Avertir le modérateur

Hatzfeld

  • La chronique quotidienne de Libé supprimée

    « Mercier remercié. Libé : une chronique échec et mat. Chronique échecs : rien ne va plus. » Vous ne lirez pas l’un de ces titres avec un jeu de mots plus ou moins discutable dans un prochain Libération. Mais le résultat est là : la dernière chronique quotidienne tenue par Jean-Pierre Mercier et consacrée au jeu d’échecs dans Libé a paru le samedi 30 juin 2012. Elle s’est arrêtée au numéro 7507. En passant comme on dit aux échecs, les mots croisés sont aussi restés sur le bord de la chaussée.

    Un communiqué de remerciements aux deux rédacteurs – quatre lignes non signées – a été publié sous la grille du sudoku et du mot carré (qui restent) dans cette même édition. La direction de Libération n’a pu être jointe. Elle ne m’a pas rappelé. Ironie, problème de calibrage, préposé au prépresse endormi ou manque de communication ? Ces quatre lignes ont « mangé » les quatre dernières lignes d’adieu de la chronique. Pfff…

    Historique de cette chronique, décédée à 24 ans et le pourquoi du comment d’un quotidien qui a fait la part belle aux 64 cases, cliquer ligne suivante.
    Publier un commentaire ou lire ceux des autres

    Lire la suite

  • Blitz au Salon du livre

    Jeudi 22 mars 2007. Inauguration du Salon du livre, porte de Versailles. Seuls les professionnels, journalistes, écrivains sont conviés. Un pourcentage énorme de vraies et fausses blondes, de vieux beaux, de faux jeunes, de faiseurs, de sourires entendus, de grands et petits éditeurs, d’anecdotes. Un gars de Payot & Rivages m’annonce d’entrée qu’un journaliste de Télé Canada admire l’un des livres de Max Euwe. Ici, petits et grands participants aiment les livres. Bonne nouvelle. Les stands vont des mastodontes comme celui de Gallimard aux tous petits ou à ceux désertés comme celui de L’Humanité Dimanche.
    Chaque année, c’est le même rituel : un passage au stand Payot & Rivages, à l’entrée, là où les bouchons sautent en premier. Quelques discussions et on prend la tangente. En piste! Seule gêne: la musique de Georges Delerue en stéréo dans le cerveau, celle du film de Godard, Le Mépris, également reprise trois fois dans Casino, notamment dans le générique de fin.

    medium_Le_Mepris.jpg

     

     « Tiens, bonjour Jean ! » Jean Hatzfeld, ancien chef du service des sports de Libération. C’est lui qui m’a donné ma chance, en 198384. C’est lui qui a compris que les sportifs n’étaient pas des machines à chiffres, mais des hommes et des femmes. Avec leur histoire, leur grandeur, leur humanité. Et les pages « sports » sont devenues un modèle sous son impulsion. Et de 1984 à 1990, Kasparov était un bon client pour tout cela!
    medium_jean.jpg
    Jean Hatzfeld a donc indirectement beaucoup contribué au développement du jeu à Libé. Il a ensuite été grand reporter de guerre (Yougoslavie, Rwanda) au risque de sa vie avant de devenir écrivain. Tiens, il se fait happer par Mathieu Lindon, critique littéraire, amateur de tennis, mais qui aime bien les échecs aussi. Adieu, Jean ! Cinq minutes plus tard, je tombe sur mon ancien collègue de l’Unesco, un pro des cocktails et encore plus de la mise en page! Deux minutes plus tard, à l’entrée du stand Gallimard, j’aperçois le dos de Régis Jauffret. A-t-il encore ses santiags et sa houppe? À côté de moi, mais c’est sa femme, bien sûr ! Bravo au dernier roman du mari, Microfictions!
    medium_jauffret.3.JPG

     

    Quel rapport avec les échecs ? Le mensuel dont s’occupe encore madame Jauffret et un bouquin que j’ai coécrit avec le GMI Renet, Seize champions à Paris (le trophée Immopar 1991), avaient le même prestataire pour la maquette : une société dans le XIIIe arrondissement de Paris. Marie‑France, une Corse, nous mettait en page photos et texte aux petits oignons. À cette époque, la Corse était un désert échiquéen. Marie‑France nous amenait du soleil : elle nous parlait de son « pays », de l’atmosphère, de l’ambiance des villages. Nous déjeunions parfois avec le créateur de lunettes, Alain Mikli, dont la société débutante était toute proche.

    Allez, on repique dans les petites allées. Celles où il y a quelques années, je croisai un ancien joueur parisien, Thierry Ego. En m’adressant à lui, il m’avait affirmé sans rire ne pas s’appeler ainsi ! Pourtant, c’est bien lui qui avait fait office de secrétaire à François Le Lionnais sur la fin de sa vie… Pas le temps de dire bonjour à deux anciens de Libé, Franck Eskenazi et Véronique, ah… quel est son nom déjà ? Retour sur le stand Payot pour boire le blanc très moyen, mais il fait soif; discussion rapide avec un jeune professeur de philosophie surdoué, traducteur de Nietzsche et de textes en grec pour l’un des 170 ouvrages de philo publiés par Payot! L’Inde est l’invité d’honneur du Salon. Ce soir-là, elle n’était présente que sur les stands officiels du gouvernement. Et aux échecs, elle nous amène heureusement des armées de jeunes champions pour les prochaines années.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu