Avertir le modérateur

geritzen

  • Les bonnes résolutions 2012

    Bonne année, bonne santé... et bonnes parties à tous.

    Une fois ces vœux chaleureux formulés, passons aux inévitables prévisions et résolutions... réelles ou virtuelles. N'hésitez pas à formuler les vôtres et à commenter ici même.

    FFE : le nouveau JPS
    Le prochain tutoriel fédéral sur l’Internet avec sons, images, règlements, noms des dirigeants, trucs et astuces afin d’éviter les réunions interminables : le JPS. Contacter la vice-présidente Johanna Pomian-Saatdjian pour de plus amples informations.

    Le nouveau JCM
    Le label de tous les prochains accords de la fédération dans l’affaire de la tricherie : le JCM. Fait sur le mode "J’anarque Cyril Marzolo".

    Les promesses 2012
    Promis, Sébastien Feller ne jouera plus aucun tournoi en short.

    Promis, Cyril Marzolo jouera, comme en 2011, dans un club en Belgique, une fois. Comme il est français, ce sera plusieurs fois.

    Promis, Arnaud Hauchard servira des téquilas frappées aux prochains tournois fermés amateurs à Évry. Préalablement, il a été remplaçant pour les cafés. Surprise : il invitera Jicé et son chef, Manuel V., le maire de la ville.

    Promis, Maxime Vachier-Lagrave va prendre des cours pour s’exprimer avec une bonne élocution devant les caméras. ET avé le sourire. Premier prof fédéral gratuit envisagé : Fressinet.

    Promis, la FFE mettra encore plus d’amendes aux clubs n’envoyant pas leurs résultats en temps et en heure. Il faut bien financer les pigistes fédéraux.

    Promis, la FFE va imposer, en plus d’une féminine dans les équipes, un moins de 20 ans et un plus de 55 ans. Est-ce vraiment une blague ?

    Promis, la FFE continuera d’imposer un certificat médical pour les tournois sans jamais le demander.

    Promis, la FFE continuera d’imprimer des licences sans qu’aucun arbitre ne les demande aux joueurs : tout est informatisé dans le logiciel "Papi". En attendant la base "Mami"

    Promis, Babar va apprendre à écrire un éditorial dans son Europe Échecs au lieu de nous débiter le sommaire en tranches pas toujours très fines.

    Promis le GMI Bob Fontaine, le commentateur du site d’EE va apprendre en 2012 à imiter l’accent anglais. Frustré après tant d’années, s’il n’y parvient pas, la sanction tombera. Recopier mille fois : « coude iou ripite » et « beuttonz blogue iz ritch ».

    Promis, la FFE va essayer de gagner quelques procès.

    Promis, pour la septième année de suite, la FFE ne changera pas l’apparence de son site.

    Promis, la FFE ne déménagera pas dans le château de Villandry, celui du président Henri Carvallo. L’inverse non plus d’ailleurs. Rappel trajet centre de Paris-Magny tiret les tiret Hameaux : 40 min en voiture (sans bouchons) et 1 h 30 en transport en commun dont 20 min de marche pour attraper un bus.
    Trajet Paris-Villandry : 2 h 40 en voiture avec visite du château et ses jardins en sus.

    Promis, après l’interdiction de la proposition de nulle, la FFE et ses sponsors envisageraient de bannir l’organisation d’un grand tournoi fermé avec les meilleurs mondiaux comme le font presque tous nos pays voisins.

    Promis, Le Monde 2 rajeunira Babar Kouatly dans un rectificatif en 2012. Dans un article du 16 décembre 2011 sur la corrélation supposée entre joueur d’échecs et trader, Babar Kouatly a… 63 ans. Certes notre éléphant du jeu d’échecs né à Damas a la chevelure toute blanche, mais lui retrancher dix années est politiquement correct. Et surtout, c’est vrai.
    En 2012, LM2 pourra entamer une série d’articles en remplaçant  « trader » par n’importe quelle occupation – enseignant, joueur de poker, commerçant, commercial, rentier, chômeur.

    Promis, ce blog sera plus gentil pour 2012. Au moins le premier jour.

    moingt,babar,kouatly,geritzen,demuydt,feller,marzolo,hauchard,vachier-lagrave,fressinet,valls,fontaine,epo,pje,france-echecs2012, New in Chess en français ?
    Prévisions XXIe siècle : Oui, New in Chess, la revue néerlandaise en anglais publiera un jour sa version française. Mais Europe Échecs, le mensuel français sera-t-il encore en kiosque le résumé papier des nouvelles de l’Internet ?

    Et d’ailleurs sera-t-il encore vivant ? En attendant, le bébé reste en famille : Babar Kouatly possède depuis cet été 29 des 30 parts du capital social astronomique de 300 euros et son fils Sami Kouatly
    1 part.
    L’historique de la revue est toujours faux sur le site. Une société précédente éditait à Besançon dans les mêmes locaux avec presque les mêmes personnes la revue. Mais pas de bol, elle a été liquidée judiciairement. Trop dopée sûrement : elle s’appelait EPO (Échecs Promotion Organisation) et sa gérante était… Anne Kouatly née Geritzen

    Le sifflet et la montre
    Promis, Chemise Demuydt, l’animateur du « babillard » france-echecs.com expulsera par charters virtuels entiers les personnes de bon sens s’exprimant dans son bar. Pas rancuniers, certains internautes envisagent de lui offrir un sifflet et une montre. Le sifflet pour signifier son plaisir chaque fois qu’il met quelqu’un hors circuit et la montre pour contrôler son temps de travail : il est à fond à mi-temps 12 h par jour en 2011. Qui dit mieux ?

    Vous avez aimé, hein, vous en redemandez encore ? Allez vite consulter les archives de ce blog, c’est gratuit. Trouvez vos mots-clés préférés et bonnes rigolades.

  • Cap d’Agde : le off

    Le super plateau du tournoi rapide du Cap d’Agde nous rassure au moins sur un point: le budget de la CCAS (caisse centrale des activités sociales des industries électrique et gazière), dépendant du comité d’entreprise d’ÉDF-GDF est en bonne santé financière. Internaute abonné à l’électricité, sache que tu es le sponsor indirect de cet événement. Chaque fois que tu allumes l’électricité, dis-toi que tu sponsorises les cachets des joueurs et de tous ceux qui facturent la CCAS pour cet événement. Comme le dit le slogan de la CCAS, « Le 1% vous appartient, soyons 100% à le défendre ». Le ‘soyons’ s’adresse au personnel d’ÉDF. Cela dit, le plateau de ce tournoi rapide est l’un des plus forts jamais joués en France. Et près de 800 joueurs ont fait le déplacement dans divers tournois annexes pour amateurs.

    Jicé Moingt déguisé en PPD!
    Présents au Cap: le président fédéral et Babar Kouatly, fidèle de cet événement où il joue dans la catégorie super lourds en fumant des havanes avec l’organisateur. Mais que fait le président fédéral au Cap d’Agde? Il ne serre pas des mains sans regarder les visages. Non, le président commente les parties! Il a dû prendre des RTT ou a préféré fuir le siège fédéral déserté pendant les vacances scolaires. Mais à en croire les vidéos et ses anecdotes de fin de banquet, il prend du bon temps. C’est touchant, surtout quand on pense que le coût salarial de Jicé Moingt pour la fédération est, charges comprises, d’un peu plus de 50 000 euros par an. Les sponsors de la fédé apprécieront les vidéos. Les licenciés aussi. Et bien sûr, cravate interdite, au Cap, on est entre potes.

    Babar & C°
    Babar: notoirement absent des vidéos, on respire. Par contre, ses éditoriaux sont toujours aussi intraduisibles, même en français.

    Mais peu lui importe, il garde le génie des acronymes. Peu de temps après les scandales de dopage du Tour de France cycliste, il créa en 1997 la société EPO avec laquelle il racheta le titre Europe Échecs. Elle fut mise en liquidation judiciaire en 2004 et reste absente de l’historique de la revue sur le site d’EE, un peu comme une vieille verrue que l’on voudrait cacher.
    La société Promotion Jeux de l’Esprit, créée seulement en novembre 2002, comme par miracle, récupéra le titre EE, les chaises, les tables, le personnel et les scoubidous.

    La dernière pointe: j’ai cru que Babar se lançait dans l’automobile. Il a en effet créé en mars 2010 deux entreprises familiales dont le but est de louer des terrains et autres biens immobiliers: SAB et BAS. Ces acronymes reprennent les initiales de son prénom, de celui de sa femme (gérante, née GERITZEN) et de son fils, tous trois actionnaires de cette société civile immobilière. La technique reste la même: Mme Kouatly née Geritzen est gérante et Babar reste majoritaire. Ne manque plus que la création prochaine d’ABS pour freiner en cas de danger.

    Ses potes: Karpov en version belote coinchée le soir se fait massacrer dans le tournoi. Le Norvégien Morten Sand, qui accueillera la prochaine Olympiade est invité au Cap d’Agde, on se demande pourquoi. Réponse: L'organisateur Lazarre sera sûrement invité aux Olympiades et Sand a été associé par le passé à Babar dans une entreprise française qui a terminé en mode en liquidation judiciaire en 2004. Enfin, Sand et Babar étaient, avec Moingt, dans le ticket Karpov contre Ilioumjinov.

    La retransmission
    Comme souvent dans des organisations au budget démesuré, la qualité de la retransmission des parties en direct n’est pas au rendez-vous. Non seulement l’appliquette est moche, mais elle ne fonctionne pas à 100%. Des coups parfois faux sont retransmis. L’appliquette de la FIDE ou celle du tournoi de Nankin (Chine) fonctionne en direct et sans encombre.
    Les abonnés au serveur de ChessBase (Playchess.com) auront les mêmes problèmes de faux coup, mais la qualité pour suivre plusieurs parties sur le même écran d’ordinateur est au rendez-vous.

    Pour le reste des informations officielles où tout va bien madame la Marquise, rendez-vous sur le site officiel.

  • Le coming out juridique de Kouatly à Europe Échecs

    Le 9 octobre 2007 est une date historique pour Europe Échecs: Bachar Kouatly est enfin quelqu’un de juridiquement responsable. « Directeur de publication », « rédacteur en chef gratuit » dans la société Promotion Jeux de l’Esprit qui édite la revue depuis 2002, Babar est maintenant gérant de fait. Beau coming out. Exit Sandrine Mélanjoie, la gérante de paille, ci‑devant femme de Grégory Vanobbergh, ex‑maquettiste d’EE qui facturait à sa femme ses prestations et est par ailleurs le fils de Mme Kouatly. Babar a mis un coup de pied dans son propre mécano. Tel le petit oligarque, il a racheté l’entreprise dont il tirait les ficelles dans la coulisse.
    Sandrine Mélanjoie? Virée avec un chèque de 20 000 euros pour qu’elle ne repasse pas par la case départ. Grégory est allé se promener dans les bois pendant que le loup n’y est pas. Mme Kouatly s’éclabousse toujours dans les coquilles d’EE et a été attachée à l’administration. Péniblet est à la niche et continue de faire des phrases. Un vrai jeu de massacre.

    Que va devenir EE? Pourquoi en est-on arrivé là ? Quels sont les dessous des cartes ? Pourquoi EE n’a aucun salarié malgré un chiffre d’affaires de plus de 700 000 euros? Pour en savoir plus, cliquez ligne suivante pour lire l’interview imaginaire de Bachar Kouatly.

     

    Lire la suite

  • Le zapping de la semaine

    Les deux font la paire

    7 juin 2006. Bingo ! Deuxième joueur d’échecs rencontré par hasard dans Paris, la moyenne d’un joueur par mois est maintenue. Une grande bringue, casquette à l’envers, rasage à la Clint E. en version poivre et sel, goguenard, bringuebalant à cause du wagon blitzeur de la ligne 8, s’avance vers moi. Moi assis. Il se marre encore : Kissé, c’lui là ? Bon sang, mais c’est bien sûr, JP JM Sebban, le Parisien habitué, dans les années 1980 aux tournois rapides et de blitz.

     

    Aveu : à l’époque, le gars n’était pas spécialement agréable et goûtait les incidents. Mais il avait le sens de la formule et des pointes, notamment quand il arnaquait, il adorait et ça me faisait toujours enrager quand cela tombait sur moi. Donc absolution, déjà. En quatre stations de métro, on a rejoué une version minimaliste échiquéenne du fameux sketch de Coluche « Et toi ça va, moi ça va… » c’était vraiment sympa et Sebban est devenu zen ! Cela s’est terminé par « on se bigomél », Sebban a dû s’éjecter sans parachute à la station Commerce ; il y a des jours où le passé vous donne des ondes positives, c’est bizarre.

    Second client ou plutôt premier par ordre d’apparition premier. Lui, c’était au Monoprix. Au moment de passer à la caisse, son dos légèrement courbé et son œil de semi-arnaque n’a pas fait un pli dans mon disque dur cérébral. Joueur invétéré du blitz tarifé, homme de la nuit, JF a longtemps gagné sa vie en tant que devin. Bidon, évidemment, et en plein connaissance de cause. Quel génie! D’abord en province, ensuite à Paris. Plus de concurrence, cela le stimulait. Ce personnage pasolinien n’a pas souhaité être cité ici. Par timidité maladive ou mégalomanie ? Une vieille branche haute en couleur !

    Les deux font la paire (de claques)
    Tiens, EE était en avance en kiosque ce mois-ci : bonne nouvelle ! La mauvaise : deux pages de contre-vérités comme disait l’ami Georges M. à propos de l’histoire même d’Europe Échecs. Ce mensuel appartient à la belle belle-fille de Babar Kouatly, Sandrine Vanobbergh, née Mélanjoie, ci-devant femme du beau-fils Grigri Vanobbergh, lui-même fils de sa mère Anne Kouatly née Geritzen. Vous avez suivi ? Bah oui. Babar est directeur de publication, rédacteur en chef. Gratuit dit-il. Sauf pour les notes de frais ne dit-il pas.

    Il attaque bille en tête la FFE. Babar qui déterre la hache de guerre, c’est beau. Un Babar qui verse des larmes de crocodile, franchement, ça trompe qui ? À la demande générale, tout cela sera développé dans une prochaine note. Salée, évidemment.

    Trop chaud pour un show
    En téléphonant à mon ex belle-mère à Elista, j’ai appris qu’il faisait 35° C. Pas étonnant dans ces conditions, qu’un membre éminent du Comité d’appel, Boris S., ancien champion du monde, suive les parties sur écran, dans un salon… et en short !
    medium_spassky_en_short.3.jpg
    35° C à Elista, je confirme, ça fait du 45° C à l’ombre de par chez nous. Et à voir la rougeur des joueurs se battant à Elista, on se dit qu’être pro dans ces conditions, tiens, il faudrait mieux jouer à Roland Garros.

    Jours heureux pour Clichy
    Suis passé en blitz le week-end dernier à Clichy pour la phase finale du championnat de France des clubs. Je n’ai pas compté le nombre de poignées de main, mais avec Gérard (chemise) Demuydt, webmestre d’EE, on s’est dit bonjour. Tiens, cela m’a rajeuni.
    Clichy a gagné, les salles étaient propres, bien organisées dans un hôtel 3*, mais un peu petites. La classe quand même. La poule haute jouait au rez-de-chaussée et la poule basse au sous-sol. J’ai loupé Babar et Jicé, président de la fédération. À une prochaine les potes ! Enfin, je parlais pour Jean-Claude. Faut pas exagérer quand même.

    Spassky ambassadeur!
    Un livre sur Spassky m’a facilité un rendez-vous dans l’une des plus grandes administrations françaises: en voyant Spassky 300 wins, l’édition de 1988 (augmentée plus tard à 400) qui me permet d’oublier le tam-tam du métro, mon interlocuteur était intarissable. Il connaissait les joueurs d’échecs de Strasbourg (Norbert Engel, Michel Roos et son fils aîné Louis) et... Steinitz.
    Oui dobeul iou Steinitz lui-même. Paraît que c’est un nom rare "et vous ne m’aurez pas là-dessus car mon dada, c’est l’origine des noms et moi aussi je suis d’origine austro-hongroise."
    medium_300wins.jpg
    Petit laïus sur le match Fischer-Spassky; j’ai écouté, assez interloqué, je dois dire. Un passionné, un curieux, mais pas encarté à la FFE et pas lecteur de journal spécialisé. En tout cas, il en connaissait un rayon sur la vie du joueur d’échecs Steinitz. Je suis reparti un peu penaud en me promettant de descendre sans les palmes dans les archives. Ou d’appeler Sylvain Zinser à la rescousse.  

     

  • Mme Polou, Boutteville, Babar Kouatly & C°

    Des nouvelles d’Irène Polougaïevsky
    Il faisait froid en décembre 2006 au pied de la tour Montparnasse, à Paris. La patinoire « Delanoë » attirait parents aventureux et enfants ravis. À quinze mètres, au milieu d’une foule compacte, je l’ai reconnue entre mille : Irène Polougaïevsky, la veuve de Lev. « Privet ! ». Quelques nanosecondes de frayeur comme si elle voyait un « zi-va du 9-3 » brutalement converti au russe. Double faute: mon bonnet à la Serpico (la série, pas le film avec Al Pacino) a redoublé l’effet de surprise. D’un geste, il part dans les airs. Quelque 2 000 cheveux sur les 3 000 syndicaux se font attaquer par le froid. Fiat lux ! Le visage d’Irène s’illumine du même sourire. Embrayage immédiat, attaque en première rangée et direction pour les potins de la planète des échecs. Oui, elle appelle toujours sa fille tous les jours. Oui, elle vous bombardé amicalement de questions. Oui, elle fréquente toujours « la haute » des 64 cases de Moscou : « Karpov, Kasparov ne s’intéressent plus aux échecs, ils font de la politique maintenant (…) ah ! ce n’est plus ce que c’était bien sûr, tu vois comme çà a changé (…) moi à la belle époque, j’étais nulle en affaires. Ce n’était pas le cas de la femme de Smyslov, je peux te le dire (…) et alors, tu t’es remarié etc. »
    Bref, nous sommes passés des coqs du Elo à l’âne français. Propos privés sur sa charmante petite-fille, ravie de patiner en compagnie de ma progéniture également. C’est fou, mais pour « Polou », j’ai eu comme l’impression que c’était hier. Il est décédé en 1995. J’entends encore, dans les années 1980, Jean-Claude Moingt (le joueur) vanter les mérites de son livre, Grandmaster Preparation.
    La photo de la patinoire de Montparnasse est visible en archives sur le site de l’internaute

    César Boutteville rejoue !
    Le sextuple champion de France César Boutteville rejoue! À 90 ans, qui dit mieux? Après le décès de sa femme l’an passé, le démon des 64 cases lui est revenu. Embauché presque malgré lui par son club du Chesnay-Versailles, César Boutteville a redécouvert les joies de la première table en Nationale IV et du 3e échiquier en Nationale III. Il ne devait jouer qu’à domicile vu son grand âge. Mais il s’est laissé convaincre : « Nous avons joué à Pétaouchnok l’autre fois ». Joint par téléphone début janvier, « monsieur 6 fois champion de France » nous affirmait: « Ma compréhension du jeu est toujours bonne. Ce qui me fait défaut, voyez-vous, c’est la pratique, et particulièrement ces cadences rapides après le 40e. J’ai perdu une partie gagnante ainsi. Mais l’essentiel, c’est que je m’amuse. » medium_Ol1966_La_Havane_Prins-Bouteville.2.jpgLe tout dit avec sympathie avec son inimitable ton pince-sans-rire. En 2001, Europe Échecs (n° 505, p. 44) via ma pomme lui avait consacré la une. Elle fut critiquée par certains lecteurs. Mais la même année, en août, César Boutteville était l’invité d’honneur du championnat de France à Marseille. Il fut toutefois renvoyé presque illico à son domicile après la photo traditionnelle sur l’estrade. Pas glop.
    Et maintenant ?
    J’ai comme l’impression que maestro Boutteville attend les prochains matches. Déjà, dans l’un de ses derniers tournois, à Ostende en 1990, je me souviens de cette allure faussement tranquille de cet homme petit, hyper accrocheur, et qui se détendait par une promenade le long de la plage au bras de son épouse. À son dernier tournoi à Metz l’année suivante, il avait eu sa dernière satisfaction de compétiteur : « J’avais battu le GMI roumain Ghitescu, vous connaissez, Bouton? ». Oui, maître Boutteville. Comme je crains et admire encore votre talent.

    Voir ci-dessus: match Pays-Bas vs France à l’Olympiade de La Havane 1966 (voir aussi colonne de droite, en bas, « Grands personnages »). 188 parties tirées de la carrière de César Boutteville (format CBV):

    Boutteville.cbv 

    Un Babar respiratoire
    Ordinairement faussement consensuel et obséquieux dans ses éditoriaux, Babar Kouatly s’est toutefois montré inventif dans sa dernière livraison d’Europe Échecs. Son style pachydermique a pondu le concept de « respiration démocratique » à propos des élections présidentielles dites « françaises ». Ce nouveau concept me bronche vraiment! Babar Kouatly fait semblant d’assembler des phrases. Babar Kouatly fait semblant de posséder EE alors que la société l’éditant appartient à la femme de son beau-fils. Tout le monde croit Babar réd-chef alors que Jean-Michel Péniblet fait tout le boulot. Saviez-vous qu'un Babar Kouatly, ça trompe énormément?
    Dans l’ombre, Mme Babar Kouatly (née Anne Geritzen) fait semblant de corriger les multiples fautes et coquilles d’EE. Et son fils fait semblant de faire une mise en page alors qu’il commande AUSSI des articles aux collaborateurs d'EE, le tout en facturant ce 'travail' à sa propre épouse! Belle respiration familiale participative! Ah ! si le fondateur Raoul Bertolo voyait tout cela…


    EE le site : les rois, c'est moi!
    L’animateur du site d’EE veut sûrement une augmentation. Ne sachant comment cirer les chaussures italiennes de son (grand) maître bienaimé, il s’est seulement trompé de deux siècles. À propos d’une interview datant d’un an de Babar Kouatly sur une webradio peu accessible, on lit ceci sur le site d’EE : « Bachar Kouatly, premier grand maître international français depuis la Révolution française… ». 
    Pour un gars dont le pseudo est ‘Reyes’ (rois en français), c’est un beau lapsus. Mais où était le spécialiste EE de l’histoire échiquéenne, Jean-Michel Péniblet pour le corriger? Ailleurs, et sûrement mort de rire, mais intérieurement muet, en position Secret Défonce.
    Gé-ème-i, voyons, voyons la définition dans le Dictionnaire des échecs de Le Lionnais et Maget, et non pas dans un vulgaire traité de dianétique: « Le titre de GMI a été introduit en 1907 au tournoi d’Ostende par Bernstein et Rubinstein et conféré pour la première fois, en 1914, par le tsar de Russie aux cinq finalistes du tournoi de Petrograd (Lasker, Capablanca, Alekhine, Tarrasch et Marshall) ... Aujourd'hui, il est décerné officiellement par la FIDE. »
    Et pour l'augmentation, il faudra fumer un peu moins de moquette, mon cher Reyes. Comme dit souvent Babar (véridique!): "Plus cher que zéro, c'est cher."

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu