Avertir le modérateur

- Page 5

  • La vista de Kasparov

    Les revues d’échecs spécialisées vous paraissent très techniques ? Exact. Souvent rébarbatives ? Exact. Arrêtons ce dialogue virtuel digne d’un jeu télévisé. Et pourtant... en lisant de plus près ces mêmes commentaires techniques, on tombe sur de petits joyaux. Dans le numéro 1/2006 de la revue néerlandaise éditée en anglais New in Chess, on apprend « en passant » que le prodige Magnus Carlsen est allé s’entraîner avec Kasparov à Moscou pour une séance de trois jours. Cette visite faisait suite à une visite du même Kasparov en Norvège à propos d’un documentaire en cours de tournage sur Carlsen où le jeune GMI avait été fortement impressionné par Garri.

    Celui qui donne l’info n’est autre que l’entraîneur de Carlsen lui-même, le Norvégien Agdestein, qui précise : « Vous ne comprenez pas à quel point Kasparov est fort tant que vous n’avez pas analysé avec lui. »

    De ce point de vue là, Kasparov m’a toujours déçu en bien. Ses analyses post mortem avec ses adversaires devraient être payantes ! Après une partie, ses mains sont trop lentes pour son cerveau. Les spectateurs ont du mal à suivre et le GMI reste également passif devant le spectacle. En analysant avec le prodige Carlsen, Kasparov lui a pris un peu de la sève de sa jeunesse. Il s’est sûrement revu dans ses années d’étoile filante (1978-1983). Mais il lui a aussi beaucoup donné.

    Alors, Kasparov entraîneur ? Peut-être. Mais il serait également passionnant de le voir à l’œuvre dans une série de DVD pour mesurer tout ce qu’il voit pendant ou sur une partie. Afin d’éclairer les aveugles que nous sommes.

  • Cannes-Nice: magnéto Serge!

    A l'heure où de jeunes maîtres et grands maîtres poussent comme des champignons, il reste une toute petite catégorie de joueurs qui jouent tout pour l'attaque dès que l'occasion leur en est donnée. Le GMI Anatoly Vaïsser est de ceux-là. Arrivé de Novossirbirk en 1991, sociétaire de Clichy, vainqueur de multiples tournois et écumeur de tournois en parties rapides, champion de France en 1997, memebre de l'équipe de France, il vit aujourd'hui une semi-retraite, jouant tout de même pour l'équipe de Nice vers le 3e échiquier. Son rôle? Buteur avec les blancs. Dans le "derby" Nice-Cannes du championnat de France par équipes, le top 16 regroupant les meilleures équipes, Vaïsser a été fidèle à sa réputation. Face au jeune GMI français Robert Fontaine qu'il a connu tout jeune à Clichy, Vaïsser s'est lâché. Et ce n'était pas un poisson d'avril. Certes, Fontaine a manqué de chance: il a eu très souvent les noirs contre Vaïsser ces dernières années et n'a lâché qu'une défaite. C'est la seconde, mais elle pèse lourd pour son équipe et pour ses futures rencontres avec "Tolik". Car il n'y a pas seulement l'art dans ce tête à tête. Mais la manière.

    Vaïsser déséquilibre la position pour se donner des chances. C'est un homme du centre et un prestidigitateur des figures. Son énergie et son entêtement à tout envoyer sans compter sont sa marque de fabrique. Sa position à partir du diagramme est gagnante, mais la beauté s'est réconciliée avec l'aspect sportif et une danse virevoltante autour du roi noir. Magnéto Serge!

    Cannes-Nice (4-3 sur 9 échiquiers, les nulles ne comptent pas)
    A. Vaïsser (2573) - R. Fontaine (2524)
    Défense Nimzovitch. Partie jouée le 1er avril 2006

    1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cc3 Fb4 4.e3 0-0 5.Fd3 d5 6.Cf3 c5 7.0-0 dxc4 8.Fxc4 Cbd7 9.Db3 De7 10.Td1 a6 11.a4 e5 12.d5 Dd6 13.Cd2 Fxc3 14.bxc3 e4 15.Fe2 Ce5 16.h3 Ff5 17.c4 Cfd7 18.Cf1 Fg6 19.a5 h5 20.Ta3 h4 21.Td2 Tab8 22.Tb2 Ff5 23.Dd1 Dg6 24.Rh1 Cf3 25.Fxf3 exf3 26.Dxf3 Ce5 27.Df4 Cd3 28.Txd3 Fxd3 29.Cd2 b5 30.axb6 Txb6 31.e4 Te8 32.De3 Txb2 33.Fxb2 Db6 34.Fc3 Fc2 35.e5 Fg6 36.Dg5 Dd8 37.Dg4 a5 38.f4 Fc2 39.e6 g6 40.De2 Ff5 41.Ce4 Fxe4 42.Dxe4 Dc7 43.f5 Dg3 44.Fe1 Dd6 45.Dxh4 fxe6 46.fxe6 De5 47.Fg3 Df5 48.Dh6 a4

     49.Fe5!! Dxe5 50.Dxg6+ Rh8 51.Dh6+ Rg8 52.Dg6+ Rh8 53.Dxe8+ Rh7 54.De7+ Rg6 55.Df7+ Rh6 56.Df2 Da1+ 57.Rh2 De5+ 58.g3 a3 59.d6 Dxd6 60.De3+ Rh7 61.e7 a2

    62.e8D a1D 63.D3e4+ Rh6 (63...Rg7 64.Dg4+ Rh7 65.Deg8+ Rh6 66.Dh4 mat) 64.Dh4+ 1-0. Suit 64...Rg7 65.Dhh8mat.

     

  • 5 catégories de joueurs

    En feuilletant le Best of  de Chess Life and Review (la revue fédérale américaine), vol. 2 couvrant la période 1960-1988, je tombe sur cinq planches hilarantes dessinées dans un style épuré rappelant celui de Cardon dans notre hebdomadaire satirique national Le Canard Enchaîné. Elles définissent les catégories de joueurs.

     Ces cinq planches font la une du numéro de juillet 1961 ! Elles ont été suggérées par Arpad Elo lui-même. Humour ou réalité ? Entre parenthèses, la description du dessin et ce qui se dit. Excusez, j’ai laissé la V.O., le préposé aux sous-titres est bloqué dans une manif.


    ARISTOCRATS: Chess Players Who Are INVITED To International Tournaments (dessin de deux joueurs de profil, à la table, avec drapeaux, chevalets et échiquier mural en fond)

    UPPER BOURGEOIS: Chess Players Who Participate in Open Tournaments (même dessin, mais avec la seule pendule et d’autres joueurs en fond).

    LOWER BOURGEOIS: Club Players Who Are Content To Beat Out Each Other’s Brains (Un joueur se prend la tête entre les mains et son adversaire, en équilibre sur sa chaise, fume sa cigarette et dit: ‘That makes 5.5-3.5 in my favour’).

    PEASANTS: People who ‘Take up’ Chess on a Rainy Sunday Afternoon and Call Me Up to Ask Questions as above (Un homme parle au téléphone alors que sa femme est à l’échiquier et l’attend. Il dit: ‘Say, what does it mean in the lesson where it says ‘Double O’).

    SUB HUMAN: No Comment Necessary, We All Have Met The Type (Un homme debout sourit bêtement, devant l’air ébahi de son interlocuteur et dit: ‘I seen in the papers, you played in a chess meet… is that a game like checkers?’).
     
    Étonnant d’actualité, non? Certes, il faut replacer tout cela dans le contexte des sixties où Fischer, à 18 ans, massacrait dans des tournois fermés gigantesques de plus de vingt joueurs (avec Tal, Petrossian, Kérès, Benko…), lesquels étaient globalement assez rares. Les joueurs du top niveau 2006 sont-ils des « artistocrates ». Plutôt des aristochats de l’équilibre des variantes. Les « grands bourgeois » 2006 des tournois open ? Remplacés en Europe par des armées de petits lou-loups prêts à en découdre. En quarante-cinq ans, le monde a changé, camarade ! Heureusement, il nous reste les « petits bourgeois », les « paysans » et les « méga patates ». Merci US Chess Life !

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu