Avertir le modérateur

leroy

  • Décès d’Adrien Hervais

    Le champion de France des malvoyants Adrien Hervais est mort dans la nuit du 14 juillet 2016 suite à un arrêt respiratoire. Il avait 35 ans. Il avait perdu la vue à 4 ans et était dans un fauteuil roulant depuis ses 18 ans.

    Pendant des années, son père Alain lui a lu des bouquins de théorie. Adrien dévorait le peu de littérature spécialisée en braille. Avec le temps et la pratique des tournois, Adrien était devenu un adversaire coriace jusqu’à dépasser la barre des 2000 Elo.

    Bilan: 12 titres de champion de France avec parfois des « prépas » mitonnées par l’ex-Rouennais, son « pote » le GMI Arnaud Hauchard. Fidèle à Rouen, Adrien était devenu le président de Rouen-Echecs et se cassait souvent la tête pour rameuter des joueurs pour les matches en Nationale II.

    Ceux qui ne le connaissaient pas réagissaient vis-à-vis de ses handicaps comme bien relaté dans un article de Libération… Les joueurs d’échecs pouvaient au moins le voir autrement : le classement Elo ne ment jamais sur une longue période.

    Pour ceux qu’Adrien appelait « ses potes » avec son franc-parler, son humour décapant et sa gouaille, toute conversation pouvait partir dans n’importe quelle direction sur tout sujet et parfois pour très longtemps. Ce mec gai adorait la vie et ne renonçait jamais. Combien de fois avait-il appelé ici et là pour mener à bien le championnat d’Europe des déficients visuels que Lyon et l’équipe de Christophe Leroy finirent par accueillir en 2015.

    Le handicap à la FFE ? En dehors de ses performances récurrentes où il n’avait pratiquement pas d’opposition, il voulait désormais s’impliquer : il avait rejoint la liste Bachar Kouatly pour les élections fédérales de décembre 2016.

    A ses parents Monique et Alain et à tous ses proches, Echecs64 présente ses plus sincères condoléances.

    Voir les différents hommages rassemblés en liens sur la page spécialisée de la FFE

    Quand Adrien Hervais présente son visiobraille lui permettant d'animer son émission de radio.

  • Le CD a cédé : ri-Lyon un peu

    Réunion fédérale ce week-end pour prendre de grandes décisions Cela fait un bail que la FFE sait que son bail à St-Quentin-en-Yvelines échoit bientôt et coûte 58 000 euros par an.

    Alors déménageons. Direction provisoire: être accueilli dans le nid douillet de Lyon Olympique Échecs, 350 membres au compteur, ze club du secrétaire général et ex-vice-président Christophe Leroy.
    La FFE va à Lyon? Comme dans la chanson, on dirait le sud. Peut-être même avant d’arriver en Corse, non c'est une blagounette. Quitte à être démocratique, la FFE a donné le choix au CD entre Lyon ou Lyon.

    De nombreuses années sous le règne du président Moingt17 cumulées avec celles du président Salazar, ajoutées à l’envie de changer d’ère? Le directeur général Laurent Vérat s’en va. Entre bosser à 4 minutes 30 s de chez lui claquement de portière compris et vivre dans la deuxième ville de France, il a préféré la variante "élan-court", c’est-à-dire négocier une rupture de contrat conventionnelle et rester maison.

    Deux jours après la réunion historique feutrée, le compte rendu fédéral n’est toujours pas publié. Le brave ex-bénévole ex-dédommagé et ex-viré de la FFE Sylvain Rivier est intervenu sur un forum privé (d’imagination) tandis que l’arbitre Stéphane Escafre alias Arbitro plante ses banderilles et promet un compte rendu exhaustif. Pendant ce temps-là, le licencié regarde à peine ces joutes.

    La version en moins de 140 caractères depuis dimanche sur twitter ze blog.

  • La chronique quotidienne de Libé supprimée

    « Mercier remercié. Libé : une chronique échec et mat. Chronique échecs : rien ne va plus. » Vous ne lirez pas l’un de ces titres avec un jeu de mots plus ou moins discutable dans un prochain Libération. Mais le résultat est là : la dernière chronique quotidienne tenue par Jean-Pierre Mercier et consacrée au jeu d’échecs dans Libé a paru le samedi 30 juin 2012. Elle s’est arrêtée au numéro 7507. En passant comme on dit aux échecs, les mots croisés sont aussi restés sur le bord de la chaussée.

    Un communiqué de remerciements aux deux rédacteurs – quatre lignes non signées – a été publié sous la grille du sudoku et du mot carré (qui restent) dans cette même édition. La direction de Libération n’a pu être jointe. Elle ne m’a pas rappelé. Ironie, problème de calibrage, préposé au prépresse endormi ou manque de communication ? Ces quatre lignes ont « mangé » les quatre dernières lignes d’adieu de la chronique. Pfff…

    Historique de cette chronique, décédée à 24 ans et le pourquoi du comment d’un quotidien qui a fait la part belle aux 64 cases, cliquer ligne suivante.
    Publier un commentaire ou lire ceux des autres

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu