Avertir le modérateur

  • Varsovie : les mousquetaires font leur marché

    Après 6 rondes sur 9, la France est seule en tête au championnat d’Europe par équipes sur 4 échiquiers. Pour une fois, la force fait l’union et non pas l’union fait la farce comme déjà vu. Parmi les gros z’Elo, seul Fressinet est absent : il doit passer des nuits blanches à travailler pour Carlsen, cloîtré dans une chambre d’hôtel à Chennai.

     En attendant, nos mousquetaires font leur marché contre des équipes fortes mais pas favorites. En effet, les gros calibres comme la Russie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan et la Géorgie ont multiplié les faux pas par des matches nuls voire perdus et se sont parfois neutralisés.

    Dans l’intervalle, les Français ont gagné 5 matches : 4 grâce à une courte victoire d’avance (et 3 nulles) contre la Slovénie, le Belarus, la République tchèque et la Grèce. L’Ukraine (sans Ponomariov et Ivantchouk) a pris un 3-1 tandis que la Hongrie de Judit Polgar (3e échiquier et en l’absence de Leko, secondant d’Anand à Chennai) prenait un match nul (4 nulles).

    vachier-lagrave,mvlAu 1, Bacrot fait draw : hormis le premier match, épargné contre la Slovénie, Étienne Bacrot bloque. Il a enchaîné 5 nulles dans un style : « On ne passe pas. » C’est du propre et du pro.

    Au 2, Vachier-Lagrave, pas (encore) grave joue des parties compliquées et longues. Quelques (petites) frayeurs, mais tout est sous contrôle car l’ambiance est excellente dans l’équipe. On a connu moins bien… Il se rattrape via des batailles de commentaires sur twitter avec Short, Giri et d’autres à propos de la 4e partie du match Anand-Carlsen.
    Accessoirement, des photos postées sur Facebook montrent l’appétit de l’échiquier n° 2.

    MVL incite les ‘twittos’ (personnes ayant un compte twitter) à encourager l’EDF.
    L’idée de faire monter Bacrot en bloqueur et MVL en buteur potentiel est excellente et s’est concrétisée à la 6e ronde du 14/11 contre la Grèce où il a été le seul à marquer.


    Au 3, le Roi Édouard est en super forme : 3 victoires et 3 nulles. Et surtout jamais en danger. Bon pour le moral, culture de la gagne pour l’équipe, le capitaine local Sébastien Mazé a de quoi se réjouir.

    Au 4, Tkachiev a marqué 2 fois. On dirait qu’il n’aime plus ces dames ! Il aurait pu marquer un but supplémentaire dans une finale… de dames gagnée (D + pion f et h contre D seule). Mais la cadence, la fatigue et le match déjà gagné pour l’équipe l’ont conduit à la nulle. Ses parties longues l’ont sûrement fatigué, ce qui sera un facteur de risque pour les trois dernières parties.

    Au 5, Hamdouchi n’a joué que 2 fois (deux nulles). Il rentrera si et seulement si l’un des quatre mousquetaires est épuisé.

    A trois rondes de la fin, le championnat débute en fait. C’est la grandeur et la décadence du système suisse par équipes. Les grosses cylindrées ont commencé à s’entretuer ou à se neutraliser. La France a tiré son épingle du jeu et optimisé.

    Mais maintenant, même en cas de défaite l’EdF jouera du bon, du beau mais il ne faudra pas jouer du bonnet :
    Azerbaïdjan-France pour la 7e ronde du 15/11 ! Elle a l’occasion de monter sur le podium, ce qui serait grandiose.

    Résultats par échiquier ronde par ronde.

    Parties en direct à partir de 16 h

    Site officiel

  • 2014-2015 : plus de « féminine » en Nationale III

    Le Comité directeur de la FFE s’est réuni samedi 9 et dimanche 10 novembre au siège fédéral. Les équipes de Nationale III n’auront plus l’obligation de jouer avec un humanoïde comportant une paire de chromosomes XX de nationalité française, la règle avec au moins un "masculin français" restant obligatoire.

    Autrement dit, les équipes de 8 n’auront pas l’obligation d’avoir une joueuse. Le 11 novembre, la FFE n
    avait pas encore  communiqué sur le sujet. Echecs64 a dû faire appel à un pote de la NSA pour savoir ce qui se disait près de la mare aux canards du siège fédéral à Élancourt.

    Cette mesure prend effet la saison prochaine et ne touche pas, pour l’instant, les équipes de N II et N I. La « féminine obligatoire » provoque souvent un effet pervers : des joueuses avec un Elo relativement faible demandent un dédommagement surdimensionné par rapport à leur classement (0 à 100 euros en N II, beaucoup plus en N I et Top 12 où l’on retrouve des joueuses semi-pro).

    rps20131110_220902_588.jpgThème de campagne du candidat Salazar, le débat a été tranché dans la douleur par le CD après avoir été longuement débattu samedi et acquis d’une courte majorité.

    Certains clubs n’ont aucun problème de recrutement car ils forment des jeunes filles (et des moins jeunes), d’autres peinent à trouver une femme ou une jeune femme. Ils râlaient au motif que ce recrutement obligatoire affaiblissait l’équipe constituée de chromosomes XY a priori plus forts sur l’échiquier.


    Le débat traînait depuis des années. Aucun responsable fédéral navait pris le problème à bras-le-corps. Ce terme de « féminine » reste un grand moment de discrimination positive dont la FFE s’est fait une spécialité depuis des années.

    Cette mesure fera peut-être prendre conscience à certaines responsables que les femmes sont depuis des années des joueurs comme les autres même si des compétitions leur sont encore exclusivement réservées, FIDE oblige.


    Interdit de rire : Le site fédéral, dans sa colonne « Rubriques » relègue les « féminines » avec scolaires, handicap, arbitrage, discipline, vos stages. Un hasard sans doute.

  • Nulle falote du Clichois Carlsen : il renvoie Fressinet !

    Après une nulle sans saveur et sans épice dans la première partie du match Anand-Carlsen à Chennai, Echecs64 s’est faufilé entre les fans demandant un autographe au champion norvégien.
    Dans une
    interview blitz presque imaginaire, alors qu’il regagnait sa chambre du 10e étage, le verdict de Carlsen est tombé : il renvoie son secondant clichois Fressinet !

    Alors Magnus, tu as rendu hommage à Réti avec ce double fianchetto ? Franchement, c’était génial comme entame, qu’est-ce qu’on s’est ennuyé !
    Oui, j’ai écouté les conseils de Fressinet, mon secondant français. Je le savais. Il est trop faible, trop lent. Too weak, too slow, comme je l’avais chambré en blitz cet été. C’est comme ça que j’ai joué aujourd’hui. Mauvais karma à Chennai. Je me sépare de Laurent a tempo. Dommage, il m’a bien fait rigoler.

    Tu es licencié depuis plusieurs années à Clichy Échecs comme lui. Tu n’as pas joué la moindre partie de compétition en championnat de France par équipes. Ce manque d’entraînement a-t-il pesé lourd ?
    Oui absolument ! Et je remercie les sponsors. Être licencié pour ne pas jouer, c’est un truc français génial autorisé par Bruxelles et vos subventions publiques (le champion voit passer son secondant Nielsen). « Heine, réserve un aller simple en pousse-pousse pour Laurent direction l’aéroport. Si Clichy a une piste d’atterrissage potable, prends-lui un billet direct. »

    Tu n’es pas un peu sévère avec notre Fernandel échiquéen ? Il est aimable, il sourit tout le temps, il a joué dans les grands films et les nanars de l’ancienne équipe fédérale quand même.
    Oui, mais en tant que Français, il a fait une grosse faute… de goût. Il n’est pas resté en observation une semaine dans les cuisines du Hyatt Hotel. Et depuis dix jours, je souffre. J’ai mangé trop épicé. A moins que ce ne soit l’inverse. Et du coup, mon jeu est sans saveur. S’il te plaît, tu n’as pas le téléphone de Paul Bocuse ?

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu