Avertir le modérateur

bourdon

  • Assassinat d’Andruet : Sacha Rhoul acquitté !

    Il a suffi de quatre jours de débat et d’une heure trente de délibéré pour clore une affaire qui dure depuis 1995. Sacha Rhoul, accusé de l’assassinat du maître international Gilles Andruet a été acquitté ce jour par la Cour d’assises d’Évry à 17 h 45.

    Il aurait fallu 6 voix sur 9 pour le condamner (6 jurés titulaires et les 3 magistrats). En une heure trente de délibéré, la Cour a acquitté l’accusé. Sa tâche était en quelque sorte simplifiée dans ce dossier complexe et familial : l'avocat général avait fait une prestation de 20 min… demandant l’acquittement !

    La défense s’est réjouie de cette approche tandis que la partie civile a paru abasourdie. Aucun des points litigieux voire même les endroits où l’accusé aurait pu être cuisiné n’a été soulevé par l’avocat général. Dans ces 20 min, l'avocat général a également parlé de la décision de justice concernant l’acquittement de Joseph Liany, ce qui est au minimum très surprenant pour un représentant de la loi.

    Joseph Liany, l’oncle de Sacha Rhoul, a été condamné en 2003 à 15 ans de réclusion criminelle puis acquitté en 2006. Venu à la barre en début de semaine, il a servi une énième version sur sa soirée, le jour du crime, dans sa maison de Bonneuil.

    Franck Liany, le cousin de Sacha et fils de Joseph, n’était dans le dossier que dans le passé judiciaire : il avait accepté sa peine pour recel de l’argent déposé par Gilles Andruet à la banque Chaabi, la seule qui avait accepté le dépôt des 370 000 francs (60 000 euros) issus de la vente d’une maison familiale. Cet argent a causé la perte du champion d’échecs. Gilles Andruet ignorait ce qu’était une procuration sur un compte bancaire ! Frank et Joseph l’avaient introduit dans cette banque car Gilles était interdit bancaire partout.

    L’ombre du cousin, de l’oncle et de la sœur de l’oncle, Sylvia Liany, ont plané tout au long des débats et dans le dossier. Me William Bourdon, l’avocat de Jean-Claude Andruet, a souligné les mensonges et les incohérences servies par Sacha Rhoul.
    Sacha Rhoul avait répondu absent à une convocation des enquêteurs et s’en était allé au Maroc. Condamné par contumace alors qu’il aurait pu, selon son autre avocat Me Bottai, être joint, le jeune Sacha Rhoul « avait peur de rentrer en France ».

    Piégé par un paparazzo de Paris Match en train de lire avec son père à Marrakech un journal qui parlait du développement de l’affaire, l’hebdomadaire avait démontré à lui seul le peu d’empressement des autorités françaises à rattraper quelqu’un fiché par Interpol. « On l’a retrouvé en deux heures grâce à une femme de ménage qui connaissait tout le show-biz de Saint-Tropez » a dit à la barre le père de Gilles.


    Un coup de baguette magique politique à haut niveau entre le président Sarkozy et le roi du Maroc a changé la donne en 2010 : Sacha Rhoul a été extradé sans son passeport marocain (« j’ai été traité comme un chien » dira Sacha Rhoul à la barre). Il est resté libre en France sous contrôle judiciaire depuis.

    Beaucoup de choses restent étranges dans ce dossier. Des témoins aux versions différentes, 18 témoins convoqués arborant un certificat médical (procès 2003), un Sacha Rhoul se présentant comme le gendre idéal repoussant la drogue alors que son meilleur ami d’alors et employé Gilles Simon est un toxicomane notoire qui se suicidera. Ce suicidé est aujourd’hui soupçonné post mortem d’avoir massacré la victime à coups de batte de base-ball.

    Du côté de la défense, on a invoqué le « procès de la rumeur », la partie civile reconnaissant qu’il n’y avait pas de « preuve absolue », mais invoquant l’intime conviction des jurés.

    Ce soir, Sacha Rhoul, qui n’a cessé de clamer son innocence à la barre, a évité la prison. La justice en a décidé ainsi. Après le prononcé du jugement, il a fait, presque en larmes, et avant son épouse, une longue accolade à son avocat Me Dupond-Moretti.

    Le 21 août 1995, entre minuit et 5h40, Gilles Andruet a été massacré au visage, à la pomme d'Adam et à un bras par un objet contondant de type batte de base-ball.

    Ce soir, on ne connaît toujours pas la vérité sur cette soirée tragique. La justice ne connaît pas l’auteur ou les coauteurs éventuels de cet assassinat. Ce n’est pas Joseph Liany : acquitté. Ce n’est pas son fils Franck Liany, accusé de recel et qui a purgé sa peine. Ce n’est pas Sacha Rhoul : acquitté ce soir. Loïc Simon s’est suicidé.

    Reste l’assassinat horrible sans auteurs d’un cerveau génial pour l’équivalent de 60 000 euros. Avec un père condamné à vie à rechercher la vérité. Et dix-huit ans après, toujours autant de questions sans réponses.

  • Gilles Andruet : le procès de Sacha Rhoul

    Le maître international Gilles Andruet a été retrouvé mort dans un cours d’eau de l’Essonne le 22 août 1995. L’article du Point résume assez bien une affaire complexe où l’on retrouve les membres d’une même famille qui ont été accusés.

    Depuis lundi, dix-huit ans après les faits, Sacha Rhoul comparaît devant la Cour d’assises de l’Essonne. En 1995, le jeune Sacha avait fui au Maroc tandis que son oncle et son cousin étaient également soupçonnés. Son dossier avait été disjoint.

    Son oncle Joseph Liany (frère de sa mère), flambeur qui avait connu Gilles Andruet au casino d’Enghien avait été condamné en première instance à 15 ans de réclusion criminelle avant d’être acquitté trois plus tard grâce au doute sur l’ADN mitochondrial d’un élément pileux retrouvé sur l’une de ses alèses et qui pouvait scientifiquement provenir d’une personne de même lignée maternelle.

    Son fils a été condamné à 7 ans pour recel (de l’argent déposé en compte joint par Gilles Andruet à la banque Chaabi) et a purgé sa peine.

    Restait donc Sacha Rhoul, condamné par contumace. L’un des protagonistes pouvant entrer dans la cause, Loïc Simon, s’était suicidé. Sacha Rhoul a été extradé en 2010 et a dû, depuis, rester sous contrôle judiciaire. Son extradition est en soi étonnante pour un ressortissant ayant la double nationalité franco-marocaine.

    Les débats ont débuté lundi et seront écourtés, le verdict étant attendu jeudi dans la soirée. Les parties, en accord avec la présidente Mathieu ont passé outre un certain nombre de témoignages.

    Dans le premier procès de 2003, 18 personnes convoquées par la justice pour être interrogées concernant l’entourage des Liany avaient présenté des certificats médicaux.

    Mercredi, en dehors de quelques incidents d’audience et de crêpage de chignon entre Me Éric Dupond-Moretti (avocat de Sacha Rhoul avec Me Bottai) et Me William Bourdon (avocat de Jean-Claude Andruet, père de Gilles) des experts ont défilé à la barre ainsi que des témoins. Jean-Claude Andruet, pilote de rallye au palmarès monstrueux (à 73 ans, il court toujours!) est longuement revenu, avec sincérité et parfois la même naïveté que l’on retrouvait chez son fils, sur sa propre histoire et sa relation tumultueuse et de fascination réciproque avec Gilles. Ils n’avaient que 17 ans et demi d’écart.

    Sacha Rhoul a dit et répété qu’il était innocent. Il a répondu à toutes les questions et connaissait bien son dossier, reprenant parfois ou la présidente ou Me Bourdon sur des imprécisions de formulation.
    Il risque au plus 30 ans de réclusion à moins que son avocat, Me Dupond-Moretti, paraissant bougon et pratiquant parfois la rupture, ne lui décroche un acquittement.

    Relire les anciens sur Gilles Andruet sur ce blog.

    Fiche Wikipedia de Gilles Andruet

  • Tricherie : les sanctions de la FIDE

    Saisie par la fédération française, la commission d’éthique de la FIDE a pris sa décision dans l’affaire de la tricherie présumée aux Olympiades de Khanty-Mansiïsk, en octobre 2010. Hauchard, Feller et Marzolo ont été sanctionnés et ne peuvent jouer aucun tournoi FIDE ou représenter une nation.

    Tarifs :
    Hauchard : trois ans (le maximum de la peine);
    Feller : deux ans et neuf mois (because il est jeune).

    Ces sanctions prennent effet dès le 1er août ; Feller est donc en zeitnot. S’il veut jouer le National, son avocat devra s’activer… Hauchard ? Il a pris le maximum de la peine prévue soit trois ans. Amusant quand on voit que la commission de discipline de la FFE a sanctionné pour huit ans de suspension de licence, il y a quelques années, un amateur pris en flagrant délit de tricherie au championnat de Paris.

    DSC00463.JPGEt Marzolo ? Zéro en pratique. Il a purgé neuf mois de suspension. Son sursis des neuf mois tombe le 21 novembre. D’ici là, il peut jouir de jouer car la commission d’éthique s’est alignée sur la décision du CNOSF, lequel a suivi la recommandation fédérale suite à un accord « secret » entre Marzolo et notre chère fédération.

    Secret ? Oui, jusqu’au moment d’écrire ces lignes mardi soir. Car pour une fois, Euh-Euh, le mensuel de référence hexagonal sur le jeu d’échecs, n’a pas hésité ; en exclusivité, ils ont publié, sur leur site, mardi en fin de journée l’accord entre Marzolo et la FFE... Cet accord n’est plus secret depuis que Marzolo a vu ou la police ou un juge dans l’affaire instruite au pénal puisque la FFE a porté plainte pour escroquerie contre les 3 joueurs.

    Lire l’accord (PDF) sur le site d’Europe Échecs

    Tout ce que vous ne lirez jamais nulle part ailleurs à propos de ce jugement et comment il faut le lire entre les lignes, lire par ici.

    N’hésitez pas à intervenir dans les commentaires, tous validés dans les 24 h sauf ceux hors sujet, insultes et diffamation. Merci de laisser votre vrai nom, c’est plus sport... et comme on dit de manière totalement incongrue, "je vous souhaite une bonne partie".
    ;) Clin d’œil

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu