Avertir le modérateur

Impulsif parallèle et simultané (à la Pierre Dac)

  • Carlsen et son « client » du Qatar

    Oui Carlsen est le plus fort. Oui, on a l’impression que c’est facile, qu’il renvoie la balle dans des positions simples avant de rincer son adversaire en finale. Mais certains joueurs craquent leur slip avant même de le rencontrer. C’est le cas de Nakamura, son client mené quelque chose comme 12 à 0. Et rien n’y fait.

    Dans un genre tout aussi craqueur, le GMI azéri Mamedyarov est comme un petit lapin face à un lion féroce chaque fois qu’ils s’assied face à Magnus Carlsen. En son temps, on disait de Tal qu’il « hypnotisait » ses adversaires. Idem pour Karpov et ses nerfs d’acier en toute circonstance. Ou Petrossian qui prévenait toute menace avant même qu’elle survienne dans la tête de l’adversaire. Leur point commun ? Euh… champions du monde.

    Voilà comment a été résumé dans des termes mesurés ce qu’est un « client » et comment « un fort joueur a toujours de la chance ».

    En mode texto le passionné d’échecs parisien "Grabbi Jacob" résume l’affrontement de la 8e ronde Mamedyarov-Carlsen de ce tournoi d’anthologie qu’il a suivi en direct sur le net :

    « Mamed en mode truffo-patzer, mais Minus est monstrueux : il joue tous les coups de l’ordi ! Et Vlad a les noirs demain… »

    2015_QAT_Mam_

    carlsen,mamyedarov,petrossian,karpov,tal,savina

    Photo site officiel de Katerina Savina

    Site officiel avec parties et moult photos

    La partie entre les deux champions se rejoue ici

  • Bonnes fêtes... et bonnes résolutions

    Bonnes fêtes à toi vaillant(e) combattant(e) de l’échiquier aux infinies combinaisons. Il y a plein de tournois dans ta région en cette période des fêtes et après les vraies de bulles de champagne ou de Champomy ©, il faudra éviter les vraies bulles de l’échiquier, celles qui te rétrogradent table 54 sur un échiquier en plastique, loin de tes potes dans l'open qui passe dans le journal.

    Oui, cette année 2016 sera celle des bonnes résolutions : pas de superstition sur le stylo qui gagne ou qui perd, tu aimeras ton président et ton club en changeant une ampoule ou en achetant du savon pour les visiteurs. Et surtout beaucoup, beaucoup moins de blitz sur Internet.

    Cette drogue frappe même les plus gros z’Elo de la planète et tu perds de vrais points par paquets à cause de ça. Cela trouble ton sommeil et ta femme (ou ton mari) menace d’aller au ciné avec ses amis ou de sécher les vacances prévues dans une caravane toute équipée.

    Oui, pour compenser, tu as donc décidé d’être sérieux. Entre deux rapports monstrueux à rendre pour hier au travail, tu maîtrises la touche ALT + TAB pour regarder de ton lieu de travail les parties en direct des grands tournois sur www.chess.dom car tu ne peux mettre le son comme avec chess24.com. Immoral mais bon. Les résultats détaillés pour les archivistes ? Sur TWIC depuis mille neuf cent nonante seize.

    Un p’tit coup de nostalgie ? Hop, tu iras lire les majestueux articles de Georges Bertola sur Europe Échecs en prenant un apéro délicat à sa santé, l’homme aime la bonne chère. Non, en 2016, tu vas résister au tweet, Facebook, c’est fini. Tu vas te la jouer repli : on joue sur trois rangées et on gagne. Bref, tu ne regarderas dans l’ordre que le site internet de ton club pour chercher ta photo, puis celi de ta ligue pour voir les photos ringardes de remise des prix et enfin, enfin, tu ne cacheras jamais ta joie en traquant les bonheurs et malheurs des gains et pertes de points Elo de tes camarades et de toi-même sur le site de la FIDE. Miroir, ô miroir...

    Ah, un dernier truc : essaie de ne pas jouer au moins une partie en jean ou pantalon de sport de l’année. Pense très fort à Alekhine, Tartacover et leurs costumes, peut-être cela t’aidera. En tout cas, c’est le vrai défi. Encore plus dur que d’arrêter le blitz sur le Net !

  • Revivre les matches K-K en Equipe

    Le site du journal L’Équipe rattrape le néant consacré aux échecs dans sa version papier avec un long reportage texte + vidéos qui revient, dix ans après, sur les affrontements entre Karpov et Kasparov. De nombreuses interviews vidéo y figurent: Kasparov, Lautier à la lucidité exemplaire, l'ex-secondant Dorfman nous fait revivre la vie soviétique...

    Les affidés français prennent inévitablement la parole. Ils ont gagné de l'argent dans "l'Université Kasparov": le représentant-manager-meilleur fan en France Dan-Antoine Blanc-Shapira, Jean-Claude Moingt, affublé du titre de "maître international" dans un sous-titre hasardeux et présent dans l'attelage perdant de Kasparov pour la conquête à la tête de la FIDE.

    Même si l'ensemble est assez bien fait, c'est quand même un panégyrique camouflé. Karpov n'a pas la parole, pas même dans une interview reprise d'une radio ou d'une télévision... alors qu'il continue à jouer certes des tournois de gala.

    Le verdict sur l'homme Kasparov vient finalement d'une citation de Spassky rapportée par Dorfman au moment où Kasparov voyait poindre des lueurs démocratie au sein de l'Association des Grands Maîtres (GMA) qu'il avait lui-même créée: "Alors Spassky a pris la parole : “ Je reconnais dans ton comportement les trois piliers d'un bolchevik. Le premier : qui n'est pas avec nous est contre nous ; le deuxième : si l'ennemi n'abandonne pas, on l'anéantit ; et le troisième : on ne sait pas où on va, mais on va y arriver  ”.»

    A oublier dans cet ensemble assez bien documenté: les images sur les joueurs de parc à Moscou comme à New York sont d'énormes clichés: musique de balalaïka et remplissage de la Place Rouge pour Moscou, gratte-ciel et musique de jazz pour New York. N'imp.

    Lien sur lequipe.fr

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu