Avertir le modérateur

- Page 2

  • Un moment d’égarement

    Ce titre est emprunté au film génial de Claude Berri rediffusé à la télé dans la nuit du 10 juillet, après la troisième ronde. Il pourrait résumer l’embarras du quadra que je suis. Un embarras échiquéen, rien à voir avec celui du film immensément interprété par Marielle, Lanoux et Agnès Soral bien sûr.

    Le championnat de Paris réserve quelques surprises. Premier scoop : DD Clauzel, le président de la ligue d’IDF a tombé son costard gris. Dommage, tout le monde lui en dit du bien. La cadence du tournoi FIDE est plus rapide que celle du tournoi A. En d’autres termes, ami internaute, si tu ne joues pas le tournoi A, tu as à peu près zéro chance de kibitzer le tournoi des pros. Ils sont loin et ont tous terminé très vite. Mais les surprises et les rebondissements sont là quand même.
    À déguster sans modération deux nulles d’anthologie sur le site de la ligue : Marzolo-Moriuchi (ronde 2) et Guliyev-Carlhammar (ronde 3). La première montre toutes les ressources de l’un des meilleurs joueurs de shogi au Japon face à un Marzolo qui croit attraper son anguille et la fin de la seconde est sublime, digne d’une étude.


    Le moment d’égarement : l’appariement du jour Ledoux-Bouton dans le tournoi A. Deux anciens rédacteurs en chef d’Europe Échecs. Ah ! Ledoux, rédacteur en chef de Jeux et Stratégie dans les années 1980. Nous suivions avec passion le deuxième match des deux K, entre quelques centaines de blitz! medium_CiDP_Ledoux.jpgImplacable blitzeur, ami de toujours de Nicolas Giffard. Ami lecteur, tu ne sais pas quel boulot a fait Ledoux dans les années 1990 pour que EE convoque peu à peu les meilleurs joueurs de la planète à commenter leurs parties.
    À part cela, Alain m’a planté son attaque Worrall syndicale et au bout de quatre heures de jeu, il aurait pu dire « 1-0 Mme Chaudé ». Je simplifie, mais c’était un peu cela. Mais pourquoi le moment d’égarement ? J’étais un peu perturbé quand j’ai vu que le Elo d’Alain, c’était mon année de naissance…
    Entre le 7/7/7 et un prochain vendredi 13, le championnat international de Paris, c’est pas glop !
    Photo: © Ligue d’IDF

  • Championnat international de Paris : impressions

    C’est la première ronde du championnat de Paris, ce samedi 7 juillet 2007, porte de Saint-Cloud, à Paris au gymnase Pierre de Coubertin. Pour les superstitieux, le 7/7/7 c’est le jour de la faute à pas de chance en cas de défaite.

    « Bonjour président ! »
    Pour DD — André Clauzel —, nouveau président de la ligue d’Île‑de‑France, c’est l’occasion de prendre la parole avant le lancement de la première ronde. DD a un costard gris qui sent le neuf.

    15 h 11, DD prend la parole : « Merci pour mon élection, ça va pas être rose »… le brouhaha continue et DD contre-attaque : « Quand je parle, j’aime pas qu’on parle. Mon voisin, sarcastique : "eh bien, ça a déjà commencé"… « Merci à la Ville de Paris pour ce beau gymnase, merci à Isabelle Bonvalot, je ne suis pour rien dans l’organisation de ce championnat. »

    15 h 17, Jicé alias Juju vu son nouveau look à la Julien Dray, i.e. Jean‑Claude Moingt, le président la fédération, prend la parole : « Je vais être bref…. »

    15 h 18, DD reprend la parole : « Éteignez les portables… pas d’alcool… fumez dans la rue… je vous présente Nadir Bounzou, un grand bravo aussi à la secrétaire de la ligue qui est là‑haut, au bar (personne ne la voit, elle est applaudie quand même). On nous indique deux endroits stratégiques pour le joueur d’échecs de tournoi : les toilettes et corollairement, la buvette.

    La retransmission du FIDE
    Seize parties du tournoi FIDE sont retransmises sur l’Internet. L’applet est petit et un peu cheap, mais il fonctionne. Sur place, on ne voit quatre échiquiers, et même à deux mètres, avec les chaises, on n’y voit quasiment rien à cause des reflets. Il n’y a qu’une cinquantaine de joueurs dans le FIDE. L’une de benjamins, Vachier-Lagrave fait partie des favoris. Et le vétéran, Murey, est aussi de la partie.

    medium_v_lagrave.jpgmedium_Murey.2.jpg
    Prix de beauté Gilbert Grimberg prend le micro. Il annonce un prix de beauté pour les parties de l’open A, « à la mémoire de Jean‑Pierre Fauvel qui était un amateur des échecs‑champagne ». Ah zut, Fauvel décédé, un grand fan du jeune Prié et habitué des tournois rapides dans les années 1980. La ronde va débuter, on vérifie si le 40e coup est en bas de la feuille. Plus loin, deux joueurs du FIDE râlent car ils sont arrivés en retard et n’ont pas été appariés. L’un obtiendra gain de cause, l’autre se contentera d’un « trop cons » à l’adresse des organisateurs et se résignera à son sort avant de jouer bonhomme la deuxième ronde.


    Vous repasserez !
    8 juillet: c’est idiot, mais j’ai compté dans l’open A le nombre de chemises repassées pendant qu’on se prenait un max d’effet Larsen dans les oreilles avant le lancement de la ronde 2. D’abord, sur 200 participants, il y avait une quinzaine de chemises seulement. Et seulement trois étaient repassées. Trois années d’absence dans les tournois open, c’est parfois dur…
  • Cht de Paris: Ici à Nagano...

    Vous connaissez Pierre Fulla ? Un monument de la télévision pour tous les amoureux du judo, de la lutte, de la boxe et de tels sports olympiques. Avant d’être rendu célèbre par les Guignols de l’info et son fameux « Ici à Nagano », il a passé des heures au stade Coubertin pour couvrir l’haltérophilie ou le judo. Moi, j’ai toujours adoré Pierre Fulla. Une voix, un homme, un style. Expliquant bien des règles compliquées pour les profanes et surtout, défendant à outrance des sports que le service public ne couvre plus. Ah, aux échecs, il aurait peut-être fait un malheur !medium_ChP2007_affiche_1.jpg

    À partir du samedi 7 juillet, il aurait pu nous dire « Ici Pierre de Coubertin » dans une web-retransmission. Eh oui, le championnat de Paris démarre dans ce stade mythique. Liste des inscrits pour les quatre tournois, direct pour le principal, appariements, la routine… sauf le temps sans chaleur excessive du moins pour les premiers jours. À deux pas du Parc des Princes, pas de hooligans à l’horizon.

    Simplement des bagarres silencieuses entre environ 500 dingues qui essaieront quotidiennement de mettre leur adversaire en pièces.
    Je laisse Pierre Fulla conclure : « Ici, Pierre de Coubertin, je suis perdu au milieu des plus de 500 participants. Un malotru m’a fait « Koka » (chute sur le postérieur) et un fort joueur m’a discrètement fait un « Yuko ». Il est impossible de commenter après les cinq premières minutes. J’aperçois Fressinet-gringalet, un poids plume mais plus grozElo, champion de Paris, j’ai cru comprendre qu’il aimait les Pokémon, mais on m’a repris, c’est le poker tout court.
    À vous les studios ! »

  • Eurp’Échecs corrige la FFE : scoops de Mme Kouatly

     

    En retraçant l’histoire d’EE dans son numéro de juin 2007, Babar Kouatly s’est mis en tête d’attaquer la fédération. Mais comme un éléphant ça trompe énormément, nous avons vérifié à la source, dans une interview imaginaire : nous interrogeons la correctrice de la maison de Babar, sa femme, Anne Geritzen.

    Nous nous téléportons à Besançon – France –, au siège d’Europe Échecs dans une HLM en dehors du centre-ville. Le fauteuil de Madame n’a pas d’âge, les peintures sont à refaire et la déco inexistante. Sur le bureau bien rangé, mais un peu vide, un téléphone moderne. À ses pieds, derrière elle, un gros saint-bernard, la langue pendante, « pour me protéger quand Babar n’est pas là ».

    Cliquer sur ‘Lire la suite’ ligne suivante.

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu