Avertir le modérateur

alekhine - Page 3

  • Noyeux Joël et bonnes années!

    Le Père Joël est arrivé en retard...
    ... aussi vous en aurez deux pour le prix d’un. Histoire de surfer sur de bons souvenirs, célébrons deux Joël: Benjamin qui, contrairement à son nom, est l’aîné des deux. Le GMI américain aura marqué la fin des années 1990 par sa collaboration en matière grise avec Deeper Blue avec pour objectif (réussi) de battre de Kasparov en match.

    Le second est notre Joël (Lautier) national, semi-retraité de la compétition expatrié pour raison professionnelle extra-échiquéenne dans la mère patrie des échecs: la Russie. Son palmarès mériterait un numéro spécial, mais avant qu’un livre potable ne sorte sur ses exploits, voici quelques bons (et trop courts) souvenirs: cliquez sur les liens et abracadabra, une fenêtre s’ouvre et vous rejouez la partie.

    Lautier se fait placer une super arnaque de pat par Apicella

    Joël B. perd contre Joël L. à Paris, à l’open du cht de Paris, en 1989.

    Joël L. gagne avec les noirs (Linares 1994) contre Kasparov avec sacrifice de pièce !
    Kasparov a même exagéré et a tardé à abandonner!

    8c46f2923abd7cd2385c5e6f2cfe94ab.jpg

    Joël L. gagne avec les noirs (Amsterdam 1995), mais cette fois, c’est Garri qui sacrifie.
    Pas glop, Kasparov se prend encore sa bulle !


    Alekhine parle, Capablanca sexy?
    Dans notre société surmédiatisée, j’aime quand un acteur se contente de jouer ou un sportif se contente d’enchaîner les exploits, sans passer par la case micro du style « ambiance formidable sur le plateau » ou « esprit de groupe qui nous a fait gagner ». Mais révisons nos batteries. Quand on entend la voix d’Alekhine, le mythe du génie prend la forme d’un être de chair et de sang.

    Alekhine n’est plus ce surhomme parlant x langues, mais un Russe blanc avec une voix fluette, «à la Karpov», qui devise, pendant quelques minutes, en anglais sur les ondes de la BBC en 1938.
    Son accent russe roule les « r ». Autres archives radiophoniques alekhinesques bienvenues.

    Comme il était de coutume dans ces années-là à la radio, Alekhine lit son texte et cela s’entend. Ses réponses ne sont pas spontanées mais préparées à l’avance en fonction des questions préalablement données: exactement comme à l'Assemblée nationale française de nos jours, lors des questions au gouvernement du mercredi pour le cirque de la tévé! Écoutez Alekhine, c’est un régal !

    Qui a dit que Capablanca n’était pas un séducteur? Les images sont en noir et blanc, mais ses yeux de braise ont dû faire chavirer nombre de dames et ont dû impressionner tant d’adversaires. À part ça, j’ai craqué sur son feutre. Un film court mais muet du génie cubain.

    Actualités russes

    - Suivez les commentaires en direct sur chesspro.ru du secondant de Morozevitch, Vladimir Barsky. Un régal! Pour ceux qui n’entendent pas le russe parfaitement, il y a une astuce: faites un copier/coller des commentaires et reportez-les sur un site de traduction automatique et avec le jargon échiquéen, on s’en sort! Bon OK, il faut être en vacances ou faire cela de temps en temps de son bureau. Bonne chance.

    - Kortchnoï prépare un livre sur la Sicilienne Rauzer. Il a même fait le déplacement à Moscou pour relire les épreuves et terminer les détails techniques. Voir sa longue et passionnante interview par le même Barsky où Kortchnoï, dans son style inimitable, déclare que Kramnik est le champion du monde « de la paix » (photo: chesspro.ru)

    78e465643d0d4e89429a7fd9a3fbb7ed.jpg
  • Morozevitch et Du Mont: livres Payot

    Le Russe Alexandre Morozevitch a remporté énormément de succès avec les pièces noires sur la Défense Tchigorine (1.d4 d5 2.c4 Cc6) et la théorie a grandement avancé grâce à lui. Tchigorine était russe aussi et avait horreur des parties ternes du gambit de la dame.
    Mais les bonnes choses ont une fin – heureuse pour nous, lecteurs : quand un champion cesse de jouer une variante, il décide d’écrire un livre. Morozevitch a ainsi suivi le conseil de Bent Larsen en la matière, pour notre plus grand bonheur.

     

    medium_ART_5605.jpg

    C’est ainsi que vous retrouverez, à partir du 24 octobre 2007, dans vos librairies spécialisées préférées Comment jouer la Défense Tchigorine.

    Allez sur le site des éditions Payot-Rivages. Les pros peuvent télécharger la première de couverture en haute définition en s’inscrivant. On peut aussi consulter la quatrième de couverture en cliquant sur un bitonio en haut à droite.

     

    Deuxième opus de l’année pour Payot : la réédition revue, corrigée et augmentée d’un avant-propos important mettant en scène Alekhine : le livre de J. Du Mont, Les Bases de la combinaison aux échecs. Grâce à la vigilance du GMI belge Luc Winants et à la sagacité de l’historien E. Winter, on peut mesurer à quel point Alekhine dévorait toute publication sur les échecs, fût-elle au stade des épreuves, c’est-à-dire, avant publication. Pour en savoir plus, précipitez-vous sur ces deux bouquins.

    medium_ART_5606.jpg


     

    Enfin, à ne pas manquer, même si avez déjà rejoué toutes les parties de Fischer sur ChessBase : l’intégrale des parties de Fischer avec les grilles de tournoi et un index bien utile qui vous montrera que Fischer a joué (et massacré) quelques Français. Fameuse réimpression du livre de Wade/O’Connell.

     

    Pour d’autres questions, n’hésitez pas à intervenir dans les commentaires, je répondrai : je m’occupe de la collection « échecs » chez Payot depuis 1987. Elle comporte maintenant une cinquantaine de titres en circulation et nous publions deux livres par an.

  • Les miscellanées du tournoi Apsap

    Bacrot a « l’assen »
    Dans la combinaison à trouver n° 530 d’Etienne dans Paris Match, Étienne Bacrot écorne l’orthographe du grand Viktor Kortchnoï. C’est écrit : Korchenoï. Bon d’accord, Bacrot a quitté sa Somme natale pour vivre dans le sud. Mais quand même. Il téléphone ses chroniques ou quoi?

    Bacrot: 530 semaines de captivité…
    Cela fait maintenant 530 semaines qu’Étienne Bacrot est en captivité en photo dans sa chronique de Paris Match, celle où il a toujours seize ans ou presque. De mémoire, elle a été changée une fois. À l’Elo de l’état civil, Étienne a vingt-quatre ans. Et pour Paris Match, une précision: vingt-quatre ans et demi.

    Mais où est Norbert Engel ?
    En vérifiant la liste des participants du tournoi Apsap (27 août-2 septembre), deux surprises: une petite centaine de participants et la présence de Norbert Engel accompagné d’un autre Engel. Chouette, il a dû venir avec son fils, me dis‑je! Je n’ai pas revu le Strasbourgeois Norbert Engel depuis… vingt-cinq ans? Arbitre d’un open strasbourgeois de Noël à l’époque, et figure incontournable des échecs alsaciens dans les années 1980, Engel m’a sauvé l’ouïe. Oui, un caillot de sang a soudain voulu faire un blitz avec mon tympan, en pleine partie. Mon ouïe baissant (dans une seule oreille) au fur et à mesure de la partie, Engel a pris dare-dare une décision de pro: direction hôpital. Après quelques jours sous perfusion, j’oyais parfaitement. Et j’ois toujours de la même manière depuis.

    Je tenais à ‘re-remercier’ Norbert, aujourd’hui au conseil municipal de Strasbourg et très impliqué dans la culture. Surprise, surprise, le Norbert Engel de l’Apsap était méconnaissable. Ne bougeant pas de sa chaise, il m’a fallu plus d’une heure en position kibbitz, debout, avant de me résigner: il s’agissait évidemment d’un homonyme, alsacien pourtant. Quant à l’autre Engel du tournoi, on m’a dit que c’était le frère de l’homonyme. Si ce n’est toi…

    Adieu Jacky on t’aimait bien…
    Non, ce n’est pas une chanson à la Jacques Brel, mais plutôt une ode à Mohamed. Mohamed Sidhoum. Le sosie parfait de Jacky Sidhoum. Bien connu des joueurs parisiens depuis plus de trente-cinq ans, Sidhoum a en effet changé de prénom. Mais les organisateurs du tournoi n’y ont vu que du feu et Mohamed Sidhoum a été compté comme un débutant à 1499 lors des appariements des premières rondes. Bon, la FFE voit également double entre Jacky et Mohamed sur son site. Pourtant c’est bien Jacky qui avait joué le championnat de Paris… Finalement, quelques joueurs ont râlé et Sidhoum est redevenu Jacky pour l’appariement. Adieu Jacky et bonjour Mohamed!

    "Chef, y’a l’feu sous la table…"
    Cela se passe table 22 au tournoi de l’Apsap. Deux adversaires se font du pied en pleine partie. Ils en rient. Ils sont si jeunes. Mais que fait la police? Jouer aux échecs et se faire du pied dans la plus grande décontraction, c’est, c’est...
    Cool, respirons. A
    u cas où vous avez eu un doute, bonne nouvelle, il s’agissait de deux jeunes de sexe différent. Finalement, le jeune garçon a gagné sur l’échiquier. Question de pointure de basket sans doute. L’histoire ne dit pas comment s’est terminée l’analyse post mortem.

    Rencontres fortuites : c’est la rentrée
    On continue les rencontres fortuites de joueurs d’échecs dans Paris et la moyenne de deux par mois est maintenue !
    Sauvetre, en plein Quartier latin ; ce joueur à plus de 2000 Elo depuis des lustres a participé à des dizaines de tournois en région parisienne. Il est aussi timide que son style est agressif. La poignée de mains fut blitz, on s’est à peine arrêté de marcher, en plein boulevard Saint‑Michel.

    «Christophe!» Rotation de la nuque. Kissé ça? Je me retourne pour voir un autre Christophe: Christophe Imbert. À mes débuts, il y a environ trente ans, Christophe Imbert et son frère Étienne jouaient à Provins avec une brochette de talents; Christophe est maintenant dans un club actif, Le Vésinet. On a parlé de nos rencontres épiques entre nos clubs, du championnat de Seine‑et‑Marne, d’Apicella jeune. Trente ans après, Christophe continue la compétition avec la même passion et bosse toujours dans un ministère, son premier boulot. J'oubliais: toujours aussi sympa et jovial!

    Ils ont rendu visite à Alekhine
    Un certain nombre de joueurs (et joueuses) du tournoi de l’Apsap ont été voir avant leur partie la tombe d’Alekhine. Le tournoi se déroule en face de l’entrée principale du cimetière Montparnasse, juste à côté des éditions Albin Michel.

  • André Muffang, grand champion, vente historique

    L’odeur des archives. Parmi les cartons où dorment depuis plus de dix ans quelques livres d’échecs, j’ai retrouvé un bijou. Un truc que je croyais de seconde importance. Un truc que l’on relègue au fond d’un carton de bouteille lors des choix cruels au moment d’une réinstallation parce qu’Ikea vous livre des bibliothèques de moins de trois mètres de haut. Il s’agit du catalogue de la vente Muffang ; André Muffang. Premier maître international français avant Aldo Haïk (et non GMI avant Kouatly comme je l’ai écrit ici par erreur). Seul Français, en dehors d’Alekhine, à avoir battu Capablanca en ‘quick play’, çàd en parties rapides.

    medium_niclay10.JPG

    Ce catalogue compte tous ce que ses héritiers ont désiré céder lors d’une mémorable vente en enchères en 1989, à l'hôtel des ventes, à Drouot. C’est là que j’ai vu pour la première fois le docteur Jean Mennerat, le plus grand collectionneur de livres d’échecs de France. L’un des plus grands du monde. C’est là que s’est vendu un exemplaire du LucenaDamiano, l'un des plus vieux manuscrits d'échecs acquis 400 000 francs par un acheteur anonyme.

    Drôle d’atmosphère. Fascinante. J’avais acheté quelques livres en allemand, langue peu prisée, livres rares. Le grand collectionneur Lothar Schmid (arbitre de Fischer-Spassky, 1972) était là. Les prix s'envolaient.

    Quelques mois auparavant, j’avais eu la chance de rencontrer M. Muffang. Comme tout le monde, je le croyais mort. Mais un copain à moi, par un de ces hasards abracabrantesques, connaissait bien sa petite-fille, Mathilde. Quand j’ai bu un pot avec elle, mon pote était indisponible.

    Il m’avait mal épelé le nom de ce « super grand maître ». Pour en avoir le cœur net, j’y étais allé par curiosité. Pour la jeune femme aussi, évidemment. Mais quand elle a décliné l’identité de son grand-père, je suis tombé à la renverse. Elle ne mesurait pas l’étendue du talent énorme de son grand-père. Moi non plus d’ailleurs. Quelques jours plus tard, je suis allé rendre visite à celui que Mme Chaudé appelait "maître Muffang". Veuf, M. Muffang vivait dans une résidence médicalisée où il avait ses appartements, rue Thibouméry, dans le XVe arrondissement de Paris.

    J'ai alors compris. Quasi aveugle, il était parvenu à résoudre a tempo une combinaison monstrueuse que Manuel Apicella venait de placer avec les noirs dans le championnat de Paris.

    La suite ? L’interview de maître Muffang et le détail de cette rencontre inouïe se trouvent dans L’Almanach des échecs 1988, un bouquin publié chez Payot, coécrit avec Jeep [Jean-Pierre Mercier] et qu’on ne trouve presque plus. J’avais fait parvenir l’interview à M. Muffang avant la publication du livre. Il l'avait amendée en quelque sorte. Et quand le livre a paru, je lui ai envoyé un exemplaire. Son fils m’a répondu par un coup de fil : son père était décédé entretemps.

    Quelques mois plus tard, la collection Muffang s’est vendue à Drouot. Très cher. André Muffang était un grand collectionneur. Il avait également eu des responsabilités au sein de la FIDE. Il était un grand ami de Mme Chaudé, du club Caïssa. Il avait des archives. Le fils de M. Muffang me les a confiées pour que je les donne à la fédération. J’ai donc appelé Jean-Claude Loubatière, alors président de la Fédération, avec qui je n’entretenais pas spécialement de bons rapports à l’époque. Je revois encore M. Loubatière arriver au siège de Libération lors de l’un de ses passages à Paris. Malgré nos désaccords, quelque chose s’était passé entre nous grâce à cette vieille paperasse, du temps où le français était vraiment l’une des langues officielles de la FIDE.

    Pour finir, j’aime bien ce catalogue. Cet oiseau est élégant. Et il contient une grande partie de l’histoire des échecs.

    medium_niclay11.JPG
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu