Avertir le modérateur

- Page 2

  • National: dernière ligne droite

    La Dorfmanite continue. Dans la 8e ronde (sur les 11) jouée mardi, on ne compte qu’une seule partie décisive: Fressinet bat avec les noirs Hamdouchi. Il a joué comme un pro et rejoint en tête du classement Édouard. À trois rondes de la fin, tous deux sont à ‘+4’, soit 4 victoires et 4 nulles sur 8 parties. Étienne Bacrot reste à un demi-point derrière avec ‘+3’ soit 3 victoires et 5 nulles.

    Bricard-Sokolov: nulle en 9 coups. Bricard veut sûrement rester dans le National. Il est provisoirement 4e avec '+1' (2 victoires, 1 défaite, 5 nulles) et Sokolov n’a pas voulu rater Miss Marple de sa chambre d’hôtel.

    Édouard-Bacrot: nulle en 10 coups dans une variante choisie de part et d’autre pour sa solidité et son manque de perspectives. Le rire, mais pas l’oubli: on retrouve la même suite dans une partie... Bacrot-Beliavsky, dans le match joué à Albert en... 1999. Beliavsky avait alors montré au jeune champion comment faire nulle facilement en 20 coups. Et qui était en cuisine pour la préparation de variantes du match? Dorfman!

    Écœurante, cette nulle en 10 coups montre la stratégie de Bacrot: il a 2 fois les blancs au cours des 3 dernières rondes dont 1 fois contre son « client » Fressinet... à la dernière ronde. Mais Fressinet est en forme... Bacrot le cible quand même dans un duel à haute tension, sachant qu’il a toujours su gagner ce type de partie contre cet adversaire. 'Rien de personnel, je vais seulement vous couper la tête'.
    Bacrot parie par ailleurs que (dans l’ordre) Tchernoutchévitch, Tkatchiev et Sokolov pourront neutraliser Édouard. C'est un peu risqué, surtout quand on a un demi-point de retard.

    De son côté, Édouard a 2 fois les noirs. Il fait confiance à Bacrot pour sortir Fressinet et blancs ou noirs, peu lui importe: il joue actif et en confiance. Le demi-point était de toute façon une bonne affaire pour lui. Il est toutefois étonnant qu’il n’ait pas cherché à mettre la pression en jouant plus longtemps.

    La Dorfmanite mute en supercherite
    Le pire fut la nulle Cornette-Dorfman: 32 coups totalement maquillés en nulle de combat. Cette vraie supercherie a même été moquée sur le site fédéral via la voix du maître international Jean-Baptiste Mullon. Il parle de « la gentille plaisanterie concoctée par Cornette et Dorfman ». Il en dit trop peu ou pas assez, mais chaque terme est exact et cruel.
    Tout est effectivement théorique au moins jusqu’au 20e coup. Donc, la partie n’a duré que 12 coups. Pour le reste, les deux complices ont fait semblant de réfléchir pour la plèbe fascinée par un tel ballet de pièces. Tu parles, Charles. Sortez ces pitres!

    Dorfman- Édouard: une vraie-fausse nulle
    La veille, lors de la 7e ronde, Dorfman avait pourtant joué malin, à la Salov, en adoptant Fb5+ sur la Grünfeld d’Édouard. En choissisant une ligne peu jouée (Fe3), Dorfman a voulu tester son adversaire. Et juste au moment où la partie rentrait dans les hautes sphères de l’incertitude, les deux joueurs ont sorti leurs couches-culottes: ils ont eu peur et se sont mis d’accord pour la nulle. Avec une dame contre des pièces, Dorfman ne risquait rien, mais Édouard avait vu juste: il avait créé le déséquilibre pour déclencher la crise de Dorfmanite.

    Liste des appariements des dernières rondes sur le site fédéral

    Quelques propositions impulsives, parallèles et simultanées pour le prochain National et autres compétitions fédérales, c’est ici.

    Lire la suite

  • Le voyage de Babar à Belfort

    La distance entre le siège social de Promotion Jeux de l’Esprit, la société basée à Besançon qui édite Europe Échecs, et Belfort est de 97 km. Si proche, mais si loin... Dans une note sur le site d’EE, Babar Kouatly a barri: il n’a été ni invité ni convié pour ‘couvrir’ le championnat de Belfort. Comprenez, ses équipes ne sont ni transportées, ni logées, ni nourries aux frais de l’organisation du championnat de France. Babar avoue: Promotion Jeux de l'Esprit, c’est donc de la Promo, un peu de Jeu et peu, très peu d’Esprit.

    Mais faire l’impasse sur Belfort et ses championnats de France est impossible. Plus exactement, on ne peut pas expliquer toutes les vérités aux internautes, abonnés ou pas. Alors, comme chez Guignol, on désigne un méchant, en l’occurrence l’organisateur. En vérité, il a fallu se débrouiller comme le font, comment ça s’appelle déjà? Ah oui! Les journalistes!

    Suspense: embusqué comme un vrai paparazzo, EE se pointe à la 4e ronde la bouche en cœur (vous savez, la ronde des nulles ‘soporifiques’) alors qu’il ne reste que 2 parties à jouer. Génial! Heureusement, EE nous sert 2 bonus:

    1) Chemise Demuydt (qui travaille à mi-temps 12 h par jour) fait la double gaffe: il enregistre Bob Fontaine dans une salle d’analyse avec un bruit de fond mooonstrueux et invite au générique Louis Armstrong plus d’une minute. C’est toto-risé?

    2) De son côté, Fontaine pose sa question bateau au très mooodeste mais prometteur Édouard. Le calibre de la grosse tête dicelui reste bien en deçà de celle de l’imbattable Babar, retraité des 64 cases. En revanche, Édouard est appelé à un grand avenir sur l’échiquier. Et quand on l’appelle, il arrive et envoie toutes ses pièces, ce qui est ravissant. Suite du court-métrage: Moingt a voulu faire le Joingt.

    Lire la suite

  • Belfort: la Dorfmanite contagieuse et National grotesque!

    J’ai séché les rondes 5 et 6 du National, ignorant que la ronde de repos était aujourd’hui dimanche. Je n’ai rien raté. Pire. J’ai raté le pire: une accumulation de ‘Dorfman’ - des nulles sans jouer. Triste spectacle pour tristes sires.

    Vivement les parties simultanées de Karpov et Spassky lundi!

    Pour la photo sympa de Boutteville et Karpov, aller sur le site fédéral. Le président regarde l’objectif pleine face tout soucieux d’ajouter un trophée au concours ‘ma trombine partout’.

    La Dorfmanite touche également les commentaires officiels diffusés sur le site. Heureusement les Papy Flingueurs Boutteville et Ferry font le spectacle dans l’open A.

    C’est en revenant dimanche pour valider vos commentaires du 10 août que mon coup de soleil a failli partir d’un coup. Par chance, je n’avais vu les parties du National. Vos commentaires sur le niveau de combativité, la Dorfmanite et l’indigence des commentaires sur la justification des nulles sur le site de la FFE font mouche. Suite de Belfort qui fait fort.

    Lire la suite

  • Belfort: Déjà 8 ‘Dorfman’ sur 24 parties des Nationaux

    Vous avez oublié ce qu’est un Dorfman, n’est-ce pas? Oh, rien de personnel en fait. Juste une proposition de nulle un peu précoce, et une nulle acceptée en moins de 20-25 coups; une nulle de salon pour ces messieurs invités, l’élite nationale des 64 cases, c’est jouer de fait une partie de moins, s’économiser et reporter son énergie sur un moins fort ou supposé tel.
    Sur 11 parties à jouer, la stratégie est un peu courte surtout quand elle est mâtinée de psychologie à la française. Eh oui, contrairement à nos amis britanniques, les Français adorent faire des petites nulles entre amis.

    Il est étonnant que ce 85e championnat de France n’ait pas interdit les nulles de moins de 30 coups comme on le voit maintenant dans les tournois de l’élite mondiale. J’ai peut-être raté un point du règlement.
    Proposition pour le 86e cht de France: un supplément de cachet pour les nulles de salon, cela motivera le petit personnel et donnera l’exemple à la plèbe!

    Après 2 rondes dans le National A et B, le pourcentage de ‘Dorfman’ est déjà impressionnant:

    National A: 4 Dorfman sur 12 parties
    Dorfman-Bacrot [21 coups, le maître évite une suite désagréable plus ‘vissante’ à l’ancien élève. Voulez-vous nioul?]
    Degraeve -Edouard [19 coups, 3.Fb5+ sur la Sicilienne, Jim n’a pas fait peur]

    Tchernoutchévitch-Dorfman [13 coups, bouuu, on s’est fait peur sur un double fianchetto. Nitchia?]

    Tkatchiev-Fressinet [23coups, variante d’échange de la Slave ou comment zapper Fressinet avec sa ceinture de sécurité.]

    National B: 4 Dorfman sur 12 parties aussi

    Lagarde-Bailet: 26 coups issus d’une ligne théorique. Bof, même pas peur.

    Apicella-Gozzoli: 14 coups; z’auraient pu débuter avec une ronde de retard, non? Vivement la généralisation des ‘bye’ à l’américaine (possiblité de ‘passer’ une ronde en marquant un demi-point).

    Benitah-Apicella: re-14 coups. A moins d’une vraie indigestion d’Apicella, Manu est atteint de Dorfmanite!

    Bailet-Le Roux (16 coups): Le Roux d’ordinaire si combatif a peut-être voulu tester la piscine olympique suite au succès des médailles des nageurs français. Pour Bailet, un docteur est demandé.

    Les parties du National en direct à partir de 16 h sur le site fédéral

     

    Le bli-blog: les redifs, cliquer ligne suivante

    Comment faire nulle à l’anglaise: « I’ll call it a draw » selon les Monty Python (voir 1’52). A ne louper sous aucun prétexte!!

     

    Lire la suite

  • La FFE chambre Sokolov!

    Andréï Sokolov est un ancien ancien candidat au titre mondial. C’est aussi un abonné au championnat de France et le seul Belfortain du National. Il a demandé à être traité de la même façon que les autres joueurs, à savoir, disposer d’une chambre et des repas gratuits.

    Mais dans une lettre datée du 25 juin 2010, le président fédéral Jean-Claude Moingt écrit au champion: « Nous comprenons parfaitement que tu maintiennes ta demande de prise en charge des repas, qui constituent une réelle contrainte [pour Sokolov, note du blogueur]. Ce n’est pas le cas de l’hébergement dont le coût avoisine les 1000 euros.... Dans cette période de crise économique (…) il aurait semblé convenable que tu renonces à nous faire engager cette dépense dans la mesure où tu habites précisément à 11 minutes de la salle de jeu. » Et de pleurer la nulle pour dire que « l’ensemble des membres du bureau fédéral et du CD a été choqué par cette attitude » (…) Bien entendu, c’est ton droit le plus strict (…) » blabla.

    Les zélus belfortains auraient également été choqués. Ah bon? Mais jouer un tournoi fermé d’une telle importance et rentrer à la maison tous les soirs ne permet pas de se concentrer pleinement, de se préparer en pleine nuit, de se réveiller à midi pour jouer à 16 h etc.

    Ah zut! On ne peut plus débattre de cette question dans ‘Ça se discute’, l’émission de Delarue n’existe plus. Alors que faire? Poser deux questions:

    1) Aurait-on lu la même lettre avec ce ton comminatoire si le championnat de France s’était déroulé dans la ville où habite Étienne Bacrot, Joël Lautier ou n’importe quel champion du club de Clichy?

    2) Dans la série, 'les bonnes pratiques fédérales en matière d’économie et de gouvernance', pourquoi la FFE a-t-elle diligenté un audit des comptes de la ligue d’IDF alors que le résultat était grandement prévisible: RAS, tout est propre (la lettre de mission ici… et les conclusions ). Le coût de cette plaisanterie décidée par Moingt peut aller jusqu’au triple de la chambrée sokolovienne. Rions un peu: À quand un audit de TOUTES les ligues? Cela serait populaire pour une pré-fin de mandat.

    Flash Belfort et livre Payot du jour, cliquer ligne suivante, le direct à partir de 16 h sur le site fédéral.

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu