Avertir le modérateur

Blog

  • Carlsen et son « client » du Qatar

    Oui Carlsen est le plus fort. Oui, on a l’impression que c’est facile, qu’il renvoie la balle dans des positions simples avant de rincer son adversaire en finale. Mais certains joueurs craquent leur slip avant même de le rencontrer. C’est le cas de Nakamura, son client mené quelque chose comme 12 à 0. Et rien n’y fait.

    Dans un genre tout aussi craqueur, le GMI azéri Mamedyarov est comme un petit lapin face à un lion féroce chaque fois qu’ils s’assied face à Magnus Carlsen. En son temps, on disait de Tal qu’il « hypnotisait » ses adversaires. Idem pour Karpov et ses nerfs d’acier en toute circonstance. Ou Petrossian qui prévenait toute menace avant même qu’elle survienne dans la tête de l’adversaire. Leur point commun ? Euh… champions du monde.

    Voilà comment a été résumé dans des termes mesurés ce qu’est un « client » et comment « un fort joueur a toujours de la chance ».

    En mode texto le passionné d’échecs parisien "Grabbi Jacob" résume l’affrontement de la 8e ronde Mamedyarov-Carlsen de ce tournoi d’anthologie qu’il a suivi en direct sur le net :

    « Mamed en mode truffo-patzer, mais Minus est monstrueux : il joue tous les coups de l’ordi ! Et Vlad a les noirs demain… »

    2015_QAT_Mam_

    carlsen,mamyedarov,petrossian,karpov,tal,savina

    Photo site officiel de Katerina Savina

    Site officiel avec parties et moult photos

    La partie entre les deux champions se rejoue ici

  • Pal Benko, né à Amiens !

    Dans les années 1980, j’ai mis la main sur un bijou écrit par Arpad Elo : The Rating of Chess Players, Past and Present. Ce mathématicien américain d’origine hongrois a développé une théorie statistique permettant d’établir notre classement et a donc simulé les classements des joueurs du passé.

    Principalement technique (et encore en vente sur Internet), le bouquin comporte toutefois une carte du monde où l’on voit les pays de naissance des GMI d’avant 1960 (année de publication du livre, pas moyen de remettre la main sur le bouquin à date dans ma bibliothèque).

    La France ne comportait qu’un seul point. Quel GMI pouvait donc être né en France ? Il s’agit curieusement d’un ex-compatriote : Pal Benko !

    Ni une ni deux, la mairie d’Amiens m’a gracieusement fourni l’acte de naissance : c’est possible (acte de naissance > 75 ans). Paul Charles Antal BENKO est né le (dimanche) quinze juillet mil neuf cent vingt-huit à treize heures au 109 rue Saint Leü. Son père s’appelle Paul également.

    Que faisait la famille en France alors que les parents sont retournés plus tard en Hongrie ? Mystère. De son côté, Arpad Elo est né en Hongrie dans un village qui compte en 2015 moins de 600 habitants et est mort en 1992. Ses parents étaient fermiers.

    Pour jouer, et avant Kortchnoï, Benko a pris la tangente du monde communiste en 1957 à Reykjavik. Il avait à peine vingt ans.

    Fiche Wikipedia de Benkő Pál comme on dit en hongrois.

    Fiche Wikipedia de Arpad Elo

    Historique du Elo en France déjà expliqué sur ze blog (avec photo du Arpad !)

    Archives du blog par mois, catégorie et mot-clé.

    Eléments sur la biographie de Benko, cliquer ligne suivante

    Lire la suite

  • Quand Spassky parlait de Fischer en 1985

    En 1985, le tournoi des Candidats au championnat au championnat du monde eut lieu à Montpellier. Jean Py et son équipe en furent les organisateurs alors même que la fédération était installée dans cette terre d’échecs au domicile du président, dans la Sarthe.

    Plus de trente ans après, Jean Py se délecte encore de ces joutes magiques où le public découvrit sur place un Sokolov parlant un peu le français, jouant de la guitare après sa qualification et maniant, en privé, ses 70 000 francs de premier prix (soit 10670 euros, environ 104 fois le smic mensuel de l’époque) en toute décontraction...

    Dans sa dernière livrée, car on revit ce tournoi et ses coulisses au compte-gouttes, on entend parler Spassky sur Fischer. Le tout dure moins d’une minute, mais on a tout de suite envie d’en savoir plus quand Boris explique qu’il a vu Fischer pour la première fois à Moscou en 1957 quand le kid était venu se mesurer aux maîtres de la capitale dans des blitz (Petrossian, Geller…)

    L’interview de Tal est aussi prémonitoire (doublée par Jean Py « avé l’assen ») sur la trace qu’a laissé ce tournoi et pour ceux qui n’ont jamais entendu le vainqueur Sokolov parler russe, ils seront gâtés.

    Le site de Jean Py sur le tournoi des Candidats et bien d’autres choses sur les 64 cases.

    On a déjà parlé de ce site sur ze blog…

    Les vidéos de Montpellier 1985

    La grille du tournoi avec les 4 qualifiés

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu