Avertir le modérateur

lecomte

  • Décès de Roland Lecomte

    L’ancien journaliste Roland Lecomte est décédé le 3 octobre 2016. Pour quiconque a lu Europe Échecs des années 1960 à 1990, c’était le spécialiste des nouvelles internationales et le reporter présent sur tous les fronts.

    Quand le joueur Bachar Kouatly administra sa fameuse baffe à Gilles Andruet lors du National à Alès, en 1984, Roland était là. L’actualité étant totalement plate ce jour d’été 1984, l’AFP reprit l’info et tous les journaux embrayèrent.

    Roland avait débuté sa carrière à Combat, un quotidien clandestin né pendant la Seconde Guerre mondiale que le jeune débutant Lecomte rejoint au début des années 1950.

    Il fera toute sa carrière à l’Agence France Presse ; il logeait dans un endroit réduit avec ses camarades du service ‘écoutes’ dont le Russe Serge Mazenkine. Ainsi, les informations importantes publiées par d’autres agences sur les tournois ou les champions d’échecs étaient de première main.

    Roland assista à tous les petits et grands événements, du rapatriement (d’Estoril) des cendres d’Alekhine au cimetière Montparnasse en passant par les championnats de France ou au Festival des Jeux de Cannes qu’il affectionnait particulièrement.

    Lecomte.jpgCes dernières années, il s’était mis à Facebook, ce qui lui permettait de maintenir le lien avec famille et anciennes connaissances. D'ailleurs, j’étais allé pas mal de fois chez lui, à Sevran, lui mettre d’équerre son ordinateur.

    Roland était un très bon vivant (deux croisières Europe Échecs et tant de repas) et avait toujours une anecdote dans sa besace sans jamais se prendre au sérieux.
    C’est un sacré monument qui s’en va mais aussi un ami. Alors que nous nous étions perdus de vue, nous nous croisons par hasard dans le XIVe arrondissement vers 2003. Il venait plusieurs fois par semaine faire les courses pour sa mère centenaire, restée à la maison. Lui demandant pourquoi il avait le bras éraflé, il avait répondu quelque chose du genre « j’ai fait du ski sur le bitume » avant de m’avouer qu’on lui avait arraché sa sacoche qu’il n’avait lâchée que devant l'arrivée « d'une borne têtue » en béton alors qu'il était traîné par terre. Allez, salut ma vieille.

    Voir aussi l’article ‘Lecomte est bon’ publié ici à l’occasion de la sortie de son livre.

    7 octobre : Funérarium de Santilly Goussainville à 9h30 puis messe à 10h30 à Vaudherland (Essonne).

  • La chronique du Figaro supprimée

    La chronique d’échecs du quotidien Le Figaro a été supprimée le
    31 décembre 2011. Le maître international Aldo Haïk la tenait depuis juin 1977 suite au décès du chroniqueur précédent, le problémiste Camil Seneca.

    La chronique a-t-elle été abattue par les tirs d’un Rafale ? Les échecs sont-ils de gauche ? La raison est plus pragmatique et dans l’air du temps : le coût. Aldo faisait en effet partie des quinze plus anciens salariés du journal. La chronique a donc été victime d’un tueur de coûts – un ‘cost-killer’ anonyme, forcément anonyme dans une période où ce grand journal se consacre plutôt à la politique.
    « Quand on m’a appelé pour m’annoncer la nouvelle, ils ne savaient même pas ce que je faisais, je n’avais plus de chef de rubrique depuis les derniers remaniements » témoigne Aldo Haïk joint ce jour par téléphone.

    Oui, Aldo a été un numéro parmi les quinze. Oui, Aldo a raison. Le jeu d’échecs s’impose dans les journaux de l’intérieur, par réseautage. Et c’est un combat. Les rédacteurs en chef ou dirigeants ne mesurent pas à quel point une rubrique peut déclencher un acte d’achat ou la fidélisation au-delà des préférences politiques du lectorat.

    Tous les anciens chefs d’Aldo qui auraient pu le sauver n’étaient plus là ou avaient été licenciés. Tous ceux qui avaient vécu la période Kortchnoï, Karpov, Kasparov. Tous ? Seule Mme Kramnik née Germon connaît les échecs : cette journaliste est encore salariée du Figaro et fut cornaquée à ses débuts par le maître quand elle écrivait sur le jeu.


    haïk,seneca,le figaro,el fani,chaudé,apicellaLes débuts d’Aldo au Figaro
    Quand Camil Seneca décède dans sa 75e année le 28 juin 1977, la patronne du cercle Caïssa joue les intermédiaires et propose à Aldo de prendre la suite. Ce dernier prépare les chroniques hebdomadaires sur le modèle de son illustre prédécesseur : une partie commentée, un problème avec un diagramme et des nouvelles. Mais il joue beaucoup, est rarement en France et envoie tout par courrier.

    Ce n’est qu’à son retour en septembre qu’il constate que ses chroniques ont été publiées avec la mention ‘par intérim’  « car ils ne savaient pas si je voulais continuer. La chronique de Seneca était très lue car on pouvait suivre les tournois comme le championnat de France ou le championnat de Paris au jour le jour. Elle donnait plein de détails comme les horaires d’ouverture de Caïssa ou des annonces sur les tournois » se souvient Aldo.

    « Ce n’est qu’en 2000 qu’ils ont passé la rubrique quotidienne sauf le lundi tout en conservant le format de la rubrique hebdo. »
    Et puis, est venu le temps du formatage. Les rubriques voisines comme le bridge ou le sudoku étaient sous-traitées et rendues trois semaines à l’avance. Le monde aussi a changé, camarade. On trouve toutes les nouvelles sur le Net. La rubrique est malgré tout restée quotidienne, mais sous forme d’un diagramme comportant une combinaison ou un problème.

    Aldo s’était mis à la page en créant son propre site Internet avant 2000 et en signant la rubrique avec sa propre adresse e-mail.
    Aujourd’hui, il est comme tant d’autres : en préretraite, et payé comme s’il travaillait. Le journal de Monsieur Dassault conduit par Étienne Mougeotte a donc sous-traité le salaire de son ex-salarié à l’Agence nationale pour l’emploi. Joli coup à méditer.
    Mauvaise nouvelle pour une rubrique dans un journal si prestigieux.

    Anecdotes sur Marcel Dassault, Aldo dans son lycée, la chronique de Seneca et sa photo, cliquer ligne suivante.

    Lire la suite

  • Un long week-end de crise... dans les archives

    Internaute impatient, tu ne penses qu’à ton classement Elo, tu veux débrancher des informations sur la crise du vrai monde comme du jeu en direct sans succès pour l’instant? La recette: aucun détour chez le pharmacien, pas de substance illicite, ni de passage dans un lieu bénéficiant de la licence IV.

    Panneau de configuration/Souris/Permute le bouton de la souris que tu utilises habituellement. Cela fait travailler les méninges! Abstinence du
    site Europe Échecs. Abstinence du site fédéral.

    Posologie: surfe sur Echecs64, site né le 22 mars 2006, à l’aide des mots-clés, des catégories, mois par mois ou toi par toi comme dirait Péniblet.

     Il n’y aura pas de bouchon sur cette route virtuelle: seulement de franches parties de rigolade et de l’agacement parfois. Bonne route et en voiture pour la route des archives!

     fischer

     

    Quelques incontournables depuis mars 2006

    • Beaucoup d’infos sur Fischer : son entretien touchant dans le talk show du célèbre Dick Cavett sur ABC, quelques mois avant son match contre Spassky, en 1972.
    • Le décès de Michel Roethel en novembre 2010 et un long texte à télécharger lui rendant hommage, signé Roland Lecomte.
  • Décès de Michel Roethel

    mr_saintmande.JPG

    Michel est décédé mercredi 10 novembre 2010 à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, à Paris. Il avait 84 ans. Parti pour un contrôle de routine, il n’est pas revenu. Pour les joueurs d’échecs, Michel était un ancien du championnat de France qui s’était remis à la compétition dans les années 1990. Il restait intarissable sur la vie des échecs des années 1950 et 1960, notamment avec les matches entre les clubs parisiens de Caïssa et de Rive Gauche.

    Pour les collectionneurs des livres de Jules Verne, Michel Roethel était LE libraire spécialisé et expert assermenté près la Cour d’Appel de Paris. Et pour moi, il est l’un de mes meilleurs amis. Sa boutique rue Lagrange, toute proche de Notre-Dame, où l’on ne rentre que sur rendez-vous, attirait les curieux, les collectionneurs ou les amoureux du livre ancien, comme ce fut le cas, une fois, avec une visite impromptue du président Mitterrand en exercice, venu en voisin.

    C’est avec une tristesse infinie que j’ai appris la nouvelle de sa femme Maxime Verron-Roethel, mercredi matin. Une cérémonie a eu lieu jeudi 18 novembre 2010 à 14 h 45 au Crématorium du Père-Lachaise.

    L’homme, le professionnel, le joueur.

    Hommage de Roland Lecomte, (texte à télécharger)
    cliquer ligne suivante (photo: © Club de Saint-Mandé)

    Condoléances à envoyer à:
    Librairie Jules Verne/Maxime Verron-Roethel
    7, rue Lagrange
    75005 PARIS
    Tél: 01 43 25 59 70

    Lire la suite

  • Lecomte est bon

    RL.JPGRoland Lecomte fut un inlassable journaliste d’échecs; de sa chronique dans Combat à sa carrière à l’Agence France Presse à partir de 1970 où il créa un service spécialement dédié aux échecs en passant par ses nombreuses collaborations dont Europe Échecs, il fut le point d’information incontournable pour nombre de joueurs... et de problémistes.

    Étude de Vitaly Halberstadt,
    Combat
    15 novembre 1954
    Les blancs jouent et gagnent

    Car le dada de Roland, ce sont les problèmes, les mats aidés, les inverses et tutti quanti. Avec son livret de 64 pages, Lhistoire authentique dinédits sortis de loubli, Roland Lecomte rend hommage aux œuvres, aux hommes célèbres (Seneca, Sélesniev, Halberstadt, Chéron) comme aux autres dont seuls les spécialistes n’ont pas oublié le nom.

    Et les problèmes d’échecs servent de fil rouge à ce livre unique. Roland reconstruit les pierres du temps avec les problèmes, les inédits comme les oubliés, mais aussi avec de nombreuses photos, anecdotes sur la vie des joueurs de club, des grands champions comme des problémistes. À l’ombre de vedettes comme son pote l’acteur Michel Constantin, de sa propre famille ou d’illustres inconnus, le trait est juste, souvent émouvant sous un air faussement détaché 'à la Lecomte'. Et ses bons mots vous tombent dessus comme une attaque de mat ou un 'Indien' dont vous auriez trouvé la 'clé' pourrait-on dire en langage problèmistique.

    RL1.JPGExemple: Son oncle Albert, généreux donateur mais « le type même de la mazette grand format » avait noué son destin avec une Belge, la tante Zulma. Le portrait et la vie de ce couple sont racontés avec une verve extraordinaire.
    Ce drôle de mélange entre fac-similés, télégrammes, photos souvenirs où l’on met un visage sur le nom d’un compositeur de problèmes ou photos de famille nous montre au fond, qu’aux échecs comme dans la vie, la famille puis ensuite les familles, forgent le bonhomme. Et a fortiori les premières années d’apprentissage (aux échecs) avec ses ambiances, ses relations.

    Mais ce qui est fascinant au-delà, par exemple, d’une photo où l’on voit un Christian Caminade trentenaire à la Maison des échecs (un club aujourd’hui disparu), c’est tout ce que ce livre ne montre pas, ne dit pas: très peu de jeunes dans ce monde des 64 cases, des champions tirés à quatre épingles, les échecs dans les cafés, la fumée omniprésente, le fonctionnement en bande et la communication fervente autour d’analyses ou de la venue de champions soviétiques vécue comme l’arrivée de dieux vivants... venus d
    un autre monde: lURSS.

    Ce chouette petit livre de 64 pages fait le grand écart entre le XIXe et le XXIe siècle. Car ne rigolez-pas: à plus de huit ans (y adjoindre un cinq), l’ami Roland surfe sur lInternet, correspond avec son monde de problémistes et la muse de tout ce monde devenu virtuel: le logiciel WinChloe, l’équivalent du ChessBase pour les joueurs. Et naturellement, il continue de composer quelques problèmes, de communiquer avec les problémistes et revues du monde entier tout en vous glissant son expression favorite: « Eh, tu m’en mettras une caisse! ». Mais ça, ce n’est pas dans le livre. Pourtant c’est ici que débute  l’histoire secrète et inénarrable du bonhomme même, un personnage réellement « grand format ».
    Et personnellement, j
    attends le même livret mais sur les grands tournois, les échecs français, les anciens champions et sur la face cachée de celui qui signait ses dépêches AFP 'RL' quand je débutais dans le journalisme: « Eh, tu m’en mettras une caisse! ».

    Prix du livre: 10 euros, pour tous publics, profanes, néophytes jusqu'au grand maître en la matière. A lire sans modération. Comment se le procurer et voir la solution de cette étude d’Halberstadt, cliquer ligne suivante.

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu