Avertir le modérateur

delorme

  • Marseille s’offre une belle Coupe de France… au tribunal

    Cette saison, Marseille a ramené la Coupe de France face à Évry sur une boucherie sans appel de 3 à 0 (et une nulle). Naiditsch et Bacrot avaient les blancs et Évry leur avait respectivement opposé le mousse Moussard et Christophe Sochacki. Le choc à qui ? A Bacrot qui termina la partie par une attaque de mat après avoir « aspiré » les pièces noires à l’aile dame. A 2-0, le match était plié car au 4e échiquier, Hauchard était un peu mieux, mais il fallait s’appeler Karpov pour passer Gozzoli. Feller finit par perdre une position supérieure contre Mazé.

    Marseille a dignement fêté sa victoire, et pas seulement sur son blog. Vous reprendrez bien une coupe Monsieur le Maire comme l’an passé pour le titre de champion de France par équipes ? Petit problème. La Coupe ? Évry, détenteur en titre, ne l’a  envoyée ni à la Fédé ni à Marseille. Mieux : Évry conteste la restitution de la licence de Marzolo (le Lyonnais joue pour Marseille) et a engagé une procédure en référé.

    Lire la suite du pastis avec scoop explosif, cliquer suite.

    Lire la suite

  • Marseille champion de France

    Ce n’est pas une galéjade. Le titre de champion de France échoit cette année à Marseille, vainqueur de Clichy à la dernière ronde, dimanche, à la Cité de l'Automobile, à Mulhouse. Les deux équipes finissent à égalité de points, mais le système de départage choisi favorisait le résultat entre les équipes. Marseille, avec deux matches nuls devait battre Clichy, invaincu. Et l'impensable devint réalité.

    Les Clichois, battus 3-1 dans un match très tendu sont repartis dépités avec un score, qui, comme souvent, ne reflète pas la physionomie du match. Et encore moins leur forme tout au long des 10 premiers matches. Le site fédéral en est resté coi le soir même, tout comme le site « Top 12 » de Clichy aux abonnés absents. Le site de Clichy a fait encore plus fort: il donnait jusqu'à mardi matin Clichy premier en reprenant la bonne vieille règle des départages par différence gains/défaites par échiquier. Trop fort!

    Première erreur: Fressinet (Clichy) buteur "blanc" par excellence, rapide dans ses victoires, est envoyé en mission au 1er contre Bacrot... pour faire nulle
    avec les blancs en quelques coups. Un Pelletier suffisait (fôte! la règle des 103 points pose problème, merci à Éric Leriche pour cette réfutation, voir sa réaction plus bas), surtout pour faire une nulle de salon!
    Cette surprise sur ce que le scribe du site fédéral appelle les «compos» (les compositions d’équipes devaient être données avant 9h30 pour toutes les rondes jouées à 14h30, sauf cette dernière ronde du matin à 11h: compo à 23h la veille), élimine un problème pour Marseille. Car désormais le match se joue sur 6 parties. La compagne de Fressinet, la championne de France Skriptchenko, a pris l’ascendant au 8e échiquier sur Delorme et sa victoire n’est plus qu’une question de temps.

    De l’avis des observateurs sur place, tout s’est joué sur la partie entre Hamdouchi (Clichy) et Didier Collas. Ce dernier a voulu sortir des sentiers battus dès l’ouverture, a obtenu une position inférieure et a fini par "arnaquer" Hamdouchi, enfin, c’est plutôt Hicham qui a raté des avantages et des coups de massue après le 40e coup comme pas possible.
    Une victoire donnait le match nul car Istratescu (Marseille) avait disposé de Pelletier de manière assez facile en apparence, et Miton (Marseille) au 2e, avait réglé son sort à Nisipeanu. Bref, Marseille a mené 2-1 au score, mais Clichy aurait logiquement dû égaliser. Les nerfs d’Hamdouchi ont lâché tandis que Didier Collas se mettait en mode poker...

    Pourquoi Clichy a perdu?
    Comment Marseille a gagné? La fiesta chez Bacrot
    Mulhouse: du bruit et de la couleur

    Le Top 12, une formule
    à revoir?
    Petit Jordi adore grand Nadal
    Le ou la future président(e)!

    Cliquer ligne suivante

    Lire la suite

  • Top 16 : Evry beauty

    Le championnat de France par équipes de première division (‘Top 16’) a été remporté pour la première fois par le club d’Évry Grand Roque le 31 mai 2009. Les dernières minutes du match ont eu lieu dans une grande salle rectangulaire du chic club privé Les Pyramides, à Port-Marly, à 22 km à l’ouest de Paris et en contrebas du château de Monte-Cristo, dans le parc de la demeure d’Alexandre Dumas.

    Évry Grand Roque n’a jamais été inquiété: dans environ un match sur trois, fort de ses vedettes mondiales Nakamura et Svidler, le club ne concédait qu’une défaite sur l’un des 8 échiquiers. Les autres matches se terminaient par des boucheries sans os allant de 4-0 à 7-0.
    Seul Châlons-en-Champagne a relevé le menton en arrachant un match nul (3 victoires partout, les nulles ne comptent pas dans les matches par équipe) lors de l’antépénultième ronde en partie grâce ou à cause des défaites des ‘buteurs habituels’ Vachier-Lagrave (Évry) contre Cornette et de Sophie Milliet (Évry) contre le jeune Fabien Guilleux, un jeune qui prend son pied dans des parties techniques.

    La photo de famille des vainqueurs montre l’unité des coéquipiers tant sur le plan sportif que vestimentaire: la chemise est la même pour tous. Pour le reste, c’est Évry beauty version concours de jeans froissés. Mais avec la piscine à deux pas, les champions de France ont des excuses: ils n’étaient pas les seuls. Voir le compte rendu de l’intérieur sur le site d’Évry Grand Roque et en passant l’excellent entretien vidéo avec le champion des États-Unis, Nakamura, 21 ans.

    V.O des rencontres sur le site fédéral

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu