Avertir le modérateur

  • Dieppe : Agdestein et sa bande de jeunes

    Le grand maître Simen Agdestein, ancien mentor du jeune Carlsen, ancien footballeur professionnel, est venu avec une bande de jeunes Norvégiens à l’open de Dieppe (Seine-Maritime). L’open (25-31 août) est séparé en trois groupes de force. L’open C est réservé aux jeunes. Cela joue à toute blinde et les parties sont bouclées en moins d’une heure et demie !

    La dizaine de jeunes amenés par Agdestein sont répartis dans l’open A et l’open B. L’open A est très fort en tête. Les 25 premiers échiquiers jouent au premier étage du casino face au palais des congrès où suent les autres participants.

    Petit scarabée, tu n’es jamais allé à Dieppe ? Écoute les conseils du sage organisateur. Voici de quoi te donner le goût de participer à un tournoi face à la mer en fin de saison, avant la rentrée ; en évitant les grosses chaleurs et la surpopulation.

    De l’eau et des lots
    Pour s’entraîner à la Fischer, on peut aller dans la piscine d’eau salée toute proche avec des tickets à tarif préférentiel. Au retour, après avoir fait des longueurs ou s’être prélassé sous les jets d’eau, la tombola du jour attribue à des vainqueurs tirés au hasard des lots en nature offerts par des partenaires.

    agdesteinAgdestein : « J’ai déjà joué deux fois contre la France. »
    Après la 2e ronde, l’organisation a offert le pot d’accueil dans le restaurant sympa de la piscine.

    Agdestein et une formatrice de jeunes Norvégiens ont goûté au Crémant en demandant si "c’était du champagne". Il a joué deux fois contre la France en tant que footballeur professionnel, gardien de but. En 1995 et 1996. Mais comme j’en étais au 4e verre de Crémant, je me suis peut-être mélangé dans les années.

    Oops! Rectification nocturne par texto de Christophe Guéneau quelques minutes après cette mise en ligne: "Désolé de te dire ça, mais il n’a jamais été gardien de but de sa vie. Il était attaquant. Le 28 septembre 1988, il a joué au Parc des Princes le France-Norvège (qualif pour Coupe du monde Italie, 1-0, Papin sur penalty). A un moment, Amoros, défenseur français, lui a fait un tacle de la mort et le Simen a été inexistant. Bon courage à Dieppe Bien Phu. Amitiés."

    La cravate d’Istratescu
    Seul maître portant une cravate, Istratescu fait partie des grands favoris. Il a aussi perdu énormément de kilos et a de l’énergie à revendre sur l’échiquier.

    Le blitz
    Entre deux fois deux rondes par jour, il reste une soirée... pour un tournoi de blitz.

    La Martinique à Dieppe
    Une délégation emmenée par le président de la ligue de Martinique, Gilles Suez-Panama, a carrément enchaîné avec le championnat de France de Nancy. Et la bande de jeunes fait bonne figure. L’un d’eux, Lionel Buisson, a gagné l’open C du championnat de France... et gagne aussi l’open B ici!

    Le bar à crêpes
    Non, le café et les boissons ne valent pas un euro à Dieppe. C’est moins cher. On a même des crêpes faites sur place et d’excellents parts de gâteau préparées par des mamans de jeunes joueurs.

    Tournoi de poker
    Une soirée de Texas Hold'em est organisée au casino. Un joueur d’échecs a gagné l’an passé 1 500 €.

    Casino : tenue correcte exigée
    On peut perdre aux échecs, mais au casino, on perd pour sûr en s’amusant. Les bandits manchots (machines à sous) rincent seniors et vétérans jour et nuit. La cravate n’est plus obligatoire.

    Agdestein ouvre les fenêtres... puis sa position
    Première ronde. La salle au-dessus du casino accueille les 25 premiers échiquiers de l’open A. Un orchestre du casino joue des airs comme sur le Titanic à l’étage du dessous. Au bout d’une heure, l’atmosphère est surchauffée. Derechef, Agdestein ouvre deux fenêtres donnant sur la mer. A la Fischer, ce sportif sait que son cerveau doit être oxygéné.

    Plus tard, à la ronde 3, il sauvera une finale avec deux pions de moins contre le MI Arnaud Payen. Agdestein avait T+F contre T+C et des pions de chaque côté. « Je jouais avec deux minutes puis ensuite pratiquement tout le temps avec 1 minute ou 30 secondes par coup et j’ai complètement lâché. C’est incroyable » avouera Arnaud, détendu sur le port le soir en sortant du restaurant.

    Des jeunes, les vétérans et des étrangers
    La ligue de Haute-Normandie a fait le plein chez les jeunes et quelques vétérans comme Pinchon, Guillaumat, Andrieu... et le champion de France vétéran 2013 Nicolas Giffard.

    Partenaires particuliers cherche partenaires particuliers
    L’organisateur Olivier Delabarre a le chic pour optimiser les partenariats. Pas de budget monstrueux, mais chaque joueur reçoit une plaquette avec tous les noms des restaurants partenaires, les avantages ou réductions dont bénéficient les participants et un plan de la ville. Cette optimisation a aussi été faite sur les nuitées des joueurs invités. Une réflexion à entamer pour le championnat de France ?

    Partenaire particulière
    Partenaire et traditionnel du tournoi, le site Chess & Strategy. En vedette du site sur ses (bons) résultats après la ronde 4, la forte joueuse Kostiuk. L’an dernier, elle avait gagné une peluche remise par Chess & Strategy. Ah au fait, elle vit avec l’animateur du site. 

    Le site officiel

    Grille et ronde par ronde sur le site FFE

    Les dernières nouvelles sur le compte twitter Echecs64

  • Hamdouchi 88e champion de France

    Hicham Hamdouchi est devenu champion de France à l’issue des deux parties de départages contre Jean-Marc Degraeve alias ‘Jim’. Hamdouchi perd deux parties contre Sokolov et Édouard, mais a aligné 6 victoires et 2 nulles.

    De son côté, JIM n’a perdu qu’une partie (contre Romain Édouard), mais n’a aligné que 5 victoires dont 4 contre les 4 derniers (Le Roux, Vaïsser, Cornette, Sebag) dans son légendaire style « d’écrase-patates ».

    La dernière ronde fut toutefois palpitante : il dut ramer 107 coups avant de marquer le face à Le Roux, qui a loupé une suite de nulle (90.Rf3 et transfert du fou sur la diagonale a2-g8).

    En finissant tous deux ex æquo avec 7,5 sur 11 (+6 =3 -2 pour Hamdouchi et +5 =5 -1 pour Degraeve), le départage s’imposait le 23/8 à 14 h, soit quatre heures après le début des opens.

    Les départages : « on n’analyse pas les blitz »
    Selon le vieil adage, « on n’analyse pas les blitz », aucun commentaire n’est nécessaire quant aux parties de départage jouées en 15 min + 5 s : nulle dans la première et gain blanc d’Hamdouchi dans la seconde.

    Après 11 rondes à une cadence classique, un jour de repos, des conditions sympa de jeu pour 12 champions faisant parfois des simulacres de parties avec des nulles masquées, pourquoi faire des départages durant moins d’une heure pour un titre qui n’a aucune valeur marchande hormis un nom dans des tablettes ? Le ou les ex æquo sont oubliés et ont-ils moins de mérite ?
    Il n’y pas de système parfait et s’il faut désigner un seul vainqueur, autant jouer aux échecs, mais jouer à une cadence différente est une vraie loterie.

    Le roi Édouard doublé sur le fil
    Malgré leur demi-point de retard sur le leader Édouard après la 9e ronde, Degraeve et Hamdouchi avaient deux dernières rondes relativement favorables comparativement à Édouard qui les avait battus :

    Degraeve-Sebag (1-0, 71) et Le Roux-Degraeve (0-1, 107) ;

    Wirig-Hamdouchi (0-1, 64) et Hamdouchi-Cornette (1-0, 39) ;
    Édouard-Bauer (=, 36) et Tkachiev-Édouard (1-0, 65).


    Grille du National sur le site FFE

    Parties à télécharger ou visualiser sur le site fédéral

    Christian Bauer déconcentré car sur ses terres ?

    En dehors de l’an passé, C. Bauer a été champion de France en 1996. Depuis, il a mangé du Bacrot et un tas d’autres hommes en forme dans le National. Alors pourquoi le Lorrain n’a-t-il pas scoré cette année – comme Degraeve – dans ce championnat faible sans les Fressinet, MVL et Bacrot ?

    Petite « Secret Story »
    Marie Sebag est restée jusqu’au bout malgré sa dernière place. On pouvait craindre qu’elle ne quittât cette si belle cité après des débuts difficiles. Mais non. Son mérite est finalement d’avoir montré la voie à toutes les joueuses : pour progresser, il faut jouer des tournois forts voire très forts et ne pas se cantonner dans les tournois réservés aux femmes ou rester vissée à l’échiquier « féminin » en équipe. Ainsi soient-elles.

    Des défaites, des hommes peu en forme
    Parmi les sept premiers, Hamdouchi, Bauer et Wirig ont encaissé 2 défaites… et l’un d’eux est champion de France. Assez rare dans un championnat de France.

    Accession et National : on ne départage pas pareil !
    Les prochains « bleus » du National seront Chabanon et Roser. ‘Chab’, connaît la musique du National. Il a outrageusement dominé le tournoi en s’offrant le luxe de perdre la dernière ronde contre le cadet Jules Moussard.

    Il termine avec 8,5/11 (+7 =3 -1) suivi de Roser et Mullon à 8.
    Roser est qualifié pour le National grâce à un demi-point de départage ou 3 points de perf Elo ; j’ignore le règlement, d’ailleurs, ce point n’est pas indiqué pour le non-initié.

    Grille de l’Accession

    Si la France a supprimé la guillotine tardivement, elle reste à l’œuvre pour la qualification de l’Accession vers le National : pas de confortable départage en partie rapide devant une foule ébahie alors que ce système existe pour désigner les titres de champion de France jeunes.

    L’enjeu est pourtant de taille : en quoi le 3e du tournoi, ex æquo avec le 2e, est-il ‘out’ et doit retenter sa chance l’an prochain ?


    Ce règlement est quelque peu insultant pour les joueurs de l’Accession ; aucune considération, on laisse un obscur et volatile départage décider de qui va monter dans le National, le prestigieux tournoi. On prend les deux premiers et basta. Vite un comité machin pour réfléchir sur le sujet.

    Épris des prix
    On m’a annoncé que le premier prix du National féminin (remporté au départage par Maisuradze face à Congiu) était de 4 000 €. Pas de nouvelle officielle, sauf pour les joueurs sur place car tous les prix de tous les tournois étaient affichés à Nancy. On dirait que l’argent est sale.

    Certes, la FFE n’a pas non plus annoncé officiellement le salaire du nouveau président, mais ce n’est pas une raison. Ainsi, on aurait pu faire un ratio avec le ticket d’entrée payé en milliers d’euros par la ville de Nancy sans compter la mise à disposition des infrastructures etc.
    Nouvelle équipe certes, mais pour les prix, on plonge la tête dans le sable comme les autres années. « Redonnons la parole à la transparence ? »

    Heureusement, le blog du Canal Saint Martin a photographié la liste des prix de tous les tournois. C’est ici et merci à lui!

  • Parie sur Api!

    9e ronde jouée mardi 20/8.
    Fin de partie Édouard-Apicella suivie en ligne (sur playchess.com) et par téléphone avec un GMI français.

    Constats communs : pourquoi Édouard, leader et plus fort Elo, est-il venu défier Apicella sur son terrain ? « Api » connaît toutes les nuances de la Française et spécialement les positions avec pièces et fous de couleur opposées.

    Apicella (Grasse) a retrouvé une certaine forme et montre dans ce tournoi à tous les jeunes l’art de la manœuvre.

    apicella,édouardDans cette partie, il aurait pu finir le travail tactiquement comme il l’a fait mille fois dans sa jeunesse. Inexplicablement, par deux fois, il rate un gain clair (... pour l’ordi, 37…Th3 ! 38.Re2 Df3+ 39.Rd2 Dxe3+ !! le coup sûrement loupé par Api 40.fxe3 Tg2+ et mat) mais que son œil de jeune tacticien aurait vu… Bref, Api ne sait plus « mordre »?


    Phase finale.
    Il reste D + T dans chaque camp. Le roi d’Édouard est dans les courants d’air. Celui d’Apicella est bien protégé. Il faut optimiser les pièces… et encore  une combine ratée (avec le technique 41…Th5 !). Zut.apicella,édouard

    Intervient alors la finale de dames. C’est un miracle pour Édouard.

    Le grand maître téléphonique, parieur invétéré, propose alors un pari. La finale des noirs (Apicella) est encore gagnable, mais il faut travailler et ce n’est pas simple. Nous sommes d’accord qu’il peut encore gagner. Mais un pari est un pari et l’un de nous doit choisir la nulle. Je me dévoue. A L’INSTANT MÊME où je parie pour la nulle et le GMI pour le gain, le résultat s’affiche sur playchess : nulle !

    A suivre donc, 50 cl de bière en Happy Hour ou un Campari avec olives sur une terrasse parisienne avec un gros z’Elo. Et merci aux deux GMI de Nancy pour le spectacle !

    Grille du National

    Télécharger la partie, l’enregistrer au format PGN puis la rejouer sous format PGN

    Les parties de l'Accession (bonjour pour les trouver!)

    Photo : FFE

     

    2013-Ed_Api_88eNancy.JPG

    L’humour fédéral, œuf corse
    Lu sur la page du site fédéral
    à propos du nombre de joueurs et des 262 clubs représentés à Nancy : « (…) Seules la Corse, la Réunion et la Polynésie n’ont pas fait le déplacement jusqu'à Nancy.
     » Dommage, ces trois ligues auraient pu nous envoyer leurs armées de licences B pour qu’ils se fassent la main.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu