Avertir le modérateur

muffang

  • Les rediffusions de juin-juillet 2006-2012

    On trouve vraiment de tout dans les archives de ce blog. Climatisation, liste des prix, l’art de faire mat, top 12 ou 16, certains sujets ne vieillissent jamais ! Même Fischer a décidé de quitter les pulls un jour et d’adopter le costume. Et il nous explique pourquoi !

    muffang,clauzel,roos,fischer,ffe,top 12,top 16,forfaitiste

    22/07/2012 DD Clauzel : au revoir la ligue

    19/07/2012 Le loto du Elo au cht de Paris A et adoptons le « bye »

    24/07/2011 L’Art de faire mat : ne dites plus échec et mat mais diez !

    19/07/2010 La forfaiture des fortaitistes

    22/06/2009 Clim' des chts de France : Le principe de Nîmes-so-vite

    27/06/2008 Top 16 à Top 12 : Daniel Roos la FFE

    20/07/2007 Fischer : l’habit a fait le moine (des échecs) !

    19/07/2006 André Muffang, grand champion, vente historique


    Les derniers tweets à lire sur le compte twitter d’Echecs 64

    • Dourerassou en route pour la norme de GMI à Pardubice.
    • Norme de MI de Pauline Guichard alias Sœur Sourire à Condom.
    • Depuis le 8/7, la FFE est sur Twitter. Aucune nouvelle postée, pas même une photo présidentielle.
    • Dieppe: Attention, Agdestein arrive...
    • Manuscrits d’Alekhine : une partie fantastique
  • Décès de Michel Roethel

    mr_saintmande.JPG

    Michel est décédé mercredi 10 novembre 2010 à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, à Paris. Il avait 84 ans. Parti pour un contrôle de routine, il n’est pas revenu. Pour les joueurs d’échecs, Michel était un ancien du championnat de France qui s’était remis à la compétition dans les années 1990. Il restait intarissable sur la vie des échecs des années 1950 et 1960, notamment avec les matches entre les clubs parisiens de Caïssa et de Rive Gauche.

    Pour les collectionneurs des livres de Jules Verne, Michel Roethel était LE libraire spécialisé et expert assermenté près la Cour d’Appel de Paris. Et pour moi, il est l’un de mes meilleurs amis. Sa boutique rue Lagrange, toute proche de Notre-Dame, où l’on ne rentre que sur rendez-vous, attirait les curieux, les collectionneurs ou les amoureux du livre ancien, comme ce fut le cas, une fois, avec une visite impromptue du président Mitterrand en exercice, venu en voisin.

    C’est avec une tristesse infinie que j’ai appris la nouvelle de sa femme Maxime Verron-Roethel, mercredi matin. Une cérémonie a eu lieu jeudi 18 novembre 2010 à 14 h 45 au Crématorium du Père-Lachaise.

    L’homme, le professionnel, le joueur.

    Hommage de Roland Lecomte, (texte à télécharger)
    cliquer ligne suivante (photo: © Club de Saint-Mandé)

    Condoléances à envoyer à:
    Librairie Jules Verne/Maxime Verron-Roethel
    7, rue Lagrange
    75005 PARIS
    Tél: 01 43 25 59 70

    Lire la suite

  • La combinaison du week-end

    medium_Tim-Api.JPG


    Timmer – Apicella, Cht de Paris, 1988

    Les noirs jouent et gagnent.

    Il ne suffit pas de voir la bonne suite, mais de calculer toutes les variantes et ramifications. Pour vous encourager, André Muffang (1897-1989) a trouvé, quelques mois avant sa mort, cette combinaison. Le champion de France 1931 était alors quasiment aveugle. À peine avais-je terminé de lui dicter l’emplacement des pièces sur son échiquier sensitif (le cavalier à c6) à la suite d’une interview, qu’il trouvait a tempo cette combinaison d’extra‑terrestre...
    Voir son portrait dans L’Almanach 1988 des échecs (Payot, 1989) où il y a également un compte-rendu complet de la victoire de Joël Lautier au championnat du monde junior, à Adélaïde. Joël avait 15 ans.

    Solution: cliquer sur ‘Lire la suite’ ligne suivante.

     

    Lire la suite

  • André Muffang, grand champion, vente historique

    L’odeur des archives. Parmi les cartons où dorment depuis plus de dix ans quelques livres d’échecs, j’ai retrouvé un bijou. Un truc que je croyais de seconde importance. Un truc que l’on relègue au fond d’un carton de bouteille lors des choix cruels au moment d’une réinstallation parce qu’Ikea vous livre des bibliothèques de moins de trois mètres de haut. Il s’agit du catalogue de la vente Muffang ; André Muffang. Premier maître international français avant Aldo Haïk (et non GMI avant Kouatly comme je l’ai écrit ici par erreur). Seul Français, en dehors d’Alekhine, à avoir battu Capablanca en ‘quick play’, çàd en parties rapides.

    medium_niclay10.JPG

    Ce catalogue compte tous ce que ses héritiers ont désiré céder lors d’une mémorable vente en enchères en 1989, à l'hôtel des ventes, à Drouot. C’est là que j’ai vu pour la première fois le docteur Jean Mennerat, le plus grand collectionneur de livres d’échecs de France. L’un des plus grands du monde. C’est là que s’est vendu un exemplaire du LucenaDamiano, l'un des plus vieux manuscrits d'échecs acquis 400 000 francs par un acheteur anonyme.

    Drôle d’atmosphère. Fascinante. J’avais acheté quelques livres en allemand, langue peu prisée, livres rares. Le grand collectionneur Lothar Schmid (arbitre de Fischer-Spassky, 1972) était là. Les prix s'envolaient.

    Quelques mois auparavant, j’avais eu la chance de rencontrer M. Muffang. Comme tout le monde, je le croyais mort. Mais un copain à moi, par un de ces hasards abracabrantesques, connaissait bien sa petite-fille, Mathilde. Quand j’ai bu un pot avec elle, mon pote était indisponible.

    Il m’avait mal épelé le nom de ce « super grand maître ». Pour en avoir le cœur net, j’y étais allé par curiosité. Pour la jeune femme aussi, évidemment. Mais quand elle a décliné l’identité de son grand-père, je suis tombé à la renverse. Elle ne mesurait pas l’étendue du talent énorme de son grand-père. Moi non plus d’ailleurs. Quelques jours plus tard, je suis allé rendre visite à celui que Mme Chaudé appelait "maître Muffang". Veuf, M. Muffang vivait dans une résidence médicalisée où il avait ses appartements, rue Thibouméry, dans le XVe arrondissement de Paris.

    J'ai alors compris. Quasi aveugle, il était parvenu à résoudre a tempo une combinaison monstrueuse que Manuel Apicella venait de placer avec les noirs dans le championnat de Paris.

    La suite ? L’interview de maître Muffang et le détail de cette rencontre inouïe se trouvent dans L’Almanach des échecs 1988, un bouquin publié chez Payot, coécrit avec Jeep [Jean-Pierre Mercier] et qu’on ne trouve presque plus. J’avais fait parvenir l’interview à M. Muffang avant la publication du livre. Il l'avait amendée en quelque sorte. Et quand le livre a paru, je lui ai envoyé un exemplaire. Son fils m’a répondu par un coup de fil : son père était décédé entretemps.

    Quelques mois plus tard, la collection Muffang s’est vendue à Drouot. Très cher. André Muffang était un grand collectionneur. Il avait également eu des responsabilités au sein de la FIDE. Il était un grand ami de Mme Chaudé, du club Caïssa. Il avait des archives. Le fils de M. Muffang me les a confiées pour que je les donne à la fédération. J’ai donc appelé Jean-Claude Loubatière, alors président de la Fédération, avec qui je n’entretenais pas spécialement de bons rapports à l’époque. Je revois encore M. Loubatière arriver au siège de Libération lors de l’un de ses passages à Paris. Malgré nos désaccords, quelque chose s’était passé entre nous grâce à cette vieille paperasse, du temps où le français était vraiment l’une des langues officielles de la FIDE.

    Pour finir, j’aime bien ce catalogue. Cet oiseau est élégant. Et il contient une grande partie de l’histoire des échecs.

    medium_niclay11.JPG
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu