Avertir le modérateur

conquest

  • Kouatly-Moingt en Nationale 2 : duel d'ego, duel d'Elos

    La dernière ronde de Nationale 2 (groupe Nord-Ouest) a donné lieu à une gigantesque bataille d’Elo-ego entre le club parisien 608 et « Asnières-Le Grand Échiquier » dont le siège social est à Port-Marly (Yvelines). En toile de fond, une vieille lutte entre Bachar Kouatly (club 608) et Jean-Claude Moingt.
    Moingt 17 a encore marqué un point dans la loose et le club 608 monte en Nationale 1. Six joueurs à plus de 2500 Elo participaient à ce match de titans remporté 4-2 par le club de DD Clauzel alors que les deux équipes étaient à égalité avant l’ultime ronde.

    Lire la suite

  • London Chess Classic : faire du 9 avec quelques vieux

    Le ‘London Chess Classic’ est le festival annuel de Londres, à l’Olympia, réunissant un nombre impair de champions : neuf joueurs sont à table dont quelques vieux crocodiles du circuit comme Kramnik, Anand et Adams. Le joueur exempt commente régulièrement les parties pour l’auditoire payant (15 £ par ronde soit 18 € ou 100 £ soit 123 € pour toutes les rondes) et analyse post-mortem sur l’Internet avec notamment l’excellent Conquest…

    LCC_logo.JPGLa ronde de repos pour tous les joueurs se situe en plein milieu du tournoi, après la 4e ronde. L’avantage de cette formule est que tous les joueurs sauf deux (l’exempt avant la première ronde et l’exempt après la dernière ronde) font une pause supplémentaire.

    Enfin des organisateurs qui ne font pas comme tout le monde dans un festival où prendre un ou deux jours de plus dans le calendrier ravit l’assistance. En effet, une simultanée de Short, des tournois de week-end, un open FIDE (avec une poignée de Français) sont au programme.

    Le tournoi est marqué cette année par l’invitation de Judit Polgar dont l’Independent a fait un portrait assez complet relayé par une page plus historique de ChessBase. Mais son bourreau, Kramnik, joue aussi le tournoi et elle le jouait… à la première ronde avec les noirs. Judit est repartie avec une défaite de plus dans sa besace. Elle n’a jamais battu le champion en partie sérieuse et ne lui a pris qu’une victoire dans un tournoi blitz.

    • A partir de 15h, rondes différées de 15 min avec évaluation Houdini sur Chessdom
  • J’ai fait un rêve…

    Avez-vous fait un rêve ‘échiquéen’ ? Cela faisait très longtemps, mais l’un d’eux m’a pris par surprise, l’autre nuit. Je rêvais avoir joué une partie contre mon camarade de club Carl Strugnell. Je visualise encore parfaitement l’agencement propret des tables de cet open fictif, les couleurs du mur, l’ambiance.

    Mais je me voyais me réveiller – dans le rêve – en demandant, dépité, à mon adversaire le résultat de la partie ! Oui, il me semblait que je m’étais endormi… comme cela m’arrive si fréquemment au cinéma ! Pour ajouter de la tristesse à mon désarroi, Carl me répondit que j’avais longtemps résisté dans une finale Dame contre Tour (sans pions) où sa Dame avait fini par avoir le dessus. Impossible de me souvenir de cette partie… dans ce rêve.

    martin luther king,short,conquest,rêve,new in chess

    L’interprétation me renvoyait-elle à mes turpitudes comme les oublis fréquents, cette faculté à s’endormir face à un spectacle ennuyeux… ou à  celles de mon chaleureux camarade de club
    ;) Clin d’œil ?

    Hasard ou révélation, le matin même (!), le postier me délivra de ce rêve non encore élucidé. Dans la livraison du dernier New in Chess (2012/1), le GMI britannique Nigel Short parle de la peur, de l’autosuggestion (avec une analyse objective des performances et des limites du joueur Joël Lautier)… et des rêves ou cauchemars.


    Ainsi, Short se réveilla plusieurs fois en sueur, il s’imaginait sur l’échiquier face à Kasparov, quelques mois avant leur match de blitz. Oui, l’article était bien là, devant moi. Non, cette fois, je n’avais pas fait un rêve.

     

     

  • Gibraltar: Spassky parle et Bacrot carton jaune?

    L’open de Gibraltar se termine le 4 février. Une dizaine de Français ont fait le déplacement dans l’open réservé aux plus forts joueurs. Et une équipe de France virtuelle est sur place. Sans Jordi pour pitaine, sans Tkatchiev pour la promo et sans Jicé pour le serrage de louches aux officiels à nos frais. Ouf! Bacrot, Fressinet, Edouard, Mazé jouent pour leur pomme. Enfin presque. Étienne Bacrot sera probablement sanctionné (comme d’autres) s’il touche un prix. Ainsi le veut le règlement du tournoi: il a accordé la nulle sans jouer (16 coups) à son compère, le professionnel à casquette Mazé. Dans casquette, il y a 2 « t », pas dans Mazé, heureusement. Le spectacle d’un véritable combat « Bacrot–Mazé-sans les 2T » aurait valu la peine. Fressinet, lui, n’a jamais ce traitement de faveur et se fait ‘bacro-buller’ régulièrement.
    Pour l’anecdote, un GMI argentin (mais non de Carcassonne) a osé planter un sacrifice de dame au Français. Oh le petit ! Il a mis le feuuuu. Résultat, une nulle combative et spectaculaire. Chapeau bas aux deux joueurs. Ce diable s’appelle Felgaer. Sans les deux « t ».

    Le tournoi est également spectaculaire grâce à la qualité de la retransmission en direct et des commentaires (filmés) du GMI Stuart Conquest. Un système spécial coûteux nous vaut cette retransmission en ‘streaming’. Stuart invite régulièrement des GMI ayant terminé leurs parties à donner leurs impressions et à analyser en direct. Un vrai cours magistral… et gratuit. Ainsi, si vous voulez savoir comment pense l’Anglais Speelman (aucun calcul, que des raisonnements stratégiques, tee-shirt éternel…) ou Spassky (!!), vous pouvez revoir ces vidéos. Elles sont conservées. Rien à voir avec la soupe du bla-bla post mortem que l’on peut nous servir ailleurs.

    Comme l’a souligné Conquest et nombre d’internautes dans la fenêtre de discussion, cette qualité n’a jamais été vue ailleurs et nous sommes vraiment dans les retransmissions du XXIe siècle. Il est vrai que le sponsor a les reins solides au niveau de la bande passante puisqu’il s’agit de l’opérateur de téléphonie locale, Gibtel. Spassky, venu « pour quelques minutes », est resté trois heures!

    C’est ci-dessous: cliquer à partir de 1h30 pour entendre Stuart parler de l’arrivée de Spassky. Le grand Boris vient en scène à partir de 1h38 et comment la jolie partie Espagnole Bacrot-Stefanova (1-0, pas de nulle de salon :)). Préparer, thé, café… champagne ou vodka pour fêter cela à distance avec Boris!

    Watch live streaming video from gibraltarchess at livestream.com

     

  • Andersson et les ajournées (suite)

    Du temps où la cadence de jeu en compétition était de 2 h 30 min/40coups puis ajournement après les cinq heures de jeu, Andersson n’avait pas son pareil pour décortiquer, sauver, améliorer une position ajournée. Tout le monde le craignait. Dans le tournoi d’Hastings 1979-1980, joué à cheval sur Noël et le nouvel an, le jeune Anglais Short crée la sensation: il bat le Suédois. Short a quatorze ans. Il porte des chaussures jaunes à la Coluche, une écharpe et joue des ouvertures bizarres. C’est le grand espoir des échecs britanniques. Et bien sûr, la partie sera ajournée!

    short_simul_1976.jpg

     

     

    Short à 11 ans dans une simultanée contre Smyslov

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu