Avertir le modérateur

  • Top 12 : combien ça coûte ?

    Le championnat de France par équipes de huit joueurs de "première division" (Top 12, au moins un homme et une femme français) va débuter à Grau du Roi, une petite station pépères et mémères nîmois hors saison entre La Grande Motte et Aigues-Mortes et bondée de touristes l’été. Quelques-uns des meilleurs joueurs du monde vont remplir les meilleures équipes le temps d’une pige comprise entre 200 et 600 € par partie.

    Ils joueront 11 parties au maximum. Ces tarifs très chers pour le petit monde des 64 cases le sont d’autant plus pour les clubs qui paient leurs joueurs en tant que salarié ou pas assez pour les joueurs qui se déclarent à l’Urssaf ou aux impôts.

    L’opacité sur la rémunération des joueurs professionnels a toujours été de mise. On connaît en général (mais pas toujours) les prix des petits et très grands tournois mais pratiquement jamais les cachets… pour ceux qui en ont.

    Il en va de même du budget des équipes du Top 12. Silence radio fédérale. Zéro enquête côté Europe Échecs. Ce mot a derechef disparu des pages de la revue mensuelle bisontine qui confond le mois de mai et de juin…

    La majorité des clubs touche de l’argent public (conseil régional, mairie, agglomération) et les sponsors locaux ou nationaux sont si rares. La visibilité du top 12 se confine dans le confidentiel. Alors, pourquoi dépenser tout cet argent public pour 11 jours de gloriole ?

    Pour un titre se jouant entre trois équipes au maximum ? Pour avoir le plaisir de fréquenter des professionnels étrangers ne rendant AUCUN service à leur club le reste de l’année ?

    Réponse (presque) imaginaire fédérale : « Échecs64, je vous demande de vous taire. » A part cela, il y aura sûrement des parties de très haut niveau, retransmises en direct, très intéressantes, mais qui passeront au-dessus du crâne de 90 % des licenciés. Amen.

    A suivre en direct sur le site dédié de la FFE dès le 30 mai.

  • Décès de César Boutteville

    Le doyen des échecs français César Boutteville s’est éteint à son domicile, à Versailles le 21 mai. Il aurait eu 98 ans en juin. Un communiqué de la ligue d’Île-de-France l’a annoncé et précise qu’une cérémonie aura le mercredi 27 mai à 10 h à l’église Notre-Dame de Versailles.
    Son record, avec Maurice Raizman, de sextuple champion de France a longtemps tenu, battu seulement en 2012 par Étienne Bacrot.

    boutteville,raizman,bacrot,touzéEn un mot, César Boutteville était un exemple. Ce joueur amateur hyper accrocheur ne se levait jamais de sa chaise. En difficulté dans l’ouverture ? Il rasait ses adversaires en finale. Son histoire personnelle hors du commun fut contée dans Europe Échecs (novembre 2001) sur une dizaine de pages lors d’une rencontre unique. Il était en couverture.

    Bien sûr, il avait des tonnes d’anecdotes avec son phrasé tout particulier alliant liaisons et expressions de relance. Il disait « Le Caïssa » pour désigner son club favori. Il appelait tous les joueurs par leur nom de famille. « Voyez-vous Bouton… »

    Les joueurs du club du Chesnay ont eu la chance de le voir reprendre la compétition. Il avait 90 ans ! L’organisateur Jean-Paul Touzé, pour célébrer l’homme et le joueur, l’avait invité au championnat de France 2010 à Belfort en présence de Karpov. Un grand très grand monsieur est parti.

    Quelques anecdotes sur les rencontres avec M. Boutteville sur ce blog

    Fiche Wikipedia basée à 90 % sur les 8-10 pages consacrées au champion dans EE/11-2001

  • Site FFE : coup de peinture

    Le site de la fédération a changé mi-mai. Sans annonce ni fanfare. L’agencement est différent et est calqué sur les onglets « à la Windows ». Concrètement, des résidus du vieux site subsistent et ont été mélangés avec les sites déjà dédiés.

    Les trois demandes apparemment les plus importantes « recherche d’un club, d’un joueur, sur le site » sont dans la barre supérieure.

    La communication via Facebook et twitter font partie intégrante du message fédéral. A Paris, les ravalements d’immeuble sont obligatoires tous les dix ans. Le site de la FFE vient de l’être à la façon XXIe siècle.

    Deux petits bémols : il n’y a aucun échiquier en « une » du site et la FFE pourrait à la limite être confondue avec la fédération française d'équitation.
    Troisième bémol : Echecs64 n’a pas changé depuis… 2006 malgré les maquettes mises à disposition depuis quelques mois par l'hébergeur 20minutes. On changera avant l’obligation décennale, c’est promis !

    P.S.: Interdit de s'esclaffer 140 fois sur le compte twitter Echecs64

  • Sébastien Feller de retour

    Condamné 5 ans par la FIDE pour triche à l’Olympiade de Khanty-Mansiïsk en 2010, le GMI français Sébastien Feller peut rejouer suite à un communiqué publié sur le site de la FIDE le 6 mai à 6h25.
    Après cinq ans de suspension et divers rebondissements, le grand maître de 24 ans est paraît-il méconnaissable physiquement : il est passé par la salle de musculation suivant en cela les préceptes de Fischer qui affectionnait le sport à outrance avant les grandes compétitions.

    Sa participation au championnat de France des douze meilleures équipes (Top 12) en juin avec son club Évry semble donc acquise. Idem pour sa qualification (au Elo) au championnat de France individuel en août où il retrouvera certains joueurs qui ont témoigné contre lui.

    Sébastien Feller aurait purgé sa peine le 1er mai, mais quelques jours auparavant, la FIDE lui a réclamé par un communiqué sur son site le prix touché (meilleur 5e échiquier de Khanty-Mansïïsk) et la médaille afférente. Le GMI a obtempéré. La FIDE l'a réintégré dans sa liste des joueurs classés.

    Dans cette affaire, l’entraîneur et GMI Arnaud Hauchard (capitaine de l’équipe de France en 2010) devra attendre août avant de pouvoir rejouer. Le troisième condamné de l’affaire, le MI Cyril Marzolo, avait signé en 2011 un accord avec la FFE sous l’égide du CNOSF (article sur le blog).

    Les trois joueurs ont été condamnés, mais le modus operandi de la triche telle que reconnue par la justice de la FIDE, n’a jamais été démontré ni prouvé contrairement aux diverses affaires de triche qui ont fleuri depuis, pratiquement toutes basées à partir d’appareils électroniques dissimulés plus ou moins habilement.


    Affaire dans l’affaire
    Dans la série « A Trappes moi si tu peux » – plus exactement une subornation de témoin –, la police auditionne en ce moment un certain nombre de personnalités du monde des échecs proactives au moment de cette affaire. Ainsi, le directeur général de la FFE en poste en 2010 (et toujours en 2015) a récemment donné sa version de l’affaire.


    Fiche Wikipédia de SF


    Les articles sur l’affaire dans les archives du blog

    Feller

    Marzolo

    Hauchard

    Triche

     

  • Comparaison championnat junior français et russe

    Le championnat de France junior se termine le 3 mai. Son alter ego russe s’est terminé le 29 avril. La comparaison relève-t-elle de l’arrogance française (lol!) ou est-elle simplement risible ? Les chiffres ne mentent pas et sont impitoyables

    Ils soulignent la différence de force entre les futurs espoirs, mais aussi les politiques de sélection et d’excellence des deux fédérations.

    France : où sont les meilleurs juniors ? Ils passent leur bac d’abord ? Aller à Pau reste trop cher ?
    Russie : impitoyable sélection en amont. Tous les joueurs sont déjà titrés ; on est déjà dans une autre planète.

    FFE_logo.jpgFrance (fin 3 mai)
    Formule : open mixte de 27 joueurs seulement.
    Moyenne Elo : 1946
    Titrés : 2 MI, 3 MF
    Plus gros Elo : 2444, le MI Jules Moussard. Il domine naturellement le  tournoi.
    Plus faible Elo : 1380 (!!),  Gaëtan Sallembien

    Inscription : 20 €
    Sélection : aucune. Vient qui peut du moment que papa-maman ou le club peut payer le déplacement à Pau (9-10 nuitées)

    Classement  sur le site fédéral
    Site dédié du championnat de France des jeunes 2015 à Pau

    Fede_Russe_Logo.jpgRussie (fin 29 avril)
    Formule : Tournoi fermé masculin de 10 joueurs.
    Moyenne Elo : 2484
    Titrés: (10 sur 10) :  2 GMI, 6MI, 2MF.
    Plus gros Elo : 2626. Le vainqueur, le GMI Bukavshin rend au moins 100 points à ses concurrents.
    Plus faible Elo : 2427 (MI Zenzera et Khatoev).

    Les trois premiers ne concèdent qu’une défaite chacun. Le quatrième, le GMI Eliseev, ne concède qu’une nulle et tape 5 victoires pour 3 défaites.

    Grille du tournoi sur chess-results

    Site dédié du championnat de Russie des jeunes avec les archives des années précédentes.

    C’était notre quart d’heure : p’tet qu'on est plus fort au foot ?

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu