Avertir le modérateur

  • Marzolo n'est plus suspendu ! La FFE s’asseoit sur ses organes disciplinaires

    Pour punir les tricheurs supposés, la FFE a voulu asseoir son autorité : commission de discipline. Condamnations. Commission d’appel : re-condamnations. Marzolo est allé devant le CNOSF lequel l’a gentiment encouragé à assumer sa condamnation. Le MI licencié à Marseille-Échecs ne peut donc légalement pas jouer une compétition comptant pour le Elo en France.

    En revanche, il a sévi en Interclubs belges et un organisateur français l’a toléré dans un tournoi de parties rapides. Mais où est le problème alors ? Eh bien, abracadabra, Cyril Marzolo a récupéré en catimini sa licence fédérale ! C’est écrit en lettres virtuelles sur le site fédéral !!

    Conclusion : La FFE ne respecte pas la décision de ses organes statutaires, la commission de discipline et la commission d’appel. Bravo. J’ai levé le lièvre lors de ma promenade régulière sur les pages institutionnelles fédérales.

    Pourquoi Marzolo rejoue-t-il ?
    La raison est peut-être à chercher du côté de l’accord passé entre Cyril Marzolo et la FFE dans l’affaire de la tricherie.

    Ce qui est sûr ce samedi :

    • Il apparaît dans la liste des joueurs de Marseille-Echecs, où il a le 11e Elo. Ainsi, il pourra jouer le championnat de France par équipes, Top 12.
    • La FFE ne répond à aucun courrier à ce sujet, même quand il est adressé par l’un de ses membres les plus éminents ! Étonnant, non ?

    Au fait, 'Marzol' démarre dans quelques heures l’open de San Sebastian où il est invité en tant que maître international. Il est dans les 20 premiers Elo.
    Les parties de ce tournoi seront retransmises en direct.

    LES BONUS
    Archives de ce blog par mot-clé : Cyril Marzolo

    Décisions disciplinaires de la FFE en 2011 (document communiqué aux clubs pour l’AG du 31 mars 2012 à Paris).


  • Lâchez-vous à l’AG fédérale

    La FFE se réunit en assemblée générale ce samedi au 46, rue de la Boétie, à Paris. Les documents transmis aux quelque mille clubs que compte la fédération sont consultables en ligne sur le site fédéral. Entrée gratuite, débats et approbations ennuyeuses pour le joueur moyen, mais très intéressant pour voir qui fait quoi, qui est qui et comment est traité le petit licencié de base. En général, les questions diverses ont lieu en fin de séance, vers 18 h.

    Cette assemblée générale ordinaire se déroule le jour même d’un championnat par équipes jeunes et également le jour d’un examen pour arbitres. La prochaine fois, prévoir un date en plein milieu du Top 12 adultes afin d’égaliser. Ils en seront sûrement ravis.

    D’après le trésorier, l’exercice comptable 2011 comporte un déficit de 33 000 euros.

    En cause? Le championnat d’Europe d’Aix-les-Bains a pris un méga-bouillon (-70 K€) au lieu des -11 K€ prévus et, je cite, "l’affaire de « triche organisée », de par l’entêtement procédural de deux des trois joueurs mis en cause, a généré 57 K€ de dépenses dont 33 K€ d’honoraires d’avocat."

    Entêtement procédural. C’est écrit texto et détaillé. Soit. En revanche, il y a un entêtement fédéral à ne fournir aucun début d’explication aux clubs à qui elle est censée rendre des comptes sur le déficit de 59 000 euros sur un championnat d’Europe dont on nous avait vanté les merveilles quand il avait eu lieu.

    Bizarre. A relire le budget prévisionnel le rapport de l’AG extraordinaire de mars 2011 précisément à Aix-les-Bains, la FFE jouait des biceps sur le budjet prévisionnel 2011 : elle avait tablé sur " l’augmentation du nombre des licenciés, le tassement, des frais divers et l’organisation des Comités Directeurs à Paris pour réaliser des économies de fonctionnement."
    L’augmentation du nombre de licenciés n’est pas suffisamment significative depuis cette date (baisse des licences A et augmentation générale) et les frais divers ont été victimes du fait divers pourtant bien connu de l’affaire de la tricherie. Quant au championnat d’Europe, c’est à se demander s’il y avait un comptable dans l’avion !

    Pour le reste des rapports d’activités, il y a beaucoup d’autosatisfaction, de zapping et d’interrogations légitimes... et d’impasses.

    Le zapping: 5 médecins dans la commission et moins de cinq paragraphes de compte-rendu.

    La communication : Echec et Mat virtuel est consulté dans une centaine de pays, mais on sent bien, dans le rapport, le goufre qui sépare l’avancée technologique (téléchargement de la fin d'un article en pdf, lol!) de ce joujou avec l’allure du site fédéral qui a plus de dix ans.

    Interrogation légitime : près de 6 000 euros pour "une étude complète sur la refonte du site FFE". Bonne chance pour faire bouger le mammouth, il était temps. En cas d’impossibilité, faire établir un devis à Europe Echecs :)

    Impasses : dans le secteur jeunes comme dans le haut niveau, les résultats sont enfilés comme des perles. Autant relire les revues spécialisés ou les pages du site. Aucune analyse ou prospective n’est fournie. Les jeunes constituent pourtant les trois quarts de la population des licenciés ; et le haut niveau n’a guère brillé ces derniers temps ; aucun rapport du sélectionneur officiel. Mais c’est sûrement la version IV en mode 64 cases du film La vérité si je mens ! A suivre...

  • Le téléphone pleure… en mode avion

    Une ronde d’Interclubs. Comme il est arrivé des dizaines de fois, un bruit bizarre après quelques minutes de jeu. Les deux équipes se toisent. Il  s’agit bien d’un téléphone portable qui couine. Le « coupable » est identifié. Il a mis plus de 100 secondes à comprendre qu’il s’agissait bien de son engin.

    Cette règle de la défaite automatique en cas de sonnerie a été adoptée par la FIDE. Elle est souvent appliquée avec zèle par les arbitres, malgré leur avis personnel sur le sujet.

    tel_portable.jpgCe jour-là, l’arbitre a écouté les arguments du joueur qui était prêt à accepter la sanction et à continuer sa nuit : il s’agissait d’une ronde du matin dans un match par équipe. Mais l’arbitre, également joueur de compétition, n’aime pas les règlements appliqués « à la lettre » suite notamment à deux mauvais souvenirs où les pendules ont été mises en route par les clubs hôtes de Clichy et de Noisy-le-Grand.

    Le mode « avion » a sauvé le joueur. C’est bon à savoir d’ailleurs. Même en mode avion, les alarmes peuvent se déclencher alors que le téléphone est éteint. A vérifier sur votre modèle. Le match a continué, le joueur a livré sa bataille (nulle). L’arbitre a rappelé que le café était chaud et gratuit. Gens una sumus.

    Lire aussi l’anecdote de 2006 sur ce blog. Pour rappel, Ponomariov fut le premier GMI à être victime de cette règle...

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu