Avertir le modérateur

Larsen

  • Spassky « pat » dans de drôles de pattes ?

    Le 16 août 2012, le dixième champion du monde Boris Spassky a disparu de son domicile à Meudon, en région parisienne. Assisté d’une personne suite à son AVC en 2010, le champion, très diminué, vivait chez lui et reprenait doucement la marche.

    Sa femme Marina, s’est absentée une partie de la journée. A son retour, son mari n’était plus là et l’assistante de vie avait disparu. Affolée, elle a appelé immédiatement son fils Boris Junior qui est revenu en catastrophe de Madrid. La suite ? « Un mauvais polar » selon Marina.

    Le 19 août, dans un entretien qui ressemble fort à une manipulation des meilleures années du journalisme soviétique, Spassky indique qu’il a « fui Paris pour Moscou ». Comment un homme dans une telle situation médicale a-t-il pu prendre un billet d’avion et voyager plus de 5 heures, transfert compris ? Pas seul, c’est certain.

    Spassky_Larsen_Stockholm_1969.jpgAlors que la sœur de Boris (qui fut championne de dames 8x8) le défend de Saint-Pétersbourg et ne croit pas un mot de cette histoire, une ancienne capitaine de l’équipe féminine soviétique parle à la place de son frère et dit que Boris voulait « ces deux dernières années, retourner en Russie ». Une photo la montre dans l’article de WhyChess toute souriante avec un groupe de femmes, Averbakh et Boris.

    Depuis août, Boris Spassky est donc en Russie. Qu’est devenue la femme qui s’occupait médicalement de Boris à son domicile ? Comment le champion est-il soigné en Russie ? Par qui ? Qui paie les frais d’hôpital où son fils Boris junior a fini par le localiser ? A qui profite ce retrait en Russie ? Quelles sont les motivations d’une femme qui s’interpose systématiquement entre un Boris affaibli et son fils quand ce dernier parvient à lui rendre visite ? Les autorités russes suivent-elles le dossier ?

    Le dernier rebondissement est le lancement d’une vraie enquête à partir de la France. Dans un entretien publié le 26 septembre sur le site Internet du quotidien Le Figaro, Boris Junior affirme au journaliste Bertrand Guyard que son père a été « enlevé et séquestré ». Cet entretien a été repris par les médias russes comme l’agence officielle RIA qui parle de Boris comme « le champion soviétique ».

    Installé à Meudon depuis 1976, Boris Spassky était retourné ces dernières années dans sa Russie. Russe toujours, soviétique jamais. Au-delà du choix personnel ou de l’enlèvement supposé ou avéré de Spassky, l’urgence est la qualité des soins d’un homme affaibli, immensément populaire en Russie comme en France sur les 64 cases.

    Fiche Wikipédia de Boris Vassiliévitch en russe

    Photo: Spassky-Larsen, Stockholm 1969.

  • Bent Larsen est mort

    larsen.jpg

    Le grand champion danois Bent Larsen est mort le 9 septembre à Buenos Aires à la suite d’un accident vasculaire cérébral. Il était soigné dans une clinique depuis trois semaines. Il avait 75 ans.

    Diabétique, très affaibli ces dernières années, il était encore visité par son compatriote, le grand maître Peter-Heine Nielsen (secondant d’Anand) et restait toujours aussi intarissable à refaire le monde des 64 cases en anecdotes comme en variantes.

    Il y a moins d’un an, j’avais rappelé Larsen pour le relancer sur le projet d’un livre pour les éditions Payot. La conversation avait été brève. Larsen était fatigué et avait simplement laissé tomber, terriblement: ‘Me murio’. Que dire après cela?

    Larsen, développait une rare énergie sur l’échiquier. Celle des Fischer, Kasparov et Guelfand, spécialement en milieu de jeu et en finale. Il avait cet incroyable talent d’embrouiller ses adversaires, et pas seulement avec ses ‘coups de flanc’ tels 1.f4 ou 1.b3, mais aussi dans les positions-type grâce à sa science de la transition.

    En espagnol
    L’article du quotidien de Buenos Aires, La Nación : ‘L’adieu à une légende: Bent Larsen’

    Plus détaillé, un article sur les circonstances de son décès et son palmarès.

    En anglais
    ChessBase lui avait consacré un long portrait il y a quelques mois

    Sur ce blog
    Un article de Larsen à partir d’une conversation de 52 min que j’avais eue avec lui en mars 2008. A relire ici

    La photo ci-dessus a été prise en 1957 à l’aéroport de Copenhague. Elle est publiée sur le site ChessBase à partir d’un article et de photos fantastiques de Larsen.

    De gauche à droite, Mikhaïl Tal, Bent Larsen, Miroslav Filip et Boris Spassky analysent avant de se rendre au championnat du monde universitaire.

  • Allô, Larsen?

    Tout comme Karpov, il ne faut jamais appeler Larsen avant midi. Etant donné que le nettoyeur du milieu de partie des années 1970 vit dans la banlieue de Buenos Aires, il fallait calculer. Les éditions Payot ont publié deux livres en français de l’immense Larsen: son inoubliable Mes 50 meilleures parties et Les coups de maître aux échecs.

    Je l’ai contacté pour un troisième qui me trotte dans la tête depuis plus de cinq ans... J’espère pour Larsen et pour tous ceux qui apprécient son style inimitable de commentateur, que ce projet verra le jour.

     
    Cliquer ligne suivante pour lire la suite...

    8f44767063c3f91abcbbcdd6dee6ae75.jpg

    Copyright La Nación

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu