Avertir le modérateur

tagnon

  • Du haut de ces Pyramides, un Grand Prix vous contemple

    La première partie du Grand Prix de parties rapides lancé par la FFE a eu lieu ce week-end à Port-Marly (Yvelines) au sein du club de prestige ‘Les Pyramides’, « oasis de bien-être de lumière et d’espace, de vitalité et de convivialité » comme l’indique le site éponyme.

    Le samedi, les 7 premiers de l’open de 9 rondes étaient qualifiés pour un tournoi à élimination le dimanche. Laurent Fressinet, chouchou du Moingt-organisateur, était invité par icelui pour faire le huitième. Maxime Vachier-Lagrave l’a emporté en finale contre le jeune GMI brésilien Fier 1,5-0,5.

    L’open comportait une quarantaine de titrés et 100 patates venus se faire plaisir. Total : 143 joueurs ont terminé les 9 rondes jouées à la cadence de 15 min + 3 sec /coup pour un total de 15 000 euros de prix dont 3 200 euros de prix spéciaux. A titre de comparaison, 103 joueurs avaient terminé les Internationaux de blitz en janvier 2011 à Paris.

    Pourquoi une telle désaffection malgré la méga-pub ? Où étaient ces mécréants qui n’ont pas respecté la parole du site fédéral ? Réponse : dans leur club ou au ciné. Ils ont respecté comme un seul homme la parole du président Henri Carvallo dans ses vœux à la nation échiquéenne :  « …rien ne remplace toutefois le caractère humain et sociable de la vie d’un club. » Foi d’un président… qui participait à l’open.
    Internaute malheureux, tu ne jouais pas aux Pyramides ? Tu as glosé sur ce tournoi  comme l’ont fait les nombreux pseudonymes de france-echecs ? Tu blitzais ailleurs comme moi ? Alors tape ligne suivante pour  bénéficier toi aussi d’une « oasis de bien-être de lumière et d’espace, de vitalité et de convivialité ».

    Lire la suite

  • Andersson et les ajournées (suite)

    Du temps où la cadence de jeu en compétition était de 2 h 30 min/40coups puis ajournement après les cinq heures de jeu, Andersson n’avait pas son pareil pour décortiquer, sauver, améliorer une position ajournée. Tout le monde le craignait. Dans le tournoi d’Hastings 1979-1980, joué à cheval sur Noël et le nouvel an, le jeune Anglais Short crée la sensation: il bat le Suédois. Short a quatorze ans. Il porte des chaussures jaunes à la Coluche, une écharpe et joue des ouvertures bizarres. C’est le grand espoir des échecs britanniques. Et bien sûr, la partie sera ajournée!

    short_simul_1976.jpg

     

     

    Short à 11 ans dans une simultanée contre Smyslov

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu