Avertir le modérateur

  • Kramnik, son Saint-siège et la chiasse à l’homme

    WC : c’est à cause de ce sigle connu même dans les pays aux alphabets non latins que Kramnik vient de perdre la 5e partie de son match pour le championnat du monde contre Topalov… Bravo pour la médiatisation de ce « sport » que sont les échecs. Comment Kramnik a t-il quitté son Saint-siège de 2 victoires à 0 pour le réduire à 2 à 1 ? A cause d’une véritable chiasse à l’homme !

    Premier temps : La délégation Topalov pond un communiqué qui calcule le nombre de fois où Kramnik quitte la table et va aux toilettes. Sous-entendu : c’est pas clair, car les toilettes sont le seul endroit où il n’y a pas de caméra.

    Deuxième temps : le camp Kramnik réplique et s’en tient aux règles du championnat du monde, aux conditions demandées (et acceptées). C’est clair et niet : Kramnik ira où il veut quand il veut. Il a besoin de beaucoup boire pendant les parties. On ne lui fait pas baisser sa culotte comme ça à ce géant, surtout avec des communiqués en dessous de la ceinture. Bref, on ne cède pas au coup classique du scandale alors qu’on est mené au score !

    Troisième temps : La 5e partie débute ce vendredi 29 septembre. Kramnik n’apparaît pas dans la salle de jeu. Il ne joue pas de coup. Et il perd donc la partie par forfait. Finalement, le coup du « parapluie bulgare défensif » a marché : un point gratis… mais un championnat du monde qui risque de capoter.

    Moralité : un championnat spectaculaire pour les fans – même emprunt de gaffes – va donner plein de boulots à tous les pisse-copies (comme moi). Et on va parler de tout sauf d’échecs. Quant à l’impact de cet incident pour la popularisation du jeu d’échecs dans le monde, on pourra saluer la maturité des deux protagonistes et de leur délégation en la matière : proche de zéro et des bas-fonds.

    Voilà pour la forme. Sur le fond, Topalov a fait de la provocation, un peu comme Fischer contre Spassky en 1972… et comme tant d’autres. Mais quand on connaît les problèmes de santé que Kramnik a rendus publics et son fair play, insinuer quoi que ce soit quant à sa probité, c’est un sacré coup de poker quand il y a 500 000 dollars assurés. Un comité d’appel « fiotesque » est censé résoudre le problème. Mais le « khan Kirsan » finira sûrement par dénouer ce litige. Comme il l’avait fait en 1996 devant les gesticulations de papa Kamsky. Après tout, c’est lui qui paie, non ?

  • Kramnik-Topalov: 1 million de $ pour ça??

    Le championnat du monde d’échecs à Elista (Kalmoukie, Russie) faisait rêver toutes les patates du monde des 64 cases. Dont moi, dont mes potes à la réunion du club vendredi. Au bout de deux parties, que se passe-t-il ? Eh bien, j’ai l’impression de voir un tournoi de parties rapides où les gaffes s’enchaînent.

    Les deux meilleurs joueurs du moment nous livrent un spectacle pitoyable ; tous deux sont assurés de toucher 500 000 dollars. Et nous, on a un spectacle à deux balles : Topalov ne prend pas la nulle une première fois dans la première partie. OK, il continue comme un dingue comme d’habitude. On a envie d’applaudir. Et plus tard, il rate une suite élémentaire pour faire nulle… avant de s’écrouler. Score: Kramnik – ‘client-qui-vient’ : 1-0

    Dans la 2e partie, Topalov a montré son vrai visage : une attaque géniale digne du XIXe siècle. Il faut trouver le coup pour achever. Il lui reste plus de 7 min. Mais obnubilé par son attaque sur la colonne ‘g’, il veut finasser et oublie une suite de mat. Score: ‘Client-qui-y-va – Kramnik-qui-défend : 0-1

    2-0, c’est bien payé pour Kramnik. Comme le dit le slogan de la Française des jeux : « 100% des gagnants ont tenté leur chance. » Pas vraiment pour le père Kramnik. Le jeu d’échecs devient donc un jeu de hasard !

    Revoir toutes les parties analysées sur le site TWIC (The Week in Chess)

  • Elista : un titre et des madeleines

     

    Or donc on a un championnat du monde des échecs à Elista, Kalmoukie, Russie. Au café des pronostics vendredi 21/09, dans la réunion de rentrée de l’équipe de Nationale I de mon club, ‘Les Echecs de Vincennes’ le grand débat était : Topi ou Kramnik ? Résultat général : ça sera Kramnik même si on aimerait que ce soit Topalov « pour le côté médiatique ». Un joueur sage a même ajouté: ‘Je n’en sais rien, mais je préfère Topalov.’ On s'est rejoué les matches mémorables pendant que le Brouilly nous brouillait.

    2006 à Elista : on a Kramnik-Topalov pour un titre mondial ‘réunifié’.

    1996 : c’était aussi un championnat du monde en tête à tête entre Karpov et Kamsky. Le président de la FIDE, notre Kirsan, avait affrété un charter pour journalistes. Tiens, Alain Fayard, est de retour à Paris… et dans mon équipe ! Je l’ai découvert à l’insu de mon plein gré... hier soir. Eh vieux, j’ai complètement oublié de te rappeler cette variante charter. A l’époque tu bossais à Europe Echecs. T’es resté 1 semaine à Elista, moi 6 avec d’autres conséquences J.

     

    Match ‘plus médiatique’ ? En Russie et Bulgarie, sûrement. Ailleurs, je n’y crois plus, et j’espère me tromper. Cela dit, j’aimerais bien y aller, mais pour raconter comment les joueurs se préparent avec leurs écuries. Ce qui se passe autour de Kirsan etc., tout sauf la technique. J’ai ainsi noté que Kramnik avait le masseur de Karpov d’il y a dix ans (Krylov) ; et deux GMI espagnols (Vallejo Pons pour Topalov et Illescas pour Kramnik) se retrouvent aides de camp. Quand on pénètre dans leur résidence, on rapporte des souvenirs : je me souviens avoir dépanné l’ordinateur d’Epichine, secondant de Karpov. Karpov dormait, c’était un jour de repos et il était environ midi. Au passage, j’avais pu voir les préparations de Zaïtsev, plus exactement, comment il organisait son travail et ses en-têtes de variantes sur ChessBase. C’était à ce point hallucinant de précision qu’en racontant l’anecdote à Joël Lautier quelques semaines plus tard, il avait tout de suite voulu en savoir plus. Ma mémoire m’avait défaut. Lamentable. Quelques jours plus tard, j’avais mangé avec toute la smala de Karpov. Il était détendu car le match était déjà plié malgré les gesticulations de papa Kamsky. Le poisson braconné la veille et fait par la cuisinière, c’est un peu ma madeleine kalmouke made in 1996. Tout comme ‘l’allée des Héros’ en plein centre d’Elista ou ‘la rue des frères Alekhine’ à la sortie ouest de la ville.

  • Les journées du Patrimoine échiquéen

     La fin de semaine du 16-17 septembre 2006 est celle des Journées du Patrimoine. Chouette occasion pour tous de visiter gratuitement musées, chapelles, églises et autres lieux ordinairement fermés au public.

    Mais quid de la Journée du Patrimoine échiquéen français? Grâce à mon deltaplane portable, j’ai pu visiter en EXCLUSIVITE les différents lieux de la Fédération française ces trente dernières années. Ca vaut le détour ! Il y a d’abord un lycée à Sainte-Jamme sur Sarthe (mandats Jacques Lambert). Regardez, c’est superbe, je l’ai fait en remontant de Montpellier.

     

    medium_Sainte_jamme1.JPG

    Puis Montpellier (mandats Jean-Claude Loubatière) non loin de la place de la Comédie, place Jean Jaurès.

    Anecdote. Lors d’un voyage perso à Montpellier en mai 2006, je suis tombé sans le savoir place Jean-Jaurès. Mon œil hagard a été attiré par une plaque portant le mot ‘échecs’. Bon sang ! mais c’est bien sûr. C’est ici que fût feue la FFE déménagée. La plaque de la FFE était encore là…

     

    medium_IMAGE_012.2.jpg

     

    Discussion blitz avec des ouvriers qui déblayaient ou démolissaient ce qu’il restait du local fédéral dans la cour intérieure. Et constat amusé de quelques observateurs locaux: pas un officiel de la nouvelle équipe n’avait daigné mettre les mains dans le cambouis pour aider les salariés. Il est vrai que 3h20 de décalage horaire en TGV, c’est dur. Ca se comprend.

    Puis des vents ascendants m’ont mené dans un département plein d’avenir pour les échecs: les Yvelines. «Comme promis», la Fédération est bien en région parisienne. Plus exactement, et de manière tout à fait traditionnelle dans l'histoire fédérale, près du domicile de celui qui bosse beaucoup pour la FFE - aujourd'hui le directeur général (L. Verat) hier et avant-hier les présidents et/ou secrétaires généraux. Et voici où:

    medium_magny1.JPG

     

    Le bled s’appelle Magny-les-Hameaux. Joli et verdoyant, non? 9150 habitants au compteur de l’INSEE en 2003. Courez-y ce week-end! Demandez Buloyer une fois dans Magny, c'est l'endroit exact. La photo du siège publiée sur le site fédéral nous montre un machin qui ressemble à une belle fermette. Visite gratuite, mais sur réservation et téléphoner avant pour voir si c’est ouvert.

     

    Si votre deltaplane est en panne ou en cas de pluie, prévoir une voiture, une bonne carte ou un GPS qui met pas trois plombes à se charger et compter au départ de Paris minimum 40 min en voiture. Les transports en commun? Il faut aimer, mais on y parvient: il y a quand même un bus par jour après une vraie galère en train. Amateurs d'auto-stop: bien s'habiller, la PM (police municipale) risque de vous coffrer.

      

    J’ai gardé le meilleur pour la fin. Car un vent d’ouest m’a poussé irrémédiablement vers une ville connue de tous: Besançon. Plus spécialement vers « Europe Échecs, le site ». L’endroit je veux dire, pas le www. Ben voilà, la « revue mondiale d’expression française », c’est ça:

     

     medium_EE-bezak6.jpg

    medium_EE-bezak5.jpg

     

     

    Ou plutôt, le mensuel se produit dans cet appartement (1er étage, deux premières fenêtres dont celle ouverte), lequel est situé dans un immeuble résidentiel  tarte, à deux pas de la prison, d’une garnison, avec vue imprenable sur la voie ferrée (de l’autre côté du bâtiment) et bien loin du centre. Mais avec bus fréquents. Ah mais!

    Le jour de ma visite surprise, la fenêtre était ouverte et une photo de Spassky (achetée où ? quel copyright?) était punaisée sur un mur. Ah l'Boris, s'il savait!

     

    medium_EE-bezak3a.jpg

     

    J'ai sonné. Personne ne répondait. Heureusement, la gardienne m’a tuyauté: les deux patronnes étaient parties faire du shopping au centre-ville "comme d'habitude" en emmenant leurs trois caniches, Baba, Grigri et Pichenette.

     

    La gardienne se lâche: «Vous loupez, réellement. Ces trois clebs sont ‘impayables’. Enfin... façon de parler. Il y en a un que je plains, tout de même, c’est Pichenette. Brave bête. Il gratte tellement et passe tellement la brosse aux autres chiens que ses maîtresses, Grigri et même Baba lui donnent des fessées. Et il’crie, il’crie. Il’crie tellement mal que la patronne dit tout l'temps qu'il'crie avec ses pieds.»

     

    Le vent se lève. Je décide de skipper Belfort qui fut aussi un lieu fédéral. J'ai raté un spectacle familial d'anthologie. Déception et inquiétude. Surtout pour Baba. La gardienne m'a avoué sur le pas de la porte qu'il chantait et faisait chanter aux autres tout le temps:

     

    "Baba, black sheep, have you any Euros in cash? Yes, Sir, yes Sir,
    three bags full. One for my caniches, one for my dame...
    '
    etc.

     

    "Paraît qu'c'est une comptine anglaise, vous pouvez m'traduire, allez soyez pas vache, eux, ils me font lanterner". Je n'ai pas osé non plus, mais pas pour la même raison: je suis resté interloqué par les talents de ce clebs surdoué qui a apparemment toujours chanté et fait chanter dans plusieurs langues.

     

    Sur ce, bonnes visites à tous! La visite guidée + les caniches, ça doit être super!

     

    P.S.: Ah, au fait, si vous allez à Besançon, ne dites pas que c’est de ma part,
    ça pourra mettre la gardienne dans l’embarras. Et sachez que toutes les cartes viennent du géoportail.

  • Dorfman champion de France… des nulles !

     

    En réalisant le score fabuleux de 11 nulles sur 11 parties, Iossif Dorfman est devenu le champion de France 2006 à Besançon.

    Le champion des parties nulles, cela va sans dire. Très vite, nous sommes allés chez l’ex-secondant de Kasparov. Il nous reçoit en nous offrant du thé dans un mug sur lequel est inscrit: ‘Je propose nulle’. J’accepte le thé russe. Un coup d’œil rapide avant de s’apercevoir que les murs sont tapissés de «Je propose nulle» écrits dans toutes les langues. C’est donc bien lui. L’interview peut débuter. Le grand-maître nous livre ses projets et ses secrets. De l’inédit. Sans rire… et de manière imaginaire, bien sûr !

     

    Q.: Iossif, bravo pour…

    Iossif Dorfman: Maître Dorfman s’il vous plaît.

    Q.: Bon, on peut se tutoyer si vous voulez. On coupe la poire en deux et je vous appelle I.D., ça va?

    I.D.: Je propose nulle!

    Q.: Ah non! pas déjà… Comment vous sentez-vous après cet exploit? Franchement, vous les avez tous massacrés: 11 nulles sur 11, c’est du déjà vu, mais là, quelle classe!

    I.D.: C’est une méthode que j’ai mise au point il y a longtemps. ‘Je propose nulle’ – excusez-moi je suis enrhumé en ce moment et j’éternue par cette phrase – même mes élèves comme Bacrot, Fontaine s’y sont mis. Il sort son sifflet : «Étienne, Étienne !» Ah !, excusez-moi, j’ai un moment d’absence, il est parti jouer en Allemagne. Ce garçon a craqué, il joue maintenant pour le gain. Pfff...

     

    Q.: Mais quel est le secret de votre méthode?

    I.D.: D’abord, cette fois, je n’écrirai pas de livre. Je jouerai, simplement: 5, 10, 15, 22 coups au pire. Et nulle. Pendant le championnat par exemple, j’ai fait de la télépathie. J’ai demandé  ‘Je propose nulle’ – ah ! décidément ce rhume est pénible – aux jeunes d’arrêter le poker un soir et de m’aider à tourner les tables; mes meilleurs amis du National s'y sont soumis: Lautier, Nataf... J’ai ainsi essayé de joindre Schlechter et Janovski dans l’au-delà. On est tombé sur le répondeur de Tartacover. Incroyable, il s’est modernisé! Son message disait qu’il était parti jouer à la roulette au casino de Baden-Baden.

    Joël a tellement été impressionné qu’il m’a même reparlé. Il a arrêté le poker deux nuits de suite (paraît que Fressinet lui en voulait) et m’a promis d’en parler dans sa chronique dans Le Monde. Pour une fois, il ne parlera pas de lui. Ah! ah!  ah! ah! vous voyez comme faire des nulles me rajeunit: je rigole maintenant, pas comme sur ce croquis d'Eric Petit!

     

    medium_dorf.jpg

    Q.: Soyez sérieux et gentil, maître Dorfman, vous avez encore des fans. Revenons sur votre parcours dans le tournoi. Comment gagne-t-on un championnat de France avec toutes ces nulles magnifiques?

    I.D.: D’abord, j’avais un objectif. C’est ça un professionnel.

    Le président de la FFE, J.-C Moingt, m’avait promis avant le tournoi, si je gagnais le championnat des nulles, un poste d’ambassadeur plénipotentiaire pour vulgariser ma nouvelle méthode. Elle porterait mon nom, Dorfman-Nitchia Chess, Dorfman-Draw Chess, Dorfman-Nulle-Chaise, j’avais le choix. Ensuite, je récupérais quelques trucs d’organisation de Kouatly laissés par la FFE, mais seulement pour mes stages de parties nulles en moins de 13 coups. Un plan diabolique.

     

    Q.: Donc votre plan avec le chiffre 13 a super marché?

    I.D. Oui. Jicé m’avait dit que si je marchais dans des nulles de 13 coups, ça portait bonheur. J’ai pas saisi sur le coup, mais Nataf a éclaté de rire quand je lui ai dévoilé le plan. Et d'ailleurs, j’ai terminé en trombe comme prévu avec 3 nulles en 13 coups contre respectivement Tkachiev, Lautier et Nataf.

    Je les ai ma-ssa-crés. Vous avez vu les parties? Superbes! J’ai eu une fringale à la 4e et 5e ronde: Libi (39 coups) a voulu gagner comme un enfant et Vaïsser (48)  a voulu montrer qu’il était encore jeune. Heureusement, je m’étais gavé de sucres lents et tout s’est bien passé. À la 8e, Bauer a fait son malin: il s’est déroqué tout seul, a joué 33 coups. Il se prend pour Jésus-Christ ou quoi? Tous les autres, je les ai pulvérisés en une vingtaine de coups ou moins. Le plus horrible, ça a été Vachier-Lagrave en 14 coups à la 1re ronde: de la bou-che-rie !

     

    Q.: Effectivement, c’est impressionnant. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette méthode des sucres lents? Et d’abord un petit cadeau, grand-maître: j'ai conservé des matches des Candidats d’Abano Terme en 1980 une collection de pâtes.

    I.D.: Mais c’est génial! Merci boutonne! Tiens, mais ça me donne une idée pour vulgariser une ouverture sous-estimée: La Ponziani. Et je la relancerai avec le slogan: «Des pâtes, des pâtes, oui, mais des Ponziani!»

    Q : Grand-maître, cela n’est vraiment pas drôle… quel est le secret…

    (Dorfman se met à siffler et lance en hauteur derrière lui tout en me fixant un demi-morceau de sucre de canne. Son caniche, «Nitchia» [ce qui veut dire ‘nulle’ en russe] l’attrape au vol en faisant un double axel).

    I.D.: Vous voyez? C’est ça les sucres lents QUAND ON EST JEUNE. C’est comme ça que j’ai dressé Fontaine, Bacrot et Relange. Étienne était indiscutablement le plus doué: après le triple axel, il retombait en équilibre la tête en bas sur son index en disant : «J’adoube». Bluffant! Même pas «je propose nulle», vous vous rendez compte? C’est d’ailleurs cette technique qui a totalement déconcerté Smyslov quand j’ai préparé Étienne dans leur match, mais ceci est une autre histoire.

     

    Après, quand on prend de l’âge, on doit se mettre aux pâtes. Mais depuis quelques années, j’ai laissé tomber cette technique. Les Français sont indisciplinés, les jeunes mettaient du Ketchup et d’autres sauces dedans et ça se terminait à coups de bataille de pâtes dans les dortoirs… Pouah…

    Je reviens au sucre de canne. J’ai un IMMENSE projet avec la mairie… de Cannes, très intéressée au niveau marketing, en raison de l’homonymie. Séguéla ne comprend rien aux échecs mais trouve paraît-il mon idée géniale. Damir Levacic a réservé la Croisette pour une immense simultanée l’an prochain: je devrais affronter 300 écoliers assoiffés de victoire et les abattre un à un avec des nulles de moins de 15 coups.

     

    Ensuite, ils verront que je suis un homme d’affaires. Je vais tout décliner. Mon livre, Les sucres lents pour les Nuls sera préfacé par mes élèves caniches les plus doués et tous ceux que j’ai battus en faisant nulle en moins de 10 coups. Et croyez-moi, ce sont des privilégiés. Un DVD avec une sélection de mes meilleurs nulles en moins de 8 coups est prévu pour octobre 2006. Le bonus contiendra mes championnats de France, ceux où j’ai fait le plus de nulles, c’est-à-dire pratiquement l’intégrale sauf, bien sûr, l’année-cauchemar où je suis devenu ce que la FFE appelle ‘champion de France’. Ensuite, je ferai sûrement de la politique. La FFE doit interdire tout autre résultat que la nulle.

    Q.: Mais grand-maître, je ne comprends pas. Vous avez bossé avec Petrossian, vous avez été l’entraîneur de Kasparov, vous avez un temps préparé Topalov et ces deux derniers cherch(ai)ent le gain à chaque demi-coup. Comment un si grand pédagogue que vous…

     

    I.D.: Taisez-vous Boutonne! Le jeu classique est dé-pa-ssé: Kasparov fait de la politique, Kramnik joue contre un ordinateur, Judit fait des enfants, Ivantchouk a disparu et relit les œuvres de Pouchkine et les autres jouent au ‘Fischer Random Chess’. Seul Topalov passe des heures à s’entraîner. C’est la crise, mon vieux, mais le Dorfman-Nitchia Chess vaincra (son caniche ‘Nitchia’ reconnaît son nom et aboie à ce moment-là), n’en déplaise à Léo Battesti et à Silvio, le manager de Topalov qui lui a piqué son idée stupide d’éviter les nulles. Ah, le traître! Il me rappelle ces joueurs français qui voulaient me gagner, moi, au tarot, à mon arrivée en France. Ils m’ont pris plein d’argent jusqu’au moment où j’ai compris qu’au tarot, on ne peut pas faire nulle. Ah, ils m’ont bien roulé au début! Mais maintenant avec le Dorfman Nitchia Chess, c’est à mon tour et vous verrez, ils vont tous pleurer! Bon, allez, je vous ai suffisamment malmené, Boutonne.

    Vous voulez boire quelque chose ?

    Q: Oh, allez, d'habitude jamais pendant le travail, mais pour cette fois...

    I.D.: Bon, alors, je vous propose un coup de nioulle?

     

    ********

     

     

     

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu