Avertir le modérateur

agdestein

  • Carlsen champion du monde: interview presque imaginaire!

    Happé par les médias du monde entier, Magnus Carlsen n’a pas eu le temps de nous consacrer un entretien. C’est maintenant chose faite. Un entretien presque imaginaire où Carlsen revient sur son match et ses petits secrets, le rôle de Fressinet et son secondant officiel Hammer.

    Le monde se divise en deux catégories. Ceux qui croient aux interviews officielles. Et ceux qui creusent… et qui tombent sur l’entretien presque imaginaire avec le 16e champion du monde !

    Echecs64 : Magnus, tu es devenu le 16e champion du monde depuis le 22 novembre 2013 en gagnant 3 parties sur les 10 jouées contre Anand. Ton sentiment ?
    Magnus Carlsen : Tu vois, le monde se divise en deux catégories. Ceux qui veulent un match en 24 parties pour devenir champion du monde et ceux qui creusent. Toi, tu creuses avec ton p’tit stylo.

    Echecs64 : Mais Magnus, le match était en 12 parties !
    MC : Faute. En 8 parties : les 2 premières nulles d’échauffement en 16 et 25 coups comptent pour du beurre. Après, tout s’est joué sur 8 parties où j’ai marqué 3 points. Et bonsoir Clara.

    Echecs64 : Qui as-tu remercié en premier en France ?
    MC : Lautier. Mais il n’est plus dans les Pages Blanches. T’as pas son adresse en Russie ? Il a participé à la Dream Team qui a battu Kaspied (c’est une trouvaille de Fressinette, je l’adore !) via Kramnik en 2000. Ah ! La Défense Berlinoise ! Elle me donne des érections, même la nuit. Je lui avais demandé avant le match quelques tuyaux. Trop pris, il m’a aiguillé sur Fressinet. Merci les Frenchies !

    Echecs64 : Concrètement, qu’a-t-il fait ?
    MC : Il m’a amené un catalogue de bagnoles. Il croyait que je voulais acheter une Berline à Chennai. Laurent a vraiment du mal avec l’anglais.

    Echecs64 : Ah ! tu es vache, il met l’ambiance avec son accent du Sud.
    MC : Oui, mais en anglais, il le perd ! T’aurais vu comme mes sœurs se marraient en lui faisant répéter ‘My tailor is rich’. C’est vrai qu’il est sympa. Mais il est ‘too weak, too slow’ *:) Heureux !

    carlsen,anand,agdestein,Echecs64 : Tu n’as révélé que ton vieux pote Ludwig Hammer comme secondant. Tu continues de te moquer du monde ? On cite Nepomiachti et même Kramnik !
    MC : Ils sont tous jaloux parce qu’ils ne peuvent pas chanter la version norvégienne de Si j’avais un marteau. Je te conseille la VO. Bah oui, Hammer, cela veut dire marteau. Et franchement, il a bossé comme une brute.

    Echecs64 : Quand viens-tu jouer en France ?
    MC : Justement, tu ne connais pas un club qui peut m’embaucher ? Je vais déchirer ma licence à Clichy ! Je reste tout le temps sur le banc de touche. Tu te rends compte, ne pas sélectionner le premier joueur au Elo ?! Avec un nouveau club, ça ira sûrement mieux et ptet bien que ça leur rapportera des subventions publiques.

    Echecs64 : Tu maîtrises l’argot, c’est impressionnant.
    MC : En toute modestie, j’ai appris en 15 jours. La Fress, c’est un bon prof. Too strong et très quick en argot.

    Echecs64 : Revenons au match. Franchement, c’était chiant. Que des parties techniques, du gavage de Berlinoise.
    MC : Désolé pour mes fans, mais je me lève à midi et j’ai horreur de calculer. Alors j’échange les dames et je gratte les cases pendant des heures. Ils n’ont pas l’habitude ces patzers de GMI. S’ils savaient… J’ai fait des séances de spiritisme ! Capablanca m’a tout expliqué pour trouver le meilleur coup instantanément.

    Echecs64 : Kasparov t’a félicité après ta victoire ?
    MC : Tous les e-mails qui arrivent de Kaspied vont direct dans le pourriel. La boîte à spams en bon français. Paraît qu’il me cire les pompes sur twitter. Il est venu faire son kéké à Chennai pendant le match pour gêner Anand. C’était pathétique. J’ai battu Anand d’une seule main…

    Echecs64 : Mais en 2009, tu t’es entraîné avec lui pourtant !
    MC : C’est plutôt lui qui a appris sur moi ! J’avais pas besoin de ses variantes. Je suis un échangiste de dames et je passe en finale. Il est devenu fou. Il m’a dit qu’on ne pouvait pas mélanger le sexe et les échecs. Tu vois, il n’a rien compris. Il n’a aucun humour.

    Comme Karpov jeune, tu ne me feras jamais lever avant midi.

    J’ai envoyé un texto à Papa et à mon manager, Espen Agdestein, le frère de Simen : on lui a donné son chèque et on l’a effacé. Espen lui a envoyé le CD des Doors avec This is The End. J’étais mort de rire !

    Echecs64 : Quels sont tes objectifs ?
    MC : Gagner tous les tournois. Comme Karpov dans les années 1970-1980, mais sans placer mes potes pour faire des nulles faciles et moins bosser. Je veux tous les rincer. Too weak, too slow.

    Echecs64 : Tu vas demander cher ?
    MC : Oui, Espen fait bien le job pour les royalties. Mais c’est surtout mes adversaires qui vont prendre cher. Tous des crevards. Ils attendaient l’échec et mat d’Anand. Car en tant que punching ball, grâce à moi, ils vont gagner plus d’argent dans tous les tournois auxquels je participerai !

    Echecs64 : Ce n’était pas trop dur l’ambiance en Inde ?
    MC : Visité aucun temple. Suis pas sorti de l’hôtel. Mes sœurs se sont éclatées à essayer des saris dans tous les sens. Ma mère et mon père m’ont dit que ce pays avait plus d’un milliard d’habitants.

    Echecs64 : T’as une tête de jeune boxeur, tu dis tout le temps ‘may be’. D’où te vient ce sympathique côté de nerd ?
    MC : Je veux faire du ChessBoxing. Non, mais arrête, dans tes rêves ! Depuis que j’échange les dames sur l’échiquier, j’ai une girlfriend. Scoop : je ne l’ai pas rencontrée au tournoi du Cap d’Agde.

    Echecs64 : Tu nous la présenteras ?
    MC : Sur CNN d’abord. Sur Facebook ensuite. Bah oui, MC en France, c’est un rappeur. Moi, je suis une marque internationale. Tu verras, sur Facebook, je ne ferai pas comme Aronian qui montre les citrouilles du jardin de sa mère ou les photos de sa copine sous toutes les coutures.

    Echecs64 : Qui pourrais-tu remercier parmi les anciens champions du monde ?
    MC : Lasker. Je kiffe la Berlinoise.

    Echecs64 : Et Fischer ? Bobby, quand même. Il jouait à fond toutes les positions comme toi.
    MC : Qui ça ? Connais pas. Il a joué un tournoi récemment ?

    Echecs64 : Quand tu viendras en France, quel monument historique visiteras-tu en premier ?
    MC : La fédération française. Tivi (Tiviakov) m’a raconté ; la mare aux canards l’a fait rigoler. On ira en famille. On louera un hélico.

    Echecs64 : Mais pourquoi ? T’es pas écolo ! Y’a les transports en commun.
    MC : Tivi a mis 5h pour y aller de Paris. OK, il s’est cru dans une Défense Scandinave et est parti au nord de Paris alors que c’est au sud-ouest. Quel poireau !

    Echecs64 : Tu rencontreras le président Diego Salazar ?
    MC : D’abord une simultanée contre l’équipe de France. Un ‘Faites vous la main’. Ensuite la grosse bouffe avec Diego.

    Echecs64 : Amateur de cuisine française ?
    MC : Tu vois, le monde se divise en deux catégories. Ceux qui aiment la cuisine française. Et ceux qui aiment Quick. Toi, ton président, il aime Quick. D’ailleurs il va me pistonner pour ma carte de fidélité.

    Echecs64 : Merci Magnus, de ta disponibilité.
    MC : (Carlsen prend alors son téléphone) Espen, prépare la facture pour l’interview d’Echecs64. Rajoute quelques zéros à 64, ce type dit n’importe quoi.

  • Dieppe : Istratescu, les Rolling Stone et le diable

    Internaute 3G pressé par le temps, le contretemps en pas chassé du résultat final de l’open de Dieppe (25-31/8) est aussi fulgurant qu’un but improbable de l’équipe de France de football contre l’Allemagne. Le co-champion de France 2012 Istratescu, lui, a marqué 8 buts sur 9. Il a concédé un ballon nul avec les noirs contre l’ancien pro de foot norvégien, le GMI Simen Agdestein et remporte seul cette 9e édition.

     

    dieppe,istratescu,agdestein,marshall,capablanca,eden,bouton,gournay-en-brayLe plus impressionnant chez Istra n’est pas son score final mais sa perte de poids spectaculaire qui a pris à revers les photographes (dans leur cuisine) des sites spécialisés : moins 30 kg en 3 mois, c’est un truc à faire déposer le bilan à Jean-Michel Cohen Limitée comme on dit au Québec.

    La recette ? Footing matutinal obligatoire avec enchaînement pongiste sous la houlette d’une ex-championne d’Europe de la petite ba-balle où les Chinois excellent.

    A noter aussi son extraordinaire volonté sur l’échiquier, son style « d’écrase-patates » (patate = joueur faible) y compris dans les parties clés contre de forts joueurs, ses cigarettes enchaînées comme une combinaison de mat et un système nerveux central pas encore stabilisé. En langage vulgaire, Istra est une boule de nerfs.

    Istratescu, le blog intersidéral et Tregoubov
    On ne se connaissait pas avec Istratescu, mais on s’est tutoyé d’emblée comme deux Espagnols. Sa première remarque a été : « Qu’est-ce que je me marre avec ton blog quand tu appelles par exemple Tregoubov ‘très beau gosse’ ». Le plus drôle ? Ce GMI ex-entraîneur fédéral vient d’être licencié (licence fédérale à Clichy œuf corse) par la nouvelle équipe FFE.

    Zéro médaille ramenée, pratiquement zéro présence au siège alors qu’il était salarié. Entraîneur privé d’un jeune Corse doué. Il avait sûrement des qualités puisque l’équipe précédente avait crû bon de lui établir un CDI à 2450. Pas en points Elo, mais en euros (brut). Sans objectif particulier il est vrai. Il paraît que Didier Deschamps a chouiné auprès de la FFE pour concurrence contractuelle déloyale.

    Le péril jeune, un vieux péril
    Finalement, ce tournoi de fin de saison, c’était la plage. Dans la dernière ronde, la jeune délégation du club voisin de Gournay-en-Bray s’est affublée de couleurs fluo plein les cheveux. Ils et elles étaient gais comme des pinsons. Les spectateurs aussi. Le style after + hype est si rare dans les échecs...

    Le tournoi ? C’était beau, c’était grand. Beaucoup de « jeunes sous-classés » ont râlé certains. Eh oui, c’est le propre du péril jeune : progresser donc être sous-classé. Il y avait à l’inverse le péril vieux. Sous-classés sur certaines parties, avec du métier paraît-il. J’en ai vu quelques-uns à la dérive qui sont toutefois remontés.

    A Dieppe comme ailleurs, on avait toutes les raisons d’être mauvais perdant ou d’attribuer sa prestation à une visite trop matinale (11 h tout de même) en mer pour voir des dauphins par exemple.

    Le sport et la fête à neu-neu
    Pour tous les sportifs (car oui le jeu d’échecs est administrativement reconnu sport, interdit de rire) qui ont séché (façon de parler) la piscine d’eau de mer, le casino le soir ou la visite du superbe château et de ses expositions d’ivoire, Dieppe restera un endroit où l’on respire bien dehors.

    Contrairement aux Rolling Stones qui affirment que les galets sont les seules pierres qui ne sont pas un motif de satisfaction, la marina Dieppa (en corse dans le texte) est à recommander.

    Respirer et souffler n’est pas jouer
    Côté salle des 'patates', les ventilateurs d’opérette du Palais des congrès n’ont rien pu faire contre le CO2 éjecté par la gente des 64 cases au bout de quelques heures de jeu.
    Pour s’amuser, il restait en début de tournoi un passage à la fête foraine sise le front de mer. Une montagne russe avec de l’eau et si tu veux gagner des peluches ou être fortiche en tir sur des ballons rebondissants, ça fait du bien à l’ego et mal au porte-monnaie.

    Dieppe, les Rolling Stones et le diable
    Venir à Dieppe de Paris avec deux ados déchaînées chantant à tue-tête en mode My Sweet Lady Jane et qui t’imposent du Rolling Stones à 130 km/h c’est sympa, mais l’amende se paie en points Elo. Dans toutes les parties du tournoi, le diable s’est invité dans mon cerveau en chansons et en chantant avec Sympathy For The Devil.

    " Please allow me to introduce myself,
    I’m a man of wealth and taste

    I’ve been around for a long long year
    Stole many a mans soul and faith

    … Pleased to meet you
    Hope you guess my name, oh yeeeah”

    La même en audio (7 min)

    Le 'Oh yeaaah' et le groove étaient ingérables et aussi permanents et lancinants que tes problèmes d’arthrose, petit scarabée.

    Quand le diable est au paradis
    L’apogée ? Le diable (ou sa chanson) ont pris la peau du talentueux junior James Eden dans notre partie. Avec les noirs, Jessie James a fait son shérif en manipulant le gun du champion américain Frank Marshall.

    Il m’a ressorti une arme vieillotte, piégeuse, réfutée mais affûtée de la partie Capablanca-Marshall… de 1914 !
    Marshall avait attendu des années avant de la placer au génial Cubain. Plus de sympathie possible pour le diable lequel avait pris la peau du jeune Eden. Happé par le paradis d’Eden, je fus balayé en enfer. Mais quand la musique est bonne, il faut faire bonne figure. Une bulle avé le sourire et félicitations au jeune homme.

    Dieppe : bis repetita ?
    Please allow me to revenir l’an prochain. Je m’y prendrai tôt pour la registration (et non avec le faux ami « ze inscrip’chion » comme il était annoncé en anglais au micro lors du tournoi de blitz). Sans Sweet Lady Jane et avec un grand coup de Metallica pour contrer cette sympathie pour le diable.

    Zi end.

    Les dernières nouvelles sur le compte twitter Echecs64

    Mur peint en plein Dieppe dans une petite rue derrière le front de mer
    Brighton 132 km, Paris 161 km

     

    dieppe,istratescu,agdestein,marshall,capablanca,eden,bouton,gournay-en-bray


  • Dieppe : Agdestein et sa bande de jeunes

    Le grand maître Simen Agdestein, ancien mentor du jeune Carlsen, ancien footballeur professionnel, est venu avec une bande de jeunes Norvégiens à l’open de Dieppe (Seine-Maritime). L’open (25-31 août) est séparé en trois groupes de force. L’open C est réservé aux jeunes. Cela joue à toute blinde et les parties sont bouclées en moins d’une heure et demie !

    La dizaine de jeunes amenés par Agdestein sont répartis dans l’open A et l’open B. L’open A est très fort en tête. Les 25 premiers échiquiers jouent au premier étage du casino face au palais des congrès où suent les autres participants.

    Petit scarabée, tu n’es jamais allé à Dieppe ? Écoute les conseils du sage organisateur. Voici de quoi te donner le goût de participer à un tournoi face à la mer en fin de saison, avant la rentrée ; en évitant les grosses chaleurs et la surpopulation.

    De l’eau et des lots
    Pour s’entraîner à la Fischer, on peut aller dans la piscine d’eau salée toute proche avec des tickets à tarif préférentiel. Au retour, après avoir fait des longueurs ou s’être prélassé sous les jets d’eau, la tombola du jour attribue à des vainqueurs tirés au hasard des lots en nature offerts par des partenaires.

    agdesteinAgdestein : « J’ai déjà joué deux fois contre la France. »
    Après la 2e ronde, l’organisation a offert le pot d’accueil dans le restaurant sympa de la piscine.

    Agdestein et une formatrice de jeunes Norvégiens ont goûté au Crémant en demandant si "c’était du champagne". Il a joué deux fois contre la France en tant que footballeur professionnel, gardien de but. En 1995 et 1996. Mais comme j’en étais au 4e verre de Crémant, je me suis peut-être mélangé dans les années.

    Oops! Rectification nocturne par texto de Christophe Guéneau quelques minutes après cette mise en ligne: "Désolé de te dire ça, mais il n’a jamais été gardien de but de sa vie. Il était attaquant. Le 28 septembre 1988, il a joué au Parc des Princes le France-Norvège (qualif pour Coupe du monde Italie, 1-0, Papin sur penalty). A un moment, Amoros, défenseur français, lui a fait un tacle de la mort et le Simen a été inexistant. Bon courage à Dieppe Bien Phu. Amitiés."

    La cravate d’Istratescu
    Seul maître portant une cravate, Istratescu fait partie des grands favoris. Il a aussi perdu énormément de kilos et a de l’énergie à revendre sur l’échiquier.

    Le blitz
    Entre deux fois deux rondes par jour, il reste une soirée... pour un tournoi de blitz.

    La Martinique à Dieppe
    Une délégation emmenée par le président de la ligue de Martinique, Gilles Suez-Panama, a carrément enchaîné avec le championnat de France de Nancy. Et la bande de jeunes fait bonne figure. L’un d’eux, Lionel Buisson, a gagné l’open C du championnat de France... et gagne aussi l’open B ici!

    Le bar à crêpes
    Non, le café et les boissons ne valent pas un euro à Dieppe. C’est moins cher. On a même des crêpes faites sur place et d’excellents parts de gâteau préparées par des mamans de jeunes joueurs.

    Tournoi de poker
    Une soirée de Texas Hold'em est organisée au casino. Un joueur d’échecs a gagné l’an passé 1 500 €.

    Casino : tenue correcte exigée
    On peut perdre aux échecs, mais au casino, on perd pour sûr en s’amusant. Les bandits manchots (machines à sous) rincent seniors et vétérans jour et nuit. La cravate n’est plus obligatoire.

    Agdestein ouvre les fenêtres... puis sa position
    Première ronde. La salle au-dessus du casino accueille les 25 premiers échiquiers de l’open A. Un orchestre du casino joue des airs comme sur le Titanic à l’étage du dessous. Au bout d’une heure, l’atmosphère est surchauffée. Derechef, Agdestein ouvre deux fenêtres donnant sur la mer. A la Fischer, ce sportif sait que son cerveau doit être oxygéné.

    Plus tard, à la ronde 3, il sauvera une finale avec deux pions de moins contre le MI Arnaud Payen. Agdestein avait T+F contre T+C et des pions de chaque côté. « Je jouais avec deux minutes puis ensuite pratiquement tout le temps avec 1 minute ou 30 secondes par coup et j’ai complètement lâché. C’est incroyable » avouera Arnaud, détendu sur le port le soir en sortant du restaurant.

    Des jeunes, les vétérans et des étrangers
    La ligue de Haute-Normandie a fait le plein chez les jeunes et quelques vétérans comme Pinchon, Guillaumat, Andrieu... et le champion de France vétéran 2013 Nicolas Giffard.

    Partenaires particuliers cherche partenaires particuliers
    L’organisateur Olivier Delabarre a le chic pour optimiser les partenariats. Pas de budget monstrueux, mais chaque joueur reçoit une plaquette avec tous les noms des restaurants partenaires, les avantages ou réductions dont bénéficient les participants et un plan de la ville. Cette optimisation a aussi été faite sur les nuitées des joueurs invités. Une réflexion à entamer pour le championnat de France ?

    Partenaire particulière
    Partenaire et traditionnel du tournoi, le site Chess & Strategy. En vedette du site sur ses (bons) résultats après la ronde 4, la forte joueuse Kostiuk. L’an dernier, elle avait gagné une peluche remise par Chess & Strategy. Ah au fait, elle vit avec l’animateur du site. 

    Le site officiel

    Grille et ronde par ronde sur le site FFE

    Les dernières nouvelles sur le compte twitter Echecs64

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu