Avertir le modérateur

rapport

  • Sautron-Clichy: vous reprendrez bien une Coupe… d’Europe ?

    Clichy, champion de France par équipes et vainqueur de la Coupe de France était qualifié deux fois pour la coupe d’Europe des clubs se déroulant en Grèce à Rhodes (19-27 octobre 2013). Sautron, finaliste malheureux (0-3) en Coupe de France contre le même Clichy a donc pris la place du club de Châlons-en-Champagne, deuxième du Top 12 (championnat de France par équipes) et qualifié, mais qui a déclaré forfait.

    Le championnat d’Europe se joue en 7 rondes sur 6 échiquiers. Avec ses vedettes Vachier-Lagrave, Rapport et Tregoubov, Clichy n’a pas actualisé son site tandis que le petit poucet Sautron nous tient au courant à chaque ronde de ses aventures avec ses jeunes formés au club et le renfort du MI polonais Lubczynski (capitaine : Yannick Berthelot).

    Ce championnat est impressionnant car de nombreux GMI du top mondial sont présents : Caruana, Nakamura, Topalov, Kamsky… Classement final : qui sera le colosse de Rhodes ?

    Retransmission par match (échiquiers type DGT sans analyse)


    Apprendre la géographie mondiale et "mater" qui regarde ce blog et d'où, cliquez sur le géocompteur en bas de la colonne de droite ou ici.

  • Clichy champion de France

    Sans surprise, les tenants du titre ont récidivé à Haguenau. Ils ont fait même mieux : le titre était acquis une ronde avant la fin. Aucune des onze autres équipes n’a rien pu faire contre cette machine bien huilée. 

    Pourquoi Clichy a gagné ?
    Deux des meilleurs Français dans l’équipe – Vachier-Lagrave et Fressinet. Bacrot est resté fidèle à Marseille et a rejoint en route son équipe après son tournoi très difficile du Grand Prix.

    L’arrivée du jeune Hongrois Richard Rapport. Ce talent phénoménal âgé de vingt ans et vice-champion du monde junior 2012 a permis à Clichy de faire peur à tous.
    La marque de fabrique de Clichy a souvent été d’embaucher des étoiles montantes « au berceau », futures stars du top mondial.
    Le tarif est moins cher et cela secoue un peu les cadres. Ce fut le cas, par exemple, avec Michael Adams.

    Un pack de joueurs à plus de 2600
    C’est sûr qu’il faut les payer les plus de 2600 et leur voyage, mais au moins cela permet la permutation. Ainsi, MVL fut renvoyé au 5e échiquier dans le duel crucial contre Châlons-en-Champagne, finalement 2e.

    Mais attention, ce n’est pas une assurance tous risques. La preuve ? Les deux plus faibles Elo de Clichy, Tregoubov et Pelletier, ont perdu contre Châlons au 6 et au 7. Et on peut dire que Clichy n’a pas montré sa supériorité sur les 7 échiquiers étant entendu qu’au 8e le point était assuré. Lors de cette 5e ronde, la joueuse de Châlons (Benmesbah) avait déjà une position délicate au bout de 15 coups avec les blancs… (0-1, 29).

    Et après le départ de Jakovenko puis de Van Wely dans d’autres tournois, Clichy en avait encore sous la chaussette, mais le titre était en poche sur les dernières rondes.
    Skripchenko – compagne de Fressinet à la ville – est la machine à points de Clichy. Deuxième meilleure joueuse de France mais en pratique la meilleure au 8e (Sebag à Évry ne pouvait jouer au 8 à cause de la différence Elo avec ses « faibles camarades » des échiquiers 6 à 8).

    Archi-favorite pour battre les femmes des autres équipes ou les petits MI, elle a marqué 10 points sur 11 soit 1/5e des points de parties de l’équipe (54 victoires).

    Clichy : 4 défaites individuelles sur 88 parties
    En plus de jouer aux cartes le soir, Clichy aurait pu jouer à « qui perd une partie paye sa tournée ». Quatre parties sur 88 ont été perdues par le champion de France ! 54 gains, 30 nulles et 4 défaites en 11 matches.

    Le score aurait pu monter à 5 car Rapport était complètement perdant contre Andreï Sokolov (Mulhouse s’est pris 6-0), mais il a gagné. Les forts joueurs ont toujours de la chance.

    Quand on compare aux 8 parties gagnées par le dernier Migné, on se dit ces promus se seraient même fait étriller dans le fort groupe Est de N2. Ce top 12 n’est pas uniforme, pas adapté ou bien est-ce le championnat de France des budgets ?

    Quels sont les Clichois qui auraient dû payer leur tournée ?
    Trois d’entre eux dans le même match, celui pour le titre : Jakovenko et les deux « maillons faibles » de la meilleure compo, Tregoubov et Pelletier.

    La 4e et dernière est une blague – la défaite de Skripchenko, presque un cadeau fait à Vandoeuvre en guise d'adieu au Top 12. Elle perd la dernière ronde dans une position complètement gagnante à moult reprises face à Le Corre qui fait « tapis » à chaque coup. Bref, elle perd l’imperdable dans une partie de café (à ce niveau) pour un match sans enjeu remporté finalement 3-1.

    Vandoeuvre descend en Nationale 1 avec Grasse et Migné.

    • Le ronde par ronde échiquier par échiquier sur le site fédéral (lien direct*:) Heureux)


    Allô, fédé, non mais allô ?

    • Côté fédéral, à noter les erreurs lors la retransmission et donc des fichiers pgn sur les parties.
    • Absence totale de fiche biographique sur les joueurs ou les équipes. Les sites des clubs concernés ? Comme au jeu des chiffres et des lettres : « Pas mieux. »

    • Aucun "Comment marche le top 12" sur le site, ce que fait la fédé allemande à propos de son propre championnat.
    • Aucune signalétique dans la salle sur l’évolution des scores, mais bon suivi sur le Net à ce sujet.
    • Photos de la remise des coupes : pas légendées ET FLOUES. Prises avec un appareil mobile ?

    • On ne sait pas qui gagne quoi. Meilleur échiquier ? Meilleure perf ? Aucune information le lendemain de la compétition alors que le logiciel libre Chess Results nous calcule tout cela.
    • A part les coupes, et sauf erreur, les équipes ne gagnent rien. Ah si ! Clichy a le droit de dépenser plus d’argent en allant jouer la Coupe d’Europe.


    Clichy : pas un pli pour les futurs sponsors
    Sans vouloir tailler de costards à cette équipe de champions, un passage chez le tailleur s’imposera lors d’une prochaine photo, par exemple lors de la Coupe de France où Clichy est aussi archi-favori.

    Sur la photo de groupe (site fédéral), Pelletier est en tennis et tenue de sport (par chance, il n’est pas en sueur et sans raquette). Le seul joueur avec cravate est le capitaine Mullon. Aucun fer à repasser n’a pu être réquisitionné avant la photo pour les plis de pantalons des 4 costumés sur 9. Nous étions un dimanche, dans le monde fermé des 64 cases.

    Clichy 4 - 3 Chalons en Champagne

    g RAPPORT 2674 1 - 0 g DAVID Alberto 2584

    g VAN WELY 2689 1 - 0  g EDOUARD 2659

    g JAKOVENKO 2731 0 - 1  g SOKOLOV I. 2642

    g FRESSINET 2693 X - X  g KRASENKOW 2642

    g VACHIER-LAGRAVE  2718 1 - 0 m COSSIN 2509

    g PELLETIER 2599 0 - 1 g SALGADO LOPEZ 2598

    g TREGUBOV 2611 0 - 1 m DOURERASSOU 2464

    m SKRIPCHENKO 2430  1 - 0 mf BENMESBAH 2237

  • Mémorial Alekhine : Énormes victoires des Français contre Kramnik et Svidler

    vachier-lagrave,svidler,cheymolLes spectateurs s’en souviendront. Les internautres n’en croyaient pas leurs yeux. Et tous les autres ne se lasseront pas de rejouer les parties. Vachier-Lagrave a battu Svidler sur une Grünfeld... que Svidler a cherché à éviter.

    Il a perdu le fil alors qu’il restait une paire de tours, un cavalier blanc et un fou noir. Le Saint-Pétersbourgeois préfère les parties complexes. Maxime a passé un cap dans ce volet parisien. Il a pris son temps pour exécuter techniquement l’ouvrage et prendre provisoirement la tête avec +2 (2 victoires 3 nulles).

    Le plus énorme a été Laurent Fressinet. Avec les noirs, il joue une défense risquée, la Tchigorine (1.Cf3 d5 2.g3 Cc6 3.d4 Fg4) sur les conseils de son secondant hongrois Richard Rapport.
    Un bon rapport qualité/prix celui-là. Vice-champion du monde junior 2012 derrière Ipatov et devant Ding, ce jeune de 17 ans a le même culot que Fressinet au même âge en beaucoup plus fort. Une sorte de 'all in' au bluff contre Kramnik ? Un hommage rendu à Alekhine pour une partie pleine de feux d’artifice ?


    fressinet,rapport,cheymol,kramnikKramnik n’a pu jouer la visse sur le début Réti. Fressinet gambite un pion, fait le grand roque. Psychologiquement, c’est gagné car Kramnik n’est plus chez lui. En d’autres temps, il aurait relevé le défi et trouvé le chemin le plus stressant pour les noirs. Mais Kramnik paraît absent dans ce tournoi. En fait, il est chez, lui... à Paris, devant répondre à moult sollicitations.

    Revenons à la partie. Les noirs ont trop de jeu pour la pièce sacrifiée d’un point de vue pratique. Partie d’école : roi au centre, pièces non développées, colonnes h et g ouvertes pour les noirs. Tout y est et Fressinet est en mode automatique.

    Kramnik abandonne au 32e coup. Il s’est fait massacrer avec les blancs. Si l’on avait masqué le nom des joueurs, on aurait parié ni sur l’un ni sur l’autre. Fressinet ne gambite jamais. Kramnik n’a pas perdu avec les blancs une partie lente en moins de 32 coups depuis sa jeunesse !


    Oui, ce fut une journée mémorable et ensoleillée. Fressinet, toujours bonhomme, répond aux sollicitations des nombreux joueurs de clubs chassant l’autographe à la sortie. La presse russe n’en a fait qu’une bouchée. Il enchaîne dehors, toujours dans sa partie.

    Fressinet aussi vient de passer une barrière. Kramnik n’est plus là-haut sur la montagne du Elo et invincible avec les blancs. Avec son nouveau préparateur de potion magique, le Français pourra encore sûrement surprendre. A Saint-Pétersbourg, la lutte pour savoir qui est le patron sur l’échiquier sera rude.

    Pour le plus fort tournoi joué à Paris dans les temps modernes, ces cinq rondes furent une réussite. De belles batailles, pratiquement pas de nulles de camouflage. Anand en embuscade, prêt à bondir en mode tigre. Aronian revient quand on le croit perdu. Des Français prêts à bien faire devant leur public. Une organisation à 2900 Elo respectueuse du joueur amateur et de club. Coucou et merci aux sponsors russes Filatov et Timtchenko. Suite et fin du tournoi avec les quatre dernières rondes à partir de dimanche à Saint-Pétersbourg.

    Ronde 5
    Svidler-Vachier-Lagrave 0-1    
    Anand-Ding 1-0    
    Kramnik-Fressinet 0-1
    Guelfand-Aronian nulle
    Adams-Vitiougov nulle

    Parties commentées en anglais sur le site de ChessBase

    Vachier-Lagrave est seul en tête avec '+2' (2 victoires, 3 nulles soit 3,5 sur 5) suivi de quatre joueurs à '+1' (3 pts sur 5): Aronian, Adams, Fressinet, Guelfand.

    © Photos site Éric Cheymol

    Vous avez loupé le direct « off » du tournoi ? Lisez les gazouillis en moins de 140 mots avec quelques photos sur le compte twitter d’Echecs 64 (pas besoin d’ouvrir de compte).

    Dimanche, parties en direct à 12 h, heure de Paris
    Sur le site officiel et commentées en trois langues : anglais, français, russe.


    Sur whychess.com ou sur chessbomb avec des analyses de l’ordinateur Houdini.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu