Avertir le modérateur

debray

  • Fressinet roi du blitz à Paris

    Le champion de France en titre 2010 Laurent Fressinet n’a pas fait de quartier aux Internationaux de blitz dimanche 22 à la Halle Carpentier : premier avec 12 sur 13, il n’a concédé que deux nulles. Certes, les observateurs ont constaté qu’il avait eu un peu de chance dans certaines parties, mais on leur objectera deux adages :

    1) Les forts joueurs ont toujours de la chance ;
    2) on n’analyse jamais un blitz.

    Tertio, cette cadence convient parfaitement au style dynamique de Fressinet et à ses rapides prises de décision dont il est coutumier en partie lente.

    Les Internationaux ont rassemblé 393 participants répartis dans trois tournois par tranche Elo :

    • Le tournoi des As remporté par Fressinet devant une quarantaine de titrés (sur 107 finissants et 3 forfaitistes récidivistes, Wundermann, Baron et Debray).
    • Le tournoi Accession remporté par Thomas Levesque (11 sur 13, 1820 de classement rapide contre 2075 en parties lente).
    • Le tournoi de l’Avenir où le pupille Léo Mansouri (Paris Jeunes Echecs), dame le pion à tous avec 10,5 sur 13 !

    Grilles américaines, photos et vidéos sur la page spéciale du site de la Ligue d’Île-de-France.

    Fressinet : appelez-moi chouchou fédéral !

    Le Pluyaud coup de sa carrière.

    Cliquez ligne suivante ou réagissez via les commentaires.

    Lire la suite

  • La forfaiture des 'forfaitistes'

    Ils sont nombreux et impunis dans les tournois open: les 'forfaitistes'. Cette maladie incurable et assez répandue touche plus souvent les gros Zelo; elle est plutôt limitée à des tournois se déroulant dans leur zone d’habitation. Le modus operandi est toujours le même: le gros Zelo, professionnel, semi-professionnel, petit professionnel ou amateur débute son tournoi avec un moral de 'gagniste'. Mais il prend une bulle; puis deux, parfois trois.

    Variante: Il perd contre un beaucoup moins fort. La vie est injuste! De 'gagniste', il passe à défaitiste. Et puis, c’est trop. Il se découvre un mal de tête, une fatigue soudaine, un manque de forme, une belle-mère insupportable... Bref, n’importe quoi pour abandonner le tournoi, et le pompon, le plus souvent sans prévenir l’organisateur.

    Conséquence: il a été apparié et son adversaire a un 'manque à gagner': il joue une partie de moins que les autres et sa victoire par forfait ne compte pas pour le Elo.
    Cette pratique antisportive (ah bon, le jeu d’échecs est 'sport'?) est répandue, impunie et la FFE ne prend aucune mesure coercitive. Qui sont les forfaitistes les plus connus voire compulsifs? Quelles mesures pourrait-on prendre? Cliquer ligne suivante pour voir ces génies du forfait, notamment dans l’open FIDE du récent championnat de Paris.

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu