Avertir le modérateur

FFE - Page 9

  • Kasparov quitte la Russie par crainte de représailles

    A l’occasion d’une conférence à Genève, Kasparov a indiqué qu’il ne rentrerait pas en Russie par crainte de représailles. Aucune information n’a été donnée sur son ou ses lieux de résidence.

    Information complète sur sa page Facebook.
    Article de l’agence russe officielle RIA-Novosti (français)
    Article avec liens sur Chessbase.com (anglais)

    Mitropa Cup et un arbitre français au comité anti-triche de la FIDE, cliquez ligne suivante.

    Lire la suite

  • Pas de Kasparov à l’Unesco ni aujourd’hui ni demain

    Ce fut annoncé sur le site de la Fédération. Oui, Kasparov viendrait à l’Unesco dans le cadre d’une conférence les 3 et 4 juin sur les bienfaits de l’éducation et de l’innovation.

    La chose était censée être pilotée par la Direction générale de l’enseignement scolaire (Dgesco) dépendant du ministère français de l’Éducation nationale.

    Il y a quelques semaines, la réunion a été « ajournée » sans aucun communiqué.

    Echecs 64 a voulu connaître la raison officielle de cette annulation-report. Pas de réponse de la grande communicante Dgesco suite à notre courriel.
    Les grandes douleurs sont muettes…

    Éduquons donc nos fonctionnaires afin de les sensibiliser à l’innovation dans la communication. Après enquête, les salles de l’Unesco (dont la plénière avec tout le matériel de traduction simultanée) qui devaient abriter Sieur Kasparov et d’autres ateliers étaient réservées depuis un an.

    Oui, cela peut paraître absurde, mais il faut réserver pour organiser un événement à l’Unesco. Un simple fax suffit et le service des plannings confirme, infirme ou propose une date.

    La réservation ? C’est ce qu’ont fait depuis un an donc, les organisateurs des Ateliers de la Terre qui ont débuté aujourd’hui. Tout le bla-bla de la fédération était vain. Les dates étaient prises et Kasparov avait bloqué ces deux dates pour rien. Le champion était-il payé par le ministère ? Si oui, l’annulation mériterait presque une amende.

    C’était notre rubrique : savoir organiser un événement en France, en version ministérielle et fédérale.

  • Bacrot, placé au Grand Prix avant d’être classé

    Le retour soudain d’Étienne Bacrot dans le Grand Prix de Thessalonique est le fruit d’une infortune et de la diplomatie. L’infortune : depuis ses derniers mauvais tournois, l’Azéri Radjabov a décidé de déclarer forfait pour ne pas laisser une fois de plus « une valise » de points Elo dans un tournoi de souffrance. Qui pouvait le remplacer ?

    La diplomatie FFE-FIDE s’en mêle alors. A l’occasion d’une rencontre, à Lausanne, entre le nouveau président fédéral Diego Salazar et le président de la FIDE Kirsan Ilioumjinov, le sujet du remplacement par le Français a dû être abordé.

    Il était clair dans le programme de la liste Salazar qu’un rapprochement institutionnel entre la FIDE et la FFE était annoncé, contrairement à l’autre liste qui avait non seulement soutenu la candidature de Karpov, mais trouvé des moyens pour ce faire.
    D’autre part, Étienne Bacrot était pour le moins en indélicatesse avec la précédente équipe. Les dirigeants passent, les champions restent...

    Résultat : Adieu Hagenau (championnat de France par équipes), vaches et semi-patates. Place au Grand Prix avec ses gros calibres. Il a fallu attendre la 8e ronde (sur 11) jouée le 30 mai pour que le Français marque son premier point après avoir avalé deux bulles sevères contre Svidler et Caruana.

    Dans un combat de rue contre Morozevitch, le Russe avait poussé trop loin le bouchon pour s’offrir des possibilités de gain, laissant au Français sa seule chance de marquer un point dans la partie.

    « Ça passe ou ça casse ? »
    Dans cette position, suite à …h4, Étienne n’a pas joué l’unique coup gagnant. C’est donc passé et la partie s’est terminée par la nullité, un résultat équitable sur l’ensemble du duel.

    Bacrot-Morozevitch: les blancs jouent et gagneront

    2013_Thess_Bacrot_Moroz.JPGMorozevitch a fait son show dans l’analyse post-mortem retransmise sur l’Internet.

    Bacrot n’en a pas placé une, sauf pour dire qu’il n’était pas entièrement sûr que le coup gagnant – qu’il avait vu « of course » était gagnant.

    Les deux joueurs disposaient chacun de moins de 3 min + 30 s/coup à ce stade de la partie.

    Voir la partie analysée sur ChessBase, cliquer ici

    Site officiel

  • Président Diego Salazar : qui veut sa photo ?

    La FFE a un nouveau président fédéral depuis le 31 mars 2013 (compte-rendu et les 30 commentaires sur ce blog). Comme son prédécesseur, de nombreuses poignées de main ont été serrées au cours de nombreux déplacements dûment immortalisés dont un avec le président de la FIDE. Depuis deux mois, le site fédéral a publié dix photos de notre bien-aimé président, sans compter les albums.

    2013_Baumel_DS_Villandry_Te_Trophee.JPGEchecs 64 a le plus plaisir de publier une photo totalement inédite, la onzième en quelque sorte.

    Prise au trophée Roza Te lors du championnat de France féminin de parties rapides, elle immortalise une partie amicale entre Laurent Baumel, le député socialiste de la 4e circonscription d’Indre-et-Loire, ancien champion cadet de la région Champagnes-Ardennes dont il est originaire, nous dit l’ancien président FFE Henri Carvallo qui accueillait en son château de Villandry ces dames, demoiselles et tout ce monde prestigieux.

    La douzième photo sortira sûrement lors du Top 12, le championnat de France des plus fortes équipes qui débute cette fin de semaine à Haguenau.

  • Échecs « féminins » : une variante symétrique impayable !

    Un règlement oblige les équipes du Top 12 à Nationale 3 (soit 4 niveaux) à jouer avec au moins une joueuse de nationalité française. Ce qui était autrefois une mesure incitative est devenu un débat entre clubs et la fédé avec quelques effets pervers et d’autres totalement hilarants.

    « Le petit business des échecs féminins », a montré un aspect du problème dans une note du 25/10/2012.

    Mais oyez, oyez, objecteurs de conscience de la gente dame au 8e échiquier. Cette saison, un club de Nationale 2 a recruté une personne qui ne savait pas jouer pour exécuter quelques coups contre une pige de 50 €. Une seule partie dans un match sans enjeu. Et ce qui devait arriver arriva…

    Cliquer ici pour lire la suite. Interdit de rire.

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu