Avertir le modérateur

ipatov

  • Top 12 : un top 11 presque imaginaire

    Le championnat de France par équipes se joue à 12 équipes de 8 joueurs dont 1 Française obligatoire. Une fois de plus, une équipe a déclaré forfait (Marseille) et l’on se contente d’un top 11 avec 12 rondes jouées à la suite sans journée de repos, une équipe étant « exempte » à tour de rôle. Royal au bar pour la communication !

    Les joutes se déroulent à Saint-Quentin (Aisne). Elles sont organisées par ‘TPH’, le club local Les Tours de Haute Picardie promu cette saison en Top 12. En dehors des articles dans la presse locale, les médias nationaux ou spécialisés sont notoirement absents. Ouf, il reste le monde virtuel et re-ouf, le suspense est inexistant : Clichy va remporter son 12e titre.

    La FFE retransmet les parties en direct sur l’Internet. Aucune biographie de joueur n’est disponible, pas même sur les sites des clubs. Aucune statistique, rien, nada. Quelques gros z’Elo du top 100 mondial sont présents dont les trois meilleurs Français Vachier-Lagrave et Fressinet (Clichy) et Édouard (Bischwiller). Le quatrième mousquetaire Bacrot a été renvoyé dans une calanque, il jouait pour le forfaitiste Marseille.

    Bon, pas la peine de tourner autour du pot de certaines superbes parties de Vachier-Lagrave (MVL) ou d’enchaîner sur un reportage vidéo presque imaginaire dans le sublime palais de Fervaques qui héberge ce championnat de France des clubs. Regardons plutôt cette compétition telle qu’on ne vous l’a jamais racontée.

    La compote du matin
    C’est la « compo », la composition de l’équipe. Autrement dit, chaque capitaine doit délivrer dans la matinée à l’arbitre l’ordre des échiquiers. La FFE fait bien les choses et en informe  les internautes à partir de 10h pour des parties retransmises dès 14h30. Le plus dur? Se lever paraît-il...

    Sebag dans son film
    Alors que je regardais en direct une partie (plus tard perdue) par Marie Sebag, ma fille, peu au fait des retransmissions en direct et pas joueuse du tout me demanda : « Tu joues contre la fille de Secret Story ? »
    C’était notre quart d’heure : pas de plan média, pas de top 12 anonyme, envoyons plutôt nos bataillons de féminines gratter des super prix dans la télé-réalité.


    All in ou All fight?
    Petite bataille nocturne entre deux grands maîtres ; l’un était alcoolisé, l’autre se prenait pour un kick-boxeur. Pointe : une vidéo de l’événement circule sur les réseaux sociaux !

    Diego chez Walt Disney
    Faute de frappe mortelle dans un texto d’un proche du président fédéral Diego Salazar : Diego est devenu Dingo. Il est vrai que le Top 12, c’est le monde merveilleux de toutes les équipes gentilles qui flambent l’argent public pendant 11 jours.

    Soirée de gala
    Il y a eu une « soirée de gala ». Des capitaines ont sagement couché leur féminine. Enfin, ils ont essayé.

    Drôles de dames
    Dans la partie Ragger (Bischwiller)-Moussard (Évry) de la 4e ronde, les blancs ont joué avec deux dames entre le 27e et le 66e coup, où ils ont enfin administré le mat.


    Saut à l’élastique

    Le grand maître Ipatov (Bois-Colombes) est aussi un spécialiste du saut à l’élastique. La soirée de gala, on lui aurait promis un saut à l’horizontal : s’il atteignait la plus jolie fille du coin, il était déclaré champion.
    Ipatov a sagement refusé et a joué en blitz contre un autre GMI. L’enjeu ? La féminine la plus accessible du top 12 selon lui. Résultat ? Rentrés couchés très tôt tous les deux, score sur l’échiquier inconnu.

    Page spéciale fédérale

    Appariements et résultats

  • Ipatov : sauter d’une tour de 233 mètres n’est pas jouer

    Faire parler dans les médias des échecs se fait toujours par des moyens détournés, sauf en Russie. Le champion du monde en titre, le grand maître Ipatov en est persuadé. En tournée de promotion à Macao, il a réalisé le 18 juin un saut à l’élastique de la grande tour de Macao : 233 mètres tête en avant.

    2013_Ipatov_Macao_jump.jpgIpatov est d’origine ukrainienne. Tout comme Kariakine, il s’est expatrié. Il n’a pas choisi la Russie, mais la Turquie qu’il représente désormais aux Olympiades. Ce grand maître de 19 ans vend son image et ses services grâce à l’Internet, et avec succès (100 dollars de l’heure en ligne pour lui parler).

    Dans les interclubs français, il a joué 4 parties en Nationale 1 pour Bois-Colombes. Ce club monte en Top 12.



    Fiche Wikipédia d’Ipatov

    Son site officiel en quatre langues avec sa page Facebook, compte twitter et son  blog.

  • Mémorial Alekhine : Énormes victoires des Français contre Kramnik et Svidler

    vachier-lagrave,svidler,cheymolLes spectateurs s’en souviendront. Les internautres n’en croyaient pas leurs yeux. Et tous les autres ne se lasseront pas de rejouer les parties. Vachier-Lagrave a battu Svidler sur une Grünfeld... que Svidler a cherché à éviter.

    Il a perdu le fil alors qu’il restait une paire de tours, un cavalier blanc et un fou noir. Le Saint-Pétersbourgeois préfère les parties complexes. Maxime a passé un cap dans ce volet parisien. Il a pris son temps pour exécuter techniquement l’ouvrage et prendre provisoirement la tête avec +2 (2 victoires 3 nulles).

    Le plus énorme a été Laurent Fressinet. Avec les noirs, il joue une défense risquée, la Tchigorine (1.Cf3 d5 2.g3 Cc6 3.d4 Fg4) sur les conseils de son secondant hongrois Richard Rapport.
    Un bon rapport qualité/prix celui-là. Vice-champion du monde junior 2012 derrière Ipatov et devant Ding, ce jeune de 17 ans a le même culot que Fressinet au même âge en beaucoup plus fort. Une sorte de 'all in' au bluff contre Kramnik ? Un hommage rendu à Alekhine pour une partie pleine de feux d’artifice ?


    fressinet,rapport,cheymol,kramnikKramnik n’a pu jouer la visse sur le début Réti. Fressinet gambite un pion, fait le grand roque. Psychologiquement, c’est gagné car Kramnik n’est plus chez lui. En d’autres temps, il aurait relevé le défi et trouvé le chemin le plus stressant pour les noirs. Mais Kramnik paraît absent dans ce tournoi. En fait, il est chez, lui... à Paris, devant répondre à moult sollicitations.

    Revenons à la partie. Les noirs ont trop de jeu pour la pièce sacrifiée d’un point de vue pratique. Partie d’école : roi au centre, pièces non développées, colonnes h et g ouvertes pour les noirs. Tout y est et Fressinet est en mode automatique.

    Kramnik abandonne au 32e coup. Il s’est fait massacrer avec les blancs. Si l’on avait masqué le nom des joueurs, on aurait parié ni sur l’un ni sur l’autre. Fressinet ne gambite jamais. Kramnik n’a pas perdu avec les blancs une partie lente en moins de 32 coups depuis sa jeunesse !


    Oui, ce fut une journée mémorable et ensoleillée. Fressinet, toujours bonhomme, répond aux sollicitations des nombreux joueurs de clubs chassant l’autographe à la sortie. La presse russe n’en a fait qu’une bouchée. Il enchaîne dehors, toujours dans sa partie.

    Fressinet aussi vient de passer une barrière. Kramnik n’est plus là-haut sur la montagne du Elo et invincible avec les blancs. Avec son nouveau préparateur de potion magique, le Français pourra encore sûrement surprendre. A Saint-Pétersbourg, la lutte pour savoir qui est le patron sur l’échiquier sera rude.

    Pour le plus fort tournoi joué à Paris dans les temps modernes, ces cinq rondes furent une réussite. De belles batailles, pratiquement pas de nulles de camouflage. Anand en embuscade, prêt à bondir en mode tigre. Aronian revient quand on le croit perdu. Des Français prêts à bien faire devant leur public. Une organisation à 2900 Elo respectueuse du joueur amateur et de club. Coucou et merci aux sponsors russes Filatov et Timtchenko. Suite et fin du tournoi avec les quatre dernières rondes à partir de dimanche à Saint-Pétersbourg.

    Ronde 5
    Svidler-Vachier-Lagrave 0-1    
    Anand-Ding 1-0    
    Kramnik-Fressinet 0-1
    Guelfand-Aronian nulle
    Adams-Vitiougov nulle

    Parties commentées en anglais sur le site de ChessBase

    Vachier-Lagrave est seul en tête avec '+2' (2 victoires, 3 nulles soit 3,5 sur 5) suivi de quatre joueurs à '+1' (3 pts sur 5): Aronian, Adams, Fressinet, Guelfand.

    © Photos site Éric Cheymol

    Vous avez loupé le direct « off » du tournoi ? Lisez les gazouillis en moins de 140 mots avec quelques photos sur le compte twitter d’Echecs 64 (pas besoin d’ouvrir de compte).

    Dimanche, parties en direct à 12 h, heure de Paris
    Sur le site officiel et commentées en trois langues : anglais, français, russe.


    Sur whychess.com ou sur chessbomb avec des analyses de l’ordinateur Houdini.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu