Avertir le modérateur

Europe Echecs - Page 3

  • Les élections en caleçon sur Europe Échecs

    Toutes les élections honnêtes se gagnent dans les urnes. Les multiples sondages préalables ne servent que leurs commanditaires ou la machine à facturer de l’institut.

    Toutes les élections malhonnêtes ont pour socle les procurations, « l’élément structurel de la triche en politique » comme l’explique en détail dans cet article de L’Express le député PS de Marseille Patrick Menucci.

    Grande première pour cette campagne qui désignera fin mars le nouveau président fédéral :

    • Les deux listes (bloquées à 28 membres) ont un site de campagne.
    • Le débat est inexistant et les noms d’oiseau volent côté Battesti via quelques factotums comme Moingt.
    • Tout se passe à coups de communiqués relayés par la revue de référence Europe Échecs.

    Cerise sur le gâteau, un institut de sondage – Callson – lié indirectement par le passé à la FFE et au présent à EE, a interrogé par téléphone des dirigeants de clubs en février. Cet institut dont le président est un certain M. Poggi, contribuerait « depuis 2010 au développement du jeu d’échecs ». Ah bon ? Sans plus de précision d’après un message anonyme d’EE dans le forum faisant suite au sondage.

    Le titre de l’article est toutefois humoristique (‘Les clubs ont la parole’). Il reprend un thème de campagne du candidat... Salazar : « Redonnons la parole aux clubs. »

    Le sondage lui-même
    Bien que l’échantillon soit très représentatif (316 clubs touchés sur les 830-850 potentiellement votants), j’ai arrêté de l’analyser quand j’ai lu la nature biaisée des questions et la pondération pour les clubs pesant plus de 5 voix.

    Aucune question non plus sur le fait de savoir si le club va voter pas plus que sur le taux clubs répondants/clubs refusants.

    D’ailleurs, le 22 février 2013, la FFE s’était sentie obligée de publier un communiqué dans lequel elle affirmait être "totalement étrangère à ce sondage". Mais qui est donc le responsable fédéral de la communication pour avoir pondu ce communiqué inutile ?

    Et puis cette phrase qui tue et qui démontre que les sondeurs ne connaissent rien aux présidents de clubs et à la mathématique gagnante de cette élection : « L’élection pour une présidence, c’est d’abord le choix d’un homme. »

    Ben… pas seulement et vraiment pas quand on lit le PROGRAMME des candidats. Ils seront 28 au comité directeur dont le président. Des membres (en minorité) de la liste perdante se retrouveront avec la liste gagnante.

    GENS UNA TRAVAILLAMUS
    Tout ce beau monde devra, de par la nature associative de la FFE, travailler en bonne intelligence une fois l’élection passée même si en pratique, la liste précédente a démontré que les décisions se prenaient avec quatre personnes TTC.

    Une élection se gagne sur le terrain et en allant chercher (par téléphone) les voix une par une pour obtenir des PROCURATIONS. La victoire s
    obtient en convainquant les clubs de moins de 3 voix de voter et tout dépendra donc du taux de participation traditionnellement inférieur à 50 % ...

    Le président payé des bévénoles gratuits
    Mais déjà, il y a une chose sur laquelle les deux têtes de liste Battesti et Salazar sont d’accord : le président des bénévoles sera payé. Variante promue par « l’ex », Jean-Claude Moingt... et contrairement au président actuel par intérim Henri Carvallo : non seulement il refuse toute rémunération, mais ne se fait rembourser aucuns frais. Du coup, ils l’ont gardé dans l’équipe Battesti.

    Site Battesti

    Site Salazar

    Dossier EE sur les élections

  • Haïk et Giffard, la paire reconstituée

    Aldo. Vous connaissez ? Non, pas cet acteur italien copain de Charles Gérard et Belmondo. Pourtant, quand, dans les années 1970, on disait Aldo (ou Haïk), venait immédiatement Nicolas (ou Giffard) en écho. Comme Dupont et Dupond dans Tintin ou Roux et Combaluzier.

    En début de saison, le choc. J’apprends par mon camarade de club Nicolas Giffard une nouvelle épatante : « Aldo » va rejouer et intégrer l’équipe de Nationale I. Haïk et Giffard dans la même équipe au XXIe siècle, c’est du scoop ! Coup de chance en ce 13/1/13 ? Notre équipe de Nationale II jouait aussi à Drancy. Une occasion unique de revoir les deux compères et de fixer sur pellicule l’événement.

    Haïk et Giffard : les inséparables
    Aldo Haïk et Nicolas Giffard ont été de grandes vedettes dans les années 1970 et au début des années 1980. Deux inséparables. Deux combattants acharnés dans leurs duels malgré leur amitié indéfectible (photo de N. Giffard, Le Touquet 1995, nulle). Un modèle de tenue à la table. Et surtout, surtout, un premier titre de maître international décroché par Aldo Haïk en 1977. Une génération bouillonnante fut décomplexée. Elle s’engouffra dans la brèche, douze ans avant la chute du Mur.

    Lire la suite et télécharger des photos, cliquer ligne suivante

    haïk,giffard

    Lire la suite

  • Feller et Hauchard : la Cour d’Appel de Versailles confirme

    La Cour d’Appel de Versailles, dans son arrêt rendu le 21 novembre 2012 a confirmé ce qu’avait dit le juge des référés en août : Feller et Hauchard peuvent jouer des compétitions FFE, mais rejette leurs demandes concernant les sanctions de la Commission d’Éthique de la FIDE d’août 2012. Les deux joueurs ont été condamnés aux dépens et à 3000 € in solidum au titre de l’article 700.

    Le juge d’Appel a précisé ce qui pouvait être ambigu : les compétitions organisées par la FFE et homologuées FIDE leur sont interdites. D’ailleurs, ils ont, avec Marzolo, disparu de la liste des joueurs classés sur le site de la FIDE. Concrètement, ils peuvent jouer dans les tournois de parties rapides non homologués FIDE n’importe où dans le monde tel le Grand Prix FFE de la dernière saison, comme relevé par Europe Échecs qui analyse l’arrêt.

    Ce dernier signale que la décision de la FIDE pouvait être contestée devant le Tribunal arbitral du sport de Lausanne (TAS) « dont les décisions sont elles-mêmes soumises à l’appréciation du Tribunal fédéral suisse ». Exact, mais le ticket d’entrée du TAS est très cher et il confirme la plupart du temps les sanctions des fédérations, ce qui explique peut-être le choix de Feller et Hauchard de ne pas s’y présenter.

    Conclusion : sauf pourvoi en cassation et pour un résultat incertain, les GMI Feller et Hauchard ne rejoueront pas de tournoi FIDE avant mi-2015 en l’état de la procédure. Pour sa part, Marzolo a passé un accord avec le CNOSF dont la FIDE a tenu compte. La FIDE devait revoir son cas le 27 novembre.

    Restent au moins deux autres volets : le jugement sur le fond et la plainte pour « escroquerie » déposée par la FFE contre les trois joueurs. Pour l’instant, Hauchard ne sera plus capitaine d’une quelconque équipe jusqu’en 2015, soit cinq années après l’Olympiade de Khanty-Mansiïsk. Feller aura perdu quelques années à un âge où il aurait pu rivaliser avec les meilleurs Français.

    Le feuilleton de la triche sur ce blog

  • Le Cap d’Agde : le mur du çon en moins

    C’est la magie du direct. Mélanger l’émotion et la bonne évaluation, voilà toute la difficulté pour commenter une partie d’échecs. La paire Geuzendam (New in Chess)-Short ou Geuzendam-Svidler s’en était parfaitement tirée lors du Mémorial Tal. On peut citer également les GMI britanniques Flear ou Conquest, rompus à l’exercice et de plus parfaitement bilingues. D’ailleurs Conquest a déjà exercé ses talents au Cap.

    Mais cette année, les budgets devaient être serrés. Interdit de rire. Les organisateurs ont embauché un pote. Un non titré, pas même titré dans un comité de la Fédé, mais pourtant un cacique classique présenté comme le « chroniqueur d’Europe Échecs ». Pas grave si ledit chroniqueur a fait sa fête à Marie Sebag dans EE. Sur place, ils s’ignorent superbement.

    Le direct est, paraît-il, plein de « euh ». N’est pas Robert Fontaine qui veut. Et pourquoi ne pas inviter un commentateur compétent ? Parce que nous sommes en France. Entre potes. La magie du direct. L’émotion coco, tu comprends ?

    Lu dans le bulletin n° 3, ces évaluations à l’emporte-pièce, simplement réfutées. Avec un budget monstrueux, le Cap d’Agde non seulement inflige aux internautes un commentateur faible techniquement, drôle cependant (« quand on prend des risques, on peut perdre »), mais ne lui procure même pas une attelle de silicium : un moteur d’analyse pour l’aider dans ses commentaires affligeants.
    Et dire qu’il faut payer 3 € le casque sur place. Vivement l’année prochaine : je vote pour le retour de Conquest. Il est drôle, modeste et pertinent.

    « Goryachkina s’est fait massacrer par Marie Sebag... »
    Faux.
    A plusieurs reprises, elle avait de la ressource, notamment avec 18.Cf5 !, un coup de défense d’ordinateur.

    « L’ouverture s’est jouée assez vite. La jeune Russe a très mal disposé ses pièces, notamment son Fou en d3. »

    Vrai.

    « Marie a joué avec une grande précision. »
    Faux.
    Marie Sebag laisse la jeune Russe revenir avec 27.Td8 ! quitte à jouer avec les deux tours contre la dame et les blancs ont encore des chances.

    Rebelote avec 29.Dc2 ! qui tient la maisonnette.

    Dans la phase finale, alors que c’est complètement gagné et que la Russe joue avec moins d’une minute contre 2 à la Française, cette dernière loupe trois coups consécutifs de massue : 36…Td6 !, 37…Txg3+, 38…Dc2 ! (imprenable à cause du mat et suivi de …Td1).

    « Il y avait quelques difficultés techniques, mais avec lattaque à l’aile-Roi, c’était assez facile. »
    Vrai. Lui, son tic, c’est : ‘facile’.

    Et ça continue :

    « Dans la partie Édouard-Ivantchouk, on a compris très tôt que les joueurs seraient assez satisfaits par le partage du point (...) Romain a vraiment joué "petit bras" avec les blancs. Il n’avait qu’une idée en tête : neutraliser Ivantchouk. »

    Rien de « honteux ». C’est un tournoi fermé double ronde qualificatif et prendre une nulle contre un favori est un bon résultat. Mais le commentateur n’a peut-être pas lu le règlement ou a demandé des conseils à son collègue Péniblet...

    P.S : Pour voir la partie (et les autres), c’est trop "facile" : la page est un peu planquée sur le site officiel, elle est ici.

  • Quand j’entends, quand je lis, quand je vois...

    Nouvelle rubrique écrite à la sauce Woody Allen: « Quand j’écoute trop de Wagner, j’ai envie d’envahir la Pologne. » (‘I can't listen to that much Wagner. I start getting the urge to conquer Poland’– Woody Allen dans Manhattan Murder Mystery (1993).

     

    Dexter et les échecs
    Quand j’entends les litanies sur « les échecs sont un sport », j’ai envie de mettre la musique du générique de ‘Dexter’. Avant de silencieusement massacrer ma feuille de partie au scalpel.

    corsican_video.JPGCorsican video en breton
    Quand je vois la palanquée de vidéos en corse sous-titrées en français sur le site de la fédé, cela me motive pour apprendre le breton fissa. Je veux être le premier druide sur 64 cases et fabriquer la potion magique de la comm’.



    Serrer la Moingt

    Quand Jicé, ex-président, traite ses contradicteurs de ‘crétins’ sur ce blog, je suis alors certain qu’il gambitera un serrage de Mains(gt) ou deux en réunion publique pour choper des Léo-voix. Avec photo, évidemment.

    Pervenche en treillis
    Quand je vois la multitude de courriels à propos des amendes sur les équipes, je me réveille en nage, sorti d’un cauchemar : une pervenche en treillis m’alignait car j’avais mal garé mon échiquier.

    La Gifle
    Quand je vois quelqu’un manger sa banane ou un sandwich à la table pendant une partie, je rêve d’avoir la carrure de Lino V. et l’énergie dIsabelle A. Et de les remplacer dans La Gifle.

    Nous le savon(s) tous

    Quand je hume le parfum 'naturel' de certaines salles de tournois, j’ai envie de devenir représentant en savons. Enfin un partenariat fédéral utile. =)) Mort de rire

    Réfléchir, c’est déjà désobéir

    Quand je vois le niveau du débat démocratique de cette fédé depuis toujours, je me dis que c’est comme à l’armée : « Réfléchir, c’est déjà désobéir. »

    EE-FFE : bien pâle en Moingt ?
    Quand je vois qu’Europe Échecs offre un mois gratuit d’abonnement à tout licencié, je me dis que ce mensuel est bien mal en point. Bien pâle en Moingt est plus exact.

    NIC7_2012.jpgUne semaine de nationalité arménienne ?

    Quand je lis dans New In Chess 7/2012 l’état d’esprit de l’équipe d’Arménie aux Olympiades comparativement aux autres, j’ai envie de demander une semaine d’essai gratuit de nationalité arménienne.


    Le pluriel d’une chose triste peut être très agréable.

    Exemple : une vie vouée à l’échec devient : des vies vouées aux échecs.
    (Philippe Geluck)

    https://twitter.com/Echecs64

    http://www.facebook.com/pages/Echecs-64/359812697406136

    www.youtube.com/user/echecs64

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu