La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

01 décembre 2013

Équipe de France : interview de Sébastien Mazé

La France est vice-championne d’Europe par équipes de 4 derrière l’Azerbaïdjan et devant… la Russie ! Le tournoi s’est déroulé du 7 au 18 novembre 2013 à Varsovie. Battue sur le fil à la 9e ronde par la Russie qui revenait de nulle part, elle fête une deuxième place après avoir été en tête tout le tournoi.

Joie, bonne ambiance, symbiose avec le capitaine et le préparateur, on se demande pourquoi la FFE n’avait pas trouvé avant une telle formule magique. L’ancien entraîneur de l’équipe de France, licencié récemment, pourra s’en inspirer lors de lointaines responsabilités. Et les anciens responsables aussi car les joueurs ne demandaient qu’une chose : jouer pour la gagne.

Ils se connaissent tous depuis des années et ne jouent pas vraiment pour une haute récompense. Cette deuxième place a rapporté 9 000 € à la fédération, ce qui a permis de partiellement répartir les primes équivalentes à chaque joueur du fait de ce bon résultat : un peu plus de 4 000 € chacun.

Avec un impardonnable retard, Echecs64 parle de l’événement. Le nouveau champion du monde Carlsen et notre champion du monde vétéran Vaïsser attendront. C’est pourquoi nous avons posé dix courtes questions au capitaine : le GMI Sébastien Mazé.

La consigne était : « Réponses impertinentes et dans la déconne. » Pitaine a encore réussi ! Il est arrivé au moins deuxième !

Echecs64 : Salut Seb. Ton pseudo est mazetovic sur twitter. Comment s’est passée la préparation des cinq mousquetaires avant la compétition ? Réunion de choc à la fédé, suivi des matches de foot avec MVL, footing à Clairefontaine, stage de hors-bord en Corse ?
Sébastien Mazé : Cette année, on n’a pas trouvé le financement pour le hors-bord en Corse ! Plus sérieusement, on espère faire un stage tous ensemble avant les Olympiades [août 2014 à Tromsø, Norvège.]


Echecs64 :
La FFE a annoncé l’absence de Fressinet pour « raisons personnelles ». On supputait sa présence aux côtés de Carlsen, mais ce dernier a affirmé qu’il n’avait « qu’un marteau » (le GMI Hammer) comme secondant. Avec Fressinet, c’était la médaille d’or ou la mauvaise ambiance assurée dans l’équipe du fait d’une rivalité Bacrot-Fressinet sur l’échiquier ?

SM : L’époque des rivalités est révolue. Laurent était occupé cette année, mais sans aucun doute, il sera là l’année prochaine.

Echecs64 : Combien de fois avez-vous chanté ‘Étienne, Étienne’ avant de décider de le mettre au 1 en bloqueur plutôt que d’envoyer MVL planter ses banderilles ?
SM : Plusieurs compos étaient possibles mais on a opté pour l’expérience d’Étienne au 1. Par contre, on a pas mal chanté Papayou de Carlos !

Echecs64 : Combien d’heures par jour dormait Gozzoli resté en France ?
SM : Yannick récupère encore, quinze jours après la fin de la compétition. Il a effectué plusieurs nuits blanches de travail pendant le tournoi.

Echecs64 : Y a-t-il eu une frayeur du type : « Mon joueur ne s’est pas réveillé, il va arriver 20 s en retard et on se prend une bulle à cause de la règle zéro tolérance ? »
SM : Pour les joueurs, pas de frayeurs ! En revanche, pour donner la compo à 8 h du mat, c’est une autre histoire...

Echecs64 : A propos de bulles, à quelle ronde est arrivé le président fédéral ? A-t-il amené son champagne ?
SM : Diego est arrivé à la ronde 7 [Azerbaïdjan-France, 2-2] avec une sacrée bonne humeur et une grosse envie de gagner.

Echecs64 : Quels étaient les restaurants préférés de l’équipe ? On a vu sur Facebook des photos de MVL se bâfrer de brochettes. Cela faisait Obélix, mais en version Mickey Mouse pour le format.
SM : On a trouvé le meilleur resto Sushi d’Europe ! Du coup, c’est devenu notre QG.

Echecs64 : Comment expliquer la baisse de régime de Tkachiev dans le match contre la Russie ?
SM : Vlad a joué en moyenne 7 h sur ses 8 parties ! Il n’a pas baissé de régime. Il était au top tout le tournoi, mais il est tombé sur un grand Andreikin.

Echecs64 : Même si on ne refait pas le match, vous avez envoyé une boîte de chocolats à Van Kampen après qu’il ait raté un gain évident dans une finale T contre C contre Morozevitch, ce qui permet à la Russie de gagner contre les Pays-Bas au lieu du match nul et qui aurait du coup changé l’appariement de la dernière ronde ?
SM : Van Kampen était déçu lui-même qu’on l’ait laissé tranquille. Mais c’est vrai que c’est un tournant.

Echecs64 : Quelles sont les cinq parties mémorables de l’EdF que tu vas agrafer dans ta chambre et qui rallumeront une tonne de souvenirs ?
SM : Les parties de Romain et Vlad contre l’Ukraine [Édouard-Efimenko 1-0, Moissenko-Tkachiev 0-1]. Un régal.
Les parties d’Étienne contre Mamedyarov (nulle) et Aronian (défaite). La première de toute beauté et la seconde, un gros ascenseur émotionnel. Et les deux boucheries de Max contre la Grèce et l’Arménie.


Échecs64 : Médaille d’or d’Édouard au 3e échiquier. Franchement, pour celui que Lautier appelait « la chèvre », il n’a pas forcé son talent *:D La banane !
SM : Je crois qu’il n’était pas trop en forme ?

Merci Sébastien, à bientôt dans le cyber-espace ou en observateur au stage de hors-bord !


Page FFE dédiée avec photos

Site officiel

Chess-results : Tous les résultats dans tous les sens, équipes, échiquier par échiquier etc.

Et l’équipe de France féminine ? A joué sur la case i9. Tournoi raté. Interdit de rire, cliquez ligne suivante.

Lire la suite

14 novembre 2013

Varsovie : les mousquetaires font leur marché

Après 6 rondes sur 9, la France est seule en tête au championnat d’Europe par équipes sur 4 échiquiers. Pour une fois, la force fait l’union et non pas l’union fait la farce comme déjà vu. Parmi les gros z’Elo, seul Fressinet est absent : il doit passer des nuits blanches à travailler pour Carlsen, cloîtré dans une chambre d’hôtel à Chennai.

 En attendant, nos mousquetaires font leur marché contre des équipes fortes mais pas favorites. En effet, les gros calibres comme la Russie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan et la Géorgie ont multiplié les faux pas par des matches nuls voire perdus et se sont parfois neutralisés.

Dans l’intervalle, les Français ont gagné 5 matches : 4 grâce à une courte victoire d’avance (et 3 nulles) contre la Slovénie, le Belarus, la République tchèque et la Grèce. L’Ukraine (sans Ponomariov et Ivantchouk) a pris un 3-1 tandis que la Hongrie de Judit Polgar (3e échiquier et en l’absence de Leko, secondant d’Anand à Chennai) prenait un match nul (4 nulles).

vachier-lagrave,mvlAu 1, Bacrot fait draw : hormis le premier match, épargné contre la Slovénie, Étienne Bacrot bloque. Il a enchaîné 5 nulles dans un style : « On ne passe pas. » C’est du propre et du pro.

Au 2, Vachier-Lagrave, pas (encore) grave joue des parties compliquées et longues. Quelques (petites) frayeurs, mais tout est sous contrôle car l’ambiance est excellente dans l’équipe. On a connu moins bien… Il se rattrape via des batailles de commentaires sur twitter avec Short, Giri et d’autres à propos de la 4e partie du match Anand-Carlsen.
Accessoirement, des photos postées sur Facebook montrent l’appétit de l’échiquier n° 2.

MVL incite les ‘twittos’ (personnes ayant un compte twitter) à encourager l’EDF.
L’idée de faire monter Bacrot en bloqueur et MVL en buteur potentiel est excellente et s’est concrétisée à la 6e ronde du 14/11 contre la Grèce où il a été le seul à marquer.


Au 3, le Roi Édouard est en super forme : 3 victoires et 3 nulles. Et surtout jamais en danger. Bon pour le moral, culture de la gagne pour l’équipe, le capitaine local Sébastien Mazé a de quoi se réjouir.

Au 4, Tkachiev a marqué 2 fois. On dirait qu’il n’aime plus ces dames ! Il aurait pu marquer un but supplémentaire dans une finale… de dames gagnée (D + pion f et h contre D seule). Mais la cadence, la fatigue et le match déjà gagné pour l’équipe l’ont conduit à la nulle. Ses parties longues l’ont sûrement fatigué, ce qui sera un facteur de risque pour les trois dernières parties.

Au 5, Hamdouchi n’a joué que 2 fois (deux nulles). Il rentrera si et seulement si l’un des quatre mousquetaires est épuisé.

A trois rondes de la fin, le championnat débute en fait. C’est la grandeur et la décadence du système suisse par équipes. Les grosses cylindrées ont commencé à s’entretuer ou à se neutraliser. La France a tiré son épingle du jeu et optimisé.

Mais maintenant, même en cas de défaite l’EdF jouera du bon, du beau mais il ne faudra pas jouer du bonnet :
Azerbaïdjan-France pour la 7e ronde du 15/11 ! Elle a l’occasion de monter sur le podium, ce qui serait grandiose.

Résultats par échiquier ronde par ronde.

Parties en direct à partir de 16 h

Site officiel

18 octobre 2012

Spassky réapparaît à la télé russe

Le 2 octobre, Boris Spassky a donné une interview à la télé publique russe, la Première Chaîne. Il a indiqué qu’il y avait une « pomme de discorde » entre sa famille et lui. Et pas seulement pour des raisons médicales où Spassky se serait senti en « résidence familiale surveillée », mais également pour une affaire de répartition de biens.

Il serait prêt à « faire des compromis » et aurait envoyé de Moscou une demande de divorce. Le GMI Vlad Tkatchiev était présent lors de cet entretien. Spassky en a donné un second pour le site de Vlad, ‘Whychess’, où il a répondu à des questions plus… techniques.

 

spassky,losson,kouznetsova,whychess,chessbase,tkachiev

Le reportage de la télé russe montre sa maison à Meudon et interroge à Moscou son avocate française Me Julie Losson. Elle parle parfaitement russe et se montre prudente dans ses réponses, se limitant à dire que Spassky peut parler librement et décider de lui-même.
Mais la réponse est sûrement dans sa spécialité indiquée sur le site du cabinet parisien où elle exerce : le droit patrimonial de la famille et le droit international privé. Le décor est planté.

De son côté, Spassky se montre tel qu’en lui-même dans ses meilleures années sur l’échiquier : combatif. Il ménage au maximum sa famille, car chaque mot pèsera dans ce « conflit familial fort » comme le rapporte la Première chaîne.

Quelques détails

  • Il est clair qu’à la suite de son AVC, le champion ne peut plus marcher sans être aidé. On voit qu’il a été fortement maquillé pour les besoins de l’entretien. Son discours est cohérent et il a l’air d’assumer ses choix.
  • Il prétend avoir un « sponsor » pour l’aider à payer la clinique. Mais qui paie son avocate ? Une femme s’occupe de lui : Valentina Kouznetsova. Elle refuse d’être filmée et est omniprésente.
  • Son regard est dur, très dur. Il n’a plus cette insouciance de se cacher sous une blague pour amuser le public. Elles réapparaissent en passant sans le sourire de malice d’autrefois dans l’entretien qu’il donne à Tkachiev sur WhyChess.

Ce Boris est méconnaissable sur le plan du caractère. En l’état, il ne rentrera pas en France et l’affaire semble prendre une tournure privée. Triste fin de partie sur laquelle il est interrogé par Vlad sur WhyChess en comparaison avec celle de Fischer.

Le résumé (en anglais) sur ChessBase

L’interview (en anglais) sur WhyChess

Le reportage (5 min)avec l’interview du champion sur la Première Chaîne russe

25 août 2011

La tricherie s’exporte?

Un joueur russe de 42 ans, classé entre 1678 et 1711 depuis des années, s’est mis à battre des maîtres dans l’open de Saint Pétersbourg en mémoire du 100e anniversaire de la naissance de Botvinnik. Problème: il trichait.
Dans un entretien daté du 18 août, Sébastien Feller s’exprime sur le site animé par Vlad Tkatchiev, WhyChess.org. Il nie tout en bloc, revient sur le fait que la Fédé avait une dent contre lui depuis longtemps et tient à continuer à jouer pour la France bien qu’il ait envisagé de changer de fédération.

L’entretien est à lire sans oublier que le principal sponsor du site est le président de la FIDE Ilioumjinov et que Tkatchiev, T-Moingt cité par la Fédération, n’est jamais venu devant les instances fédérales. Idem au championnat de France: qualifié, inscrit sur la liste des participants, il a été remplacé au pied levé par Hamdouchi, sans que le motif de son absence soit rendu public.

Politique fédérale, transparence: c’était la saison 2.
Lire le dossier sur la tricherie sur le site de ChessBase.

02 juillet 2011

Scoop Tkatchiev: 1er open gay à Malaga

Le tout nouveau et multilingue site du champion russo-français Vlad Tkachiev, 'Whychess' a publié une nouvelle passée totalement inaperçue: le premier tournoi gay s’est disputé à Malaga fin juin et a rassemblé 81 participants. Quelques maîtres ont fait leur "auto-outing" sans problème parmi lesquels le MI Rivas Pastor, les GMI Plaskett, Komljenovic. Résutats de ce tournoi en 7 rondes à la playa.

whychess_tk.JPGTkatchiev, son frère et une rédactrice tous terrains se lancent dans l’aventure de ce site qui rassemble des entretiens, des blogs de super GMI (Aronian, Grichtchouk...), des reportages originaux en Inde ou au Qatar et des chroniques « SEXty four squares » dont est issue la nouvelle ci-dessus et qui pose globalement la question philosophique:
« Why is there no sex in chess? ». Interdit de rire, que ce soit dans les championnats de jeunes en France ou dans les Olympiades... Mais la question est posée, merci! Tout comme celle, en plus sérieux, des droits d’auteur sur les parties...

Vlad se fait de nouveau l’avocat du jeu rapide et du blitz, le site est riche avec pas mal de vidéos gratuites en anglais sur des ouvertures. Peu à peu, Vlad compte donner à manger au monstre et inviter quelques blogs qui s’inséreront chez lui. Pour les plus accros à leur Elo-ego, le site propose en liaison le bureau de la FIDE à Elista, la mise à jour hebdomadaire du classement Elo international ("live ratings") calculée par la FIDE avant l’échéance trimestrielle.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu