Avertir le modérateur

stefanova

  • Stefanova ne patauge pas dans le yaourt

    Sebag_r4_tb_09.jpgÉpilogue des départages du 22/11: Marie Sebag sortie
    Marie Sebag s’est fait « mopper » en quarts de finale (comme on dit en québécois) par la Bulgare Stefanova dans les départages (25 min + 10 s) par 2 à 0 de manière indiscutable. Au revoir le championnat du monde féminin, au revoir Khanty-Mansiïsk.

    - Techniquement, la première partie a été une comédie des erreurs réciproques comme analysé (en anglais) par le site de ChessBase.

    - Nerveusement, le commentateur (en anglais) du site officiel, l’ancien champion du monde Alexandre Khalifman, note que la Française « a montré beaucoup de nervosité dans les moments critiques » ; à ses côtés, une forte joueuse avec un accent russe (une sœur Kosintseva ?) renchérit : « Antoaneta a l’expérience des matches de départage. Elle en avait joué beaucoup pour accéder à la finale du championnat du monde qu’elle avait finalement remporté. »

    16 000 dollars nets (12 000 euros) étaient en jeu sur ces deux parties. La Française est repartie avec 9 600 euros nets selon la liste des prix de la FIDE.

    Photo : site officiel

  • Marie Sebag : l’attaque mammouth à Khanty-Mansiïsk

    Il fait -17° C dehors. Il y a près de 3 000 ans avant Jicé (Jésus-Christ), des chasseurs s’attaquaient aux mammouths à Khanty‑Mansiïsk, en Sibérie. Aujourd’hui, cette petite ville de 80 000 habitants, à pratiquement neuf heures de vol de Paris via Moscou, est devenue grâce au gouverneur local et à la FIDE un épicentre de tournois d’échecs majeurs.
    Le championnat du monde féminin par élimination directe de deux parties s’y déroule jusqu’au 2 décembre.
    Il comportait 64 joueuses sur la ligne de départ et a vu un grand nombre de favorites chuter.

    sebag,stefanovaMarie Sebag de quarts
    Marie Sebag, numéro un française et numéro 10 mondiale est en quarts de finale contre l’ex-championne du monde Antoaneta Stefanova.


    Dans la première partie jouée mardi, Stefanova était un peu mieux, mais elle s’est emmêlée les pinceaux. Marie Sebag, en mode ‘Secret Story’ agressif, avec une gestion du temps impeccable à l’approche du 40e coup, déroule des coups sans faute dès qu’elle a la main. Saluée par le commentateur russe du site, elle pousse la Bulgare à la faute puis à la gaffe. Les deux joueuses manœuvraient dur dans une partie Espagnole, mais la phase de « zeitnot » (crise de temps) a été fatale à la plus expérimentée Stefanova et favorable à la plus rusée, Sebag.

    Seconde partie : Stefanova, avec les blancs, doit absolument égaliser. Marie Sebag joue comme il faut : pas pour la nulle en « serrant les fesses » selon le jargon imagé des joueurs d’échecs. Au contraire, elle prend l’initiative au prix de un puis de deux pions ! Le roi de Stefanova reste au centre.
     Nous sommes dans la phase critique du manque de temps. Et Marie doit jouer des coups précis : dévier la dame adverse et encore sacrifier une pièce : une suite forcée de nulle est là. Marie a encore trois minutes, mais la pression à 20 000 dollars est trop forte. Pire : elle loupe une suite d’échec perpétuel (33…Td7) après avoir fait tout le jeu avec les noirs en sacrifiant des pions et finit par perdre. 1 partout. Les deux joueuses se départagent jeudi 22 en direct (avec analyses Houdini pour les profanes) à partir de 10 h, heure de Paris.

    Moralité : Stefanova n’a rien fait. Mais dès qu’elle a eu sa chance, elle a sauté dessus.

    Le parcours de Sebag
    « Coucou ! » C’est ainsi que Marie Sebag accueille ses correspondants sur Skype. Coucou, ce n’est pas ainsi qu’elle a accueilli ses adversaires sur l’échiquier. Ou alors si, quand le mat était proche.

    Ronde 1: Coucou et au revoir Mlle Berezina (Australie, 1 nulle et 1 victoire).
    R2 : Coucou, et au revoir Mlle Girya (Russie, 1 nulle et 1 victoire).
    R3 : Coucou et au revoir Mme Galliamova (Russie, 2 victoires).
    R4 : Coucou et au revoir Khanty-Mansiïsk: défaite contre Mlle Stefanova (Bulgarie 1-1 et 0-2 en départage, voir note suivante).

    Atteindre les quarts de finale pour quelqu’un qui n’a joué que vingt parties longues depuis septembre 2011, ce n’est pas si mal ! Marie Sebag s’était remise dans le bain au Cap d’Agde tout en accompagnant une ribambelle de gamins du club parisien animé par sa mère, Le Petit Pouchet. Elle y entraîne les plus forts.

    Khanty‑Mansiïsk : la foire aux dollars
    La finale se joue sur quatre parties. La gagnante empochera 60 000 dollars, la finaliste 30 000 dollars et les demi-finalistes 20 000 dollars chacune. Quant aux perdantes en quarts de finale, elles empocheront 12 000 dollars, la FIDE retenant 20% en guise de… taxe (point 3.9.2 du règlement).

    Oh Marie si tu savais…
    Les relations entre Sebag et la FFE sont aussi à -17° C. Certes le site fédéral annonce les exploits de la championne, mais juste devant la norme de MI d’un maître corse en devenir dans une usine à normes, les tournois First Saturday de Budapest. Pas grave, Marie Sebag s’est débrouillée seule pour son visa et son voyage. Et son meilleur entraîneur reste… elle-même et ses amis sur Skype. Le jour où Sebag aura un sponsor à la Vachier-Lagrave, elle grossira de 150 points Elo et pourra se prénommer Judit. En échange, elle devra se plier à l’exercice de la conférence de presse qu’elle a consciencieusement séché à K-M. Certes, elle ne parle pas russe...

    Rejouer les parties sur le site officiel

  • Allô, Marie Sebag? Ici Djack, Paris XVIIe

    Quoi ? Le « bientôt nommé par la FIDE maître international » Jacques Elbilia secondant de la championne française Marie Sebag au super tournoi féminin de – atchoum– Krasnoturinsk? Djack a juste eu le temps de me dicter ses codes d’immeuble; mais mon cerveau fatigué n’a pas imprimé.

    Rendez-vous est alors pris dans un cyber-café d’où Jacques appellait Marie. Un coup d’œil rapide sur le lieu: les dizaines de cartes prépayées semblent danser sur la devanture aguichante. Le monde entier est à portée d’oreille. À l’intérieur, des cabines cloisonnées protègent les internautes les uns des autres. Il fait trop chaud pour analyser plus avant.

    Où est mon Jacques? Deux secondes avant de m’auto-éjecter de l’étuve, croyant l’avoir loupé, je vois un type bizarre, dans une cabine téléphonique. L’air hagard, en sueur, assis de travers presque par terre sur un mini-tabouret, un téléphone dans une main et un ordinateur portable dans l’autre. Bingo! Voilà le Djack. On se croirait dans un dessin animé ou dans un film des Marx Brothers, au choix.

    À quelques milliers de kilomètres de ce XVIIe arrondissement black-blanc-beur, dans sa chambre, Marie Sebag écoute, demande, interromp. Djack parle fort. Marie parle plus. Les variantes défilent: « Mais de quelle position parles-tu ? » Il doit faire 35° C dans cette turne. J’attends dehors. Djack ressort un quart d’heure plus tard en nage.

    Cliquez ligne suivante.

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu