Avertir le modérateur

FFE

  • Démission de Philippe Ier, directeur technique national

    Le directeur technique national et maître international Christophe PHILIPPE a démissionné le 4 novembre de son poste. Il a adressé deux lettres au comité directeur de la fédération plus une troisième détaillant le bilan du championnat de France d’Agen, en août 2016.

    ffe,escafre,philippePourquoi a-t-il démissionné ? En quelques mots, selon lui, obstruction, noms d’oiseau à son égard de la part du président par intérim Stéphane Escafre, dépenses présidentielles de bouche bien au-delà du seuil réglementaire à Agen, le DTN mêle des éléments objectifs vérifiables par le CD à un ras-le-bol personnel voire une incompatibilité d’humeur. Bref, il "ne veut pas être payé à ne rien faire".

    A un mois des élections, tout ce méli-mélo est le coup d’Arbi-trop dans un championnat structurellement déficitaire (-30 000 euros minimum en 2016) contrairement au championnat de France des jeunes, traditionnellement bénéficiaire. A tel point que le président ou Stéphane Escafre en tant que personne menace de porter plainte en diffamation sur ces éléments "inexacts", il s’est senti obligé d'écrire aux clubs. Ambiance à un mois des élections.

    Mais gambiter un type aussi efficace que Christophe Philippe relève du mat aidé. Arrivé à ce poste début 2016, il a largement contribué à développer les réseaux sociaux. Sur place, il ne compte pas ses heures et le gars est multitâche sur les événements marquants de la FFE qu'il contribue à verrouiller en amont. En bref, le Nancéen sait tout faire sauf peut-être parler russe et ruse...

  • Top 12 à Drancy

    Coucou, étant impliqué jusqu’au cou dans l’organisation du Top 12 à Drancy, mon club, je renvoie toutes les informations sur les excellentes, forcément excellentes nouvelles du portail officiel.

    Cette fois, aucun jeu de mots sur Évry-body (favori pour descendre), sur Mulhouse pas-la-top12_Ladoucette.JPGloose, habitués du "toujours content" sans parler de la vie de château pour tous au château de Ladoucette avec des bus à hoquets.

    Top 12 à digérer en différé avec photos, vidéos, prix Carrefour de la meilleure partie avec vote des internautes, selfies/questionnaires de certains joueurs, QCM à découvrir dans le portail fédéral. A déguster avec un bon Bordeaux et du Villa-lobos en fond sonore.

     

     

  • Islande : Équipe de France (déconnade)

    Le championnat d’Europe par équipes vient de se terminer à Reykjavik. L’équipe « mixte » traditionnellement composée d’hommes essentiellement termine à la 4e place, son rang de départ. A une place du podium synonyme de médaille et surtout de prix:)

    Tout ça pour ça. Entourée des GMI Libiszewski et Mazé, l’équipe a tout de même failli malgré les tweets du bonheur ou les selfies sourire publiés pendant la journée de repos et non à la fin du film comme l’équipe de Russie !

    Certes, une 4e place ex aequo « se joue à des détails » (Édouard), mais regardons les maillons faibles : 4 défaites en tout sur 36 parties : deux pour Laurent Fressinet et deux pour Romain Édouard ; ce dernier, au lieu de prendre une nulle « d’équipe », a continué une attaque et a perdu à la 8e ronde. Faute. Les deux dernières rondes sont toujours cruciales dans une telle compétition et les demi-points valent très très chers.

    Et les entraîneurs ? En mode déconne sympa, on est tous potes. Le problème ? Le « retour d’expérience » est nul depuis des dizaines d’années en équipe de France. Les entraîneurs sont nommés par cooptation en fonction des affinités avec le président en place : qui se souvient encore du sélectionneur Joël Lautier sous la présidence Moingt 17 qui traitait Romain Édouard de « chèvre » ?

    Revenons en 2015

    Bilan comme dans « L’Équipe », un journal qui traite un peu les joueurs d’échecs comme des neuneus surdoués :


    Vachier-Lagrave, 3 gains, 0 défaite
    Monsieur Top gun avec une grosse tronche de gaucher contrarié apparent ; un coup à droite, un coup à gauche, il est injouable et quasi imbattable (+3 avec 6/9). Même pas peur. Il gratte 8 points Elo, la médaille de bronze du 1er échiquier. Sa partie contre Vallejo Pons est un monument. Mais pourquoi la planète l’appelle MVL ? Même pas drôle !

    Bacrot, 2 gains, 0 défaite
    Va s’acheter une Berline pour fêter ses succès avec la Berlinoise. 5/8 (+2). Il gratte 6 points Elo et score aux moments opportuns. Encore un super joueur d’équipe… médaille d'argent au 4e. Étienne, Étienne !

    Fressinet, 2 gains, 2 défaites
    Où est le joueur qui nettoyait Roublevsky dans un match France-Russie aux Olympiades de Turin en 2006 ? Craquage lié à des raisons extra-échiquéennes ? Jeu décevant et défaite impensable contre son ex-pote secondant, le Hongrois Rapport. Dommage. Fressinet perd rarement, marque souvent des points importants, mais quand le Dacquois passe à côté, il ne fait pas les choses à moitié. Et toujours avec son sourire énervant.


    Édouard, 1 gain, 2 défaites
    Gros décalage entre les déclarations d’intention sur twitter « on est tous potes, on a bossé, c’était dur, on a raté la médaille à un chouilla » et les prises de décision. Candidat pour le prochain « maillon faible » et pour le « je me prends super au sérieux ». A d’ailleurs été repéré comme tel par les équipes adverses. Perte de 6 points dans le Spiel.

    Tkachiev, 2 gains, 0 défaite
    La Soviet School sans alcool, c’est cool. Au 5e échiquier, il a fait le job, notamment dans une superbe partie de la 9e et dernière ronde où il a atomisé « Tivi », Tiviakov. Gain de 6 points Elo dans la chess besace.

    L’équipe féminine

    Entraîneur : Cornette, le bien-nommé.
    Dans quel sens doit-on parler d’entraîneur ? Nettoyage technique 2-0 des Russes contre une équipe de France qui fait illusion et qui se prend un 4-0 contre l’Ukraine !

    Globalement, on a plutôt l’impression de voir des joueuses en vacances et un « entraîneur » qui fait copain-copine-j’encaisse mon chèque avec des titrées en mode smiley.
    La FFE ferait bien d’embaucher un homme à poigne type Andrei FILATOV pour mettre de l’ordre dans tout cela.
    Individuellement, les joueuses veulent bien faire (Skripchenko, médaille de bronze au 2e échiquier...), mais casser l’encadrement basé sur la séduction est une priorité. Que peut-on dire de plus ?

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu