Avertir le modérateur

hamdouchi

  • Olympiades : la FFE dit ‘no’ à Nino

    Nino Maisuradze, championne de France 2013 grâce à une victoire au départage blitz sur Mathilde Congiu n’est pas sélectionnée en EDF (équipe de France) pour les Olympiades de Tromsø débutant le 1er août.
    Le courant n’est apparemment pas passé avec le sélectionneur, le GMI Cornette. Pour info, le champion de France Hicham Hamdouchi n’a pas été pris non plus dans l’équipe masculine, même pas pour couper les citrons.

    Tout débute par un chouinage public de Nino elle-même sur sa page Facebook. Le sélectionneur Cornette aurait justifié son choix par un génial et diplomatique « ton niveau est inférieur aux autres ». Bon…

    Les « amis » de la toile s’en offusquent. La FFE se réveille et la contacte ou la fait contacter pour demander de bouche fermer. Mais Nino, elle sait pas fermer sa bouche. Alors, la réplique est venue comme un boomerang ce 29 juillet sur le site de ChessBase, qui fait une bonne pub sur ce coup… un vrai coup de comm’ de la championne de France !
    Plus prosaïquement, elle viendra défendre son titre sur l’échiquier lors du championnat de France fin août à Nîmes.

    Echecs64, toujours en embuscade virtuelle, a réalisé une interview presque imaginaire sur cette non sélection où la seule règle – comme dans d’autres sports collectifs – est dans les mains du seul sélectionneur.

    *****

    Echecs 64 : Alors, Nino, heureuse de rester sur le banc de touche ?
    Nino M. : Je suis FIER du choix de la France par la voix de son sélectionneur. C’est normal, FIER, c’est le nom de mon grand maître de mari. Il est brésilien. Lui, il était fu-rieux. Il m’a dit en portugais, à la brésilienne : c’est la « li-qui-da-sa-on to-tchal ». En fait, il m’a arnaqué, ça veut dire « les soldes ». J’ai failli tomber dans le piège.

    Echecs64 : Tu prends toujours tout avec le sourire. Même ton titre l’an passé, où tout juste après avoir accouché, tu as joué tout le tournoi sans perdre de parties longues.
    Nino : En fait, ça me fait beaucoup rire, mais je vais me plaindre à François.

    Echecs64 : François Ier ?
    Nino : Non, tu sais, je suis une globe-trotteuse des tournois. Je vais demander direct à François Hollande. D’ailleurs, je l’ai rencontré à Tbilissi, va voir la photo sur Chessbase.com.
    Il m’a à la bonne, mais lui aussi n’était pas content. Le président fédéral l’a écarté pour faire l’équipe de France féminine, tu te rends compte ?

    2013_maisuradze_Nancy.JPGEchecs64 : Tu vas suivre les Olympiades ?
    Nino : Oui, en direct sur l’Internet. Je veux voir ce que feront les copines sans moi. Je veux, une fois pour toutes, en avoir le « corps net ».

    Echecs64 : Finalement, il n’y a pas que sur Facebook que tu veux te faire des « amis ».
    Nino : Regarde les entraîneurs, ce sont aussi des joueurs en activité ! Mazé et ‘Corps-net’ vont tous deux participer au National à Nîmes, quelques jours après l’Olympiade. Mazé devra donc se battre contre les 3 joueurs qu’il aura supportés, Bacrot, Fressinet et Édouard.

    Echecs64 : Merci Nino pour cette interview presque imaginaire.

    ***

    Dossier complet du bin’s et le point officiel sur Europe Échecs

    Les chances de l’EDF à Tromsø
    9e au classement sur la ligne de départ avec Sebag, Milliet, Guichard, Collas et Congiu, l’équipe de France devra probablement, sans Skripchenko, se surpasser pour dépasser la 5e place légendaire obtenue à Calvià en 2004.

    Un vrai stage d’hommes, zéro stage pour les femmes
    Au nom de l’égalité des chances, pas de stage avant les Olympiades pour l’équipe féminine. Les hommes, les vrais, les durs, les tatoués en avaient eu un... risible : il n’y avait que 3 joueurs sur 5 et 2 entraîneurs !

    Photo issue de la vidéo de Nancy Echecs 2013.

  • Équipe de France : interview de Sébastien Mazé

    La France est vice-championne d’Europe par équipes de 4 derrière l’Azerbaïdjan et devant… la Russie ! Le tournoi s’est déroulé du 7 au 18 novembre 2013 à Varsovie. Battue sur le fil à la 9e ronde par la Russie qui revenait de nulle part, elle fête une deuxième place après avoir été en tête tout le tournoi.

    Joie, bonne ambiance, symbiose avec le capitaine et le préparateur, on se demande pourquoi la FFE n’avait pas trouvé avant une telle formule magique. L’ancien entraîneur de l’équipe de France, licencié récemment, pourra s’en inspirer lors de lointaines responsabilités. Et les anciens responsables aussi car les joueurs ne demandaient qu’une chose : jouer pour la gagne.

    Ils se connaissent tous depuis des années et ne jouent pas vraiment pour une haute récompense. Cette deuxième place a rapporté 9 000 € à la fédération, ce qui a permis de partiellement répartir les primes équivalentes à chaque joueur du fait de ce bon résultat : un peu plus de 4 000 € chacun.

    Avec un impardonnable retard, Echecs64 parle de l’événement. Le nouveau champion du monde Carlsen et notre champion du monde vétéran Vaïsser attendront. C’est pourquoi nous avons posé dix courtes questions au capitaine : le GMI Sébastien Mazé.

    La consigne était : « Réponses impertinentes et dans la déconne. » Pitaine a encore réussi ! Il est arrivé au moins deuxième !

    Echecs64 : Salut Seb. Ton pseudo est mazetovic sur twitter. Comment s’est passée la préparation des cinq mousquetaires avant la compétition ? Réunion de choc à la fédé, suivi des matches de foot avec MVL, footing à Clairefontaine, stage de hors-bord en Corse ?
    Sébastien Mazé : Cette année, on n’a pas trouvé le financement pour le hors-bord en Corse ! Plus sérieusement, on espère faire un stage tous ensemble avant les Olympiades [août 2014 à Tromsø, Norvège.]


    Echecs64 :
    La FFE a annoncé l’absence de Fressinet pour « raisons personnelles ». On supputait sa présence aux côtés de Carlsen, mais ce dernier a affirmé qu’il n’avait « qu’un marteau » (le GMI Hammer) comme secondant. Avec Fressinet, c’était la médaille d’or ou la mauvaise ambiance assurée dans l’équipe du fait d’une rivalité Bacrot-Fressinet sur l’échiquier ?

    SM : L’époque des rivalités est révolue. Laurent était occupé cette année, mais sans aucun doute, il sera là l’année prochaine.

    Echecs64 : Combien de fois avez-vous chanté ‘Étienne, Étienne’ avant de décider de le mettre au 1 en bloqueur plutôt que d’envoyer MVL planter ses banderilles ?
    SM : Plusieurs compos étaient possibles mais on a opté pour l’expérience d’Étienne au 1. Par contre, on a pas mal chanté Papayou de Carlos !

    Echecs64 : Combien d’heures par jour dormait Gozzoli resté en France ?
    SM : Yannick récupère encore, quinze jours après la fin de la compétition. Il a effectué plusieurs nuits blanches de travail pendant le tournoi.

    Echecs64 : Y a-t-il eu une frayeur du type : « Mon joueur ne s’est pas réveillé, il va arriver 20 s en retard et on se prend une bulle à cause de la règle zéro tolérance ? »
    SM : Pour les joueurs, pas de frayeurs ! En revanche, pour donner la compo à 8 h du mat, c’est une autre histoire...

    Echecs64 : A propos de bulles, à quelle ronde est arrivé le président fédéral ? A-t-il amené son champagne ?
    SM : Diego est arrivé à la ronde 7 [Azerbaïdjan-France, 2-2] avec une sacrée bonne humeur et une grosse envie de gagner.

    Echecs64 : Quels étaient les restaurants préférés de l’équipe ? On a vu sur Facebook des photos de MVL se bâfrer de brochettes. Cela faisait Obélix, mais en version Mickey Mouse pour le format.
    SM : On a trouvé le meilleur resto Sushi d’Europe ! Du coup, c’est devenu notre QG.

    Echecs64 : Comment expliquer la baisse de régime de Tkachiev dans le match contre la Russie ?
    SM : Vlad a joué en moyenne 7 h sur ses 8 parties ! Il n’a pas baissé de régime. Il était au top tout le tournoi, mais il est tombé sur un grand Andreikin.

    Echecs64 : Même si on ne refait pas le match, vous avez envoyé une boîte de chocolats à Van Kampen après qu’il ait raté un gain évident dans une finale T contre C contre Morozevitch, ce qui permet à la Russie de gagner contre les Pays-Bas au lieu du match nul et qui aurait du coup changé l’appariement de la dernière ronde ?
    SM : Van Kampen était déçu lui-même qu’on l’ait laissé tranquille. Mais c’est vrai que c’est un tournant.

    Echecs64 : Quelles sont les cinq parties mémorables de l’EdF que tu vas agrafer dans ta chambre et qui rallumeront une tonne de souvenirs ?
    SM : Les parties de Romain et Vlad contre l’Ukraine [Édouard-Efimenko 1-0, Moissenko-Tkachiev 0-1]. Un régal.
    Les parties d’Étienne contre Mamedyarov (nulle) et Aronian (défaite). La première de toute beauté et la seconde, un gros ascenseur émotionnel. Et les deux boucheries de Max contre la Grèce et l’Arménie.


    Échecs64 : Médaille d’or d’Édouard au 3e échiquier. Franchement, pour celui que Lautier appelait « la chèvre », il n’a pas forcé son talent *:D La banane !
    SM : Je crois qu’il n’était pas trop en forme ?

    Merci Sébastien, à bientôt dans le cyber-espace ou en observateur au stage de hors-bord !


    Page FFE dédiée avec photos

    Site officiel

    Chess-results : Tous les résultats dans tous les sens, équipes, échiquier par échiquier etc.

    Et l’équipe de France féminine ? A joué sur la case i9. Tournoi raté. Interdit de rire, cliquez ligne suivante.

    Lire la suite

  • Varsovie : les mousquetaires font leur marché

    Après 6 rondes sur 9, la France est seule en tête au championnat d’Europe par équipes sur 4 échiquiers. Pour une fois, la force fait l’union et non pas l’union fait la farce comme déjà vu. Parmi les gros z’Elo, seul Fressinet est absent : il doit passer des nuits blanches à travailler pour Carlsen, cloîtré dans une chambre d’hôtel à Chennai.

     En attendant, nos mousquetaires font leur marché contre des équipes fortes mais pas favorites. En effet, les gros calibres comme la Russie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan et la Géorgie ont multiplié les faux pas par des matches nuls voire perdus et se sont parfois neutralisés.

    Dans l’intervalle, les Français ont gagné 5 matches : 4 grâce à une courte victoire d’avance (et 3 nulles) contre la Slovénie, le Belarus, la République tchèque et la Grèce. L’Ukraine (sans Ponomariov et Ivantchouk) a pris un 3-1 tandis que la Hongrie de Judit Polgar (3e échiquier et en l’absence de Leko, secondant d’Anand à Chennai) prenait un match nul (4 nulles).

    vachier-lagrave,mvlAu 1, Bacrot fait draw : hormis le premier match, épargné contre la Slovénie, Étienne Bacrot bloque. Il a enchaîné 5 nulles dans un style : « On ne passe pas. » C’est du propre et du pro.

    Au 2, Vachier-Lagrave, pas (encore) grave joue des parties compliquées et longues. Quelques (petites) frayeurs, mais tout est sous contrôle car l’ambiance est excellente dans l’équipe. On a connu moins bien… Il se rattrape via des batailles de commentaires sur twitter avec Short, Giri et d’autres à propos de la 4e partie du match Anand-Carlsen.
    Accessoirement, des photos postées sur Facebook montrent l’appétit de l’échiquier n° 2.

    MVL incite les ‘twittos’ (personnes ayant un compte twitter) à encourager l’EDF.
    L’idée de faire monter Bacrot en bloqueur et MVL en buteur potentiel est excellente et s’est concrétisée à la 6e ronde du 14/11 contre la Grèce où il a été le seul à marquer.


    Au 3, le Roi Édouard est en super forme : 3 victoires et 3 nulles. Et surtout jamais en danger. Bon pour le moral, culture de la gagne pour l’équipe, le capitaine local Sébastien Mazé a de quoi se réjouir.

    Au 4, Tkachiev a marqué 2 fois. On dirait qu’il n’aime plus ces dames ! Il aurait pu marquer un but supplémentaire dans une finale… de dames gagnée (D + pion f et h contre D seule). Mais la cadence, la fatigue et le match déjà gagné pour l’équipe l’ont conduit à la nulle. Ses parties longues l’ont sûrement fatigué, ce qui sera un facteur de risque pour les trois dernières parties.

    Au 5, Hamdouchi n’a joué que 2 fois (deux nulles). Il rentrera si et seulement si l’un des quatre mousquetaires est épuisé.

    A trois rondes de la fin, le championnat débute en fait. C’est la grandeur et la décadence du système suisse par équipes. Les grosses cylindrées ont commencé à s’entretuer ou à se neutraliser. La France a tiré son épingle du jeu et optimisé.

    Mais maintenant, même en cas de défaite l’EdF jouera du bon, du beau mais il ne faudra pas jouer du bonnet :
    Azerbaïdjan-France pour la 7e ronde du 15/11 ! Elle a l’occasion de monter sur le podium, ce qui serait grandiose.

    Résultats par échiquier ronde par ronde.

    Parties en direct à partir de 16 h

    Site officiel

  • Hamdouchi 88e champion de France

    Hicham Hamdouchi est devenu champion de France à l’issue des deux parties de départages contre Jean-Marc Degraeve alias ‘Jim’. Hamdouchi perd deux parties contre Sokolov et Édouard, mais a aligné 6 victoires et 2 nulles.

    De son côté, JIM n’a perdu qu’une partie (contre Romain Édouard), mais n’a aligné que 5 victoires dont 4 contre les 4 derniers (Le Roux, Vaïsser, Cornette, Sebag) dans son légendaire style « d’écrase-patates ».

    La dernière ronde fut toutefois palpitante : il dut ramer 107 coups avant de marquer le face à Le Roux, qui a loupé une suite de nulle (90.Rf3 et transfert du fou sur la diagonale a2-g8).

    En finissant tous deux ex æquo avec 7,5 sur 11 (+6 =3 -2 pour Hamdouchi et +5 =5 -1 pour Degraeve), le départage s’imposait le 23/8 à 14 h, soit quatre heures après le début des opens.

    Les départages : « on n’analyse pas les blitz »
    Selon le vieil adage, « on n’analyse pas les blitz », aucun commentaire n’est nécessaire quant aux parties de départage jouées en 15 min + 5 s : nulle dans la première et gain blanc d’Hamdouchi dans la seconde.

    Après 11 rondes à une cadence classique, un jour de repos, des conditions sympa de jeu pour 12 champions faisant parfois des simulacres de parties avec des nulles masquées, pourquoi faire des départages durant moins d’une heure pour un titre qui n’a aucune valeur marchande hormis un nom dans des tablettes ? Le ou les ex æquo sont oubliés et ont-ils moins de mérite ?
    Il n’y pas de système parfait et s’il faut désigner un seul vainqueur, autant jouer aux échecs, mais jouer à une cadence différente est une vraie loterie.

    Le roi Édouard doublé sur le fil
    Malgré leur demi-point de retard sur le leader Édouard après la 9e ronde, Degraeve et Hamdouchi avaient deux dernières rondes relativement favorables comparativement à Édouard qui les avait battus :

    Degraeve-Sebag (1-0, 71) et Le Roux-Degraeve (0-1, 107) ;

    Wirig-Hamdouchi (0-1, 64) et Hamdouchi-Cornette (1-0, 39) ;
    Édouard-Bauer (=, 36) et Tkachiev-Édouard (1-0, 65).


    Grille du National sur le site FFE

    Parties à télécharger ou visualiser sur le site fédéral

    Christian Bauer déconcentré car sur ses terres ?

    En dehors de l’an passé, C. Bauer a été champion de France en 1996. Depuis, il a mangé du Bacrot et un tas d’autres hommes en forme dans le National. Alors pourquoi le Lorrain n’a-t-il pas scoré cette année – comme Degraeve – dans ce championnat faible sans les Fressinet, MVL et Bacrot ?

    Petite « Secret Story »
    Marie Sebag est restée jusqu’au bout malgré sa dernière place. On pouvait craindre qu’elle ne quittât cette si belle cité après des débuts difficiles. Mais non. Son mérite est finalement d’avoir montré la voie à toutes les joueuses : pour progresser, il faut jouer des tournois forts voire très forts et ne pas se cantonner dans les tournois réservés aux femmes ou rester vissée à l’échiquier « féminin » en équipe. Ainsi soient-elles.

    Des défaites, des hommes peu en forme
    Parmi les sept premiers, Hamdouchi, Bauer et Wirig ont encaissé 2 défaites… et l’un d’eux est champion de France. Assez rare dans un championnat de France.

    Accession et National : on ne départage pas pareil !
    Les prochains « bleus » du National seront Chabanon et Roser. ‘Chab’, connaît la musique du National. Il a outrageusement dominé le tournoi en s’offrant le luxe de perdre la dernière ronde contre le cadet Jules Moussard.

    Il termine avec 8,5/11 (+7 =3 -1) suivi de Roser et Mullon à 8.
    Roser est qualifié pour le National grâce à un demi-point de départage ou 3 points de perf Elo ; j’ignore le règlement, d’ailleurs, ce point n’est pas indiqué pour le non-initié.

    Grille de l’Accession

    Si la France a supprimé la guillotine tardivement, elle reste à l’œuvre pour la qualification de l’Accession vers le National : pas de confortable départage en partie rapide devant une foule ébahie alors que ce système existe pour désigner les titres de champion de France jeunes.

    L’enjeu est pourtant de taille : en quoi le 3e du tournoi, ex æquo avec le 2e, est-il ‘out’ et doit retenter sa chance l’an prochain ?


    Ce règlement est quelque peu insultant pour les joueurs de l’Accession ; aucune considération, on laisse un obscur et volatile départage décider de qui va monter dans le National, le prestigieux tournoi. On prend les deux premiers et basta. Vite un comité machin pour réfléchir sur le sujet.

    Épris des prix
    On m’a annoncé que le premier prix du National féminin (remporté au départage par Maisuradze face à Congiu) était de 4 000 €. Pas de nouvelle officielle, sauf pour les joueurs sur place car tous les prix de tous les tournois étaient affichés à Nancy. On dirait que l’argent est sale.

    Certes, la FFE n’a pas non plus annoncé officiellement le salaire du nouveau président, mais ce n’est pas une raison. Ainsi, on aurait pu faire un ratio avec le ticket d’entrée payé en milliers d’euros par la ville de Nancy sans compter la mise à disposition des infrastructures etc.
    Nouvelle équipe certes, mais pour les prix, on plonge la tête dans le sable comme les autres années. « Redonnons la parole à la transparence ? »

    Heureusement, le blog du Canal Saint Martin a photographié la liste des prix de tous les tournois. C’est ici et merci à lui!

  • Thibault Meynard: c’est lui l’patron?

    Ronde 5 de l’Accession du championnat de France à Caen: Thibault Meynard, 25 ans et 2267 Elo rate son tournoi: il a 1 point sur 4. Il joue contre le benjamin Guillaume Lamard. La position est égale, mais Thibault Meynard, grand admirateur du comique Rémi Gaillard a fait un pari: il veut crier, comme son idole dans une vidéo désopilante à une table de poker: « C’est moi le patron! »

    Tous les joueurs de l’Accession sont concentrés. Meynard donne alors sa dame en un coup en frappant sur la pièce et la pendule. Il se lève soudain et crie trois fois: « C’est moi l’patron! Je vous emmerde tous?! » L’arbitre Variniac accourt, lui demande de se taire. Meynard répond à la Gaillard en le regardant droit dans les yeux par: "OK?"

    Résultat: un premier avertissement. L’arbitre lui dit que son tournoi est fini, il n’est pas apparié pour la ronde suivante. Meynard, qui a raté son début de tournoi, n’insiste pas pour rejouer. Mais l’affaire prend une tournure « National ».

    Meynard a fait un pari: s’installer à la table de Dorfman lors de la dernière ronde du National le 25 août et lui proposer nulle. Meynard est en embuscade dans la coulisse. Mais Dorfman a quitté momentanément la table de jeu, son adversaire Hamdouchi réfléchit. Meynard n’attend plus: il débarque sur la scène du National, déguisé avec un masque, une perruque flashy et s’installe sur une table libre, celle où Vaïsser et Lagarde, leaders du National B, ont fait nulle en 7 coups à une ronde de la fin.

    meynard,delboë,rémi gaillard,vaïsser,lagarde,dorfmanMeynard joue une partie seul ayant pris soin d’ajouter les dames préparées pour la promotion. Avec 4 dames sur l’échiquier, c’est « lui l’patron ». L’arbitre Boyd arrive. Meynard le renvoie peu aimable: « Touche pas à mon masque! ».

    Cinq minutes se passent... et rien ne se passe. Bacrot reste concentré comme un monstre dans sa partie contre MVL. La sécurité arrive enfin. Un gros bras course le jeune Thibault qui slalome entre les tables. Des joueurs comme Dorfman sourient, d’autres moins. Édouard aurait même été déconcentré dans sa partie contre Le Roux suite à sa gaffe (14.Tfd1, partie 66 à rejouer sur le site fédéral).
    Une blague à la Rémi Gaillard sans doute... car dans l’ouverture, Édouard « n’était pas le patron » avant l’incident et avant 14.Tfd1 d’après un gros cador du National... et d’après les moteurs aussi!

    Meynard, coursé par le gros bras, échoue finalement sur sa plage favorite: la salle de l’Accession.
    Des arbitres lui demandent avec insistance: « Mais qui vous êtes, qui vous êtes? ». Mis à terre avec clé de bras, il refuse de retirer son masque avant l’arrivée de la police. Laquelle lui demande la raison de sa sortie. L’affaire est réglée en dix minutes sur place, et on lui a juste pris sa carte d’identité. Second avertissement fédéral donc huit mois de suspension de licence.

    Europe Échecs a tout filmé. Mais dans le cadre d’un exercice de pudeur, Euh-euh hésite une fois de plus: le nom de Meynard n’est pas cité, on parle d’un « hurluberlu » sur le site et le verdict tombe: « Afin de ne pas encourager ce genre d’actions, vous comprendrez que nous refusions d’en passer les images. » Ben non, no comprendo. Et d’ailleurs voici la vidéo récupérée sur Facebook ou en bas de cette note. Cinq minutes d’une drôle d’histoire sans parole avec une suspension de licence à la clé.

    Les suites de l’affaire?
    La Commission de discipline va devoir statuer sur le cas d’un clown. Les deux avertissements-cartons jaunes comptent, mais aussi "pour l’ensemble de son œuvre" comme le note avec humour un arbitre.

    L’arbitre en chef Francis Delboë reconnaît que « Thibault a vraiment dérangé des joueurs, aussi bien dans la salle Aula Magna (où jouaient les vétérans, l’open A, et les deux accessions) que dans l’amphithéâtre du National. Certes, tout cela peut-être fait rire quelques personnes. Mais je m’en tiens aux faits: c’était de nature à déranger gravement des joueurs d’échecs qui conduisaient une partie. Il est donc de mon "devoir" de réagir (...). C’est mon rôle: tout n’est pas permis. Il me faut ajouter que je soutiens mon collègue et adjoint Emmanuel Variniac, qui a bien travaillé, et je précise que c’est moi qui demande la sanction à la Commission de Discipline que j’ai rédigée et signée ». Après la sanction, on verra qui est ou était le patron...

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu