Avertir le modérateur

Allô, Larsen?

Tout comme Karpov, il ne faut jamais appeler Larsen avant midi. Etant donné que le nettoyeur du milieu de partie des années 1970 vit dans la banlieue de Buenos Aires, il fallait calculer. Les éditions Payot ont publié deux livres en français de l’immense Larsen: son inoubliable Mes 50 meilleures parties et Les coups de maître aux échecs.

Je l’ai contacté pour un troisième qui me trotte dans la tête depuis plus de cinq ans... J’espère pour Larsen et pour tous ceux qui apprécient son style inimitable de commentateur, que ce projet verra le jour.

 
Cliquer ligne suivante pour lire la suite...

8f44767063c3f91abcbbcdd6dee6ae75.jpg

Copyright La Nación

Je suis tombé dans les clous du décalage horaire: à deux heures du matin heure de Paris, Larsen a répondu a tempo. Quelques secondes pour me replacer; la dernière fois que j’ai eu l’honneur de voir et de parler longuement avec ce champion très cultivé sur l’histoire des échecs, c’était à Cannes, en 1989. Il jouait le match des générations et avait barré la route 2-0 au jeune Lautier, alors en pleine ascension vers son titre de GMI.

Voir les parties ici

Nous étions dans une voiture et Larsen me parla sans relâche de ses relations avec la France, Europe Echecs, 'et comment va Sylvain Zinser?', les Olympiades, comment et pourquoi il comprenait un peu le français, le style des jeunes etc.

Dix-neuf ans plus tard, on a fait une version longue et longue distance: 52 minutes au compteur. Larsen veut me parler de parties qu’il a commentées pour une revue spécialisée danoise. Il les cherche «depuis plusieurs semaines» mais reconnaît qu’il ne s’y retrouve pas «dans son bazar». Et quand le sujet vient sur les contrats, Larsen skie. Comme sur l’échiquier, il vous surprend en plein milieu de partie, zappe en faisant un détour par 1910 avant de revenir en force. En attendant, vous êtes ’mat’.

«Tout le monde parle du match nul Lasker-Schlechter [1910]*, mais personne ne dit que dans le contrat du match, Schlechter devait gagner par deux points d’écart! Les vieux joueurs me racontaient cela quand j’étais en club, c’était en 1946. Personne ne le dit!»

Ses professeurs d’allemand et de français ne lui étaient pas sympathiques, «et cela a eu un effet négatif pour apprendre le français». Mais en bon Danois, Larsen parle et écrit l’allemand. La prime? Il parle couramment espagnol: il a vécu à Las Palmas des années avant de se retirer au nord de Buenos Aires pour y vivre avec sa femme argentine. Comme beaucoup de joueurs retraités de sa génération, Larsen «n’entend rien à l’informatique». Il reçoit les revues spécialisées européennes avec parfois 8 semaines de retard.

Et quand je mentionne l’inoubliable numéro de New in Chess (2/2008) sur la mort de Fischer, un silence glacial s’installe... Oops, quelle gaffe! Sorry Mister Larsen.
Je marmonne quelques trucs dans un acrobatique exercice de rattrapage aux branches, et Larsen finit par lâcher, sans rancune et candide: «Does it still exist?» [Le magazine existe-t-il encore?»]

[Lasker, alors champion du monde, était mené 1 à 0. Il remporta la 10e et dernière partie et annula le match.]

Voir un portrait émouvant (2004, en espagnol) dans La Nación.

Interview (allemand + anglais) très intéressante du champion sur le site de ChessBase

Lire les chroniques (sur papier) de Larsen en s’abonnant au mensuel allemand Kaissiber.

 

Commentaires

  • Cet après-midi j'avais le livre des 50 meilleures parties, et finalement mon choix c'est porté sur L'Amateur devient maître de Euwe.
    Cet article me renvoie dans la bibliothèque, où les 60 meilleures parties de Fischer côtoient celles de Larsen

  • Trés interessant mais je me pose une question (pardonnez mon ignorance) : Pourquoi le fait que vous abordiez avec monsieur Larsen la mort de Robbie dans New in Chess serait une gaffe ?

  • Pour répondre à Johaquim, Larsen et Fischer étaient en 1970 les deux meilleurs joueurs du monde, en dehors de l'Union soviétique. Lors du match URSS contre reste du monde, cette année-là, Larsen a tenu à occuper le 1er échiquier et laissa Fischer au 2ème. Larsen perdit contre Spassky, avec les Blancs, en 17 coups, et sur une ouverture ... Larsen qu'il connaissait parfaitement puisqu'il en était le spécialiste.
    Je suppose que depuis, il n'aime pas trop qu'on lui parle de Fischer.

  • J'ai le même commentaire que Johaquim, manque le culture échiquéènne surement.
    Où peut on trouver le livre de Mr Fischer "Mes 60 meilleures parties".
    Merci des réponses

  • Dans la 1/2 finale en 1991, FISCHER a battu LARSEN sur le score légendaire de 6-0.
    Le danois qui était à l'époque le second meilleur joueur occidental ne s'est jamais réellement remis de cette humiliation et sa carrière ensuite, était en demi-teinte.

    Sauf erreur, son livre "mes 60 meilleures parties " est actuellement épuisé.

  • C'est pas à Larsen, qui lui reclamait une revanche pour le 6/0, que Fisher a dit "comment voulez vous accorder une revanche à quelqu'un qu'on a battu 6/0"?
    Remarquez, j'ai du lire ça dans EE, et si ils disent beaucoup de betises, ça peut en être une. Mais ça expliquerait bien sa réaction.
    Sinon la couverture noire (presque) illisible, j'ai trouvé ça plutôt sobre et classe (exeptée la pixellisation outrancière de la signature).
    Et je trouve votre blog super péchu !

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu