Avertir le modérateur

  • Bacrot vainqueur à Ajaccio

    Après avoir sorti Vachier-Lagrave (en 19 coups) en demi-finale sur 2 parties, Étienne Bacrot a battu 2 à 0 en finale d’un tournoi de parties rapides ‘chouchou’ présidentiel : le souriant, l’aimable, mais impitoyable sur l’échiquier Laurent Fressinet. Presque ‘son client’ en parties rapides. Voilà comment s’est terminé, à Ajaccio, un festival de parties rapides. Un tournoi de blitz festif (dominé par Vachier-Lagrave avec 9 sur 9) et la dernière épreuve du Grand Prix FFE avaient débuté quelques jours plus tôt à Bastia.

    Pour se qualifier en quarts de finale, il fallait figurer dans les six premiers de l’open de parties rapides de Bastia auxquels on ajoutait deux invités de marque : Short et Fressinet. Comme Short faisait partie des 6 premiers, le 7e du classement, l’espoir corse Massoni, a été repêché.

    Bon j'avais pas tout compris vu les explications minimalistes du site FFE et le désintérêt général des Grand Prix, sauf pour les pros. Voici le bref courriel communiqué le 1/11 par le MI Ch. Philippe :
    Salut christophe, une petite correction sur ton article corse... C’est l'occasion de te passer le bonjour ;) En fait l'open corsica master permettait aux 8 premiers de rejoindre les 8 gms qualifiés après les 4 Grand Prix Port-Marly, Nancy, Aix-les-Bains et Villandry et donc de disputer des huitièmes, quarts, demis et finale remportée par 'Bac'. Mais le bateau d'Istra n'a pas pu partir cause tempête, le 9e de l'open a été repéché... moi ;) Tu peux lire les détails sur mon site... A+ Christophe"

    Le MI français Battaglini a mis tout le monde d’accord : il est arrivé seul en tête avec 8 sur 9. Le tournoi était fort bien doté : 60 000 € de prix pour 149 joueurs dont :

    • 108 licenciés en Corse (dont Léo Battesti lui-même, 61e) et 2 forfaitistes locaux.
    • 6 GMI, 6 MI, 5 maîtres FIDE (dont l’insulaire Massoni) et une maître internationale féminine venus pour les prix.
    • 13 Continentaux ont fait le déplacement ! Et encore, parmi les 13, on compte le président fédéral actuel (24e), un arbitre et un membre du Comité directeur et ses deux enfants, tous proches du candidat Léo Battesti.

    Une annonce rapide pour des classements rapides
    Lu en Une du site fédéral à propos du tournoi de Bastia : « 4 joueurs à plus de 2700 Elo en demi-finale, c’est une denrée très rare. Mais il est vrai que les échecs laissent peu de place au hasard. »

    2700 Elo en parties longues, oui. 2700 en parties rapides, non. Pas de place au hasard. Sur les quatre joueurs en question – Bacrot, Fressinet, Short et Vachier-Lagrave –, seul l’Anglais possède un Elo de parties rapides de 2702.
    Le télégraphiste fédéral est condamné à un voyage AR (sous surveillance arbitrale) Paris-siège de la FFE… par les transports en commun.

    Finale à Aiacciu : se prononce comme cela s’éternue
    Tous les titres du site de la Ligue d’échecs de Corse sont en corse. Les contenus sont en français sauf la tévé. Même la Ligue de football corse n’a pas osé. Cette façon d’imposer la langue corse jusque dans un communiqué officiel a même fait sourire ‘Euh-Euh’, le site Internet d’Europe Échecs. Pour une fois, il n’a pas hésité à faire de l’humour : Dans le communiqué publié par Léo Battesti-organisateur, sur ce site, EE rectifie par une ‘Note De La Rédaction mdr’ en traduisant pour nous, pauvres pommes : « (…) de Bastia et Aiacciu [NDLR : Ajaccio en français]. ».

    Comment dire Corsican Circuit en corse ?
    Titres en corse, Ajaccio en corse sur le site fédéral : beaucoup de dirigeants de clubs sont choqués. Et silencieux jusqu’au moment… du vote. Mais la pointe, c’est de nommer le super tournoi de parties rapides… en anglais. ‘Corsican Circuit’. Une fronde par rapport à cette langue continentale que l’on appelle le français ? Ou simplement une manière de remercier les 26 joueurs étrangers sur 149, titrés compris, qui ont participé au tournoi ?

    Le site fédéral en main et au pied
    Quand Léo Battesti l’organisateur organise, comment communique-t-il sur le tournoi ? Il demande au président de la ligue corse, Battesti, L. ? Non. Au vice-président fédéral L. Battesti ? Non. Au responsable de la communication à la FFE, Battesti, Léo ? Ouuuiii ! Conclusion : pas de site dédié au tournoi et le site de la ligue de Corse renvoyait gentiment sur… le site fédéral pour les résultats, le direct et tutti quanti histoire sûrement de gonfler les statistiques ! Pendant ce temps-là, l’autre tournoi majeur – Le Cap d’Agde –, avait son site depuis belle lurette.

    Les simultanées de maîtres : parfaite « empreinte »

    S’il y a une chose dont les jeunes (et les adultes) se souviennent toute leur vie, c’est quand ils ont joué contre un grand maître en simultanée. C’est formateur et pour les plus doués, ils sont aussi repérés voire encouragés. C’est ainsi que Vachier-Lagrave, Van Wely et Youssoupov ont affronté des joueurs dans la matinée de la cérémonie d’ouverture, le 27 octobre. Ce genre d’initiative était la routine en URSS. Ce devrait systématique le cas dans les tournois à haut niveau et les manifestations de prestige.

    Gens Una Listus
    Dans quel « sport » voit-on un président en exercice et l’organisateur jouer un tournoi avec des prix conséquents ? Le président Carvallo a un niveau tout à fait raisonnable ; à chacune de ses victoires, ses adversaires voient les chances d’accrocher un prix par catégorie s’envoler. Dans une moindre mesure et parce qu’il est moins fort, cette remarque vaut aussi pour Léo Battesti.

    Short a sorti un Gromovs
    Short est un GMI poli qui a perdu son accent de jeunesse pour parler un peu ‘upper class’. Mais à Bastia, le naturel est revenu au galop… ou presque. Il a sorti un ‘Gromovs’. A savoir, il a battu Sergueï Gromovs (2169 Elo). Et bien sûr en jouant 16.Fxf7+ suivi d’une boucherie avec deux pions de plus (1-0, 31e).

    Élections : ne pas perdre la main
    A peine terminé son tournoi, 'Léorateur' se rend au Cap d’Agde pour présenter ses idées de candidat à la présidence. Réunion prévue le 2 novembre. Son concurrent Diego Salazar occupe déjà le terrain pour une réunion le 1er novembre.
    Léorateur part avec un avantage dans ce débat décalé : l’apéro est offert. A noter que l’organisateur du Cap d’Agde, Pascal Lazarre, fait partie de son 'comité de soutien' (3 membres connus à ce jour).
    Nom de quelques-uns de leurs soutiens sur les affiches ci-dessous.

    battesti,salazar,bacrot,vachier-lagrave,fressinet,short

    battesti,salazar,bacrot,vachier-lagrave,fressinet,short

  • Le Cap d’Agde : le mur du çon en moins

    C’est la magie du direct. Mélanger l’émotion et la bonne évaluation, voilà toute la difficulté pour commenter une partie d’échecs. La paire Geuzendam (New in Chess)-Short ou Geuzendam-Svidler s’en était parfaitement tirée lors du Mémorial Tal. On peut citer également les GMI britanniques Flear ou Conquest, rompus à l’exercice et de plus parfaitement bilingues. D’ailleurs Conquest a déjà exercé ses talents au Cap.

    Mais cette année, les budgets devaient être serrés. Interdit de rire. Les organisateurs ont embauché un pote. Un non titré, pas même titré dans un comité de la Fédé, mais pourtant un cacique classique présenté comme le « chroniqueur d’Europe Échecs ». Pas grave si ledit chroniqueur a fait sa fête à Marie Sebag dans EE. Sur place, ils s’ignorent superbement.

    Le direct est, paraît-il, plein de « euh ». N’est pas Robert Fontaine qui veut. Et pourquoi ne pas inviter un commentateur compétent ? Parce que nous sommes en France. Entre potes. La magie du direct. L’émotion coco, tu comprends ?

    Lu dans le bulletin n° 3, ces évaluations à l’emporte-pièce, simplement réfutées. Avec un budget monstrueux, le Cap d’Agde non seulement inflige aux internautes un commentateur faible techniquement, drôle cependant (« quand on prend des risques, on peut perdre »), mais ne lui procure même pas une attelle de silicium : un moteur d’analyse pour l’aider dans ses commentaires affligeants.
    Et dire qu’il faut payer 3 € le casque sur place. Vivement l’année prochaine : je vote pour le retour de Conquest. Il est drôle, modeste et pertinent.

    « Goryachkina s’est fait massacrer par Marie Sebag... »
    Faux.
    A plusieurs reprises, elle avait de la ressource, notamment avec 18.Cf5 !, un coup de défense d’ordinateur.

    « L’ouverture s’est jouée assez vite. La jeune Russe a très mal disposé ses pièces, notamment son Fou en d3. »

    Vrai.

    « Marie a joué avec une grande précision. »
    Faux.
    Marie Sebag laisse la jeune Russe revenir avec 27.Td8 ! quitte à jouer avec les deux tours contre la dame et les blancs ont encore des chances.

    Rebelote avec 29.Dc2 ! qui tient la maisonnette.

    Dans la phase finale, alors que c’est complètement gagné et que la Russe joue avec moins d’une minute contre 2 à la Française, cette dernière loupe trois coups consécutifs de massue : 36…Td6 !, 37…Txg3+, 38…Dc2 ! (imprenable à cause du mat et suivi de …Td1).

    « Il y avait quelques difficultés techniques, mais avec lattaque à l’aile-Roi, c’était assez facile. »
    Vrai. Lui, son tic, c’est : ‘facile’.

    Et ça continue :

    « Dans la partie Édouard-Ivantchouk, on a compris très tôt que les joueurs seraient assez satisfaits par le partage du point (...) Romain a vraiment joué "petit bras" avec les blancs. Il n’avait qu’une idée en tête : neutraliser Ivantchouk. »

    Rien de « honteux ». C’est un tournoi fermé double ronde qualificatif et prendre une nulle contre un favori est un bon résultat. Mais le commentateur n’a peut-être pas lu le règlement ou a demandé des conseils à son collègue Péniblet...

    P.S : Pour voir la partie (et les autres), c’est trop "facile" : la page est un peu planquée sur le site officiel, elle est ici.

  • Cap d’Agde : un bulletin à l’aube… avec Péniblet

    Vous n’êtes pas au Cap d’Agde pour jouer ou accompagner ? Vous avez refusé de faire un stage pour grossir dans le buffet pantagruélique de ce tournoi ? Vous avez allumé toute l’année votre lampe de chevet pour contribuer à sponsoriser vous aussi ce tournoi soutenu par la Caisse centrale d’action sociale (CCAS) « le plus riche comité d’entreprise de France » – 811 millions d’euros en 2008 ?

    Alors suivez en différé le ‘Grand Prix’ de parties rapides avec Karpov, Sebag, Bauer, Fressinet et quatre et cinq autres champions ainsi que les autres tournois sur le site. Le bulletin quotidien en couleurs est téléchargeable. Il est chouette. Il est drôle. Il est modeste.

    Mais Europe Échecs, partenaire de cette manifestation, par ailleurs prestataire de la CCAS pour donner des cours d’échecs dans les centres de vacances, a craqué. EE a amené son plumitif : Jean-Michel Péchiné alias Péniblet. Malheureusement il faut donc s’arrêter de lire à partir de la page 6 car Péniblet sévit.

    A vrai dire, je l’ai repéré à l’un de ses tics avant que la confirmation de sa présence ne soit confirmée dans le bulletin n° 2 même : La première phrase « A l’aube du deuxième jour, Ivantchouk (…) »… stop ! C’est lui ! J’ai cessé de lire la suite.

    Son patron Babar Kouatly joue au Cap dAgde le rôle de « Monsieur Loyal » (OK pour Monsieur !) et aura peut-être l’idée à la fin du tournoi de ‘roquer’ : laisser sur place Péniblet avant d’embaucher un rédacteur de la CCAS, un vrai, un drôle, un modeste, peut-être un tatoué.

    Le bulletin est fait dans la soirée. Mis en page nuitamment. Ou peut-être à l’aube finalement.

    P.S : Le bouquin de Péchiné sur l’histoire du jeu d’échecs (1997) est passionnant. A se demander si la maison d’édition ne l’a pas totalement réécrit.

    Découvertes Gallimard (n° 335), série Culture et société, Gallimard - ISBN 2070533964

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu