Avertir le modérateur

Women Chess: Are French that fresh ?

Souvent femme varie,
Et bien fol qui s’y fie.

François Ier

Le National féminin débute le 13 août à Pau. Six joueuses s’affrontent dans un double rondes. Aucun suspens : le titre se joue entre les deux plus gros Elo, Sophie Milliet et Almira Skripchenko. Sur les six joueuses, une seule a été formée en France et a moins de 30 ans. Échec (mais pas encore mat) de la politique des "échecs féminins" auxquels la FFE accorde depuis plus de quinze ans des crédits ?

220px-ASkripchenko10.jpgA quoi sert ce National ? Combien de parties ont joué les participantes en un an ?
Notre rubrique ‘mon mari m’a dit’ : Tiens, toutes sauf une vivent et/ou ont vécu avec un joueur d’échecs.
Leurs titres et leur ‘casotype’, où est Marie Sebag, pourquoi une seule a moins de 30 ans alors que dans le National masculin, la moitié des joueurs ont moins de 30 ans ? Pourquoi Milliet dansera le Mia et Skripchenko n’en fait plus trop ? Réponses en tableau, en chiffres, en mots et en photos, cliquer ligne suivante.

Les commentaires, VOS COMMENTAIRES

Les favorites
Les favorites au Elo, au titre, pas les favorites tout court : Skripchenko et Milliet sont sans discussion. Ceci enlève absolument tout intérêt à ce National. Celle qui cartonnera contre les autres prendra une sérieuse option pour le titre. Évidemment, leur duel sera aussi décisif.

Le tableau ci-dessous retrace le nombre de parties jouées à cadence lente en tournoi open, fermé ou par équipes et comptant pour le classement. Quand une joueuse affronte un joueur non classé ou ayant un Elo beaucoup trop faible, la partie n’a pas été comptée par la FIDE. Tableau établi à partir des statistiques sur le site de la Fédération internationale.

La colonne 'Rang' indique dans l’ordre, le rang national féminin, le rang national sans distinction de sexe et le rang mondial féminin ; ne sont comptés que les joueuses 'actives' selon la définition de la FIDE dans cette classification.
Exemple : 'Almirable' Skripchenko est la 2e joueuse française (après Marie Sebag), le 52e joueur national au Elo international et la 40e joueuse mondiale.

Les mois (fichier à télécharger) indiquent les mois de publication du Elo. Par définition, les parties ont donc été jouées avant.

Les titres
Toutes les participantes sont grand maître féminin sauf Bollengier qui n’est « que » maître international féminin. Skripchenko et Milliet sont maître international masculin. Traduction ? Elles ont réalisé sur plusieurs tournois des performances supérieures à 2400 Elo. Depuis plusieurs années, leur Elo est stable et supérieur à ce classement.

NOM
Année de naissance

ELO
Titre

Rang FR-f
National
Mondial-f

Parties sept 2011 à 08/2012

SKRIPCHENKO
1976

2442
m/gf

2/52/40

29

MILLIET
1983

2411
m/gif

3/72/58

124

SAFRANSKA
1960

2298
gf

5/184/195

51

MAISURADZE
1982

2284
gf

6/211/219

83

COLLAS
1974

2261
gf

8/257/268

87

BOLLENGIER
1975

2253
mf

10/274/291

31

  Télécharger le tableau complet ici


‘CASOTYPE’ de chaque joueuse

SKRIPCHENKO n’en fait pas trop ?
Avec 29 parties en un an, elle a clairement lâché les échecs pour le poker entre autres. Elle ne joue pratiquement qu’en équipes (France et Allemagne). A récemment tenté de revenir, mais sa carrière est derrière elle. Elle jouera sur ses acquis et son style dynamique mais impatient. En forme, elle est la favorite : elle a tellement kibbitzé les analyses de super GM qu’elle a le sens du jeu et prend ses décisions rapidement.

220px-Milliet_Sophie.jpgMILLIET dansera le Mia ?

Recordwoman du nombre de parties jouées en un an : 124, soit une tous les trois jours ! A ce rythme, il est étonnant qu’elle ne progresse plus. Néanmoins, son style affûté et tactique est aux antipodes de celui de son compagnon, le GMI Pelletier (après son 1.d4 favori, sieste obligatoire). Milliet joue partout : open, compétitions nationales et internationales pour son pays ou son équipe. A Pau, elles ne vont pas danser le Mia, mais le Milliet.

SAFRANSKA sans prépa ?
Solide, pas facile à négocier, mais ne joue pratiquement qu’en interclubs. Sur un double rondes où le mental et la préparation d’avant tournoi jouent un grand rôle, elle devra éviter de devenir la cible des autres joueuses. 51 parties jouées en un an, c’est moins que certains amateurs… mais elle a du métier.

MAISURADZE veut toutes les raser
Globe-trotteuse, prête à jouer aujourd’hui le championnat de Paris, demain au Canada tout en enseignant, elle a tout d’une joueuse au sens casino. Son style « d’écrase-patates » ne fonctionnera pas à plein régime dans ce tournoi fermé. Heureusement, elle est en « maisur » de créer la surprise.

COLLAS, ça ne passera pas ?
A beaucoup joué, mais son style méga-solide la bloque pour passer à la vitesse supérieure. Quand on joue contre Silvia, c’est un peu comme dire bonjour au Mur de Berlin. Pas simple, jamais drôle malgré son sourire sympa.

BOLLENGIER va 'manger' ?
Pourquoi et comment cette joueuse a été qualifiée ? Sûrement pour de bonnes raisons réglementaires. Mais franchement, quel est l’intérêt de jouer 31 parties en un an pour en faire 10 d’un coup à fond contre des tigresses en plein mois d
août ? Bollengier risque de se faire manger, merci la Fédé...

Mon mari m’a dit
C’est la ‘préparation maison’ par excellence. Toutes les joueuses sauf, à ma connaissance, Maisuradzé, vivent ou ont vécu en couple avec un joueur d’échecs ou un gros z’Elo.

  • SKRIPCHENKO devance ses concurrentes. Divorcée de Lautier, copine de Relange puis de son ex-meilleur pote Fressinet avec qui elle a un enfant.
  • MILLIET vit avec le maître franco-suisse Yannick Pelletier. Ils jouent très souvent des tournois ensemble ; et quand on prend des vacances, c’est en mode ‘open’, comme au championnat de Martinique où une nulle de salon entre Monsieur et Madame a ponctué ce sympathique tournoi.
  • SAFRANSKA vit avec le GMI d’origine russe Lazarev ; elle ne joue plus qu’en interclubs et a longtemps donné des cours. Pas très bon pour l’esprit de combat et la gagne. Mais sa bonne formation et ses nulles régulières en open contre des gros z’Elo en font une joueuse pas facile à négocier.
  •  COLLAS vit depuis des années avec le MI Collas, un joueur solide adepte des tournois sympa, notamment l’open des Vins du Médoc. Autrement dit, on respire ‘échecs’ à la maison et le championnat de France est une sortie indispensable, bienvenue, et un rendez-vous annuel incontournable.
  • BOLLENGIER vit avec un amateur passionné. Peut-être un avantage car pas de disputes dans le choix des préparations ou des analyses avec Monsieur.

Où ai-je appris ?
Toutes les joueuses sauf Sophie Milliet ont été formées dans un ex-pays communiste. Où est le développement des échecs féminins dont la FFE nous rebat les oreilles depuis au moins quinze ans ? Ben… on a la réponse dans ce National. Combien de générations faudra-t-il encore pour voir des joueuses formées en France monter sur les marches d’un National palpitant ?
Rendez-vous dans quinze ans car celles qui pouvaient dépasser et se maintenir à plus de 2200 ont pratiquement toutes abandonné.

Où sont les jeunes ?

Six joueuses, une seule au-dessous de trente ans ! Comparativement, dans le National ‘masculin’, six joueurs sur les douze ont moins de trente ans.


Où est Marie Sebag ?
Plus à Secret Story. A toujours considéré le National comme un jardin d’enfants. A part venir pour son fan club et ses ‘amis’ de Facebook, Sebag est rentrée dans sa bulle et a rejoint le club des top joueurs à fort caractère : la FFE ne sait pas les gérer, mais un jour, elle leur mange dans la main.

Ce fut le cas avec Lautier et Bacrot quoique pour ce dernier, l’équipe fédérale encore en place lui préfère ‘chouchou-Fernandel’ Fressinet et Vachier-Lagrave. Mais il est vrai que leur caractère est plus que conciliant.

Photos : Wikipedia


Commentaires

  • Bonjour,

    Sauf erreur de ma part, j'avais rencontré lors de mon 1er open CHIP 2004, un certain GUYARD Rodolphe 2148 Elo qui était en tout cas à l'époque le compagnon de Nino... Affaire à suivre !

  • Bonjour,

    Les jeunes françaises ont un énorme talent pour jouer aux échecs!
    Mais...la F.F.E. a encore plus grand capacité de...détruire les talents (!).

    Regardez:
    Nous sommes en 1992 au Championnat d'Europe Féminines à Debrecen.
    Le Président de la FFE est - depuis 3 ans - M. Jean-Claude Loubatiere.
    Directeur Féminines - depuis 3 ans - M. Krzysztof Pytel.
    Entraîneur Féminines - depuis 3 ans - M. Gilles Andruet.

    La France, avec 25e Elo, est 6e (plus mauvaise place pendant le tournoi!).
    Notre équipe est composée que... de Françaises:
    Christine Flear (25 ans),
    Claire Gervais (16 ans),
    Virginie Mora (16 ans).
    Dans le même championnat a joué, aussi, Almira Skirpchenko, mais pour Moldavie.

    Où sont aujourd'hui Claire Gervais et Virginie Mora ?!?
    Elles ont abandonné les échecs.
    Elles avant sont nom ont aujourd'hui les lettres "Dr"...
    Claire - a 16 ans - a gagner aussi le lettres "MIf".

    Pour plus des détails:
    >>>
    http://www.olimpbase.org/1992u/1992in.html

    http://www.mendeley.com/profiles/claire-gervais/

    http://www.chessgames.com/perl/chessplayer?pid=58398

    http://www.chessgames.com/perl/chessgame?gid=1486947

    http://ratings.fide.com/card.phtml?event=604534

    http://ratings.fide.com/card.phtml?event=604577

    Pour leur faire plaisir :
    >>>

    Gervais,Claire FRA (2160) - Peptan,Corina ROM (2315)
    [D83]
    1st ETChw final Debrecen HUN (3), 1992

    1.d4 Cf6 2.c4 g6 3.Cc3 d5 4.Ff4 Fg7 5.e3 0–0 6.Tc1 c5 7.dxc5 Da5 8.cxd5 Td8 9.Fc4 Fe6 10.e4 Cxe4 11.Cge2 Cxc3 12.Cxc3 Ff5 13.0–0 Dxc5 14.Fb3 Ca6 15.Df3 Da5 16.g4 Fd7 17.Tfe1 Te8 18.Fg5 e6 19.Ce4 exd5 20.Fxd5 Fe6 21.Fxb7 Tab8 22.Cf6+ Fxf6 23.Dxf6 Fd5 24.Txe8+ Txe8 25.Fxd5 Dxd5 26.Fh6 1–0


     

  • Vous allez vous faire plein de copines vous

  • Dites donc sieur Pytel on vous a jamais appris à parler fr correctement ?!

  • Durant ce championnat d'Europe à Debrecen, Claire Gervais et Virginie Mora eurent des motivations extra-échiquéennes avec quelques très gros Zelos.
    Mais qui se souvient du titre de championne d'Europe à Leon en 2001 avec une Marie Sebag au mieux de sa forme (5,5/6) ?
    Ou de la 5e place aux Olympiades à Calvia en 2004 juste derrière la Chine, les USA, la Russie et l'Inde ?

  • 36th Chess Olympiad (women): Calvia 2004

    http://www.olimpbase.org/2004w/2004in.html

    Games:
    >>> 04olw.zip

    FRANCE:

    A.Skripchenko - 2474
    M.Sebag - 2428
    S.Collas - 2349
    S.Millet - 2299

    Sur les quatre joueuses, deux ont été formées en France.

  • Monsieur "Kiki"

    Imaginez-vous que malgré ma faible connaissance de la langue de Molière j'ai publié beaucoup d'articles en français.

    Malgré tout... c'est mon programme du développement d'échecs féminines qui était appliqué.

    Pour moi le plus essentiel est de comprendre et... j'arrive à comprendre presque toutes les langues européennes.

    Et pour ne pas faire honte aux gens comme vous, jamais je ne pense pas encore à demander en France la naturalisation...

    Bien à Vous,

    Krzysztof Pytel

  • MI = performances au dessus de 2450 (pas 2400)
    Yannick Pelletier est GMI (pas MI).

    Le national n'est pas la seule chose qui existe au monde, pour être honnête il faut quand même dire que dans le top 15 féminin français on trouve :
    n°4 Pauline Guichard 2340 - 24 ans
    n°7 Natacha Benmesbah 2273 - 23 ans
    n°13 Mathilde Congiu 2216 - 23 ans
    n°15 Mathilde Choisy 2189 - 24 ans

    Qui s'ajoutent à Marie S. (26 ans) et Sophie M. (29 ans) même si les 9 autres n'ont effectivement pas été formées en France.

  • Outre Pauline, Natacha et les Mathilde, citées par Arna, on trouve un bon nombre de joueuses à +2000 voire +2100, comme Laurie Delorme, qui ont été formées en France, et qui ont du mérite à ne pas avoir lâché les échecs malgré le petit nombre de filles à continuer après 16 ans. C'est surtout là que la question se pose : pourquoi les filles ont-elles un niveau assez proche de celui des garçons quand elles sont très jeunes, des effectifs semblables jusqu'aux pupilles, puis cela se délite-t-il d'un coup ?

    En-dehors du machisme assez important dans le monde des échecs, qu'est-ce qui fait que bien plus de filles que de garçons s'arrêtent à l'adolescence ? Celles qui continuent sont toujours entre elles, cela n'aide pas à la progression, hélas. Et elles continuent souvent car elles sont amies - sauf Marie, hélas derechef.

    Ensuite, peu de tournois fermés féminins relevés, et pas assez de réflexion sur ce passage crucial des 14-20 ans, qui ferait se féminiser les opens, et créerait un cercle vertueux.

    Le petit coup de patte sur les compagnons (en regard, les compagnes des meilleurs joueurs français sont également pour beaucoup des joueuses d'échecs - si on enlève les nombreux célibataires) est étonnant, un peu narquois peut-être ? Alors que si ces femmes vivent des échecs, il est assez logique que ce soit dans ces cercles qu'elles fassent des rencontres.
    Entre elles, je ne connais que Sophie et Nino, toutes deux sympas, et quant à cette dernière je trouve bienheureux qu'elle soit venue étudier en France. Beau parcours, bel esprit, je lui souhaite le meilleur.

    Dommage d'avoir choisi la formule à 6 joueuses et double confrontation, 10 joueuses me semble bien mieux surtout pour faire progresser ces jeunes générations évoquées.

    Enfin, je suppose que tant qu'il n'y aura pas de fortes féminines corses... ;-D

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu