Avertir le modérateur

La chronique du Figaro supprimée

La chronique d’échecs du quotidien Le Figaro a été supprimée le
31 décembre 2011. Le maître international Aldo Haïk la tenait depuis juin 1977 suite au décès du chroniqueur précédent, le problémiste Camil Seneca.

La chronique a-t-elle été abattue par les tirs d’un Rafale ? Les échecs sont-ils de gauche ? La raison est plus pragmatique et dans l’air du temps : le coût. Aldo faisait en effet partie des quinze plus anciens salariés du journal. La chronique a donc été victime d’un tueur de coûts – un ‘cost-killer’ anonyme, forcément anonyme dans une période où ce grand journal se consacre plutôt à la politique.
« Quand on m’a appelé pour m’annoncer la nouvelle, ils ne savaient même pas ce que je faisais, je n’avais plus de chef de rubrique depuis les derniers remaniements » témoigne Aldo Haïk joint ce jour par téléphone.

Oui, Aldo a été un numéro parmi les quinze. Oui, Aldo a raison. Le jeu d’échecs s’impose dans les journaux de l’intérieur, par réseautage. Et c’est un combat. Les rédacteurs en chef ou dirigeants ne mesurent pas à quel point une rubrique peut déclencher un acte d’achat ou la fidélisation au-delà des préférences politiques du lectorat.

Tous les anciens chefs d’Aldo qui auraient pu le sauver n’étaient plus là ou avaient été licenciés. Tous ceux qui avaient vécu la période Kortchnoï, Karpov, Kasparov. Tous ? Seule Mme Kramnik née Germon connaît les échecs : cette journaliste est encore salariée du Figaro et fut cornaquée à ses débuts par le maître quand elle écrivait sur le jeu.


haïk,seneca,le figaro,el fani,chaudé,apicellaLes débuts d’Aldo au Figaro
Quand Camil Seneca décède dans sa 75e année le 28 juin 1977, la patronne du cercle Caïssa joue les intermédiaires et propose à Aldo de prendre la suite. Ce dernier prépare les chroniques hebdomadaires sur le modèle de son illustre prédécesseur : une partie commentée, un problème avec un diagramme et des nouvelles. Mais il joue beaucoup, est rarement en France et envoie tout par courrier.

Ce n’est qu’à son retour en septembre qu’il constate que ses chroniques ont été publiées avec la mention ‘par intérim’  « car ils ne savaient pas si je voulais continuer. La chronique de Seneca était très lue car on pouvait suivre les tournois comme le championnat de France ou le championnat de Paris au jour le jour. Elle donnait plein de détails comme les horaires d’ouverture de Caïssa ou des annonces sur les tournois » se souvient Aldo.

« Ce n’est qu’en 2000 qu’ils ont passé la rubrique quotidienne sauf le lundi tout en conservant le format de la rubrique hebdo. »
Et puis, est venu le temps du formatage. Les rubriques voisines comme le bridge ou le sudoku étaient sous-traitées et rendues trois semaines à l’avance. Le monde aussi a changé, camarade. On trouve toutes les nouvelles sur le Net. La rubrique est malgré tout restée quotidienne, mais sous forme d’un diagramme comportant une combinaison ou un problème.

Aldo s’était mis à la page en créant son propre site Internet avant 2000 et en signant la rubrique avec sa propre adresse e-mail.
Aujourd’hui, il est comme tant d’autres : en préretraite, et payé comme s’il travaillait. Le journal de Monsieur Dassault conduit par Étienne Mougeotte a donc sous-traité le salaire de son ex-salarié à l’Agence nationale pour l’emploi. Joli coup à méditer.
Mauvaise nouvelle pour une rubrique dans un journal si prestigieux.

Anecdotes sur Marcel Dassault, Aldo dans son lycée, la chronique de Seneca et sa photo, cliquer ligne suivante.

  • Anecdote : Mon grand-père maternel m’a appris à jouer aux échecs. Il travailla un temps pour le père de Serge Dassault, l’entrepreneur hors pair Marcel Dassault, alors que ce dernier venait de fonder sa société dans l’aviation. Petit, Serge venait dans l’atelier « et gênait les ouvriers », me racontait mon grand-père. A sa retraite, mon grand-père s’abonna au Figaro. C’est ainsi qu’à l’été 1976, je suivis le championnat de France de Saint-Jean-de-Monts au jour le jour dans la chronique de Seneca. Un joueur en particulier me fascina alors : Le Parisien Noradounguian dit Nora qui alignait les nulles.


haïk,seneca,le figaro,el fani,chaudé,apicellaQuant à Seneca, je le connus brièvement sur la fin de sa vie par l’entremise de la mère de Manuel Apicella.

A mon arrivée dans mon lycée de Limeil-Brévannes, le jeu d’échecs n’était pas inconnu : les frères Haïk avaient laissé leurs marques quelques années auparavant aux échecs comme au ping pong. Le père d’Aldo y enseignait  les mathématiques. Le chef actuel de cet établissement est… Samir El Fani, un ancien dirigeant de la ligue d’Île-de-France.

  • Plus tard, au tournoi rapide d’Aubervilliers, je rencontrai les légendes, les inséparables Giffard et Haïk. On disait alors Haïk et Giffard comme l’on dit encore Dupont et Dupond.

Qui est Aldo Haïk ? Réponse dans un entretien-vérité.

Photos : Herb et Haïk, covainqueurs du championnat de France à Belfort, en 1983. Haïk remporta le match de départage. Photo Camil Seneca: Roland Lecomte.

Commentaires

  • C'est vrai que les rubriques dans la presse écrite sont de plus en plus rares ! un mensuel vendu en kiosque depuis janvier 2012 propose une rubrique pas trop mauvaise : " salut public "

  • Je suis très déçu. Les échecs étaient la principale raison de mon abonnement. J"envisage de le suspendre...

  • Abonne toi à SALUT PUBLIC ! tu ne seras pas déçu du contenu et la rubrique est bien écrite et les problèmes favorisent la concentration !

  • La suppression de la rubrique échecs est une grosse erreur. Seuls les journaux de gauche en mesurent la portée. Une chronique échecs bien faite, serait consultée par tous les jeunes(même s'ils profitaient du journal des autres) et,fatalement, ils seraient amenés à lire les articles de fond ,de temps en temps,et le temps ferait son oeuvre. Regrets que je ne souhaite pas éternels.
    Emille Dujpls 2 rue de Bellevue 37210 Rochecorbon.

  • Surpris de ne plus trouver la rubrique d'Aldo Haïk dans Le Figaro, j'ai questionné le dit journal, sans réponse.
    Je comprends maintenant ce qui c'est passé et lors du prochain renouvellement de l'abonnement, je ne donnerai pas suite.
    Christian Mariais

  • Enfin une réponse à la rubrique échecs du figaro... dont je ne retrouvais plus les articles du sympathique joueur rencontré lors de tournois. Cela me manquait, me manque toujours, au point de me demander si je ne vais pas changer de quotidien, même si j'aime beaucoup le magazine et le journal!
    Tout fout le camp!
    Ray.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu