Avertir le modérateur

moussard - Page 2

  • Textos texto d'avril : le top 12 devient Top 50!

    Vous êtes nombreux à m’envoyer des textos. Des indics de la FFE et d’ailleurs, des informations sérieuses et pas mal de blagues pour ce bli-blog.

    Seules vos blagues (ou presque) ont été retenues pour cette catégorie ‒ "Les textos texto". Des titres ont été rajoutés pour situer le contexte et l’orthographe a été "rattroupée" comme l’on dit dans le Doubs. Bon zapping !

    top12


    Le Top 12 de la bouillabaisse

    Marseille ferait forfait pour le Top 12. Dans la capitale phocéenne, les subventions, ça bout, ça baisse ; ils sont furieux à la FFE. Diego veut organiser un Top 50 sur le modèle des radios périphériques avec des bons d’achat chez Lidl pour les 3 premières équipes.

    Aldo la classe, Aldo en classe
    Ai reconnu Aldo Haïk sur une photo de Copains d’avant ; on a fréquenté le même lycée (Limeil-Brévannes) à dix ans pile d’écart. Même tête, même en seconde et c’était déjà un fort joueur !
    Son père a été prof de maths dans cet établissement. Aldo et son frère étaient des bêtes en tennis de table. On en parlait encore des années plus tard.

    Le match de la réconciliation
    Un match Clichy-Levallois Perret serait sur les rails. Le thème ? Voix-échecs pour faire de la tévé.
    Table 1 : Catoire-Patrick Balkany
    Table 2 : Carlsen, champion du monde et sociétaire fantôme de Clichy contre Mme Balkany.
    Jules Moussard et l’ex-Clichois Igor Nataf lanceront les parties en chantant : « a3 de jouer ».
    Match organisé par le président du « syndicat des perdants », Jean-Claude Moingt, déjà pardonné par Catoire.

    Boutombe en trombe
    Un Corse m’a demandé de te transmettre un texto de menaces : « J’irai cracher sur boutombe. » Réponds-lui via le courrier des lecteurs d’EE. Il n’existe plus, mais Babar transmettra en beauté sur l’Île.

    Camba-délice $$ nommé
    « T’aurais définitivement dû faire de la politique au lieu de militer limité. »

    Réponse : Un repris de justice succède à un repris de justice par la volonté d’un nul et d’un archi-bidon. Et mon équipe de N3 s’est mangée plein d’amendes et est reléguée. Annus horribilis ! La droite, Moingt et Battesti doivent revenir !

    Bois-Co minute soupe
    Bois-Colombes vainqueur de la N2, N3, N4, N5. C’est historique probablement dans l’histoire de la FFE. De quoi faire pleurer Mullon.

    Cherche club de fumeurs
    Dois déménager dans les Yvelines. Cherche club de crevards attachants qui ont horreur des subventions et des jeunes et où l’on peut fumer. Club physiquement proche de la FFE et de sa mare aux canards s’abstenir.

    La loose de Montbé
    « Championnat des jeunes à Montbéliard : parents connards ; enfants p’tits cons prétentieux. C’est la loose. J’exagère, mais j’en suis à mon 4e whisky. »

    Diego S. en Coupe de France : « a3 de jouer »
    Fasciné par la mousse de Moussard et son « 1.a3 de jouer » dans le junior, le président fédéral va ordonner aux deux joueurs ayant les blancs lors de la finale de la coupe de France de jouer 1.a3. C’est (presque) de la triche… car son club compte bien être en finale.

  • Montbéliard-Belfort : exportons nos patates et nos poireaux !

    Le championnat de France des jeunes se déroule traditionnellement sur deux semaines. Cette année, le record de 1233 jeunes de 5 à 20 ans est atteint à Montbéliard. Cette édition a été impulsée par Jean-Paul Touzé, président du club de Belfort décédé le 26 octobre dernier.

    OK 1300 jeunes, on a la quantité. Mais côté qualité, c’est plutôt patates et poireaux... Il suffit de comparer avec le même championnat actuellement en Russie.

    Axone, lieu superbe. Des centaines de tables impressionnantes. Une organisation fédérale rodée. Petit peuple consomme du Coca pas light, des frites et du McDo. La ville est contente pour l’hôtellerie. Les pizzerias enfournent.

    Mais quid de nos futurs champions ?
    Ben la France n’a pas ou mal cultivé son jardin. Du coup, on exporte nos « patates » et on montre nos « poireaux » au monde en direct. Magie de l’Internet. FFE fière comme un coq.

    La catégorie juniors filles: des précieuses ridicules ?
    Coucou, déjà t’as un nombre impair de participantes : 11… pour  9 rondes ! 6 joueuses ont moins de 1700 Elo. Un grand merci à la FFE et à sa responsable d’avoir encouragé « les échecs féminins » tant d’années. On voit le résultat. Un petit stage en Géorgie est conseillé.

    Juniors garçons : "a3 de jouer"
    27 joueurs seulement dont un à 1300. 6 joueurs au-dessus de 2200. L’espoir français Jules Moussard s’est mis en mode « foutage de gueule » en jouant « 1.a3 de jouer » à Borya IDER à la 3e ronde… Le père de ce dernier a été formé à l’école russe.

    "Borya n’a foutre de 1.a3." Il a été patient et a encaissé le point sans psychoter face à cette facétie.

    Entraîné en Russie, Moussard cesserait de faire une telle mousse ou serait privé de tournois internationaux. En France, on rigole. Mais n’est pas Nataf qui veut, (Nataf-Mullon en finale de Coupe de France) jeune homme.

    Sophie Aflalo joue depuis son plus jeune âge ces championnats. Sa participation dans le junior hypocritement désigné « mixte » où elle se bat comme à l’accoutumée résume ce tournoi : illisible.


    Autres catégories : plus on descend dans les catégories, plus il y a de monde. Mais pas de petits grands champions de demain. Le côté kermesse-je défends ma ligue ou je revendique mon drapeau (oeuf corse) est par contre omniprésent.
    Le championnat jeunes est devenu un championnat de masse. La FFE le « vend » à une ville. La FFE a même cédé un open. Ben oui, mon gosse n’est pas qualifié, mais il veut jouer quand même. Je dépose plainte ou j’ai une amende ?

    Champ de patates à perte de vue
    De leur côté, certains entraîneurs font leur beurre en faisant appliquer leurs propres modèles. Exemple-type : mon élève joue mon répertoire. Sous-entendu : c’est moins de boulot à préparer et on répète à qui mieux mieux qui la Défense Scandinave qui la Défense Slave.

    Sous-variante : on fait jouer des petites sous-variantes pourraves.

    Contrainte quasi-générale : gérer le diktat des parents-employeurs qui ne comprennent rien aux 64 cases. Leur dire gentiment qu’il ne faut pas faire de sauts de cabri au moindre point marqué par leur progéniture. Leur conseiller d’acheter des jumelles, de ne pas talocher leur môme en cas de défaite et de ne pas le mettre dans le coffre de la voiture (si, si, ça c’est vu !)

    Entraîneurs : septante ans de solitude
    Ces entraîneurs, il faut les plaindre. Une réunion menée par Darko Anic, El Director de la toute nouvelle direction nationale de l’entraînement (DNE), propose de mutualiser les expériences. Vraiment pas gaulois comme réflexe, mais pourquoi pas ?

    Entre des élèves feignasses, lâchement sollicités par les études, septante années de retard dans la transmission de la connaissance et une fédération longtemps dirigée par des enseignants à qui le mot « élite » donnait des… boutons, bonne chance les gars !


    Je ne lis pas, je branche mon moteur
    Pour finir, à peu près 90 % des jeunes joueurs n’ouvrent jamais un livre et n’analysent jamais par eux-mêmes leur partie post mortem. On branche le moteur et on se dit qu’on était à "+2". Devenir esclave de la machine, il fallait y penser.

    Je connais pas mes finales, chef !
    Autre défaut hexagonal. Au cinéma, on parle d’exception française. Bon. Aux échecs, pas mal d’argent public va dans le financement d’entraîneurs via les clubs sans vraiment de contrôle sportif ni de suivi d’objectifs. Sauf pour faire du chiffre et de la grosse mousse dans les écoles avec les petits n’enfants comme en Corse ou ailleurs. Cela fait bosser des smicards, c’est cool. Et un enfant représente a priori deux électeurs.
     

    Hormis les élèves entraînés par des MI/GMI issus de l’Est (comme le faisait Spiridonov en son temps), tout le monde se concentre sur les ouvertures et rien pour les finales. Bon, OK c’est la mode au top niveau et il faut être vivant au 15e coup.
    Résultat : nos jeunes jouent les finales comme des cochons d’Inde. Ceux qui sont envoyés dans les compétitions internationales se font laminer.

    A part ça, il y a des motifs de satisfaction ; des joueurs et joueuses combattants vont jusqu’au dernier pion quel que soit le résultat. Ne citons personne, ils se reconnaîtraient tous !

    Site officiel

    Site dédié de la FFE (grille américaines par catégorie, c'est super)

    Article de l’Est républicain avec album photos

  • Dernières nouvelles comme dans un rêve

    Le bras long de Châlons
    Pas compris l’intérêt du match Vaïsser-Velten (10-14 février, +2 =1 -1) . Ah si ! Il se jouait à Châlons-en-Champagne, sur les terres du président. Question : combien de dizaines de fois notre champion du monde vétéran en titre a-t-il adoubé ses pièces et celles de son adversaire ?

    Vachier-Lagrave : come-back dans un gymnase
    Toujours aussi impressionnant le MVL. Il a raflé sans coup « fait-rire » et sans sourire la première place en solo des tournois « R&B », championnat de France rapide et blitz en patois d’Île-de-France. Oui la ligue d’IDF fait maintenant de l’humour.

    10e joueur mondial sur la liste de mars 2014, MVL a retrouvé l’espace d’une fin de semaine la bonne odeur de la sueur des blitzeurs parisiens. Il est ressorti avec deux énormes coupes et environ 3 000 € de prix. Et ses baskets. Fischer, où sont tes costumes hongrois ?

    Bacrot et Fressinet lâcheurs
    Bah oui, MVL a gagné. Bacrot et Fressinet, moins forts en blitz étaient déjà en route pour Erevan (Arménie) afin de gratter l’une des 23 places qualificatives pour la Coupe du Monde. Et le gymnase Louis Lumière dans le XXe, il ne compte pas ?

    Semaine au féminin : 1er-9 mars
    Pas entendu parler à part sur le site fédéral. Paraît que Marie Sebag (club : Châlons-en-Champagne, encore un hasard !) en est la marraine. Reine des marraines. La semaine des échecs masculins organisée par Jocelyne Wolfangel avec frais de mission est attendue pour 2015. On est quand même majoritaire. Qui sera le Parrain ?

    Championnat IDF des jeunes
    Entre parents surexcités quand la progéniture est qualifiée, un "déformateur" avec table ouverte agissant depuis des dizaines d’années et racontant n’importe quoi sur le jeu, des parents ou dirigeants de clubs s'improvisant pour analyser une partie, des entraîneurs ou professeurs allant à confesse, un enfant déjà licencié sous un autre nom dans une autre ligue, et une configuration telle qu’il est impossible ou presque de voir les parties, le championnat d’IDF des jeunes reste un grand rendez-vous. Au moins par la masse et aussi pour le début du mercato.

    La thèse du yaka
    Ai commencé à lire scolaires.ffechecs.fr : on a l’impression de parcourir une thèse du « yaka ». Mais il y a des trucs intéressants toutefois.


    Moussard forfaitiste
    Championnat de France de parties rapides, dernière ronde. Moussard avait bien gazé mais venait de perdre contre le Russe Dobrov. Il prend la tangente, rejoint le camp des forfaitistes et le point du forfait revient au mentor de Villejuif, Wojtek Sochacki.


    Fahim ? Pas vu !

    Pour tous ceux qui auraient loupé la promo radiotélévisée-parmentiée suite au livre Un Roi clandestin (Les Arènes), la DTN aurait décidé de retirer 30 points Elo aux contrevenants sans possibilité d’appel.
    Deuxième sanction possible : une mission d’intérêt général comme aller grossir les rangs d’Obernai dont l'exquise spécialité est de jouer avec des forfaits dans nombre de ses matches (N II, groupe Est).

  • Hamdouchi 88e champion de France

    Hicham Hamdouchi est devenu champion de France à l’issue des deux parties de départages contre Jean-Marc Degraeve alias ‘Jim’. Hamdouchi perd deux parties contre Sokolov et Édouard, mais a aligné 6 victoires et 2 nulles.

    De son côté, JIM n’a perdu qu’une partie (contre Romain Édouard), mais n’a aligné que 5 victoires dont 4 contre les 4 derniers (Le Roux, Vaïsser, Cornette, Sebag) dans son légendaire style « d’écrase-patates ».

    La dernière ronde fut toutefois palpitante : il dut ramer 107 coups avant de marquer le face à Le Roux, qui a loupé une suite de nulle (90.Rf3 et transfert du fou sur la diagonale a2-g8).

    En finissant tous deux ex æquo avec 7,5 sur 11 (+6 =3 -2 pour Hamdouchi et +5 =5 -1 pour Degraeve), le départage s’imposait le 23/8 à 14 h, soit quatre heures après le début des opens.

    Les départages : « on n’analyse pas les blitz »
    Selon le vieil adage, « on n’analyse pas les blitz », aucun commentaire n’est nécessaire quant aux parties de départage jouées en 15 min + 5 s : nulle dans la première et gain blanc d’Hamdouchi dans la seconde.

    Après 11 rondes à une cadence classique, un jour de repos, des conditions sympa de jeu pour 12 champions faisant parfois des simulacres de parties avec des nulles masquées, pourquoi faire des départages durant moins d’une heure pour un titre qui n’a aucune valeur marchande hormis un nom dans des tablettes ? Le ou les ex æquo sont oubliés et ont-ils moins de mérite ?
    Il n’y pas de système parfait et s’il faut désigner un seul vainqueur, autant jouer aux échecs, mais jouer à une cadence différente est une vraie loterie.

    Le roi Édouard doublé sur le fil
    Malgré leur demi-point de retard sur le leader Édouard après la 9e ronde, Degraeve et Hamdouchi avaient deux dernières rondes relativement favorables comparativement à Édouard qui les avait battus :

    Degraeve-Sebag (1-0, 71) et Le Roux-Degraeve (0-1, 107) ;

    Wirig-Hamdouchi (0-1, 64) et Hamdouchi-Cornette (1-0, 39) ;
    Édouard-Bauer (=, 36) et Tkachiev-Édouard (1-0, 65).


    Grille du National sur le site FFE

    Parties à télécharger ou visualiser sur le site fédéral

    Christian Bauer déconcentré car sur ses terres ?

    En dehors de l’an passé, C. Bauer a été champion de France en 1996. Depuis, il a mangé du Bacrot et un tas d’autres hommes en forme dans le National. Alors pourquoi le Lorrain n’a-t-il pas scoré cette année – comme Degraeve – dans ce championnat faible sans les Fressinet, MVL et Bacrot ?

    Petite « Secret Story »
    Marie Sebag est restée jusqu’au bout malgré sa dernière place. On pouvait craindre qu’elle ne quittât cette si belle cité après des débuts difficiles. Mais non. Son mérite est finalement d’avoir montré la voie à toutes les joueuses : pour progresser, il faut jouer des tournois forts voire très forts et ne pas se cantonner dans les tournois réservés aux femmes ou rester vissée à l’échiquier « féminin » en équipe. Ainsi soient-elles.

    Des défaites, des hommes peu en forme
    Parmi les sept premiers, Hamdouchi, Bauer et Wirig ont encaissé 2 défaites… et l’un d’eux est champion de France. Assez rare dans un championnat de France.

    Accession et National : on ne départage pas pareil !
    Les prochains « bleus » du National seront Chabanon et Roser. ‘Chab’, connaît la musique du National. Il a outrageusement dominé le tournoi en s’offrant le luxe de perdre la dernière ronde contre le cadet Jules Moussard.

    Il termine avec 8,5/11 (+7 =3 -1) suivi de Roser et Mullon à 8.
    Roser est qualifié pour le National grâce à un demi-point de départage ou 3 points de perf Elo ; j’ignore le règlement, d’ailleurs, ce point n’est pas indiqué pour le non-initié.

    Grille de l’Accession

    Si la France a supprimé la guillotine tardivement, elle reste à l’œuvre pour la qualification de l’Accession vers le National : pas de confortable départage en partie rapide devant une foule ébahie alors que ce système existe pour désigner les titres de champion de France jeunes.

    L’enjeu est pourtant de taille : en quoi le 3e du tournoi, ex æquo avec le 2e, est-il ‘out’ et doit retenter sa chance l’an prochain ?


    Ce règlement est quelque peu insultant pour les joueurs de l’Accession ; aucune considération, on laisse un obscur et volatile départage décider de qui va monter dans le National, le prestigieux tournoi. On prend les deux premiers et basta. Vite un comité machin pour réfléchir sur le sujet.

    Épris des prix
    On m’a annoncé que le premier prix du National féminin (remporté au départage par Maisuradze face à Congiu) était de 4 000 €. Pas de nouvelle officielle, sauf pour les joueurs sur place car tous les prix de tous les tournois étaient affichés à Nancy. On dirait que l’argent est sale.

    Certes, la FFE n’a pas non plus annoncé officiellement le salaire du nouveau président, mais ce n’est pas une raison. Ainsi, on aurait pu faire un ratio avec le ticket d’entrée payé en milliers d’euros par la ville de Nancy sans compter la mise à disposition des infrastructures etc.
    Nouvelle équipe certes, mais pour les prix, on plonge la tête dans le sable comme les autres années. « Redonnons la parole à la transparence ? »

    Heureusement, le blog du Canal Saint Martin a photographié la liste des prix de tous les tournois. C’est ici et merci à lui!

  • Marseille s’offre une belle Coupe de France… au tribunal

    Cette saison, Marseille a ramené la Coupe de France face à Évry sur une boucherie sans appel de 3 à 0 (et une nulle). Naiditsch et Bacrot avaient les blancs et Évry leur avait respectivement opposé le mousse Moussard et Christophe Sochacki. Le choc à qui ? A Bacrot qui termina la partie par une attaque de mat après avoir « aspiré » les pièces noires à l’aile dame. A 2-0, le match était plié car au 4e échiquier, Hauchard était un peu mieux, mais il fallait s’appeler Karpov pour passer Gozzoli. Feller finit par perdre une position supérieure contre Mazé.

    Marseille a dignement fêté sa victoire, et pas seulement sur son blog. Vous reprendrez bien une coupe Monsieur le Maire comme l’an passé pour le titre de champion de France par équipes ? Petit problème. La Coupe ? Évry, détenteur en titre, ne l’a  envoyée ni à la Fédé ni à Marseille. Mieux : Évry conteste la restitution de la licence de Marzolo (le Lyonnais joue pour Marseille) et a engagé une procédure en référé.

    Lire la suite du pastis avec scoop explosif, cliquer suite.

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu