Avertir le modérateur

Borzakian et les joueurs d’échecs en chiffres: il faut qu’il se «thèse»?

Combien sommes-nous? Où? Quelle densité par département? Depuis combien de temps? Ces questions sont longtemps restées dans les cartons des spécialistes de la Fédération ou accessibles aux (peu nombreux) annonceurs prompts à acheter ce type d’information.

Un licencié gaulois a bravé cette non transparence: Manouk Borzakian, joueur de compétition parisien s’est intéressé au sujet dans le cadre d’une thèse générale sur les jeux.

Et la parole fut. Elle se libéra. Grâce au vent de sa volonté, le Manouk nous a ouvert des flots de statistiques comme Moïse fit reculer la Mer Rouge. Que c’est beau!

Historique de l’histoire, extraits (saignants et à point) de sa thèse et liens zoo-officiels vers notre belle fédération, cliquer ligne suivante.

 Après des heures d’entretiens avec de nombreux joueurs (dont un MI qui accepta à la condition expresse de faire un match de blitz!) enregistrés puis longuement décryptés, quelques vérités ne sont pas bonnes à lire dans la thèse de Manouk.

On ne les entraperçoit naturellement pas dans la masse des chiffres donnés en toute transparence par la FFE (colonne de droite) sur la répartition des licences par ligue, sexe (ou genre en version moderne) et tranche d’âge: le taux de renouvellement des licences sur une longue période n’est par exemple pas une donnée publiée. Pas secrète, mais pas publiée.

11 licences gagnées pour 10 de perdues?
Il a fallu une thèse et un bon contact du Manouk pour apprendre en passant que « autrement formulé, bien que la FFE compte chaque année vingt mille nouveaux licenciés, ceux-ci se contentent en réalité de compenser presque autant de défections ». Merci vieux! Tout le monde le savait, personne ne le disait.

Alors donc, tous ces jeunes qui forment la majorité des licenciés s’en iraient comme des paquets de cheveux du crâne d’un chauve en devenir? A répéter lors d’une prochaine AG extraordinaire!

L’argent des autres...
La thèse aborde inévitablement le problème du financement et montre que le mode d’élection est lié à un gonflement des licences. Les échecs sont largement financés par des deniers publics en France. Poliment, dans la thèse de Manouk, cela est décortiqué et la vérité est à la portée de tous, les dirigeants de clubs connaissant naturellement la recette de cette tambouille fédérale qui dure depuis des décennies:

« Ces questions de chiffres s’insèrent également dans une géopolitique des populations, où les chiffres font bien plus que jouer un rôle informatif. Premièrement, chaque fédération trouve un intérêt évident à gonfler autant que possible ses effectifs aux yeux des pouvoirs publics, gros pourvoyeurs de subventions et garants d’une éventuelle reconnaissance juridique. Il en va de même dans les dossiers destinés à des sponsors privés, pour lesquels l’argument quantitatif pourra venir s’ajouter à celui de l’image véhiculée par le jeu concerné.

Deuxième point, les clubs ont, individuellement, intérêt à mettre en avant l’importance de leur rôle au sein de la vie associative d’une commune ou d’un département, là encore dans le but d’attirer l’attention des municipalités ou encore des conseils généraux et régionaux, eux aussi sollicités pour accorder des subventions de fonctionnement.

Dans ce cas, ce sont souvent les résultats sportifs des clubs qui sont mis en avant dans les dossiers de candidature, mais les effectifs jouent également un rôle aux yeux des élus, plus spécifiquement ceux des plus jeunes joueurs. Enfin, le nombre de licences rejaillit sur des questions électorales. Tout d’abord, parce qu’une augmentation conséquente, au sein d’une ligue régionale ou d’une fédération dans son ensemble peut servir d’argument visant à démontrer les qualités de gestionnaires des dirigeants en exercice – tandis qu’une baisse des affiliations sera inévitablement mise en avant pour dénoncer le bilan de l’équipe sortante, par ses opposants et les candidats à sa succession.

D’autre part, à l’occasion des élections des dirigeants nationaux, régionaux et départementaux, ainsi que lors du vote de chacune des décisions prises dans le cadre d’assemblées générales, chaque club dispose d’un nombre de voix approximativement proportionnel à son nombre d’adhérents licenciés. »

Rien à rajouter, chef! La suite, passionnante, est à lire avec modération et délectation. Rien de polémique en fait, mais il faut ingurgiter les 380 pages du constat objectif fait par un chercheur dont le seul tort est de venir du milieu (des 64 cases) et de ne pas se faire enfumer par les chiffres. Merci vieux, on en redemande.

Télécharger la thèse de Manouk Borzakian

Son site, le contacter.

Article de Manouk dans Le Monde diplomatique et un autre (en anglais) dans le site de ChessBase.

 

Élections, le compte est bon?
Petit ou grand club, tu veux savoir quel sera le poids de ton vote lors des prochaines élections pour le Comité directeur lequel élira en son sein le prochain président fédéral? Alors sache que le scrutin de liste est appliqué et rejoue à ‘Le compte est bon’ en lisant le Point 3.2, annexe 1 du règlement fédéral.

Commentaires

  • Fameuse découverte que nous connaissons dans les clubs depuis des années ! nous sommes tous responsables et nous en avons tous profité ! mieux vaut plus que moingt de tunes !

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu