La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

22 novembre 2014

Aronian et Seirawan jouent au blitz à la parlante !

En prélude du match Nakamura-Aronian à St Louis – 4 parties longues et 16 blitz pour une bourse amicale de 100 000 $ –, le numéro 4 mondial Aronian s’est échauffé en blitz (5 min + 2 s)  la veille au soir de la première partie contre l’un des meilleurs Américains du genre : l’ancien champion du monde… juniors Yasser Seirawan, la Rolls des commentateurs.

Selon le site ChessBase, Seirawan a très vite mené 5-2, mais Aronian est revenu comme une fusée et a gagné 4 parties d’un coup, remportant le match !
Tous deux devisaient comme des amis en commentant les coups et en buvant thé ou boissons gazeuses.
Le répertoire de Seirawan n’a pas varié au fil du temps : Caro-Kann avec les noirs et Anglaise avec les blancs. Le gaucho gaucher Aronian a su passer la surmultipliée et n’a pas laissé l’occasion de sacrifier comme dans la Caro-Kann de la vidéo.


seirawan,aronian,blitz
Jouer à la parlante reste toujours une attraction au sein d’un club.

Question « aronianne » à tout le corps arbitral français : est-il autorisé, en blitz, de jouer un coup avec la main gauche (en appuyant avec cette même main sur la pendule) et le suivant avec la main droite (en appuyant de cette même main) et ainsi de suite pour l’alternance.

A la parlante, ce procédé rend fou les joueurs. Du vécu.

20 octobre 2014

La FFE pas du tout allergique aux amendes

La première ronde des interclubs a débuté les 11 et 12 octobre 2014. Rien que dans le groupe Nord-Ouest de Nationale II (12 équipes), 325 € risquent d’être collectés par la FFE pour diverses erreurs commises par trois clubs étourdis. Ils peuvent faire appel.

En attendant, les baffes des collecteurs tombent, dûment réglementées dans le BAF (bulletin des arbitres fédéraux), une publication passionnante téléchargeable sur le site fédéral. Le monde arbitral français est très structuré et par nature très tatillon. Pourtant, il existerait une parade pour reporter le paiement des amendes qui énervent les clubs mais que l’on peut justifier sans peine dans un vivre ensemble de bon aloi.

Les détails des clubs étourdis dont un presque présidentiel, cliquer ligne suivante.

Lire la suite

17 octobre 2014

Faites entrer l’accusé : après coup

L’émission Faites entrer l’accusé (FELA) consacrée à l’assassinat de Gilles Andruet a été diffusée le samedi 11 octobre 2014 sur France 2. Elle reste en replay sur le site de la chaîne jusqu’au 18/10 environ.

Ce documentaire est l’un des plus complets consacrés à l’affaire. Sur le format, il avait un avantage de départ – 110 min contre 52 aux formats doc classiques – et sur la temporalité aussi puisque France 2 a chargé la société 17 Juin Media, pourvoyeuse de tous les FELA, de se pencher sur l’affaire suite à l’acquittement prononcé en faveur de Sacha Rhoul, le dernier mis en cause et extradé du Maroc bien que marocain.

Selon la loi, un maximum de 7 voix sur 12 (9 jurés et 3 juges) ont opté pour sa culpabilité. 7 voix coupables ou moins = acquittement. Une huitième voix et la condamnation tombait. Le détail des votes des jurés n’est jamais rendu public.

Pour tous ceux qui n’ont pas connu ce champion fantasque, l’enquête montre bien toutes les facettes et les fractures d’un personnage attachant et complexe, provocateur-né qui ne laissait personne indifférent. Ceci est renforcé par les interventions émouvantes et motivées de Jean-Claude, le père de Gilles.

Ce champion de rallye automobile des années 1970 n’a jamais cessé de tracer sa route judiciaire malgré les bâtons dans les essieux qu’on a pu lui mettre tout au long de l’instruction.

Le piège de ce documentaire pour tous ceux qui ont connu Andruet est de ne pas regarder ces 110 min comme un « dossier » avec la signature télévisuelle et scénarisée de FELA qui nous emmène dans un « faits divers » comme on irait dans un film noir.

Oui, il faut se représenter que Gilles Andruet a été massacré avec préméditation (il a été drogué) pour 300 000 francs (moins de 50 000 €). Il est mort sous de multiples coups. Les photos de l’instruction sont insoutenables, non diffusées. Et il a été lâchement jeté même pas comme une bête en pleine nuit, déjà mort, dans un endroit introuvable, une petite rivière de l’Essonne.

Si le fils Liany a embourbé la presque totalité de l'argent du compte-joint (et accepté sa condamnation de recel),  les assassins (‘les’ car il a bien fallu transporter le corps et bouger sa voiture) restent juridiquement dans les limbes. Comme l’indiqua l’avocat général, l’affaire tourne ‘autour’ de Sacha Rhoul mais par ‘sur’. Ce que n’a pas dit FELA, c’est la durée de la plaidoirie de cet avocat général : 17 min dont une bonne partie consacrée à retracer sa propre carrière.

Le doc ne fait intervenir qu’un seul proche de Gilles dans les dernières années de sa vie. Il raconte comme si on y était la fascination des spectateurs quand Andruet brillait aux tables de blackjack. Tinny sa copine de casino, Bernard, qui l’hébergea en partie dans les dernières semaines, sont absents.

Acquitté en appel, Joseph Liany est représenté par son avocat Me Forster dans ce doc. Chez lui, on retrouva le jeu de backgammon et un livre prêté quelques jours auparavant à Gilles Andruet. Me Forster lance une hypothèse crédible sur les circonstances de l’assassinat sauf que Gilles Andruet a été drogué et donc la préméditation était bien là.

Me Garbarini, second avocat du père de Gilles (procès en appel de Joseph Liany) lance une grosse pointe sur le palais Rhoul de Marrakech tenu par Sacha Rhoul grâce à l’argent de maman, sœur de Joseph : certes des vedettes comme Anelka s’y marient, des défilés de mode s’y déroulent, des séries télé y sont tournées et notre Johnny Hallyday national y a séjourné. Mais Me Garbarini lâche en passant que « des avocats généraux y passent aussi leurs vacances ». Pour des vedettes de la radio, on le savait, mais là, c’est une nouveauté balancée en quelques phrases.

C’est à ce genre de « détail » que l’on mesure les petits et grands secrets avérés ou pas qui ont fait sortir les accusés un à un du dossier. Pour quoi au final ? 2 acquittements, 1 condamnation pour recel, 1 suicide, 0 coupable et 0 réponse pour Jean-Claude Andruet.

24 juillet 2014

Le championnat des paris

89e édition du championnat de Paris, 622 participants hors forfaitistes, un temps de chien, une coupe du monde de football au Brésil qui fait abandonner quelques-uns pour voir des matches capitaux… et le sport, le vrai.

Le championnat se déroulait pour la première fois au stade Charléty où des meetings d’athlétisme ont rythmé le premier week-end et où des matches du Paris Football club attirent les foules en pleine saison.

La salle de jeu était gigantesque de sorte qu’on pourrait presque y organiser un championnat de France, une compétition qui réunit chaque année environ 1000 participants.

salle_Charlety_droits_IDF.jpgLe CHIP n’est pas chic, mais reste une compétition de masse qui rajeunit. L’organisation ronronne, on a presque l’impression que c’est facile !
Les clubs d’Île-de-France fournissent le gros des troupes. Tous les joueurs viennent pour en découdre, pas pour les prix (cinq seulement dans l’open A) y compris les maîtres du tournoi FIDE où personne n’est invité en dehors des frais d’inscription payés par pratiquement personne.

Divers stages avaient lieu dans les étages (auto-entrepreneur...) mais un seul était bien visible sur le plancher des vaches : le stage ‘AF4’. Quézaco ? 4e vol Air France à destination de Papeete tous frais payés par la ligue avec TON argent ?

Non... plus modestement, il s’agissait d’un stage d’arbitre débutant. Ainsi, la championne Marie Sebag (Échiquier Châlonnais du président Salazar), Celia Duffaud fille de sa maman présidente de Tous aux Échecs (Montreuil) et une jeunette de Villepreux (club des Yvelines, 22 licences A, 2 licences B, vieux village à visiter) vont grossir les rangs du ‘corps arbitral’.

En cas de validation aux étapes supérieures (j’y connais rien), elles seront abonnées à la version masculine de la baffe, çàd LE BAF, le Bulletin des Arbitres Fédéraux.

Rentrer dans ce monde impitoyable et consulter les anciens numéros en ligne, c’est par ici.

Bref, tournoi multiforme, offres multiples, sandwiches variés et à la fin, c’est toujours l’Allemagne qui gagne ou plutôt Fedorchuk. Président fédéral sourire présent à la remise des prix. Cette 89e édition fut une réussite. Photo ci-contre © ligue IDF.

CHIP_FIDE_Fedortchouk.JPGTournoi FIDE (40 participants)
Gagné au départage par Sergey Fedorchuk devant son bourreau de la 8e ronde, son camarade de club d’Évry Grand Roque Gharamian et Tregoubov avec 6,5 sur 9.

C’est la seconde fois que le trophée est remporté par le grand maître ukrainien, redoutable en milieu de jeu et en finale. S’il 'chipe' une troisième fois la coupe du ‘CHIP’, il aura droit à la coupe énorme stockée en devanture de la ligue d’IDF… et à un chèque bonus de 5000 €.

Rusen RUSEV (Lutèce-Échecs/Paris/2337 Elo) réalise sa première norme de maître international avec une performance à 2568. Il est le seul parmi les candidats maîtres à avoir attrapé ce fameux résultat.

Ce tournoi comportait peu de joueurs et les champions crapahutaient dans un joyeux anonymat (aucun chevalet, on ne sait pas qui est qui). Les échiquiers DGT ont conservé pour l’éternité les parties des dix premières tables sur la page des résultats.

Grille américaine

Tournoi A (134 participants)
Beaucoup de jeunes et l’inévitable Gromovs pour décrocher la première place de ce traditionnel tournoi où les plus de 1900 Elo peuvent accrocher n’importe qui. Le bourreau 2013 de Gromovs au CHIP, Benoît René, a été victime dès la première ronde d’un joueur à 1973 Elo. Il s’est autorisé derechef des vacances prématurées de forfaitiste. Lequel 1973 a fait forfait les deux dernières rondes…

ChipA_Fy.JPGLe tournoi est remporté avec 7,5 sur 9 par le jeune Malgache Fy RAKOTOMAHARO (2114, Clichy). Il devance au départage Ludovic Gantner (2171, Tour Blanche-Paris). A cause de son âge (15 ans) le changement de la constante pour le Elo le booste (explications site FFE).

Le jeune Fy gagne une brouette de 109 points Elo sur 9 parties ! Arrivé de Madagascar chez PP (club du Petit Pouchet à Paris), il a vite été repéré par les recruteurs de Clichy qui l’ont aspiré en voyant ses résultats flamboyants aux tournois de DD Clauzel.

Fy fait fi de la théorie des ouvertures. Cela aurait pu lui coûter une défaite en finale contre le Brésilien Gervasio, mais son cavalier virevoltant l’a sauvé.

Le trentenaire et co-vainqueur Ludovic Gantner a fait jouer le métier. Il a ‘strip-teasé’ Gromovs stratégiquement dans la dernière ronde avec les blancs. Sachant que l’autre joue tout a tempo dans les 30 premiers coups et avait déjà sauvé deux poubelles avec ce stratagème, la tache n’était pas simple. Bravo!

Mention spéciale aux sportifs Bourogaa, Daurelle, Grigorian, Kozlowski, Micottis, Mirimanian, Montabord, Vlachos qui ont joué l’après-midi dans le petit championnat a (parties de 3 h 30 maximum) et dans le tournoi du soir A (environ 5 h de jeu si tu vas en finale, petit scarabée).

Grille américaine

Tournoi BOKUYAZ_Duru_1725_TUR.JPG
Si vous n’aviez jamais vu des têtes de turcs, il fallait rester près des
premières tables. Deux des membres de l’équipe nationale jeunes ont animé le tournoi et notamment une jeune fille devant un public impressionné. Le poussin Isik CAN remporte seul le tournoi avec 8 sur 9. Suivent 3 joueurs dont sa compatriote Duru OKUYAZ contre qui il a fait nulle à 8e ronde.

Mais la jeune Duru qui a mené la danse du tournoi s’incline à la dernière ronde contre Sylvain Durand (Petit Pouchet-Paris) qui rejoint le podium tout comme le cadet du JEEN-Paris Lyova AKULYAN, le grand pote blitzeur d’Hayk Mirimanian.
A quand une exportation de nos jeunes pousses dans les tournois européens pour se faire les dents ?

Tournoi C : rien suivi. La grille américaine nous sauve la mise : Maxime Tregoubov le pupille fils du GMI arrive 5e avec 7 points sur 8. Il a séché la première ronde ! Il y a 4 ex æquo à 7,5. Ces 'fayots' ont joué les 9 rondes.

Jouer l’après-midi
Les tournois petit a, b, c permettaient aux joueurs voulant profiter de leurs soirées de jouer des parties plus rapides (60 min + 30s par coup). L’inusable Roger Ferry ainsi participé au tournoi petit a remporté par Santamaria et Daurelle.


2014_CHIPa_Ferry_ChB_apres_46enoir_Ta2.jpg'Car-Ferry' a rectifié un certain nombre de jeunes. Fahim Mohammad (Créteil) n’a pas réussi à le battre, et n’en revenait pas de la force du joueur fidèle au club de Colombes. Fahim est né en 2000 et Roger Ferry en 1932.

Un autre jeune a quasiment balancé les pièces quand ‘Monsieur’ Ferry l’a gratté en finale après avoir courbé l’échine toute la partie.

Photo (© ligue IDF): Roger Ferry regarde la pendule (moins de 2 min) de son farceur d'adversaire sous l’œil d’un revenant à la compétition, Marc Ébalard.

Voir les grilles américaines sur la page des résultats

Le fun : savoir si vous êtes sur la COMPIL PHOTOS déroulée sous une version remasterisée bof de Chase, la musique mythique du film Midnignt Express c'est ici

11 juillet 2014

La FFE vote pour Kaspied

"La Fédération Française des Echecs (F.F.E), par la voix de son comité directeur réuni les 21 et 22 juin 2014, a décidé d'apporter son soutien à la candidature de Garri Kasparov pour l’élection du Président de la Fédération Internationale des Échecs (F.I.D.E) qui se déroulera le 11 août 2014 à Tromsø (Norvège) pendant les Olympiades."

Publié 19 jours après la décision sur le site fédéral.

C’était notre minute : « Redonnons la parole aux clubs. »
Comme disait un ancien patron : "On sait ce qu’on perd, on ne sait pas ce qu’on récupère." - tellement Kasparov est étouffé par la modestie.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu