Avertir le modérateur

howell

  • 104e championnat de Grande-Bretagne

    Le cent quatrième championnat de Grande-Bretagne a débuté le 29 juillet dans la station balnéaire de Llandudno (Nord du Pays-de-Galles), ville jumelée à Wormhout, dans la banlieue de Dunkerque. Cela a l’air vraiment cool, notamment les 700 m de longueur du Pier, mais bonne chance pour prononcer correctement le nom de cette ville:)

    Les plus forts joueurs de l’Empire britannique sont présents dans cet open de neuf rondes réunissant une trentaine de joueurs et joueuses titrés.

    Ronde 2: lancement de la partie Gawain Jones (GMI) et Longson (MF), 1-0.

    2017Brit_ch.jpg

    Lire la suite

  • Olympiades : ne pas perdre pour gagner

    Comment jouer des matches sur 4 échiquiers quand on représente son pays ? C’est une savante combinaison de forme et d’agencement des couleurs. La pression avec une centaine de nations présentes, quelques dizaines de vrais amis sont le miel de ce grand rendez-vous.

    Un seul mot d’ordre : concentration et préparation. Le capitaine est là pour soulager les joueurs, allez chercher l’information pour que 4 mousquetaires plus 1 remplaçant ne se consacrent qu’au jeu.

    Qui préfère jouer avec les noirs ? Telle nation est obligée de jouer avec son plus gros Elo au premier échiquier (Angleterre avec Adams ou l’Arménie avec Akopian). Les appariements échiquier par échiquier mis en ligne le matin sur le site des Olympiades donnent déjà un tas d’informations.

    Prenons le match France-Angleterre de la 4e ronde de ce jour.

    La France joue avec les blancs au 1er échiquier. C’est déjà un petit avantage.

    1. MVL-Adams
    ‘Mickey’ Adams n’est pas un cadeau avec les blancs. Maxime Vachier-Lagrave, après une superbe victoire (blanche) contre Topalov à la ronde 3, perd rarement avec les blancs.

    Le match se jouerait donc « derrière ».

    2. Jones
    (champion de Grande-Bretagne)-Fressinet
    En 2012, les deux hommes se sont affrontés dans une partie sans risque. Et Fressinet a la réputation de tenir avec les noirs.

    3. Édouard-Short : aucun pronostic possible. Short peut tout jouer et surtout jouer des sous-lignes dans son style classique. Édouard a déjà frisé la correctionnelle dans ces Olympiades, mais a un style enjoué fait d’initiative et d’attaque.
    Pronostic : « J’adoube ». Short est redoutable avec les deux couleurs, surtout quand il se met à jouer « le bonhomme ». Il aura donc à cœur de valoriser son expérience contre le jeune Édouard qui pète la forme suite à son championnat de France.

    4. Howell-Bauer
    Non, Christian ne va pas jouer …b6 dès l’ouverture tout de même ! Mais le match peut se jouer sur cet échiquier. Bauer a sauvé une nulle on ne sait trop comment hier en sacrifiant la qualité pour regagner les cases noires. C’est vraiment une anguille. Mais Howell est une machine à calculer. Il voudra prendre sa revanche sur sa partie contre Feller aux dernières Olympiades...
    Souhaitons-lui toute l’énergie possible dans ce duel ; le capitaine lui a fait confiance malgré la partie acrobatique d’hier et les conditions dans lesquelles il joue suite au drame qui l’a touché.

    Capture d’écran du capricieux direct
    Bauer a fini par annuler contre la Bulgarie, mais a-t-on tous les coups ? La position sur le 4e échiquier montre quand il sacrifie la qualité – avec déjà deux pions de moins – pour dominer les cases et un fou f1 débile (ce qui veut dire faible en espagnol).

    Le direct d’Istanbul à partir de 14 h. Je vous souhaite de bonnes parties.

    vachier-lagrave,mvl,fressinet,bauer,édouard,short,jones,adams,howell,olympiades,istanbul

  • Vachier-Lagrave champion du môônde junior

    21 ans après le titre de champion du monde junior de Joël Lautier, le Parisien Maxime Vachier-Lagrave a accroché le drapeau français à la liste des champions du monde. En rattrapant le Biélorusse Zhigalko à la dernière grâce à une victoire avec les blancs sur une vieille connaissance, le Russe Andreïkine, Maxime est arrivé premier au départage. Le règlement ne tolère qu’un seul vainqueur.

    max5_sourit.jpgCe tournoi avait pourtant tout du piège. Il se déroulait du 22 octobre au 3 novembre 2009 au bout de notre monde, en Patagonie argentine, beau port de pêche et de tourisme, à Puerto Madryn. Maxime (lunettes et souriant sur la photo - rare!) se devait de gagner – il était le favori au Elo – et avait donc la pression et des points Elo à risquer. Mais la chance a souri à l’audacieux. Après mûre réflexion entre cette compét' et une autre en équipe de France où le capitaine Joël Lautier devait faire son premier 'Domenech', il a plongé. Dans ses bagages: son secondant Arnaud Hauchard (à gauche sur la photo) dont le voyage a été financé par la fédération.
    Idée probablement inspirée de la télé-réalité, mais sans webcams ni tee-shirts mouillés: la FFE a logé Maxime, Hauchard et l’autre junior Clément Houriez (à droite sur la photo) dans la même chambre... L’idée sera sûrement reprise pour un prochain Comité directeur: chambre double voire triple pour tous et on ne se tape plus la cloche! Objectif: économies d’échelle. Ronfleurs à la Hauchard bienvenus! Mais arrêtons de critiquer: Les jeunes ont adoré. Si si. Cela aurait cimenté l’esprit d’équipe. Houriez était même content de se "sacrifier pour l’initiative" et de laisser le meilleur lit au champion. Résultat: bonne ambiance et Maxime au top de sa forme! Selon lui, il a mal joué... Il coiffe pour quelques points de départage une fusée biélorusse du nom de Zhigalko, accro du blitz sur le site de ChessBase… tout autant que Maxime l’est sur le site américain ICC.

    Suite du compte-rendu avec  tableau, parties, brèves et info spéciale Nigel Short en cliquant ligne suivante. L’album photo de la colonne de droite n’aurait pu être mis en ligne sans les talents de la Luxembourgeoise Fiona Stella-Antoni (nice people sur la photo), présente sur place. Elle nous a autorisé à piocher parmi les 200 photos de l’événement (!) publiées dans son Facebook. Qu’elle en soit remerciée.

    Vous en redemandez encore ? OK, alors dans la prochaine note, rafraîchissement de mémoire pour tous. Client: Joël Lautier à Adélaïde, en 1988. Lui n’était pas du tout favori. Mais sa volonté soulevait des montagnes. Il est devenu le plus jeune champion du monde junior de tous les temps à 15 ans. Exploit qui lui valut un sponsoring de 150 000 euros (1 million de francs) d’une société immobilière française, tout comme Kamsky d’ailleurs.
    Film de son parcours, tableau de résultats, brèves, que sont devenus ses adversaires et les réactions dans la presse internationale de l’époque. "Pas mal, pas mal..."(©Laurent Gerra)

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu