Avertir le modérateur

Giffard

  • Yoccoz : un génie mathématique part dans l’infini

    Jean-Christophe Yoccoz est décédé le 3 septembre 2016 d’une longue maladie. Il avait 59 ans. La nouvelle n’a été rendue publique que le 5 septembre par l’Académie des Sciences et a été suivie d’un communiqué de l’Élysée.

    Yoccoz était un génie des maths. C’était aussi un joueur de compétition qui jouait décontracté à 2200 Elo (550e joueur français à ce jour).

    Né en 1957, il remporte l’Olympiade de maths en 1974 et termine major à Normale Sup l’année suivante. La médaille Fields sera obtenue en 1994 et consacrera ses recherches.

    Les quadras et quinquagénaires parisiens connaissaient bien Jean-Christophe Yoccoz.

    A 200 m de Normale Sup, il y avait le café « Chez Max », rue des Feuillantines, où se réunissaient les meilleurs blitzeurs parisiens : Manouck, Fornasari, Benaribi, Jolliez, Lemoine et tant d’autres.

    Sacha Ladisic, devenu prof de maths, témoigne : « Dès qu’il a su qu’il y avait un club dans les parages, il est venu s’inscrire. Il était d’une simplicité et d’une modestie incroyable : il n’avait pas mentionné qu’il était normalien ni qu’il était déjà une vedette dans sa spécialité. En arrivant, il avait déjà un bon niveau et voulait être reconnu comme joueur d’échecs, je crois. Il est d’ailleurs devenu l’un des piliers du club. »

    Vite accepté parmi les blitzeurs, il prolonge les séances jusque tard dans la nuit. Il joua aussi dans les années 1980 le championnat de Paris et les Accession du championnat de France. Fort joueur de l’Accession à l’époque, Ladisic se souvient : « Il a passé une nuit entière à m'aider à préparer une partie contre Goldenberg (variante Sveshnikov) que j'ai gagnée le lendemain en grande partie grâce à son aide. Aldo Haïk l’avait d’ailleurs commentée sa chronique du Figaro.»

    Yoccoz, c’était aussi la décontraction même avec une immense tignasse bouclée, un sourire rêveur en coin, des sandales et une corpulence qui en imposait sur l’échiquier.

    Pour l’ancien champion de France Nicolas Giffard, membre actif de la bande, c’est aussi la tristesse : « J’ai rarement connu quelqu’un d’aussi sympathique, très brillant et très humble en même temps.

    Cela faisait quelques années que je ne l’avais pas vu et j’ignorais qu’il était malade. Dernier souvenir, chez lui en banlieue sud : il avait invité tous les joueurs de l’Échiquier latin [club avec pas mal d’anciens membres de Chez Max] et sa femme brésilienne nous avait fait danser la samba ! »

    Toutes nos condoléances à sa famille (de scientifiques également) et à son autre famille, les chercheurs en mathématiques.

    • VIDÉO : Quatre médaillés Fields présentent leurs travaux à l’Institut Poincaré (1994). J.-C. Yoccoz explique que les mathématiques sont [par rapport à l’accumulation des connaissances] « une pyramide posée sur sa pointe (contrairement à certains aspects de la physique) et qu’en Terminale, le niveau de mathématiques enseigné s’arrête à peu près à 1850. » Il conclut avec la décontraction de celui qui maîtrisait cela très très jeune : « De la fac jusqu’à la maîtrise, cela va jusqu’à la Première Guerre mondiale. »
    • Suivre diverses conférences de Yoccoz (liens YouTube)
  • Dieppe : Agdestein et sa bande de jeunes

    Le grand maître Simen Agdestein, ancien mentor du jeune Carlsen, ancien footballeur professionnel, est venu avec une bande de jeunes Norvégiens à l’open de Dieppe (Seine-Maritime). L’open (25-31 août) est séparé en trois groupes de force. L’open C est réservé aux jeunes. Cela joue à toute blinde et les parties sont bouclées en moins d’une heure et demie !

    La dizaine de jeunes amenés par Agdestein sont répartis dans l’open A et l’open B. L’open A est très fort en tête. Les 25 premiers échiquiers jouent au premier étage du casino face au palais des congrès où suent les autres participants.

    Petit scarabée, tu n’es jamais allé à Dieppe ? Écoute les conseils du sage organisateur. Voici de quoi te donner le goût de participer à un tournoi face à la mer en fin de saison, avant la rentrée ; en évitant les grosses chaleurs et la surpopulation.

    De l’eau et des lots
    Pour s’entraîner à la Fischer, on peut aller dans la piscine d’eau salée toute proche avec des tickets à tarif préférentiel. Au retour, après avoir fait des longueurs ou s’être prélassé sous les jets d’eau, la tombola du jour attribue à des vainqueurs tirés au hasard des lots en nature offerts par des partenaires.

    agdesteinAgdestein : « J’ai déjà joué deux fois contre la France. »
    Après la 2e ronde, l’organisation a offert le pot d’accueil dans le restaurant sympa de la piscine.

    Agdestein et une formatrice de jeunes Norvégiens ont goûté au Crémant en demandant si "c’était du champagne". Il a joué deux fois contre la France en tant que footballeur professionnel, gardien de but. En 1995 et 1996. Mais comme j’en étais au 4e verre de Crémant, je me suis peut-être mélangé dans les années.

    Oops! Rectification nocturne par texto de Christophe Guéneau quelques minutes après cette mise en ligne: "Désolé de te dire ça, mais il n’a jamais été gardien de but de sa vie. Il était attaquant. Le 28 septembre 1988, il a joué au Parc des Princes le France-Norvège (qualif pour Coupe du monde Italie, 1-0, Papin sur penalty). A un moment, Amoros, défenseur français, lui a fait un tacle de la mort et le Simen a été inexistant. Bon courage à Dieppe Bien Phu. Amitiés."

    La cravate d’Istratescu
    Seul maître portant une cravate, Istratescu fait partie des grands favoris. Il a aussi perdu énormément de kilos et a de l’énergie à revendre sur l’échiquier.

    Le blitz
    Entre deux fois deux rondes par jour, il reste une soirée... pour un tournoi de blitz.

    La Martinique à Dieppe
    Une délégation emmenée par le président de la ligue de Martinique, Gilles Suez-Panama, a carrément enchaîné avec le championnat de France de Nancy. Et la bande de jeunes fait bonne figure. L’un d’eux, Lionel Buisson, a gagné l’open C du championnat de France... et gagne aussi l’open B ici!

    Le bar à crêpes
    Non, le café et les boissons ne valent pas un euro à Dieppe. C’est moins cher. On a même des crêpes faites sur place et d’excellents parts de gâteau préparées par des mamans de jeunes joueurs.

    Tournoi de poker
    Une soirée de Texas Hold'em est organisée au casino. Un joueur d’échecs a gagné l’an passé 1 500 €.

    Casino : tenue correcte exigée
    On peut perdre aux échecs, mais au casino, on perd pour sûr en s’amusant. Les bandits manchots (machines à sous) rincent seniors et vétérans jour et nuit. La cravate n’est plus obligatoire.

    Agdestein ouvre les fenêtres... puis sa position
    Première ronde. La salle au-dessus du casino accueille les 25 premiers échiquiers de l’open A. Un orchestre du casino joue des airs comme sur le Titanic à l’étage du dessous. Au bout d’une heure, l’atmosphère est surchauffée. Derechef, Agdestein ouvre deux fenêtres donnant sur la mer. A la Fischer, ce sportif sait que son cerveau doit être oxygéné.

    Plus tard, à la ronde 3, il sauvera une finale avec deux pions de moins contre le MI Arnaud Payen. Agdestein avait T+F contre T+C et des pions de chaque côté. « Je jouais avec deux minutes puis ensuite pratiquement tout le temps avec 1 minute ou 30 secondes par coup et j’ai complètement lâché. C’est incroyable » avouera Arnaud, détendu sur le port le soir en sortant du restaurant.

    Des jeunes, les vétérans et des étrangers
    La ligue de Haute-Normandie a fait le plein chez les jeunes et quelques vétérans comme Pinchon, Guillaumat, Andrieu... et le champion de France vétéran 2013 Nicolas Giffard.

    Partenaires particuliers cherche partenaires particuliers
    L’organisateur Olivier Delabarre a le chic pour optimiser les partenariats. Pas de budget monstrueux, mais chaque joueur reçoit une plaquette avec tous les noms des restaurants partenaires, les avantages ou réductions dont bénéficient les participants et un plan de la ville. Cette optimisation a aussi été faite sur les nuitées des joueurs invités. Une réflexion à entamer pour le championnat de France ?

    Partenaire particulière
    Partenaire et traditionnel du tournoi, le site Chess & Strategy. En vedette du site sur ses (bons) résultats après la ronde 4, la forte joueuse Kostiuk. L’an dernier, elle avait gagné une peluche remise par Chess & Strategy. Ah au fait, elle vit avec l’animateur du site. 

    Le site officiel

    Grille et ronde par ronde sur le site FFE

    Les dernières nouvelles sur le compte twitter Echecs64

  • Haïk et Giffard, la paire reconstituée

    Aldo. Vous connaissez ? Non, pas cet acteur italien copain de Charles Gérard et Belmondo. Pourtant, quand, dans les années 1970, on disait Aldo (ou Haïk), venait immédiatement Nicolas (ou Giffard) en écho. Comme Dupont et Dupond dans Tintin ou Roux et Combaluzier.

    En début de saison, le choc. J’apprends par mon camarade de club Nicolas Giffard une nouvelle épatante : « Aldo » va rejouer et intégrer l’équipe de Nationale I. Haïk et Giffard dans la même équipe au XXIe siècle, c’est du scoop ! Coup de chance en ce 13/1/13 ? Notre équipe de Nationale II jouait aussi à Drancy. Une occasion unique de revoir les deux compères et de fixer sur pellicule l’événement.

    Haïk et Giffard : les inséparables
    Aldo Haïk et Nicolas Giffard ont été de grandes vedettes dans les années 1970 et au début des années 1980. Deux inséparables. Deux combattants acharnés dans leurs duels malgré leur amitié indéfectible (photo de N. Giffard, Le Touquet 1995, nulle). Un modèle de tenue à la table. Et surtout, surtout, un premier titre de maître international décroché par Aldo Haïk en 1977. Une génération bouillonnante fut décomplexée. Elle s’engouffra dans la brèche, douze ans avant la chute du Mur.

    Lire la suite et télécharger des photos, cliquer ligne suivante

    haïk,giffard

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu