Avertir le modérateur

nakamura

  • Kasparov, entraîneur « rebrousse-poil » 2011

    Un champion du monde entraîneur. Une fois de plus, Kasparov a innové en 2011. Toutes ses analyses dans les ouvertures qui dormaient dans son ordinateur ont été mises à la disposition de Carlsen. Mais Kasparov a perdu ses nerfs et a brisé le tabou : contacter Carlsen avant l’une de ses parties. Trop intrusif vis-à-vis du calme Norvégien qui l’a gentiment congédié avec la diplomatie de son papa.

    La seconde fois, Nakamura a bénéficié du million de dollars de son sponsor pour se payer Kaspi. Mais ‘Naka’ a fait ‘tapis’ très vite, précisant que Garri était bon dans la préparation des ouvertures, mais bon… Et puis, il ne supportait pas les remarques de GK sur la façon de vivre de Nakamura. Finalement, deux échecs pour un beau chèque histoire de financer les aventures risquées de Kasparov en politique intérieure russe.

    kasparov,carlsen,nakamura,shortShort, entraîneur lui-même pour arrondir ses fins de mois, a définitivement scellé les qualités d’entraîneur de Kasparov dans le dernier numéro de New in Chess (8/2011): Depuis sa retraite, Garri est devenu un personnage beaucoup plus conciliant, affichant jusqu’ici qualités insoupçonnées telles que la capacité d’écouter et de patience avec les autres. Mais un caractère autoritaire ne disparaît pas du jour au lendemain et il est évident qu’il est parvenu à prendre Magnus à rebrousse-poil. »

  • Top 16 : Evry beauty

    Le championnat de France par équipes de première division (‘Top 16’) a été remporté pour la première fois par le club d’Évry Grand Roque le 31 mai 2009. Les dernières minutes du match ont eu lieu dans une grande salle rectangulaire du chic club privé Les Pyramides, à Port-Marly, à 22 km à l’ouest de Paris et en contrebas du château de Monte-Cristo, dans le parc de la demeure d’Alexandre Dumas.

    Évry Grand Roque n’a jamais été inquiété: dans environ un match sur trois, fort de ses vedettes mondiales Nakamura et Svidler, le club ne concédait qu’une défaite sur l’un des 8 échiquiers. Les autres matches se terminaient par des boucheries sans os allant de 4-0 à 7-0.
    Seul Châlons-en-Champagne a relevé le menton en arrachant un match nul (3 victoires partout, les nulles ne comptent pas dans les matches par équipe) lors de l’antépénultième ronde en partie grâce ou à cause des défaites des ‘buteurs habituels’ Vachier-Lagrave (Évry) contre Cornette et de Sophie Milliet (Évry) contre le jeune Fabien Guilleux, un jeune qui prend son pied dans des parties techniques.

    La photo de famille des vainqueurs montre l’unité des coéquipiers tant sur le plan sportif que vestimentaire: la chemise est la même pour tous. Pour le reste, c’est Évry beauty version concours de jeans froissés. Mais avec la piscine à deux pas, les champions de France ont des excuses: ils n’étaient pas les seuls. Voir le compte rendu de l’intérieur sur le site d’Évry Grand Roque et en passant l’excellent entretien vidéo avec le champion des États-Unis, Nakamura, 21 ans.

    V.O des rencontres sur le site fédéral

    Lire la suite

  • Cap d’Agde: droit d’ôteur et histoire de son!

    Sur les 86 parties rapides et de départage jouées au récent tournoi du Cap d’Agde, 11 parties manquaient à l’appel. Disparues, pas encore recherchées par les gendarmes. Les organisateurs les ont rendu aux z’amateurs. Elles étaient planquées dans un coin d’ordinateur. Comme il n’y a pas de droit d’auteur aux échecs, régalez-vous en téléchargeant le fichier pgn! Et pour tout savoir des couacs sonores de la finale, des énervements d’Ivantchouk et de la remise des prix hilarante de ce grand tournoi bisannuel, cliquez sur suite.

    Lire la suite

  • Cap d’Agde: allô technique bobo !

    L’Américain Nakamura a gagné en finale du tournoi de parties rapides du Cap d’Agde contre l’Ukrainien Ivantchouk. Un non match prévu en deux parties. Une nulle, une victoire dans un fauteuil contre un Ivantchouk absent. Deux parties super techniques sans intérêt. Les commentateurs du direct avouaient ne rien comprendre (Vachier-Lagrave, Conquest) et la retransmission a failli. D'abord pour les « spectateurs du bar », ensuite pour les internautes.

    Au moins, on les entendait mettre de l’ambiance quand l’écran daignait (re)fonctionner et leur donner le spectacle gratuit auquel ils avaient droit. Quant aux commentaires sur l’Internet, le streaming nous délivrait de l’eau dans le gaz. Il a simplement implosé lors de la seconde partie: plus de son des commentateurs et plus d’images des joueurs. Au moins, un abonnement à EDF-GDF est béton. Le spectacle final livré par la CCAS, le comité d’entreprise d’EDF et accessoirement le plus riche de France, n’a donc pas tenu ses promesses pour les internautes. Merci qui? Merci la technique et un peu les deux finalistes également. Seuls les spectateurs présents dans la salle ont dû se régaler, et encore.

    Quant aux parties de la ronde 6 et 7 du groupe A, merci qui? La technique et son budget colossal. Elles ont disparu pour les siècles des siècles. Il faut dire qu’au Cap d’Agde, les « pantallas » (écrans) dénommaient les joueurs « jugador 1 » et « jugador 2 ». Que mierda! Lors du direct de la première partie, on entendait le pauvre MI Arnaud Payen ramer et presque blêmir pour rattraper le coup. No way. Lors de la seconde, on lui a coupé la chique sur l'Internet.

    Du coup, une tangente blitzique au tournoi open de l’APSAP, dans le XIVe arrondissement de Paris, s’imposait. Aux commandes de l’organisation, l’ineffable DD alias André Clauzel, également président de la ligue d’IDF.
    DSC00116.JPGPas de chichis, avec toutefois un « jugador » de marque: le GMI espagnol Vallejo Pons participait! Arrivé avec deux rondes de retard et donc 0/2, il a gagné 7 parties de suite dont la dernière ronde contre le maître FIDE Emmanuel Neiman. Manu a refusé la nulle. La cause? Ses boules Quiès après une partie de rêve mais le vent commençait à tourner...

    Dans ce tournoi de parties longues, le spectacle a eu lieu: pendant la partie avec une crise de temps et une position tendue, et durant l’analyse post-mortem où « Paco » a montré l’étendue de ses connaissances… et de sa modestie. Pas besoin d’un budget colossal pour avoir du spectacle sur l’échiquier. Il suffit de quelques « jugadores » et/ou GMI sympathiques. Et sans écran qui plante.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu