Avertir le modérateur

Hebden

  • Une ‘West’ et un cours de géométrie

    C’est sûrement inavouable, mais Hebden est un joueur que j’admire. Il joue à la fois classique et délirant et a eu le mérite de travailler longtemps seul ses propres ouvertures polies. Adepte du Gambit du Roi, il fut surnommé ‘le boucher’. Avec le temps, il s’est assagi. Aujourd’hui, il joue des systèmes tranquilles contre l’Est-Indienne (1.d4, 2.Cf3, 3.Cc3). Il annule souvent, perd peu, massacre parfois.

    En regardant de vieilles parties, je suis tombé sur cette combinaison, un joli ‘pas chassé’ où Hebden, avec les noirs, termine le Finlandais Westerinen dans un tournoi joué à Gausdal (Norvège) en 1987.

    Vous avez les noirs. Vous allez trouver la combinaison. Ensuite, il faut ‘terminer’ l’adversaire. Il y a la voie facile, mais longue. Et puis, il y a le chemin géométrique. Il demande un peu plus de calcul. Hebden s’empressa de le choisir. Et en plus, c’est joli.

    west_hebden.JPG
    LES NOIRS JOUENT ET GAGNENT (solution cliquer ligne suivante)

    Lire la suite

  • Cappelle: le zapping

    Une ronde pleine et deux heures ont suffi pour se prendre une bonne bouffée de Cappelle. Ce tournoi reste magique. 1990: « Cappelle-la-Grande? Mais c’est où? » – C’est prêt de Dunkerque, tu verras, c’est un petit tournoi vachement sympa et très fort.
    Le joueur Jean-Claude Moingt m’avait entraîné là-bas. Nous étions revenus avec quelques courbatures dues aux massages échiquéens de joueurs russes. Et avec quelques bulles au compteur. Samedi, Jicé président, et seul candidat à sa succession, sera sur la scène pour féliciter officiellement les organisateurs au nom des clubs, c’est-à-dire de la Fédération.
    Pour un retour au XXIe siècle, les internautes impatients doivent cliquer ligne suivante.

    cappelle2009 002.jpg

    Lire la suite

  • Meilleurs vœux British pour 2009

    À l’heure où beaucoup d’entre vous ont sué sur l’échiquier à Noël et au jour de l’An tandis que d’autres faisaient des orgies de chocolat, j’ai essayé de me souvenir de mes propres tournois à cette période. Direction Hastings… et Strasbourg.

    Lire la suite

  • Hebden: la force de l'auriculaire

    Dans le dernier week-end du championnat britannique par équipes, le grand maître Mark Hebden a forcé un mat de toute beauté. Un coup de repos mortel avec un silencieux: ploum, ploum et son adversaire, Ledger (ce qui veut dire ‘registre’ en anglais), a abandonné. Certes, Legder a fait tout ce qu'il ne fallait pas faire sur le plan positionnel.

    En rejouant la conclusion d’Hebden, j’ai entendu son rire quand il place une combine. Le même quand il déroulait ses attaques infernales sur un Gambit du Roi ou sur ses Est-Indienne. Voici la position. Hebden a les blancs et il trouve un coup qui force le mat!

    1268608152.JPG

     

    Vous ne trouvez pas le mat? Avant de cliquer sur la ligne au bas de la photo, une petite anecdote, alors. Hebden est un joueur dans l’âme: backgammon, cartes, jeux et/ou paris stupides; dans un tournoi de Cappelle-la-Grande, il s’ennuyait copieusement. Il trouva alors un partenaire qu’il défia au ‘bras de fer auriculaire’. La scène eut lieu devant témoins comme dans un combat de coqs, avec en jeu quelques pintes de bière. Hebden perdit son match. Sur le coup, il ne sentit rien, mais le lendemain matin, maître Hebden dans son lit déchanta: il dut filer aux urgences… et joua la ronde suivante avec un grand bandage sur son auriculaire brisé!

     

    (Hebden à l’île de Man, en 2000, photo BCF)
    505383278.jpg

     

     

    Lire la suite

  • Les crêpes et la finale dame/tour

    La recette est toujours la même dans les bons livres ou les bonnes revues. Une remarque «en passant» et c’est le flash-back, une pépite dans un compte rendu classique: Alexey Kouzmine nous conte ainsi dans le dernier New in Chess (1/2007, p. 77) la domination de Morozevitch à Pampelune, en décembre 2006: cinq victoires et deux nulles dont la position suivante… qu’il n’a su gagner.

    Position Morozevitch – Yakovenko

    medium_moroz_pat.6.JPG1.Rf3? (gagnait 1.De5! Rg1 (1...Rg2 2.De1) 2.Rg3 Tg2+ 3.Rh3 Tf2 4.De1+ Tf1 5.Dg3+ Rh1 6.Dg2 mat), les noirs s'éclatent maintenant avec “la tour folle”:

    1...Tf2+! 2.Re3 Te2+ 3.Rd3 Td2+ 4.Rxd2 pat!

    Les coups au format pgn: TOUR_FOLLE_.pgn

    Ouh… le vilain. Kouzmine s’amuse, ne blâme pas Moroz… et se souvient: il était arrivé la même mésaventure à Karpov ET Kasparov… contre un programme spécialisé, dans les années 1980, à Amsterdam. Vous ne suivez pas ? C’est pourtant élémentaire, mon cher Watson ! Cela nous ramène à nos crêpes...

    « Je ne comprends pas, Sherlock ».

    - Suivez-moi. Nous sommes chez Jean-Pierre Mercier, dans les années 1980, à Paris. C’est lui l’importateur exclusif de ChessBase en France. Le logiciel allemand en est à ses tout débuts. Pour rire, ChessBase a commercialisé un petit programme: KDKT.
    « Ce qui veut dire ? »
    - Mon cher Watson, révisez vos cours d’allemand: Koenig, Dame, Koenig, Turm, autrement dit roi et dame contre roi et tour.
    « Formidable! »
    - Ce qui l’est moins, c’est que sieur Mercier a lancé un défi à quelques joueurs dont ce Bouton, vous connaissez?
    « Oui, je crains qu’il en donne à tout le monde, le pauvre… »
    - Eh bien, sont convoqués le maître des finales, Alain Villeneuve et plein d’autres joueurs. L’objectif est de vaincre KDKT… mais aussi de remporter un match de crêpes.

    medium_crepes.jpg

    Villeneuve est déjà spécialiste des concours d’omelette norvégienne, Mercier fait confiance à son physique, Bouton fanfaronne avec son appétit.
    « Et alors ? »
    - Eh bien, je ne sais plus si c’était en même temps, mais seul Hebden gagnait facilement contre KDKT. Kosten n’y parvenait pas et Villeneuve avec difficulté. Le plus désopilant était ce curseur qui, à chaque mauvais coup de dame (ou de tour en défense), vous éloignait de l’algorithme de gain en vous indiquant ironiquement qu’il vous restait encore xx coups avant le mat alors que vous en étiez près du but. Aggraving, my dear...
    « Et c’est donc ce qui est arrivé aux deux ‘K’ aussi ? »
    - Eh oui… ‘My Great Predecessors’ se sont fait retournés comme des crêpes comme s’en amuse Kouzmine dans New in Chess.
     « Quel humour britisho-russe! Mais le match de crêpes? »

    - Ah oui… j’oubliais l’essentiel. Mercier a calé à 14, Bouton a voulu faire tapis avec Villeneuve, mais ce dernier a passé la surmultipliée à l’intox. Quand il a senti le coup de barre définitif de Bouton à 19, ils les a mangées deux par deux, pour l’écœurer. Résultat, il est monté à 21 avec une marge à 23. Décidément un très bon finisseur ce Villeneuve…

    « Vous voulez dire un très bon finaliste, Sherlock »

    - C’était élémentaire, mon cher Watson!

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu