations » sont en effet petites car l’activité générale y est faible et les Elo sous-estimés, mais pour les plus forts joueurs de ces pays, du Bangladesh au Pérou en passant par la Lorraine, le secret, ce sont les cours par correspondance via Skype et des grands maîtres formés dans les pays de l’Est.
    Conséquence : ces joueurs manquent peut-être de pratique à haut niveau, mais sur une partie, avec le drapeau national sur les épaules, surmotivés.

    Et la France ?

    Elle a fait le plein contre le Zimbabwe avec Vachier-Lagrave, Édouard, Fressinet et Tkatchiev. Christian Bauer, suite au drame qui l’a frappé, est dans l’équipe, mais encore remplaçant pour la 2e ronde contre le Pérou (où la France ne lâchera qu’un demi-point finalement).

    Le site officiel est d’une qualité inégalée pour une Olympiade : les parties sont retransmises en direct avec des images audio comme au Mémorial Tal : c’est le même système et la même équipe avec commentaires en anglais et en russe. Les échecs n’ont plus besoin de la tévé, on a l’Internet, et c’est mieux car on peut zapper plus vite.

    Le direct à partir de 14 h, heure de Paris a vraiment été conçu par des joueurs d’échecs… un brin nationalistes. Tous les échiquiers d’une équipe se trouvent du même côté en deux dimensions ! Ainsi, on peut apprécier où en est l’équipe, et voir la position côté noir.

    Vous êtes fatigué de suivre tout ça à la fois ?
    Le logiciel Houdini évalue les positions. C’est prodigieux.

    Compo des équipes : si les appariements sont connus dans la soirée, la composition exacte des échiquiers est en ligne le matin. Ainsi, l’équipe d’Angleterre a décidé aujourd’hui de faire jouer ses deux buteurs avec les blancs : Short se retrouve… au 3, Howell adore les noirs et va flinguer au 4 contre une équipe du Brésil qui n’est pas venue pour faire du beach-volley. Toutes deux n’avaient lâché qu’un demi-point à la première ronde.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu