La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

16 septembre 2013

Dieppe : Istratescu, les Rolling Stone et le diable

Internaute 3G pressé par le temps, le contretemps en pas chassé du résultat final de l’open de Dieppe (25-31/8) est aussi fulgurant qu’un but improbable de l’équipe de France de football contre l’Allemagne. Le co-champion de France 2012 Istratescu, lui, a marqué 8 buts sur 9. Il a concédé un ballon nul avec les noirs contre l’ancien pro de foot norvégien, le GMI Simen Agdestein et remporte seul cette 9e édition.

 

dieppe,istratescu,agdestein,marshall,capablanca,eden,bouton,gournay-en-brayLe plus impressionnant chez Istra n’est pas son score final mais sa perte de poids spectaculaire qui a pris à revers les photographes (dans leur cuisine) des sites spécialisés : moins 30 kg en 3 mois, c’est un truc à faire déposer le bilan à Jean-Michel Cohen Limitée comme on dit au Québec.

La recette ? Footing matutinal obligatoire avec enchaînement pongiste sous la houlette d’une ex-championne d’Europe de la petite ba-balle où les Chinois excellent.

A noter aussi son extraordinaire volonté sur l’échiquier, son style « d’écrase-patates » (patate = joueur faible) y compris dans les parties clés contre de forts joueurs, ses cigarettes enchaînées comme une combinaison de mat et un système nerveux central pas encore stabilisé. En langage vulgaire, Istra est une boule de nerfs.

Istratescu, le blog intersidéral et Tregoubov
On ne se connaissait pas avec Istratescu, mais on s’est tutoyé d’emblée comme deux Espagnols. Sa première remarque a été : « Qu’est-ce que je me marre avec ton blog quand tu appelles par exemple Tregoubov ‘très beau gosse’ ». Le plus drôle ? Ce GMI ex-entraîneur fédéral vient d’être licencié (licence fédérale à Clichy œuf corse) par la nouvelle équipe FFE.

Zéro médaille ramenée, pratiquement zéro présence au siège alors qu’il était salarié. Entraîneur privé d’un jeune Corse doué. Il avait sûrement des qualités puisque l’équipe précédente avait crû bon de lui établir un CDI à 2450. Pas en points Elo, mais en euros (brut). Sans objectif particulier il est vrai. Il paraît que Didier Deschamps a chouiné auprès de la FFE pour concurrence contractuelle déloyale.

Le péril jeune, un vieux péril
Finalement, ce tournoi de fin de saison, c’était la plage. Dans la dernière ronde, la jeune délégation du club voisin de Gournay-en-Bray s’est affublée de couleurs fluo plein les cheveux. Ils et elles étaient gais comme des pinsons. Les spectateurs aussi. Le style after + hype est si rare dans les échecs...

Le tournoi ? C’était beau, c’était grand. Beaucoup de « jeunes sous-classés » ont râlé certains. Eh oui, c’est le propre du péril jeune : progresser donc être sous-classé. Il y avait à l’inverse le péril vieux. Sous-classés sur certaines parties, avec du métier paraît-il. J’en ai vu quelques-uns à la dérive qui sont toutefois remontés.

A Dieppe comme ailleurs, on avait toutes les raisons d’être mauvais perdant ou d’attribuer sa prestation à une visite trop matinale (11 h tout de même) en mer pour voir des dauphins par exemple.

Le sport et la fête à neu-neu
Pour tous les sportifs (car oui le jeu d’échecs est administrativement reconnu sport, interdit de rire) qui ont séché (façon de parler) la piscine d’eau de mer, le casino le soir ou la visite du superbe château et de ses expositions d’ivoire, Dieppe restera un endroit où l’on respire bien dehors.

Contrairement aux Rolling Stones qui affirment que les galets sont les seules pierres qui ne sont pas un motif de satisfaction, la marina Dieppa (en corse dans le texte) est à recommander.

Respirer et souffler n’est pas jouer
Côté salle des 'patates', les ventilateurs d’opérette du Palais des congrès n’ont rien pu faire contre le CO2 éjecté par la gente des 64 cases au bout de quelques heures de jeu.
Pour s’amuser, il restait en début de tournoi un passage à la fête foraine sise le front de mer. Une montagne russe avec de l’eau et si tu veux gagner des peluches ou être fortiche en tir sur des ballons rebondissants, ça fait du bien à l’ego et mal au porte-monnaie.

Dieppe, les Rolling Stones et le diable
Venir à Dieppe de Paris avec deux ados déchaînées chantant à tue-tête en mode My Sweet Lady Jane et qui t’imposent du Rolling Stones à 130 km/h c’est sympa, mais l’amende se paie en points Elo. Dans toutes les parties du tournoi, le diable s’est invité dans mon cerveau en chansons et en chantant avec Sympathy For The Devil.

" Please allow me to introduce myself,
I’m a man of wealth and taste

I’ve been around for a long long year
Stole many a mans soul and faith

… Pleased to meet you
Hope you guess my name, oh yeeeah”

La même en audio (7 min)

Le 'Oh yeaaah' et le groove étaient ingérables et aussi permanents et lancinants que tes problèmes d’arthrose, petit scarabée.

Quand le diable est au paradis
L’apogée ? Le diable (ou sa chanson) ont pris la peau du talentueux junior James Eden dans notre partie. Avec les noirs, Jessie James a fait son shérif en manipulant le gun du champion américain Frank Marshall.

Il m’a ressorti une arme vieillotte, piégeuse, réfutée mais affûtée de la partie Capablanca-Marshall… de 1914 !
Marshall avait attendu des années avant de la placer au génial Cubain. Plus de sympathie possible pour le diable lequel avait pris la peau du jeune Eden. Happé par le paradis d’Eden, je fus balayé en enfer. Mais quand la musique est bonne, il faut faire bonne figure. Une bulle avé le sourire et félicitations au jeune homme.

Dieppe : bis repetita ?
Please allow me to revenir l’an prochain. Je m’y prendrai tôt pour la registration (et non avec le faux ami « ze inscrip’chion » comme il était annoncé en anglais au micro lors du tournoi de blitz). Sans Sweet Lady Jane et avec un grand coup de Metallica pour contrer cette sympathie pour le diable.

Zi end.

Les dernières nouvelles sur le compte twitter Echecs64

Mur peint en plein Dieppe dans une petite rue derrière le front de mer
Brighton 132 km, Paris 161 km

 

dieppe,istratescu,agdestein,marshall,capablanca,eden,bouton,gournay-en-bray


07 décembre 2012

Michel Legrand roque

Le saviez-vous ? Parmi les grands artistes amoureux du jeu d’échecs, le musicien, l’énorme musicien Michel LEGRAND adore jouer aux échecs. C’est ce qu’il a confié à Catherine Ceylac dans son émission Thé ou café du 25 novembre sur France 2. Pour fêter ses 80 ans, Michel Legrand a entamé en 2012 une tournée mondiale.

Il donne actuellement une série de concerts dans toute la France avec la cantatrice Natalie Dessay. Dates et lieux des concerts sur le site officiel de Natalie DESSAY.

Dos à dos, en fin d’émission, Catherine Ceylac lui demandait quel est, « aux échecs, son adversaire préféré ». Réponse : son ami Jean-Jacques SEMPÉ, le dessinateur du Petit Nicolas. Et si Michel Legrand recevait une commande pour composer à partir d’une partie de notre musicien joueur d’échecs PHILIDOR ?

legrand,ceylac,france 2

  • Thé ou café est diffusé sur France 2 le samedi à 9h35 et le dimanche à 7h. L’intervention de Michel Legrand sur le jeu d’échecs se situe à la 53e minute.
  • Parmi les inoubliables musiques de films de Michel Legrand, celle de ‘L’Affaire Thomas Crown’ où Steve McQueen affronte pendant plus de 7 min Faye Dunaway dans une partie d’échecs (voir 62 photos de ‘L’Affaire Thomas Crown’ publiées sur ce blog.)
  • Se ruer sur l’album sorti au début de l’année ‘La musique au pluriel’, un coffret de 4 CD avec ses plus grandes chansons, collaborations et B.O. de films.
  • Sempé a publié un album avec un échiquier en couverture : ‘Vaguement compétitif’ en août 1985 chez Denoël. Curieusement, Sempé a des faux airs du GMI Gligoric !

26 novembre 2012

Les échecs passent trois radios

Les échecs deviennent-ils à la mode en radio ? Radio Nova, la mythique « sono mondiale », prolongement du journal Actuel de Jean-François Bizot (1944-2007) a programmé le 21 novembre quatre heures de direct sur le jeu d’échecs. Le partenaire ? Europe Échecs avec une partie majoritaire de Babar Kouatly lui-même contre les auditeurs. Une première mondiale selon les organisateurs.

Techniquement, le début de cette prouesse technologique fut difficile, mais au fur et à mesure de l’avancement dans la nuit, le processus marcha bien. Les zoo-diteurs eurent la mauvaise idée de jouer une Est-Indienne. Ils mangèrent une « quatre pions », le dessert préféré de Bachar qui ne qu’une bouchée de ses adversaires (nombre inconnu, partie non publiée par EE ?!).

La prouesse de Radio Nova et de sa bête d’antenne Mathilde Serrell fut de replacer les échecs dans la culture au sens large. Les invités parlaient court, étaient interrompus par quelques jabs sonores magnifiquement préparés et des interventions 'dada' telles celles de Jean Rouzaud. Tout y est passé : le jazz, un homme politique, un joueur qui a failli être expulsé, des extraits grandioses, forcément grandioses de Marcel Duchamp et son inoubliable phrasé d’avant-guerre etc.

Yves Marek nous raconta une fois de plus que sacrifier, c’est « romantique »... Le camarade Lazarre (Cap d’Agde), copain de Babar et co-fumeur de cigares était là avec sa belle voix de radio et son rire gras. Mais je n’ai aucun souvenir d’un propos marquant ou percutant dans son (long) texte préparé. Et sur la vidéo, il danse version Club Méd.


L’érotisme a occupé quelques « coups ». Ca, c’était « l’piège d’la Mathilde » comme on pourrait dire avec un accent breton en roulant les « r ». Et tous les mâles sont tombés dedans. A partir de jeux de mots sur les expressions du jeu d’échecs, Mathilde Serrell a fait marcher - que dire - courir Babar et Lazarre. Elle voulait se marrer avec ses auditeurs (elle anime la tranche 9h-12h). Eux sont carrément tombés dans cette approche radiophonique faussement potache comme deux ados frétillants.

Perso, je n’ai pas vu passer ces quatre heures. Babar était pratiquement muselé. Tant de culture autour de lui, il ne l’a pas ramenée. Il n’a pas essayé de tromper énormément. Il était dans son rôle du GMI-qui-donne-une-simul et ses explications techniques étaient claires.

Cette émission ne ressemblait à aucune autre car Radio Nova ne ressemble à aucune autre radio. Le travail en amont, celui des éditorialistes décalés et brillantissimes a été énorme. Celui de Serrell aussi, qui biffait sa prépa-papier au fur et à mesure. Cette émission aurait pu/dû être diffusée sur France CULTURE depuis fort longtemps. Je confirme : les échecs, c’est dans la culture. Je confirme : les échecs sont dans toute la France.

Une fois de plus, Nova a été à l’avant-garde. Cela m’a rappelé la patte de feu Bizot, croisé dans les années 1980 et qui m’avait donné une chance à mes débuts dans le journalisme. Le magazine Actuel faisait des coups journalistiques. Son bébé radiophonique Nova continue dans la même veine et nous en met plein les oreilles.

Bravo à Nova et EE pour cette première. Quatre heures en radio sur un seul sujet, c’est même pas un match de Coupe du Monde de foot avec prolongations. Le Grand Mix nous a fait une bonne mayonnaise d'échecs dans un vrai bain de culture. En dehors des 64 cases. En dehors de notre village d’Astérix fédéral. En dehors du bourrage de crânes sur les échecs à l’école. Quelle bouffée d’oxygène !

Dommage qu’on ne puisse réécouter cette émission sur la page spéciale de l’émission. En revanche, EE nous fait revivre en vidéo quelques moments sur son site. L’émission a été suivie d’un cocktail avec alcool (gratis) à gogo d’après les invités présents sur place.

  • Les fréquences FM de Radio Nova (101.5 à Paris), également diffusée sur Sat et ADSL.

 

20121125_Cluny.JPGFrance Inter recevra le 28 novembre de 13h20 à 14h Éric Birmingham dans son émission culte ‘La Marche de l’Histoire’. Cette émission animée par Jean Lebrun est le prolongement de l’exposition unique ‘Art du jeu, jeu dans l’art, de Babylone à l’Occident médiéval’, au Musée de Cluny, du 28 novembre au 4 mars 2013 à Paris.
Explications détaillées sur le site fédéral qui fournira un GMI. Chouchou Fressinet ?

Musée de Cuny
Musée national du Moyen-Âge
Ouvert tous les jours de 9h15 à 17h45. Fermé le mardi.

6, place Paul Painlevé
75005 Paris
Tél : 01 53 73 78 16

www.musee-moyenage.fr

France Culture (info FFE)
France Culture a reçu le 19/11 Joël Lautier et le pianiste Nikolaï Lougansky. JL parle à partir de la 10e minute et on parle du jeu à partir de la 30e minute ici tout comme Almira Skripchenko, interrogée hors studio apparemment.

13 mars 2011

Penser en chantant: Dancing Queen

S’il y a bien une maladie de joueur de compétition qui parasite mes calculs, c’est la musique: omniprésente, elle a imprimé de sa marque les tournois. William Sheller à Cappelle-la-Grande 1990, Concerto italien de Bach par Glenn Gould au Tavaszi Festival de Budapest et tant d’autres: le radio-cassette était toujours présent.

Tournoi ou pas, la musique flotte dans les airs. Dernier exemple: Dancing Queen du groupe Abba. Une rediffusion sur une radio de ce groupe suédois star des années 1970 a failli me coûter une partie d’interclubs où (hasard?), ma dame a joué un rôle dantesque. Elle aussi a dansé sur l’échiquier de manière acrobatique...


Dancing_queen.JPG

Dans cette partie dantesque jouée aux Olympiades de Khanty-Mansiïsk 2010, une dame na pas le temps de danser: elle disparaît vite par sacrifice. La dame blanche danse... mais sur quelques cases.

L’Italien Caruana (noirs) investit toutes les cases de cette partie fantastique contre le Brésilien Leitão (blancs). Dancing Queen, j’adore! Et vous?

La partie Leitão-Caruana dans son intégralité

Les noirs viennent de jouer 16...dxc3! Histoire de mettre ‘Abba’ l’adversaire!

 

28 octobre 2010

Nationale II: Some like it hot

En jouant la première rencontre de Nationale II contre Nancy, j’ai eu l’impression de revivre une partie du film Some Like It Hot dans la scène où Tony Curtis et Jack Lemmon arrivent les derniers sur le quai, déguisés en femme. Certes mes coéquipiers n’étaient pas déguisés en femme concertiste. Nous n’allions pas en tournée en Floride, mais à Nancy, Lorraine, France. Et pour chaud, le départ le fut!

12 minutes avant le départ du train – et les départs de TGV sont toujours ponctuels –, le coéquipier manquant était à une station de Gare de l’Est. Un coup de moto du capitaine, récupération du billet laissé en consigne à l’accueil en méga blitz, course des deux zèbres. Il faut dire que l’un est marathonien, l’autre champion de jiu-jitsu brésilien.

Nos deux compères ont pu s’engouffrer tout essoufflés dans le wagon au moment de la sonnerie du départ du TGV! L’équipe a pu se présenter en ordre non dispersé une heure et demi plus tard dans une taverne de Nancy pour réchauffer les cœurs et les estomacs.
Un premier match de saison à l’extérieur est bien souvent un match piège par excellence. On ne connaît pas l’effectif final et tout le monde se rode. Comme Antony Rode, dans son rôle de nouveau pitaine de Drancy II, par ailleurs champion de grappling (version jiu-jitsu brésilien) et en l’occurrence taxi-moto in extremis.

Au club de Nancy, le café était gratuit, l’eau minérale payante avec le sourire compris. Au lancement du match, deux joueurs de Nancy étaient absents... Sept minutes plus tard, leur arrivée passa inaperçue sauf pour le pitaine de Nancy qui avait les nerfs en pelote. Le retour avec une victoire 3 à 1 pour Drancy après un match longtemps indécis ne fut qu’analyses et conjectures à plus de 300 km/h sur de petits échiquiers. Un I-phone omniprésent nous indiqua les résultats des autres équipes... et une poule très dure. Dans la poule Est, rien de nouveau, toujours aussi forts. Certains matches seront chauds, très chauds. Mais les favoris ne gagneront pas toujours. Car comme dans le film, heureusement, ‘Personne n’est parfait’.

La bande-annonce originale de Certains l’aiment chaud

Les résultats du groupe Est

Antony Rode en mode jiu-jitsu: sa vidéo promo. Les plus perspicaces remarqueront un tatouage de cavalier sur son épaule gauche. Musique 'kiffante'!

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu