Avertir le modérateur

Fressinet

  • Islande : Équipe de France (déconnade)

    Le championnat d’Europe par équipes vient de se terminer à Reykjavik. L’équipe « mixte » traditionnellement composée d’hommes essentiellement termine à la 4e place, son rang de départ. A une place du podium synonyme de médaille et surtout de prix:)

    Tout ça pour ça. Entourée des GMI Libiszewski et Mazé, l’équipe a tout de même failli malgré les tweets du bonheur ou les selfies sourire publiés pendant la journée de repos et non à la fin du film comme l’équipe de Russie !

    Certes, une 4e place ex aequo « se joue à des détails » (Édouard), mais regardons les maillons faibles : 4 défaites en tout sur 36 parties : deux pour Laurent Fressinet et deux pour Romain Édouard ; ce dernier, au lieu de prendre une nulle « d’équipe », a continué une attaque et a perdu à la 8e ronde. Faute. Les deux dernières rondes sont toujours cruciales dans une telle compétition et les demi-points valent très très chers.

    Et les entraîneurs ? En mode déconne sympa, on est tous potes. Le problème ? Le « retour d’expérience » est nul depuis des dizaines d’années en équipe de France. Les entraîneurs sont nommés par cooptation en fonction des affinités avec le président en place : qui se souvient encore du sélectionneur Joël Lautier sous la présidence Moingt 17 qui traitait Romain Édouard de « chèvre » ?

    Revenons en 2015

    Bilan comme dans « L’Équipe », un journal qui traite un peu les joueurs d’échecs comme des neuneus surdoués :


    Vachier-Lagrave, 3 gains, 0 défaite
    Monsieur Top gun avec une grosse tronche de gaucher contrarié apparent ; un coup à droite, un coup à gauche, il est injouable et quasi imbattable (+3 avec 6/9). Même pas peur. Il gratte 8 points Elo, la médaille de bronze du 1er échiquier. Sa partie contre Vallejo Pons est un monument. Mais pourquoi la planète l’appelle MVL ? Même pas drôle !

    Bacrot, 2 gains, 0 défaite
    Va s’acheter une Berline pour fêter ses succès avec la Berlinoise. 5/8 (+2). Il gratte 6 points Elo et score aux moments opportuns. Encore un super joueur d’équipe… médaille d'argent au 4e. Étienne, Étienne !

    Fressinet, 2 gains, 2 défaites
    Où est le joueur qui nettoyait Roublevsky dans un match France-Russie aux Olympiades de Turin en 2006 ? Craquage lié à des raisons extra-échiquéennes ? Jeu décevant et défaite impensable contre son ex-pote secondant, le Hongrois Rapport. Dommage. Fressinet perd rarement, marque souvent des points importants, mais quand le Dacquois passe à côté, il ne fait pas les choses à moitié. Et toujours avec son sourire énervant.


    Édouard, 1 gain, 2 défaites
    Gros décalage entre les déclarations d’intention sur twitter « on est tous potes, on a bossé, c’était dur, on a raté la médaille à un chouilla » et les prises de décision. Candidat pour le prochain « maillon faible » et pour le « je me prends super au sérieux ». A d’ailleurs été repéré comme tel par les équipes adverses. Perte de 6 points dans le Spiel.

    Tkachiev, 2 gains, 0 défaite
    La Soviet School sans alcool, c’est cool. Au 5e échiquier, il a fait le job, notamment dans une superbe partie de la 9e et dernière ronde où il a atomisé « Tivi », Tiviakov. Gain de 6 points Elo dans la chess besace.

    L’équipe féminine

    Entraîneur : Cornette, le bien-nommé.
    Dans quel sens doit-on parler d’entraîneur ? Nettoyage technique 2-0 des Russes contre une équipe de France qui fait illusion et qui se prend un 4-0 contre l’Ukraine !

    Globalement, on a plutôt l’impression de voir des joueuses en vacances et un « entraîneur » qui fait copain-copine-j’encaisse mon chèque avec des titrées en mode smiley.
    La FFE ferait bien d’embaucher un homme à poigne type Andrei FILATOV pour mettre de l’ordre dans tout cela.
    Individuellement, les joueuses veulent bien faire (Skripchenko, médaille de bronze au 2e échiquier...), mais casser l’encadrement basé sur la séduction est une priorité. Que peut-on dire de plus ?

  • Top 12 : victoire de Bisch-Winner !

    Et d’un ! Après plusieurs essais infructueux, Bischwiller, terre d’échecs depuis des dizaines d’années, mais avec 5 fois moins d’habitants que le tenant Clichy, remporte pour la première fois le titre suprême de champion de France par équipes sur huit échiquiers, le Top 12.
    Tout s’est passé dans la bonne humeur à Grau-du-Roi sous le soleil exactement avec  beaucoup de matches serrés.

    Après avoir été champion de France chez les féminines, les jeunes et les cadets, Bischwiller était venu avec une ambition : gagner. Pour son président Roland Reeb, dans les échecs depuis 1971 et infatigable propagandiste, c’est l’aboutissement d’un long chemin.

    6e en 2012, 3e en 2013, 2e en 2014, il fallait bien que cela passe un jour. Mais comment contrer la suprématie de Clichy, une équipe qui réunit Vachier-Lagrave, M. et Mme Fressinet et globalement un effectif qui  « tourne » bien avec très peu de pertes individuelles ?

    Réponse : top recruter avec l’argent du généreux sponsor allemand, l’homme d’affaires Wolfgang Grenke qui s’est déjà fait un nom dans l’organisation de tournois de haut niveau en Allemagne.

    Bacrot, déjà sociétaire de Bischwiller suite au naufrage de Marseille, a  dû se réjouir de voir venir son camarade et coéquipier allemand Naiditsch, 22e mondial. Premier transfert de pote.
    Deuxième transfert de choix, le 10e mondial Anish Giri. Ce Russos-népalais jouant pour les Pays-Bas est une jeune machine à idées.
    Il a la plume alerte dans la revue New In Chess. Et le joyeux drille est capable d’imiter les atermoiements de son coéquipier végétarien Schlosser devant les plats français. Pire : il peut faire rire son président !

    L’intégration des deux top transferts s’est faite sans problème et Bischwiller s’est mis en mode "Bisch-Winner", la trouvaille labellisée Étienne Mensch.

    La différence entre Clichy et Bischwiller a tenu à peu. Tout sur un match. Clichy un peu en deçà au niveau forme. Bischwiller qui ne lâche rien et qui part avec un mental de vainqueur. L’équipe n’a ensuite rien laissé comme Clichy à ses plus belles heures malgré un échiquier féminin nettement moins fort que Clichy.

    Après avoir battu Clichy 2-1 (voir ci-dessous) Bischwiller s’est fait une frayeur contre Mulhouse. Mathilde Choisy (Mulhouse) était la dernière à jouer alors que son équipe était menée 2-1.
    En au moins deux occasions quand il restait moins de 2 minutes aux joueuses, elle a raté le gain au moins deux fois de manière triviale contre Nino Maisuradzé. Ce n’était pas son jour… De dépit, elle mit en commentaire sur sa page Facebook après la partie : « La corde ».

    choisy_maisu_97e.JPG
    Dans cette position, il est difficile de se forcer à jouer 97.Te6+ qui mène à une finale gagnante F+C sans pion après 97…Dxe6 98.Fxe6 Rxg6.

    Mais en équipe, c'est le seul coup ! Les blancs vont ramer des heures pour gagner. Il faut juste connaître la méthode. C’est facile et ça eut pu rapporter gros.
    Mathilde Choisy a voulu prolonger le suspense par 97.Te4 et c’est nul dans un fauteuil après 97…a3 : le fou devra se sacrifier contre le pion.

     



    Deuxième occasion en or où, après avoir bataillé dans son style sans compromission et inimitable, Nino Maisuradzé commet la dernière erreur comme aurait pu dire ce cher Tartacover.

    2015_choisy_mais_105e.JPGMaisuradzé vient de jouer 104…a2 pensant que 105.Fxa2 est forcé. Il le fut dans la tête de Choisy alors que sous l’œil médusé de milliers d’internautes, l’ordinateur annonça un mat pour les blancs !

    105.Ce6+ Rg6 (105... Rg8 106. Tf8+ Rh7 107. Fd3+ Rh6 108. Tf6+ Rh5 109. Fe2 mat !) 106. Fd3+ Rh6 107. Th4 mat.

    La partie se termina par 105. Fxa2 Dxa2 106. Cf3 Db3 Nulle

    Ben oui, toujours plus facile dans son fauteuil avec ordi. D’un autre côté, le roi est cerné…
    A leur décharge, les deux joueuses avaient avec une pression énorme : le score du match et le fait de jouer avec moins d'une minute par coup... De leur côté, les grands-maîtres qui assistaient au spectacle ont failli avoir des attaques cardiaques !

     Alors, l’équipe Bisch-Winner a-t-elle ronronné comme un vieux chat ? « Pas si simple assure Roland Reeb. Jean Netzer, notre maître international formé au club et vice-chamipon junior est le capitaine. Il connaît les joueurs. Mais comme dans bon nombre d’équipes où tout le monde se connaît bien, les compositions vont de soi pour les couleurs ou pour sortir un joueur fatigué. »

    A 800 km de Grau-du-Roi et vingt secondes via l’Internet (retransmissions des coups et parfois bavardes fédérales), Netzer père, maire de Bischwiller, a dû bicher de voir sa ville ajoutée à une longue listée souvent trustée par Clichy et Strasbourg.

    Avant de revenir au pays, l’équipe a dûment fait péter les bouchons de champagne d’un sponsor local dont c’était la spécialité… Les plus sages sont rentrés tôt, d’autres se sont à peine couchés. Il n’était pas question de s’y prendre une ronde avant la fin. Bischwiller aurait pu se permettre le luxe de perdre son dernier match contre Montpellier. Premier seul avec 11 victoires sur 11, c’est mieux que premier ex æquo au « départage particulier » en jargon fédéral.

     

    2015_top12_bisch.JPG

    Habillés couleur rouge sponsor pour mieux cacher les T-shirts et jeans, de gauche à droite: Naiditsch, Schlosser (masqué) Giri, Ragger, Bacrot, Le Roux, Marcelin, Reeb, Jean Netzer (capitaine), Maisuradzé, Édouard (cousin éloigné de Buster Keaton). 

    Site officiel du top 12 2015 avec parties, photos, vidéos, statistiques. A revivre sans modération.

    Descentes, montées
    Les trois équipes qui descendent en Nationale I sont Grasse, Metz et Poitiers-Migné. Les trois équipes montantes sont Drancy, Nice Alekhine et et les Picards de Saint-Quentin.

    DES VICTOIRES ÂPRES

    Ronde 4 : Bischwiller–Châlons-en-Champagne 3-2


    Ronde 6 : Bischwiller-Clichy 2-1

    Ech1 Giri-Fressinet 1-0
    Ech4 : Jakovenko-Bacrot 0-1
    Ech8: Skripchenko-Maisuradzé 1-0


    Clichy a fait des choix bizarres dans la composition sur les 4 premiers échiquiers : Fressinet au 1 noir alors qu’il a tendance à raser plus bas et surtout Vachier-Lagrave au 3 noir. Le GMI autrichien Markus Ragger s’est mis en pilote automatique contre lui et lui a dégoté l’une des nombreuses variantes de nulle (certes complexe) de la Grünfeld fétiche du Français. Bon, Clichy se repassera le match au magnétoscope…

    Ronde 8 :
    Bischwiller-Mulhouse 2-1 (voir 8e échiquier, partie tragi-comique plus haut).

  • Les vraies vedettes du Taupe 12

    Le championnat de France par équipes de première division, le « Top 12 » a débuté à Grau-du-Roi fin mai. Quelques-uns des meilleurs top Chef de l’échiquier mondial sont présents : So (Clichy), Giri et Naiditsch (Bischwiller).

    Question médiatique, en dehors du monde virtuel de la retransmission des parties sur le Net (dont certaines commentées), c’est « Taupe 12 ». Même le retour de Sébastien Feller, le sanctionné qui a purgé sa peine, passe inaperçu...

    Du coup, quelques planqués de l’échiquier en profitent : ces professionnels payés font le spectacle et signent, comme on l’a vu dans la partie Smith (Montpellier)-Matlakov (Clichy) une nulle « je te renvoie la ba-balle » en 14 coups !

    A leur décharge, la même position a été répétée et, pauvres choux, elle avait mis à dure épreuve leurs méninges dès le 11e coup : 1.d4 Nf6 2.c4 e6 3.Cf3 d5 4.g3 Fb4+ 5.Fd2 Fe7 6.Fg2 c6 7.Dc2 O-O 8.O-O Cbd7 9.Ff4 b6 10.Td1 Fb7 11.Ce5 Ch5 12.Fc1 Chf6 13.Ff4 Ch5 14.Fc1 Chf6 Nulle

    Pardon à nos recordmen Salgado Lopez-Giri (9 coups), Fedorchuk-Ipatov (11 coups) et surtout à nos champions hexagonaux.

    Étienne Bacrot (Bischwiller) en signe 3 ! (B-Rianzantsev, 22 et Llanes Hurtado-B, 21, Brunner-B, 20) contre des adversaires nettement à sa portée. Son ex-client Laurent Fressinet (Clichy) lui emboîte le pas avec 2 nulles : Fressinet-Brochet, 18 et Riazantsev-F, 18.

    Au total, 25 parties sur les 192 des quatre premières rondes se terminent par la nulle avant le 22e coup, soit au moins une par match en moyenne. On entend presque les capitaines applaudir et les arbitres opiner du chef.

    La retransmission en différé de 30 min à partir de 15 h est adaptée aux joueurs, mais à quels spectateurs s’adresse-t-elle sauf à utiliser au bureau la touche 'ALT flèches' pour que le chef n’y voit que du feu en plus de la mini-télé calée entre les jambes réglée sans le son sur France 2 pour Roland-Garros ?

    En passant…
    Il faut traverser virtuellement la Manche et se rendre en Grande-Bretagne sur le site theweekinchess.com pour avoir DANS UN SEUL FICHIER l’intégralité des parties au format ChessBase ou équivalent. (rectifié depuis la publication de cette note sur le site fédéral. Merki!)

    Sébastien Feller (Évry) ne se planque pas et monte au premier échiquier. Mais après pratiquement cinq ans sans jouer à ce niveau suite aux différentes sanctions fédérales et de la FIDE dans l’affaire de la triche à l’Olympiade de Khanty-Mansïïsk (Russie), la reprise est dure et il multiplie les fautes tactiques que sa position soit égale, inférieure… ou complètement gagnante. Trois défaites au compteur sur ces positions et une nulle dans une variante quasi forcée de la Catalane.

    Retransmission sur le site officiel où l’on est vraiment dans l’ambiance. On rêve d’un championnat de France pour amateurs dans de telles conditions.

    chessdom.com et chessbomb.com suivent aussi l’événement.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu